Radio Oreole Flash Info :
latest

728x90

468x60

05 janvier 2022

Covid-19 en France : «Les non-vaccinés, j'ai très envie de les emmerder», Emmanuel Macron

 


Face aux records de contaminations au covid-19 en France, Emmanuel Macron ne cache plus son agacement contre les non-vaccinés. Dans un entretien accordé au quotidien Le Parisien, le président français s'en est pris sans ménagement aux millions de personnes qui ont fait le choix de ne pas se faire vacciner contre le Covid-19 avec les vaccins rendus disponibles dans le pays. Emmanuel Macron s'est également arrêté sur l'Europe, le nucléaire ou encore la laïcité, sans oublier la présidentielle, pour laquelle il ne s'est pas encore déclaré candidat.

 

 « Moi, je ne suis pas pour emmerder les Français. Je peste toute la journée contre l'administration quand elle les bloque. Eh bien là, les non-vaccinés, j’ai très envie de les emmerder. Donc on va continuer de le faire, jusqu'au bout, c'est ça la stratégie», Propos signé Emmanuel Macron et rapporté sur le site du Parisien, mardi janvier au soir. Le chef de l'État entend limiter « pour eux, autant que possible, l'accès aux activités de la vie sociale ».

 

À la question d'une lectrice du journal, qui lui faisait remarquer que les non-vaccinés « occupent à 85% les réanimations », le président français a estimé que cette remarque était « le meilleur argument » pour la stratégie du gouvernement.

 

Isabelle Berrier, lectrice du @le_Parisien et cadre infirmière âgée de 54 ans dans le Vaucluse, se doutait-elle ce matin du bruit que feraient les

« La quasi-totalité des gens, plus de 90%, ont adhéré » à cette vaccination aux yeux d'Emmanuel Macron, pour qui tous les vaccinés l'ont donc acceptée de bon cœur. Et c'est, selon lui, « une toute petite minorité qui est réfractaire. Celle-là, comment on la réduit ? On la réduit, pardon de le dire, comme ça, en l'emmerdant encore davantage. »

 

« Je ne vais pas les mettre en prison, je ne vais pas les vacciner de force. Et donc, il faut leur dire : à partir du 15 janvier, vous ne pourrez plus aller au restau, vous ne pourrez plus prendre un canon, vous ne pourrez plus aller boire un café, vous ne pourrez plus aller au théâtre, vous ne pourrez plus aller au ciné... », assume le chef de l'État.

 

Concernant plus spécifiquement ceux qu'il appelle les « antivax », M. Macron se montre cinglant : « L'immense faute morale des antivax : ils viennent saper ce qu'est la solidité d'une nation. Quand ma liberté vient menacer celle des autres, je deviens un irresponsable. Un irresponsable n'est plus un citoyen », lance-t-il.

 

Des propos qui ont aussitôt fait tanguer l'Assemblée nationale et contraint le président de séance à suspendre les travaux en pleine nuit mercredi en raison du chaos provoqué dans l'hémicycle par ces déclarations. Les députés avaient pourtant repris à peu près dans le calme leurs discussions sur le passe vaccinal, après un vote surprise refusant la poursuite des débats dans la nuit de lundi à mardi.

 

Sur d'autres thématiques, le président aura cherché des mots plus consensuels. Il a reconnu, par exemple, « ne pas avoir réussi » sur le glyphosate, admettant avoir commis « l'erreur », en début de quinquennat, d'avoir cru la France capable de sortir de ce désherbant, seule, sans les autres pays de l'Union européenne.

 

Toujours au sujet de l'UE, dont la France a pris la présidence le 1er janvier, Emmanuel Macron est également revenu sur la polémique suscitée par le déploiement du drapeau de l'Union sous l'Arc de triomphe, à Paris. « Le drapeau européen, j'en suis fier, c'est un symbole de paix », a-t-il dit, estimant que les critiques venues de la droite étaient « disproportionnées et malvenues ».

« PRECEDENT
SUIVANT »

Facebook Comments APPID