Radio Oreole Flash Info :
latest

728x90

468x60

03 janvier 2023

De plus en plus de hauts cadres des armées occidentales jugent désormais "improbable" une victoire militaire de l'Ukraine contre la Russie


La petite musique se fait de plus en plus entendre. "Une victoire ukrainienne est improbable voir impossible dans les mois qui viennent, même en 2023". De plus en plus de voix à Kiev et dans le camp de ses alliés se font désormais entendre sur l'issue de la guerre contre la Russie.


Des responsables militaires et administratives occidentaux commencent à ne plus croire à une "victoire militaire " de l'Ukraine, même si le président français Emmanuel Macron a indiqué tout récemment qu'ils vont aider Kiev à cette fin. 


Le premier est un haut cadre de l'armée ukrainienne. Il s'agit de Kyrylo Budanov. Le chef du renseignement militaire a déclaré il y a quelques jours (source BBC) ceci : "La situation est juste coincée, ça ne bouge pas. Nous ne pouvons pas battre les russes, mais ils ne peuvent pas non plus nous battre", a-t-il déclaré avant de réclamer de nouvelles armes.


Aux Etats-Unis (principal allié de l'Ukraine), le chef d'Etat-major général des forces armées américaines est sur la même longueur d'onde. Selon le plus haut responsale militaire, les hommes de Volodymyr Zelensky auront du mal à gagner la guerre sur le terrain. "La tache militaire consistant à chasser physiquement les russes de l'Ukraine est très difficile. Et cela ne va pas se produire dans les deux prochaines semaines, à moins que l'armée ruisse ne s'effondre complètement. Ce qui est peu probable", a indiqué le Général Mark Milley il y a dix jours.


Il ajoute "la probabilité d'une victoire militaire ukrainienne définie comme le fait de chasser les russes de toute l'Ukraine, y compris ce qu'ils définissent ou revendiquent être la Crimée, est pas élevée militairement parlant".


Cette opinion, pourrait s'entendre comme un appel à un réel dialogue pour mettre fin à la guerre. Ce qui lui ui  a valu d'ailleurs un recadrage de la part du président Joe Biden.


Même en France, cette analyse est partagée par des hauts cadres de l'armée, à l'instar Général Pierre de Villiers, ancien chef d"Etat-major de l'armée.


Pour rappel, la Russie a envahie l'Ukaine le 24 février 2022, dans le cadre de ce qu'elle a appelé "opération militaire spéciale". Moscou contrôle actuellement près de 20% du territoire ukrainien.

« PRECEDENT
SUIVANT »

Facebook Comments APPID