Radio Oreole Flash Info :
latest

728x90

468x60

Affichage des articles dont le libellé est COMMUNIQUES. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est COMMUNIQUES. Afficher tous les articles

22 octobre 2020

Togo / Musique : La « Maison Glorious Impact-Celebration » recrute à plusieurs postes

 


Dans le cadre du renforcement de son équipe pour la poursuite de ses activités, l'Association musicale chrétienne la « Maison Glorious Impact-Celebration (GI-C) recrute un ensemble d'instrumentistes.

 

Vous êtes instrumentistes, désireux d'appartenir à une association musicale professionnelle rigoureuse, qui œuvre pour le salut des âmes, les portes de la « Maison Glorious Impact-Celebration » vous sont largement ouvertes. Les inscriptions ont déjà commencé depuis le 17 octobre, et se poursuivent jusqu'au 25 octobre 2020.

 

Profils des instrumentistes recherchés

ü Batteur,

ü Bassiste,

ü Soliste maitrisant la distorsion,

ü Pianiste

ü et Percussionniste.


Conditions à remplir

ü Etre un Chrétien, humble,

ü Etre dans le style Gospel, précisément l'Afro-Américain,

ü Etre prêt à apprendre, avoir la soif d'évoluer

ü Avoir le désir de faire de la musique Gospel son ministère,

ü Etre disposé à travailler en équipe.


Vous pouvez envoyer vos demandes par mail : secretgic@gmail.com ou ressourcesgic@gmail.com

Pour toutes autres informations, contactez le 90 39 01 18 / 91 37 46 87.


A la Maison « Maison Glorious Impact-Celebration (GI-C)»  nous  visons le salut des âmes à travers la professionnalisation du ministère de Chant.

01 octobre 2020

Togo : ANADEB recrute

 



RECRUTEMENT DE QUATRE (04) CONSULTANTS INDIVIDUELS DANS LA REGION DES PLATEAUX POUR ASSISTER LES COMMUNAUTES DANS LEUR AUTOEVALUATION A LA FIN DE LA REALISATION DU MICROPROJET THIMO.

L’ANTENNE REGIONALE DES PLATEAUX DE L’AGENCE NATIONALE D’APPUI AU DEVELOPPEMENT A LA BASE COMMUNIQUE

Le Gouvernement de la République Togolaise a sollicité et reçu un financement de l’Association Internationale de Développement (IDA) pour mettre en œuvre le projet d’opportunités d’Emploi pour les jeunes vulnérables (EJV), et a l’intention d’utiliser une partie de ce fonds pour payer des missions de services de Consultants ayant pour objectif de recruter au moins 04 consultants individuels dans la région des plateaux pour assister les communautés dans leur autoévaluation à la fin de la réalisation du microprojet THIMO.

La mission d’auto-évaluation sera réalisée par des consultants disposant du profil suivant :

- Avoir un niveau minimum BAC + 3 en agronomie, sociologie ou tout autre diplôme équivalent ;

- Être âgé de 21 ans minimum ;

- Avoir une expérience professionnelle de deux (02) ans minimums dont au moins 1 an d’accompagnement des communautés rurales ;

- Parler couramment et être capable de discuter dans une des langues locales des villages d’intervention du projet EJV ;

- N’avoir pas été coach ou facilitateur dans aucun village de chacun des lots de villages constitués ;

- Disposer d’une capacité d’analyse, de communication orale et écrite ;

- Avoir la maitrise parfaite de l’outil informatique (Excel, Word).

La date de clôture des dossiers est fixée au jeudi, 15 octobre 2020 à 17 h 00 (TU), sur ceux, les Termes de référence de l’avis à manifestation d’intérêt sont disponibles sur le site web de l’ANADEB au www.anadeb.org et affichés à Atakpamé à l’antenne régionale ANADEB Plateaux, quartier Talo derrière la nouvelle agence de la CEET à 200 mètres de la RN1. Tél : 93 86 93 73, e-mail: anadeb.cr.plateaux@gmail.com

NB : Toutes soumissions par mails doivent être en un seul fichier et en format PDF.

24 septembre 2020

Togo : Le ministère de l'environnement recrute

 


MINISTÈRE DE L’ENVIRONNEMENT, DU DEVELOPPEMENT DURABLE ET DE LA PROTECTION DE LA NATURE

AVIS A MANIFESTATION D’INTÉRÊT

(SERVICES DE CONSULTANTS)

AMI N° 014 /2020/MEDDPN/PRMP/ du 18 /09/2020

Pays : TOGO

PROJET ‘’INITIATIVE DE RENFORCEMENT DE CAPACITES POUR LA TRANSPARENCE (IRCT/CBIT)’’

RECRUTEMENT DU PERSONNEL DE L’UGP DU PROJET

Financement : FEM

Le gouvernement togolais a bénéficié des appuis financiers du FEM au travers du Programme des Nations Unies pour l’Environnement (PNUE) en vue de l’élaboration et de la mise en œuvre d’un projet d’initiative de renforcement des capacités pour la transparence climatiques (CBIT en anglais) afin de faire face à ses obligations vis-à-vis des dispositions de l’article 13 de l’Accord de Paris relatives au cadre de transparence de l’action climatique.

L’objectif du projet est de renforcer les capacités institutionnelles et techniques des acteurs en vue de la mise en place et de la gestion d’un système national d’information pour la transparence climatique.

Dans le cadre de la mise en œuvre de ce projet, il a été mis en place, par arrêté du ministre de l’environnement, du développement durable et de la protection de la nature, des organes de gestion dudit projet dont une Unité de Gestion du Projet (UGP).

C’est aux fins de l’animation de cet organe (unité de gestion), que les présents termes de référence sont élaborés pour un appel à candidature interne pour les postes ci-après :

– un(e) coordonnateur (trice) technique national du projet ;

– un conseiller technique du projet ;

– un (e) assistant(e) administratif et financier.

1.   TACHES ET RESPONSABILITES DU PERSONNEL DE L’UGP

2.1 Coordonnateur technique national du projet

2.1.1 Attributions

Placé sous l’autorité du Directeur National du Projet (DNP), le Directeur général de l’ANGE, le Coordonnateur Technique National du Projet est responsable de l’exécution quotidienne du projet. A ce titre, il est chargé de :

– préparer le plan de travail et budget annuel ;

– gérer et coordonner les activités quotidiennes ;

– Fournir une contribution technique à la mise en œuvre des activités ;

– Préparer les Termes de référence (TdR) de recrutement des consultants et participer à leurs sélections ;

– préparer les réunions du comité de pilotage du projet ;

– préparer les rapports d’avancement ;

– organiser et superviser les ateliers et les activités de formation nécessaires pendant  l’exécution du projet ;

– Assurer la coordination avec les institutions nationales et les ministères pour s’assurer que les activités du projet sont en synergie avec les autres initiatives nationales ;

– assurer le secrétariat des réunions du comité de pilotage ;

– veiller à l’assurance qualité et contrôle qualité des données à collecter dans le cadre du projet ;

– rechercher et développer des synergies avec les autres projets et programmes relatifs aux changements climatiques et de développement au plan national et régional ;

– veiller à ce que les opérations financières quotidiennes du projet se fassent suivant les procédures nationales en vigueur et celles du partenaire de mise en œuvre du projet (PNUE, FEM) ;

– fournir des informations nécessaires aux experts internationaux recrutés pour le compte du projet ;

– fournir l’assistance et l’encadrement nécessaires aux consultants et sous-traitants du projet ;

– Assurer la mise en œuvre et le suivi de l’ensemble des activités du « Plan d’Action sur le Genre » tel que défini dans le document projet ;

– Participer à l’atelier de lancement du projet et aux réunions du comité de pilotage du projet ;

– Notifier le PNUE et le comité de pilotage du projet s’il est nécessaire de modifier le plan travail et/ou le budget du projet;

– Préparer toutes les révisions de projet (plan de travail, budget, etc.) ;

– Soutenir la compilation et la soumission des rapports d’avancement, financiers et d’audit à l’Agence d’Exécution (PNUE);

– assurer un accès rapide et efficace aux échanges entre pairs via la plateforme de coordination mondiale du CBIT et d’autres initiatives pertinentes ;

– Liaison avec les partenaires régionaux et internationaux ;

– toute autre tâche concourant à la bonne mise en œuvre du projet.

2.1.2 Qualifications et expériences requises

– être titulaire d’un diplôme BAC + 5 en sciences naturelles, en droit, en agronomie, en géographie, en sciences de l’environnement ou dans tout autre domaine similaire ;

– Justifier d’une expérience professionnelle d’au moins cinq (05) ans en gestion de projet dans le domaine de l’environnement.

2.1.3 Connaissances exigées :

– connaissance en matière de planification des activités ;

– connaissance en assurance qualité et contrôle qualité ;

– connaissance des procédures nationales en matière d’opération financière. La connaissance des procédures financières du PNUE serait un atout ;

– connaissance des accords multilatéraux sur les changements climatiques ;

– connaissance avérée sur les contributions déterminées au niveau national (CDN) ;

– connaissance sur le système MRV serait un atout ;

– connaissance de l’outil informatique notamment les applications Microsoft Office et de l’internet.

2.1.4 Qualités et aptitudes :

– capacité à gérer des horaires complexes et aptitudes à la bonne tenue des dossiers ;

– capacité à travailler sous pression, diriger une équipe et dans un environnement multiculturel ;

– capacité de résolution des problèmes liés à la gestion administrative, financière et comptable des projets de développement ;

– excellentes compétences interpersonnelles.

– aptitude à gérer les projets, assurer les liaisons et coopérer avec tout le personnel du projet et d’autres acteurs impliqués y compris les représentants du gouvernement, des institutions scientifiques, des organisations internationales, des organisations de la société civile et du secteur privé ;

– aptitude à planifier, organiser et conduire les tâches ;

– bonne capacité en rédaction des rapports ;

– un bon niveau à l’écrit et à l’oral en langue anglaise est requis

2.2. Conseiller technique du projet

2.2.1 Attributions

Placé sous l’autorité du coordonnateur technique national du projet CBIT, il assiste le coordonnateur dans la mise en œuvre des activités du projet :

– Soutenir le coordinateur technique national pour assurer une collaboration harmonieuse entre les différentes parties prenantes

– Fournir une contribution technique à la mise en œuvre des activités

– Participer à la préparation des TDR des consultants et participer au processus d’interview des candidats

– Soutenir le coordonnateur technique national dans la préparation des réunions du comité de pilotage

– Soutenir le coordonnateur technique national dans la préparation des rapports d’avancement

– Soutenir le coordinateur technique national dans les activités de contrôle qualité et la coordination des experts/consultants

– Soutenir le coordinateur technique national dans la préparation des révisions annuelles / de fin d’année du plan de travail projet;

– Participer aux ateliers de démarrage et aux réunions de comité de pilotage;

– Aider le coordonnateur technique national à traiter et à rectifier tout problème ou incohérence soulevé par l’Agence de Mise en Œuvre (ANGE);

– Fournir des conseils techniques précis et à jour et des orientations sur les questions liées à la mise en œuvre des activités du projet;

– Soutenir la rédaction de tous les livrables confiés à des experts locaux.

2.2.2. Qualifications et expériences requises :

– être titulaire d’un diplôme d’au moins BAC +5 en sciences naturelles, en droit, en agronomie, en géographie, en sciences de l’environnement ou dans tout autre domaine similaire.

– avoir une expérience professionnelle d’au moins cinq (05) ans dans le domaine de l’environnement et du changement climatique.

2.2.3 Connaissances exigées :

– connaissance en assurance qualité et contrôle qualité ;

– connaissance des accords multilatéraux sur les changements climatiques ;

– connaissance avérée sur les contributions déterminées au niveau national (CDN) ;

– connaissance sur le système MRV serait un atout ;

– connaissance de l’outil informatique notamment les applications Microsoft Office et de l’internet.

2.2.4. Qualités et aptitudes

– capacité à gérer des horaires complexes et aptitudes à la bonne tenue des dossiers ;

– capacité de résolution des problèmes liés à la gestion administrative, financière et comptable des projets de développement ;

– capacité à travailler en équipe et sous pression ;

– excellentes compétences interpersonnelles ;

– aptitude à gérer les projets, assurer les liaisons et coopérer avec tout le personnel du projet et d’autres acteurs impliqués y compris les représentants du gouvernement, des institutions scientifiques, des organisations de la société civile et du secteur privé ;

– aptitude à planifier, organiser et conduire les tâches ;

– bonne capacité en rédaction des rapports.

2.3. Assistant administratif et financier

2.3.1. Attributions

L’assistant administratif et financier, placé sous l’autorité du coordonnateur technique national du projet CBIT, a pour mission de :

– Tenir les documents comptables des transactions suivant les procédures du partenaire de mise en œuvre (PNUE) ;

– Préparer sous la supervision du Coordonnateur, les réunions du Comité de Pilotage et autres rencontres organisées par le projet ;

– Préparer et contrôler le courrier départ et arrivée du projet et veiller à sa ventilation

– Effectuer les paiements conformément aux lignes du budget du projet et tenir la caisse de menues dépenses ;

– Établir les états de rapprochements bancaires périodiques ;

– Être en liaison avec les responsables des banques, institutions financières et autres en vue d’obtenir des renseignements à jour sur les transactions avec le projet ;

– Assurer l’approvisionnement, le suivi des consommations, du matériel et fournitures de bureau sur autorisation du coordonnateur ;

– Être en liaison avec les responsables du PNUE pour tout renseignement et observation concernant le suivi comptable du projet ;

– Assurer la tenue des comptes et le contrôle budgétaire ;

– Éclairer les experts et les consultants sur les aspects relatifs aux indemnités, avances, remboursements de frais de voyage et autres questions financières ;

– Suivre l’exécution des différents contrats relatifs au projet ;

– Tenir et mettre à jour les différents registres d’équipement du projet.

– Assurer toute autre tâche que le Coordonnateur Technique National lui confierait dans le cadre de la bonne exécution du projet.

2.3.2. Qualifications et expériences requises

– Être titulaire d’un diplôme d’au moins BAC+4 en comptabilité, en finances ou dans un domaine connexe ;

– Avoir un minimum de cinq (05) ans d’expérience professionnelle dans le domaine de la comptabilité ou de l’audit.

2.3.3. Connaissances exigées

– Connaissance des procédures et des directives nationales en matière de gestion financière, celles des partenaires techniques et financiers (PTF), notamment du PNUD, PNUE, FEM, etc ;

– Maîtrise des outils de comptabilité financière informatisés;

– Bonne connaissance des applications Microsoft Office et de l’internet

2.3.4. Qualités et aptitudes

– capacité à appliquer les règles, règlements et procédures financières des PTF ;

– capacité à examiner et à interpréter une grande variété de données;

– capacité à identifier et à résoudre les Ecarts / Différences de données et les problèmes opérationnels;

– capacité à gérer des horaires complexes et aptitudes à la bonne tenue des dossiers ;

– capacité de résolution des problèmes liés à la gestion administrative, financière et comptable ;

– capacité à travailler en équipe et sous pression ;

– excellentes compétences interpersonnelles ;

– aptitude à planifier, organiser et conduire les tâches ;

– bonne capacité rédactionnelle.

III. DURÉE DE MISE A DISPOSITION

Le personnel de l’UGP sélectionné est mis à la disposition de la direction nationale pour toute la durée du projet.

1.   CONSTITUTION ET DÉPÔT DES DOSSIERS DE CANDIDATURES

Les candidats devront soumettre un dossier de candidatures comprenant :

– une lettre de motivation adressée à Monsieur le Ministre de l’Environnement, du Développement Durable et de la Protection de la Nature ;

–un CV détaillé et actualisé ;

– les copies des diplômes ou attestations de diplômes obtenus ;

– une autorisation du supérieur hiérarchique.

Les dossiers de candidatures portant la mention « Manifestation d’intérêt recrutement du personnel de l’UGP du projet AMI N° 014 /2020/MEDDPN/PRMP » doivent être déposées à l’adresse ci-dessous (en personne, par courrier ou par courrier électronique) au plus tard le 02/ 10 /2020 à 09 h 30 heures locales à l’adresse suivante :

Secrétariat de la Personne Responsable des Marchés Publics. Téléphone : (+228) 90 86 70 76 Avenue SARAKAWA 41, quartier administratif, non loin de l’Office Togolais des Recettes-Commissariat des Douanes et Droits Indirects et du PNUD.

E-mail : prmp@environnement.gouv.tg

Le processus de sélection du personnel ci-dessus comportera une phase d’étude de dossier et les candidats présélectionnés seront soumis à un test oral.

Le détail des Termes de Référence (TDRs) peut être obtenu à l’adresse suivante :

E-mail : prmp@environnement.gouv.tg

N.B. : Toute personne participant à la mise en œuvre d’un projet en cours ne peut faire acte de candidature à aucun poste de ce projet ;

– Seuls les candidats présélectionnés seront contactés pour la phase des entretiens de sélection.

Le Ministre de l’Environnement, du Développement Durable et de la Protection de la Nature

Prof. David Wonou OLADOKOUN

23 septembre 2020

TOGO : COMMUNIQUE DU CONSEIL DES MINISTRES DU MARDI 22 SEPTEMBRE 2020

 


Au Togo, après plusieurs mois sans conseil des ministres, le pays a renoué ce mardi 22 septembre avec la tenue hebdomadaire du conseil des ministres. Voici l’intégralité du communiqué issu de ce conseil. 


Le Conseil des ministres s’est réuni ce mardi 22 septembre 2020 au Palais de la Présidence de la République, sous la présidence de Son Excellence, Monsieur Faure Essozimna GNASSINGBE, Président de la République.

Au cours des travaux le conseil a examiné et adopté une communication conjointe présentée par le Ministre de l’économie et des finances et la Ministre de la planification du développement et de la coopération.

Cette communication est relative à la présentation des résultats du rebasage du produit intérieur brut (PIB) du Togo.

Le rebasage du PIB est un processus qui consiste en un changement de l’année de base des calculs et en une application des nouvelles méthodes adoptées par la commission statistique des Nations unies.

En effet, le Togo, à l’instar d’autres pays en Afrique, a opté pour la migration du système de comptabilité nationale (SCN) 1993 au système de comptabilité nationale (SCN) 2008 afin d’arrimer ses méthodes d’élaboration des comptes aux normes internationales actuelles et rendre ses agrégats macroéconomiques comparables sur le plan international.
La nécessité de réaliser la migration s’explique par la révision du SCN 1993, des manuels de la balance des paiements et des finances publiques du Fonds monétaire international (FMI), de même que celle de la classification internationale type par industrie et de la classification centrale des produits. Cette migration du système de comptabilité nationale (SCN) 1993 au système de comptabilité nationale (SCN) 2008 a nécessité le changement de l’année de base (année 2016) vu que ces révisions impliquent des modifications méthodologiques et que l’année de base actuelle des comptes nationaux qui est 2007 ne permet plus de capter les changements de structures qui auraient pu être opérés dans l’économie.

Pour la conduite du processus, un comité technique de gestion pluridisciplinaire, composé de l’Equipe de l’Institut national de la statistique et des études économiques et démographiques (INSEED) et de hauts cadres de la Présidence de la République, de la Primature, de la BCEAO, du Ministère de l’économie et des finances, du Ministère de la planification du développement et de la coopération a été mis en place par arrêté interministériel N°016/2018/MPD/MEF du 26 novembre 2018.

Dans la conduite de ses travaux, le Comité a suivi un processus rigoureux dans le respect des normes en vigueur en la matière et a travaillé en étroite collaboration avec les partenaires techniques et financiers comme la Commission économique des Nations unies pour l’Afrique (CEA), le Centre régional d’assistance technique du FMI pour l’Afrique de l’Ouest (AFRITAC de l’ouest), l’Observatoire économique et statistique d’Afrique subsaharienne (AFRISTAT) et la Banque mondiale.

Les travaux ont abouti à la production des comptes de l’année de base 2016 et de l’année courante 2017.
Les résultats de ces comptes ont fait l’objet de validation par des experts provenant desdites institutions partenaires au cours d’un atelier tenu à Lomé du 27 au 31 janvier 2020.

Au terme des travaux, les principaux résultats obtenus se présentent comme suit :

• Le Produit intérieur brut (PIB) de 2016, sous le SCN 2008, passe à 3 574,4 milliards de FCFA contre 2 618,1 milliards de FCFA suivant le SCN 1993, soit une réévaluation de 36,5%.

Ce niveau de réévaluation du PIB en 2016 est imputable principalement à l’amélioration des sources de données avec une large couverture des cibles, surtout des activités informelles qui n’étaient pas suffisamment prises en compte dans l’ancien système (SCN 1993). Il est également l’effet des nouveautés apportées par le SCN 2008 dans la prise en compte notamment des marges commerciales et de transport, de la recherche et développement ainsi que des services d’intermédiation financière indirectement mesurés.

• Pour l’année 2017, le PIB réel est de 3 729,8 milliards de FCFA, correspondant à un taux de croissance de 4,3% entre 2016 et 2017. Le PIB nominal s’établit à 3 713,6 milliards de FCFA pour la même année.

En outre, en se basant sur les résultats du rebasage, le PIB nominal s’établit à 3.951,4 milliards de FCFA en 2018 et à 4.230,6 milliards de FCFA en 2019 selon le SCN 2008 contre respectivement 2.979,6 milliards de FCFA et 3.216,8 milliards de FCFA selon le SCN 1993. Les prévisions actualisées du PIB pour l’année 2020 se chiffrent à 4.399,9 contre 3.322,3 selon le SCN 1993.
La réévaluation du PIB nominal a eu des incidences non négligeables sur les résultats obtenus.

Les résultats montrent que tous les critères de convergence de premier rang sont respectés. En effet, les critères du taux d’endettement et du solde budgétaire (dons compris) rapportés au PIB se sont améliorés. Ainsi, le taux d’endettement (dette rapportée au PIB) se situe désormais à 51,9 % en 2019 contre 68,3 % dans l’ancien système de comptabilité (SCN 1993). Sur cette base, les prévisions révisées font ressortir un taux d’endettement de 51,8% contre 68,6% en 2020 (en prévision).

En revanche, le taux de pression fiscale est passé de 20,8 % (SCN 1993) à 13,6% (SCN 2008) en 2019 et de 21,1% à 14,6% en 2020 (en prévision) pour une norme de 20,0% au minimum.

Le Conseil s’est félicité des résultats auxquels l’exercice de rebasage a abouti. Il a adopté la présente communication et a instruit le Ministre de l’Economie et des finances et la Ministre de la planification du développement et de la coopération d’organiser dans les prochains jours un séminaire de dissémination de ces résultats.

Fait à Lomé, le 22 septembre 2020
Le Conseil des ministres.