Radio Oreole Flash Info :
latest

728x90

468x60

21 novembre 2021

Togo-Obligation du passe vaccinal dans les lieux de culte : le gouvernement va-t-il lâcher prise face au désaccord des leaders religieux ?

 


Au Togo, malgré la « stabilité relative » de la situation du coronavirus, les autorités ont décidé de serrer un peu les vices à l’approche des fêtes de fin d’année. Ainsi à compter du 3 décembre 2021, l’accès aux lieux de culte sera subordonné au passe vaccinal ou d’un test PCR datant d’au moins soixante-douze (72) heures. Sauf que cette décision du gouvernement en riposte à la pandémie du covid-19 n’est pas du tout du goût des leaders religieux.

 

La première tentative avait échoué suite à la tôlée qu’elle avait provoqué, mais quelques jours plus tard les lieux de culte ont fermé pour une durée d’un mois. Cette fois-ci, la mesure est actée. Le passe vaccinal va devenir obligatoire dans les lieux de culte. La décision du gouvernement prend effet dans un peu moins de trois semaines sur l'ensemble du territoire. Jusqu'à présent, le passe vaccinal était obligatoire pour accéder aux administrations publiques.

 

En attendant son entrée en vigueur, elle suscite des réactions de la part des leaders religieux. Après la conférence des Evêques du Togo qui a affiché clairement son désaccord et sa déception, c’est le tour du Conseil Chrétien de saisir Payadowa Boukpessi. Dans une  correspondance adressée au ministre de l’administration territoriale, l’organisation dirigée par le Rév. Djakouti Mitré a fait part de ses préoccupations et des difficultés qu’engendrera l’application d’une telle mesure dans les églises.

 

La mesure pose plusieurs questions, notamment celle de savoir qui sera chargé de vérifier le passe ou le test à l’entrée des lieux de culte, selon les responsables chrétiens.

 

La conférence des évêques et le Conseil chrétien  demandent aux chrétiens la sérénité et la prière pour la suite.

 

Mais la question qui se pose est de savoir si le gouvernement va donner avis favorable aux demandes des religieux. Si c’est oui, à quelles conditions ? Dans le cas contraire, que va-t-il se passer ? Les leaders religieux vont-ils faire le choix De l’obéissance ou de sacrifice ?  Avaler la pilule amère et appliquer la mesure, ou dire non et préférer la fermeture des lieux de culte ? L’embarras du choix va se retrouver dans les deux camps.

« PRECEDENT
SUIVANT »

Facebook Comments APPID