Radio Oreole Flash Info :
latest

728x90

468x60

12 novembre 2021

Un homme viole une centaine de cadavres femmes dans un hôpital en Grande-Bretagne

 


L’électricien d’un hôpital du Kent a violé, pendant douze ans, les corps de femmes et de fillettes, dans la morgue de l’établissement. Il est également accusé de deux meurtres perpétrés en 1987.

 

L'affaire fait grand bruit et secoue la Grande-Bretagne. David Fuller, un électricien de 67 ans, est accusé d'avoir violé une centaine de cadavres, entre 2008 et 2020, alors qu'il travaillait dans l’hôpital public Tunbridge Wells du Kent, au Royaume-Uni.

 

C'est la résolution d'un « cold case » qui permet aux enquêteurs de découvrir ces actes sordides, rapporte le Parisien. Une nouvelle technique de recherche ADN les fait remonter jusqu’au suspect, accusé des meurtres de Wendy Knell et Caroline Pierce, en 1987. Les deux femmes âgées de 20 et 25 ans ont été retrouvées nues, frappées à la tête, asphyxiées et agressées sexuellement après leur mort.

 

La police du Kent découvre alors, en perquisitionnant le domicile de David Fuller en décembre 2020, une boîte dissimulée derrière une armoire contenant des photos et des vidéos. Ces images montrent l'électricien perpétrer des actes de « pénétration sexuelle sur des femmes décédées d'âges très différents », rapporte le procureur pendant le procès, le 4 novembre. L'homme consignait également le détail de ses crimes dans un journal intime.

 

Les victimes âgées de 9 à 100 ans

 

Superviseur de maintenance du réseau électrique de l'hôpital, David Fuller a utilisé, pendant douze ans, son accès à la morgue pour violer au moins une centaine de cadavres : des petites filles âgées de 9 ans jusqu’à des femmes de 100 ans.

 

Il attendait que ses collègues terminent leur travail avant d'accéder aux réfrigérateurs dans lesquels les corps des femmes étaient entreposés. La police a trouvé des preuves pour cent victimes, 81 d'entre elles ont été identifiées.

 

Enquête sur les failles de sécurité

« Je tiens à présenter mes excuses aux amis et aux familles de toutes les victimes pour les crimes qui ont été perpétrés dans le cadre des soins du NHS (l'hôpital public anglais N.D.L.R) » a déclaré le ministre de la Santé.

 

Face aux remous suscités par cette affaire, Sajid Javid a également annoncé l'ouverture d'une enquête indépendante afin d'éclairer les dysfonctionnements en termes de sécurité révélés par ce dossier. De son côté, le ministère de la justice étudie une révision des peines pour nécrophilie.

 

Au quatrième jour de son procès, l'électricien a finalement reconnu le meurtre des deux femmes en 1987, ainsi que 51 infractions sexuelles. Il risque la prison à perpétuité pour l’ensemble de ses crimes.

« PRECEDENT
SUIVANT »

Facebook Comments APPID