Radio Oreole Flash Info :
latest

728x90

468x60

Affichage des articles dont le libellé est CULTURE. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est CULTURE. Afficher tous les articles

18 février 2022

Togo-Mise en œuvre du Fonds national de soutien à l’industrie cinématographique et audiovisuelle : les acteurs réfléchissent sur les modalités à suivre

 


Le ministre de la culture et du tourisme, Dr Kossi Gbényo LAMADOKOU, a ouvert le jeudi 17 février 2022 à l’Hôtel Sarakawa, l’atelier d’échanges avec les cinéastes sur les modalités pratiques d’élaboration du Fonds national de soutien à l’industrie cinématographique et audiovisuelle (FoNSICA).

 

Ledit fonds a été créé par la loi n°2021-018 du 29 septembre 2021 et son opérationnalisation nécessite la rédaction du texte réglementaire portant son organisation et son fonctionnement. Le ministère chargé de la culture s’y attèle déjà et a voulu recueillir les propositions et besoins des professionnels du 7e art afin que le FoNSICA qui sera mis en place soit le plus inclusif possible.

 

Fidèle à sa démarche participative, dès sa nomination à la tête du ministère de la culture et du tourisme, Dr Kossi Gbényo LAMADOKOU, s’est dit fondamentalement convaincu qu’il est primordial et légitime de donner la parole aux premiers bénéficiaires de cette initiative afin qu’ils puissent s’exprimer et participer, dans un esprit collaboratif, au parachèvement du processus.

 

Durant deux jours, les participants auront à débattre de la forme juridique du fonds, de ses objectifs et de ses domaines d’intervention ainsi que des entités éligibles et des modes d’octroie des financements.


La création du FoNSICA est motivée par l’engagement du gouvernement de renforcer et de d’autonomiser le sous-secteur du cinéma, afin de favoriser l’émergence de véritables industries culturelles et créatives, pourvoyeurs d’emplois et de richesse. Selon le ministre de la culture et du tourisme, la promulgation de la loi portant code du cinéma, quelques jours après son adoption à l’Assemblée nationale, est un message fort, de l’attention toute particulière que le Président de la République, Faure Essozimna GNASSINGBE, porte aux acteurs du secteur dans la perspective de leur assurer un accompagnement permanent et en leur offrant un cadre propice à la création des œuvres de l’esprits desquels ils doivent vivre dignement.

08 février 2022

Togo : Visite de terrain du ministre de la culture et du tourisme à Kara

 


Le lundi 07 février 2022, en marge du conseil des ministres tenu à Kara, Dr Kossi Lamadokou, ministre de la culture et du tourisme, a entamé une visite de terrain pour examiner une fois encore les réalités des secteurs dont il a la charge.

 

Pour cette première journée il s’est rendu, en compagnie du préfet de Pagouda à l’hôtel Pagouda tombé totalement en ruines et fermé depuis l’avènement de la pandémie.

 

Pour Dr Lamadokou, il urge de mettre à profit tout le patrimoine de l’Etat dans la démarche de développement d’une offre touristique de loisirs comme indiqué par le projet prioritaire de son département dans la feuille de route gouvernementale à l’horizon 2025.

04 février 2022

Togo : Le "Fonds d’aide à la culture" va changer pour devenir "Fonds national de développement culturel"

 


Le ministre de la culture et du tourisme, Dr Kossi G. LAMADOKOU a présidé jeudi 03 février 2022, une séance de travail organisée à l’endroit des acteurs culturels. Cette rencontre a pour but de recueillir les avis et propositions de ces acteurs en vue de procéder à une réforme consensuelle du fonds d’aide à la culture (FAC). 

 

Après neuf années de fonctionnement, il était nécessaire de faire un bilan des résultats obtenus afin de proposer de nouvelles orientations adaptées aux besoins des bénéficiaires. C’est dans cette optique que le ministre LAMADOKOU, conformément au projet prioritaire de son département dans la feuille de route gouvernementale, a mis en place une commission pour réfléchir sur les réformes à opérer pour que ce dispositif soit véritablement pourvoyeur d’emplois, de richesse et de croissance économique du pays. Ce sont les conclusions des travaux de cette commission qui ont été présentées aux acteurs culturels ainsi qu’aux personnes ressources invitées à cette séance.

 

Avec la réforme envisagée, le Fonds d’aide à la culture changera de dénomination pour devenir Fonds national de développement culturel (FNDC) et son champ d’actions sera élargi.

 

La modification du décret portant attributions, organisation et fonctionnement du Fonds prévoit également le renforcement de sa gouvernance et la diversification de ses ressources financières.

 

Dans son mot de clôture, le ministre de la culture et du tourisme a rassuré ses interlocuteurs sur son engagement à prendre en compte toutes leurs propositions et commentaires et a réaffirmé sa détermination à faire des artistes et promoteurs culturels, des partenaires privilégiés dans l’élaboration des politiques et programmes du secteur. « C’est à vous qu’est destiné le fonds et il serait inadmissible de ne pas vous associer dans cette dynamique », a-t-il déclaré.

22 janvier 2022

Rencontre d’échanges sur la prise en compte de l’approche genre dans les projets du ministère de la culture et du tourisme

 


Permettre aux acteurs du ministère de la culture et du tourisme d’être outiller sur la question du genre, une rencontre d’information sur cette notion et sur son approche dans la mise en œuvre des projets comme souhaité par le gouvernement, est organisée par la cellule focale genre dudit ministère à l’intention des acteurs internes et externes du ministère.

 

L’objectif visé par cette rencontre est de partager les informations pour une meilleure compréhension de l’approche genre par les acteurs du secteur culturel et touristique en l’occurrence :   

 

– Les membres de la cellule focale du ministère de la culture et du tourisme,                                                                    

– Les responsables des différentes structures du ministère de la culture et du tourisme,                                                

– Le syndicat de tenanciers des bars,

– Les représentants des associations des hôteliers, restaurateurs et cuisiniers et                                                                  – Les représentants des associations artistiques et culturelles. 

 

Dans son intervention, le directeur de cabinet Mr KPAYE Koffi Bakayota a félicité la cellule pour l’organisation de cette rencontre et a souligné que la question du genre se pose dans tous les secteurs d’activités de la vie et mérite d’être traitée avec une attention particulière afin d’atteindre un développement durable. 

 

 

Pour la mise en place de cadres de promotion du genre, le gouvernement togolais s’est doté de plusieurs instruments juridiques notamment: la politique nationale pour l’équité et l’égalité de genre, la ratification de la convention sur l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes (CEDEF) et la mise en place des cellules focales genre dans les différentes ministères pour veiller à l’intégration du genre et dans les politiques et projets de leurs départements respectifs.  

 

Pour finir, la présidente de la cellule focale genre du ministère de la culture et du tourisme, Mm DJAGBARE Ayim Patateng, a souligné que la notion du genre aujourd’hui est mal comprise par plusieurs acteurs car la plupart des actions menées dans ce sens sont exclusivement focalisées sur la femme et son épanouissement, or cela prend équitablement en compte les hommes et les femmes a t-elle ajouté. Elle définit « le genre » comme l’ensemble des interactions et différentiations entre les hommes et les femmes produites par la société dans laquelle ils vivent. C’est un concept qui a évolué sur plusieurs années et qui revêt aujourd’hui différents aspects. Pour finir, la rencontre de ce jour permet de mettre tous les acteurs du ministère de la culture et du tourisme au même niveau d’information de compréhension sur la notion du genre.

 

Avec le ministère de la culture

 

14 janvier 2022

Togo : Les lauréats de "All Music Awards 2021" ont présenté leurs prix au ministre de la culture Dr Kossi Lamadokou

 


Le Ministre de la culture et du tourisme Dr Kossi Lamadokou a reçu ce vendre 14 janvier 2022, le comité d’organisation de Togo All Music Awards et les artistes nominés dans les différentes catégories au cours de la dernière édition de décembre 2021.

 

Monsieur Patrick Blandé, président dudit comité a situé leur démarche comme entrant dans le cadre de leur reconnaissance au ministère pour son engagement à leur côté dans la réussite de leur dernière édition. Ainsi la rencontre de ce jour est l’occasion pour eux de venir présenter les fruits de cette collaboration et présenter leurs vœux au ministre et à ses collaborateurs. All Music Awards qui est à sa 18eme édition constitue une vitrine pour honorer les artistes de la musique togolaise.

 

A cette occasion Santrinos Raphaël sacré meilleur artiste masculin de l’année, Senza, meilleure artiste féminin et So bless de Shad du meilleur tube de l’année ont reçu leurs attestations des mains du ministre. Ce dernier a rassuré les artistes du soutien du gouvernement et leur a annoncé la transformation cette année du fonds d’aide à la culture en fonds de développement culturel, ceci pour un meilleur accompagnement du secteur de la culture.

 

10 janvier 2022

Togo : L’écrivaine Nounfoh FARE, lauréate du Prix Sembene Ousmane, reçue par le Ministre Dr Kossi G. Lamadokou

 


Le vendredi 07 janvier 2022, à 11h, le ministre de la culture et du tourisme, Dr Kossi G. Lamadokou, a reçu à son cabinet, Marthe Nounfoh FARE écrivaine togolaise.

 

Celle-ci est venue présenter à Monsieur le Ministre le Prix Sembene Ousmane qui lui a été décerné à Dakar a l’occasion de la célébration de la journée internationale de l’écrivain africain, le 07 novembre 2021. Le prix lui a été décerné pour son roman « Rivales »

 

La lauréate a été accompagnée par l’éditeur Monsieur Mawusse HEKA, directeur général des éditions Awoudy.

 

Au cours de l’entretien Monsieur le Ministre a présenté  à  la lauréate  les félicitations du ministère  ainsi que la fierté de la Nation togolaise toute entière.

 

07 décembre 2021

Togo : L’artiste Monia Tchangaï est morte


Une icône de la musique togolaise s'en est allée. Monia Tchangaï alias « Ngbozi » a tiré sa révérence mardi 7 décembre 2021 des suites d'une longue maladie.

 

La nouvelle du décès de l’artiste a été rendue publique par son fils, Régis Abalo, le conseiller municipal Sotoboua 1 cité par nos confrères du journal communes-infos. Pour le moment la date des obsèques de l’artiste n’est pas encore connue.

 

Une grosse perte pour la musique Togolaise. L’artiste a eu des renommées grâce à son titre « Ngbozi ».

Nos sincères condoléances à la famille éplorée.

14 novembre 2021

Togo : l’organisation de toutes activités culturelles soumise à de nouvelles conditions

 


Désormais, l’organisation de toutes activités culturelles, est soumise à une autorisation préalable du ministère de tutelle.

 

Dans un communiqué rendu public, vendredi 12 novembre 2021, le ministère de la Culture et du Tourisme, a annoncé de nouvelles mesures restrictives devant désormais régir l’organisation des activités culturelles en ces périodes de fêtes de fin d’année. Périodes marquées par le contexte de la pendemie du coronavirus.


Il est également indiqué que toute demande d’autorisation relative à l’organisation d’une activité culturelle doit mentionner l’effectif des participants et être introduite huit (08) jours au moins avant la date de la tenue de l’activité.

 

« La participation à toute activité culturelle est subordonnée à la présentation d’une preuve de vaccination contre la COVID-19 ou d’un test COVID-19 négatif (PCR de moins de 72 heures ou test antigénique payant sur place ou la veille) », recommande le ministère.

 

Quant aux professionnels en résidence artistiques (résidence d’écriture ou de création) ils sont priés de disposer d’une preuve de vaccination contre les COVID-19 ou soumis au test antigénique payant sur place toutes les 72 heures.

 

Le déploiement de dispositifs mobiles de vaccination à l’entrée des lieux dédiés aux activités culturelles est requis pour la circonstance, souligne le communiqué.

 

Les acteurs culturels sont invités au strict respect de ces nouvelles mesures pour se mettre à l’abri de la pandémie en ces périodes de fin d’années.

11 novembre 2021

26 trésors royaux pillés par la France en 1892 de retour sur leur terre natale au Bénin

 


Après près de 130 ans passées  en conservation au musée parisien du Quai-Branly, 26 trésors royaux pillés par la France sont de retour sur leur terre natale au Bénin. Une cérémonie présidée par le chef de l'Etat Patrice Talon a eu lieu mercredi 10 novembre 2021 au palais de la Présidence de la Marina.

 

C'est la joie et la fête au Bénin avec ce retour des œuvres.  Ce ne sont pas les seules œuvres pillées à l’époque. Sur la question, les autorités béninoises affirment avoir amorcé à travers cette récupération, un processus non-stop de récupération de leurs œuvres restantes en Europe.

 

L'acte de transfert des œuvres que la France restitue au Bénin a été signé ce mardi 9 novembre à l’Élysée en présence des présidents Emmanuel Macron et Patrice Talon. Ces 26 pièces avaient été pillées en 1892 par le colonel Alfred Dodds lors du sac du palais d’Abomey. Le roi Béhanzin sera fait quelque temps plus tard prisonnier par les Français.

 

Les trésors récupérés seront exposés au palais présidentiel pendant 03 mois. Mais avant, ils vont être soumis à 02 mois « d’acclimatation », informe lemonde.fr. Après, les œuvres seront gardées à l’ancien fort portugais de Ouidah et la maison du gouverneur jusqu’à la construction d’un nouveau musée à Cotonou. Les Béninois attendent avec grand enthousiasme ce retour des œuvres. Il sera sans doute célébré dans tout le pays.

 

Cette restitution s’inscrit dans un contexte de nouveau climat des relations entre la France et l’Afrique que le président Macron veut plus égalitaire. En 2017, il avait pris sur lui de restituer aux Africains, toutes leurs œuvres présentes en France depuis des années.


27 octobre 2021

Kenya-Semaine culturelle 2021 à Tangaza University College : les valeurs culturelles togolaises font forte impression


Au Kenya, Tangaza University College a organisé du 11 au 23 octobre, l’édition 2021 de sa traditionnelle semaine culturelle. Plusieurs communautés, dont le Togo, ont pris part à cette manifestation annuelle  riche en couleurs et marquée par plusieurs activités.

 

Quand on parle de culture, on peut se référer au dépôt cumulatif de connaissances, d’expériences, de croyances, de valeurs, d’attitudes, de significations, de hiérarchies, de religion, de notions de temps, de relations spatiales, de concepts de l’univers, d’objets matériels et de possessions acquis par un groupe de personnes au cours des générations à travers l’effort individuel et collectif.  La compréhension de la culture est en bref les systèmes de connaissances partagés par un groupe relativement important de personnes. Dans son sens le plus large, la culture est un comportement cultivé qui est la totalité de l’expérience acquise et accumulée d’une personne qui est socialement transmise à travers les générations.

 

C’est dans cette compréhension de transmettre et de valoriser les cultures que le Collège universitaire de Tangaza organise chaque année une semaine culturelle au cours de laquelle sont présentées les cultures des étudiants présents au Collège. Cette année 2021, la semaine culturelle s'est déroulée du 11 au 23 octobre.  La nationalité togolaise fait partie des nombreuses nationalités présentes à Tangaza University College à Nairobi au Kenya. Au cours de la semaine culturelle, la communauté togolaise présente dans le Collège composée principalement de religieux et religieuses a présenté certaines des valeurs culturelles du Togo.

 


Le point culminant de la semaine culturelle était le samedi 23 octobre où presque toutes les nationalités de la famille Tangaza ont présenté certaines cultures. Les togolais dans leur promotion des cultures du pays ont pu présenter dans le temps qui leur est imparti, quelques danses traditionnelles du Togo à savoir : la dance Kamu, Agbadja, Gazo, etc… et quelques plats comme Ayimolou, sauce d’adémè (adémè dessi), Ablo, la pâte de maïs (akple) etc…

 

Dans un esprit de solidarité et d’appartenance, les compatriotes togolais présents au Kenya ont soutenu leurs frères et sœur de Tangaza afin de réussir la journée. Ils ont apporté de nombreuses contributions qu’elles soient financières, spirituelles, morales ou présentielles pour promouvoir les cultures togolaises au Kenya. Parmi les nombreux soutiens, il y avait les familles qui se sont sacrifiées pour préparer la nourriture pour la célébration et aussi la présence physique du consul du Togo au Kenya Me. DEVOTSU Komi. Ce fut vraiment un grand privilège pour la communauté togolaise de Tangaza d’avoir le Consul parmi eux pour les soutenir et les encourager.


Après la célébration il y a eu un court moment de partage pendant lequel le Consul leur a donné quelques informations concernant les politiques d’immigration dans le monde et comment il faut s’y prendre chaque fois que l’on arrive dans un pays,  ce qu’il convient de faire si le séjour est supérieur à trois mois ; monsieur le Consul a utilisé le point 8 : « Le titulaire du passeport doit, s’il se fixe à l’étranger, se faire immatriculer au Consulat du Togo dans un délai de trois mois après son arrivée dans la circonscription consulaire »  du passeport togolais pour expliquer l’importance de se faire inscrire auprès des représentations diplomatiques de nos pays à l’étranger.

 

C’est avec gratitude que le Frère Joseph Kokuvi ATSOU, missionnaire Combonien qui est l’actuel président des religieux togolais au Kenya et aussi le président par intérim de l’Association de Togolais vivant au Kenya (ATK) a remercié le Consul pour sa présence et son soutien. Il a également remercié tous ceux qui ont contribué au succès de la célébration.

 


Dans un esprit de joie et de fraternité, la célébration s’est terminée avec l’espoir de se retrouver l’année prochaine.

 

Il faut souligner que la République Togolaise a ouvert son Consulat Honoraire en République Kenyane il y a juste un peu plus d'un mois, c’est-à-dire le 8 septembre 2021. Basée à Nairobi, cette représentation diplomatique dirigée par  Me. DEVOTSU Komi constitue un pont entre la diaspora et le Togo. Elle dispose d’un site web dédié (https://togoconsulatekenya.co.ke/) qui offre plusieurs services sur l’immigration au Kenya, l’investissement de la diaspora...

18 octobre 2021

Togo : La 2ème édition du MIATO reportée à 2022

 


Au Togo, la deuxième édition du Marché international de l’artisanat (MIATO) ne se déroulera plus du 29 octobre au 07 novembre 2021 comme prévu. Le comité d’organisation a officiellement annoncé ce weekend, le report de l’événement pour le 23 mars 2022.

 

Ceci, en raison de la pandémie de Covid-19, et “dans le souci permanent de garantir à toutes et à tous, une participation sécurisée, fructueuse et pleine de succès”.

 

Pour les acteurs déjà inscrits, nationaux comme étrangers, des dispositions sont prises pour garantir le respect et les droits rattachés à leurs inscriptions, informe le comité.

 

Le MIATO, organisé conjointement par le gouvernement et les chambres régionales de métier, est une manifestation foraine biennale qui vise à valoriser l’artisanat, promouvoir la consommation locale, et mener des réflexions sur les performances de ce secteur qui contribue significativement à la richesse nationale.

 

Sa première édition, tenue en 2019, avait regroupé plus de 150 000 personnes à Lomé, parmi lesquels des exposants, des visiteurs, des officiels et autres acteurs de la société civile.



 

 

29 septembre 2021

Le Ministre Lamadokou présent à Abidjan dans le cadre de la célébration de la 41ème édition de la Journée Mondiale du Tourisme (JMT)


Le ministre de la culture et du tourisme, Dr Lamadokou G. Kossi, a participé le 27 septembre 2021 à la célébration de la 41eme édition de la journée mondiale du tourisme à Abidjan, capitale africaine choisie cette année pour accueillir les activités de cette journée pour le compte de l'année de l'Afrique.


En effet, la célébration officielle à l'échelle mondiale de cette journée étant tournante sur tous les continents, la Côte d'ivoire a eu l'honneur d'organiser les activités de cette année. 


Le Togo y est représenté par son ministre chargé du tourisme accompagné d'une forte délégation de techniciens. Il ont pris part à toutes les activités prévues à savoir la réunion des ministres du tourisme du monde, la réunion des experts, les rencontres B to B puis la réunion des ministres africains.


Pour les rencontres B2B le ministre de la culture et du tourisme du Togo a mis en avant les atouts du Togo que sont essentiellement la sécurité, la stabilité, un climat des affaires incitatif et exceptionnel dans la sous région, l'existence d'un département ministériel consacré à la promotion des investissements, l'existence d'infrastructures de pointe en matière de transport, véritables hubs logistiques tels que le port en eau profonde et un aéroport de classe internationale, en plus des potentialités naturelles et culturelles diversifiées du pays. Le Dr Lamadokou a fait part de la disponibilité du Togo a accueillir des investisseurs dans l'hôtellerie, le tourisme balnéaire, l'écotourisme et le tourisme patrimonial.


Pour la réunion des ministres africains du tourisme, le Togo a partagé ses expériences réussies en matière de gestion de la crise sanitaire actuelle notamment en mettant en avant les efforts consentis autour de la triptyque riposte, résilience et relance des activités. Sur demande de ses homologues, il a expliqué la stratégie vaccinale du pays reconnue par tous comme un véritable succès en Afrique. A cet effet, les ministres africains du tourisme ont vivement souhaité et recommandé que le Togo propose une stratégie collégiale de vaccination pour les pays africains qui sera exposée à la prochaine session de l'organisation mondiale du tourisme à Marrakech en fin d'année, car la seule et unique solution à la pandémie afin de relancer le secteur touristique demeure pour l'instant la vaccination. 


Cette rencontre a été capitale pour les pays africains qui comptent désormais mutualiser leurs efforts pour renforcer la résilience et relancer le secteur.

27 septembre 2021

Le Togo célèbre la 42ème journée mondiale du tourisme, voir ici le message du Ministre LAMADOKOU


Le Togo, à l’instar des autres Etats membres de l’Organisation Mondiale du Tourisme (OMT), célèbre ce lundi pour la 42ème fois consécutive, la journée mondiale du tourisme (JMT).


Instituée en 1979, la JMT offre aux Etats membres de l’OMT, l’occasion de mettre en relief, à travers des manifestations commémoratives, l’évolution sans cesse croissante du secteur touristique et sa contribution au développement social, politique et économique. L’édition 2021, placée sous le thème « Tourisme et croissance inclusive », dans un contexte éprouvant de crise sanitaire, se veut non seulement une apologie de la résilience du secteur touristique, mais également un bilan de sa contribution aux politiques économiques.


Le droit au voyage étant un droit universel et créateur de richesses, le tourisme qui en est une finalité doit être  et profitable à tous. Malencontreusement, il n’en est pas ainsi pour ces deux dernières années.


MESSAGE DU MINISTRE DE LA CULTURE ET DU TOURISME


Mesdames, Messieurs,


Le 27 septembre de chaque année, le monde entier célèbre la Journée Mondiale du Tourisme (JMT). Le Togo, à l’instar des autres Etats membres de l’Organisation Mondiale du Tourisme (OMT), célèbre ce lundi pour la 42ème fois consécutive, cette journée.


Instituée en 1979, la JMT offre à l’Organisation Mondiale du Tourisme et à ses Etats membres, l’occasion de mettre en relief, à travers des manifestations commémoratives, l’évolution sans cesse croissante du secteur touristique et sa contribution au développement social, politique et économique. L’édition 2021, placée sous le thème « Tourisme et croissance inclusive », dans un contexte de crise sanitaire éprouvant, se veut ainsi une apologie de la résilience du secteur touristique, mais également un bilan de sa contribution aux politiques économiques.


Le droit au voyage étant un droit universel et créateur de richesses, le tourisme qui en est une finalité doit non seulement être accessible à tous mais également profiter à tous. Malencontreusement, il n’en est rien ces deux dernières années.


En effet, la pandémie à COVID-19 a lourdement ébranlé le secteur, le réduisant à sa portion congrue. La vitesse de propagation et de contamination de la maladie a été telle qu’après les première et deuxième vagues de contamination, près de 3 milliards de personnes ont été confinées, créant un vaste mouvement national et international de désorganisation. Depuis lors, le secteur touristique bat de l’aile et peine à redémarrer proprement dans tous les pays.


Sa relance, tant souhaitée par les promoteurs et les organismes publics compétents, concourra sans l’ombre d’un doute, à pérenniser sa contribution à la croissance inclusive.


Mesdames, Messieurs,

L’OMT, cadre institutionnel de célébration de la JMT, reste un organisme des nations unies oeuvrant profusément à l’atteinte des objectifs mondiaux. Aussi, le thème de l’édition 2021 n’est pas sans s’inscrire dans la dynamique des Objectifs de Développement Durable, notamment l’ODD 16, se rapportant à la promotion des sociétés justes, paisibles et inclusives, vectrices de paix, de solidarité et de cohésion sociale.


C’est dire donc que l’importance du tourisme est de plus en plus admise au plus haut niveau politique. En effet, l’OMT travaille avec les gouvernements pour que le tourisme interne et international soient inclusifs et tiennent compte des besoins et des aspirations du large éventail des parties prenantes. Aussi la Journée Mondiale du Tourisme 2021, est-elle l’occasion pour les gouvernants, de réaffirmer ou renouveler leur engagement à faire du tourisme un instrument de croissance inclusive. L’exploitation du potentiel de l’écosystème touristique et de sa vaste chaîne de valeur ; l’accès aux formations en tourisme ; le renforcement continu des capacités des professionnels du secteur ; la facilitation des investissements dans le tourisme, sont autant d’engagements qui militent en faveur d’une croissance plus inclusive et durable.


En supplément à tout ce qui précède, l’occasion est bien favorable pour évoquer les statistiques qui mettent en lumière la crise qui affecte le secteur.


D’après les dernières données de l’OMT, le tourisme a enregistré en 2020 les plus mauvais résultats de son histoire. À l’échelle mondiale, les destinations ont reçu 1 milliard d’arrivées internationales en moins par rapport à l’année précédente. Les arrivées internationales ont pratiquement chuté de 74%.


Tel que le révèle le dernier numéro du Baromètre de l’OMT, cette mise à l’arrêt des voyages internationaux représente une perte de recettes d’exportation estimée à 1 300 milliards de dollars.


Sur le plan national, les statistiques du tourisme ne sont pas moins désastreuses. On en connait du reste les données. Les arrivées de touristes sont estimées à 481.706 en 2020 contre 946.376 en 2019, soit une baisse de 49,10%. S’agissant des recettes, le Togo a enregistré 19 milliards de FCFA en 2020 contre 53 milliards de FCFA en 2019, soit une baisse de 64%.


Au reste, on retiendra que partout dans le monde, la viabilité du secteur reste toujours éprouvée par la persistance de la pandémie qui commande la mise en place de restrictions plus sévères sur les voyages. Dans ce cas, la relance effective et complète du secteur dépendra du déploiement et de l’adhésion des populations au vaccin contre la COVID-19.


Mesdames et Messieurs,

Au Togo, le gouvernement, sous la houlette du Chef de l’Etat, s’est résolument engagé dans le développement et la promotion du secteur touristique pour une croissance inclusive. Il s’évertue à faire du tourisme un secteur porteur d'emplois et de revenus. L’adoption de la politique nationale du tourisme en 2011 ; la validation du plan directeur de développement et d’aménagement touristique en 2014 ; l'actualisation des textes devant réglementer le secteur du tourisme ; l'adoption de la loi portant sur l’aménagement du littoral ; la rénovation et la mise à niveau des établissements d’hébergement et de tourisme ; l’aménagement du site de la cascade de Womé et du site des hauts fourneaux de Nangbani ; la validation des études de faisabilité du site écotouristique d’Akébou et du site historique de Kamina ; constituent des projets fondamentaux pour atteindre les objectifs du projet prioritaire 19 de la Feuille de route gouvernementale qui est « la création au Togo d’une offre touristique de loisirs à destination des touristes nationaux et de la sous-région ».


Outre ces actions, le gouvernement ne ménage aucun effort pour attirer les investisseurs touristiques dans l’optique de faire du Togo un pays touristique par excellence. Toutefois, il faut reconnaître que beaucoup reste à faire dans ce domaine et le gouvernement s’y attèle avec ferveur.


L’une des préoccupations majeures, au cœur de notre politique touristique, reste bel et bien le développement et la promotion du tourisme intérieur, c’est-à-dire la découverte des attraits touristiques du Togo par les Togolais.


Aujourd’hui, la consolidation du tourisme intérieur implique une certaine démocratisation du tourisme pour le mettre à la portée du plus grand nombre. Pour y arriver sans coup férir, il nous faudra bousculer les habitudes et les certitudes. L’appel est donc lancé à tous les nationaux ou à tous ceux qui résident sur le territoire togolais, à saisir autant que faire se peut, toutes les occasions pour voyager et découvrir le Togo dans toute sa dimension naturelle et culturelle.


À ce propos, mon département apprécie et encourage l’organisation par les établissements scolaires, les sociétés et autres institutions, d’excursions et de circuits touristiques pour la découverte des attraits de notre pays. Il renouvelle par ce biais son engagement à accompagner ces différents promoteurs.


Je tiens ici à féliciter les opérateurs touristiques nationaux pour leur engagement aux côtés de l’État dans le développement et la promotion du tourisme. Le gouvernement apprécie à leur juste valeur tous les investissements qu’ils opèrent pour agrandir le réceptacle des établissements hôteliers et de loisirs sur toute l’étendue du territoire.


Le gouvernement n’ignore donc pas la situation difficile que traversent les promoteurs d’établissement hôteliers dans ce contexte de crise sanitaire où les mesures d’accompagnement, ne pourront pas tout régler. La seule lueur d’espoir, pour des lendemains meilleurs, se trouve être l’immunité collective que les vaccinations permettront assurément d’atteindre.


Mesdames et Messieurs,

Je ne saurai terminer ces notes sans remercier nos partenaires techniques et financiers qui nous accompagnent malgré les difficultés inhérentes à la crise sanitaire. Enfin, retenons que chaque fois que nous voyageons, nous participons à une dynamique mondiale capable d’induire des changements positifs dans notre environnement mais aussi pour toute l’humanité.

Bonne célébration à tous et à chacun !


Je vous remercie.

22 septembre 2021

Assemblée nationale : le Togo se dote enfin d’un code du cinéma et de l’image animée très compétitif

 


Une révolution vient de s’opérer dans le secteur du cinéma au Togo. Le domaine est désormais encadré par un dispositif juridique. Mardi 21 septembre 2021 à hémicycle, les députés ont adopté à l’unanimité le code du cinéma et de l'image animée. C'était au cours de la troisième séance plénière de la deuxième session ordinaire de l'année 2021, sous la direction de Chantal Yawa Djigbodi Tsègan, Présidente de l'Assemblée nationale.

 

La nouveauté est que, ce code du cinéma et de l'image animée (227 articles répartis en 10 titres) prévoit la création du centre national du cinéma et de l'image animée pour rendre plus compétitive l’industrie cinématographique au Togo. Il s’agit d’un organisme public national doté de la personnalité morale et de l’autonomie financière.

 

L’adoption de cette loi qui ouvre une nouvelle ère, s’est déroulée en présence du ministre de la culture et du tourisme, Kossi Gbényo Lamadokou, commissaire du gouvernement, des promoteurs et réalisateurs du septième art.

 

En effet, la promotion des industries culturelles en général et du cinéma en particulier peine à être concrétisée, en dépit de nombreux efforts du gouvernement, faute d’un cadre juridique approprié.


Cette loi est donc une grande nouveauté dans l'arsenal juridique togolais. Elle ambitionne de protéger la créativité des acteurs, des artistes et de toute personne impliquée dans l'acte de création cinématographique. Il s’agit, de doter le secteur du cinéma d’un cadre juridique et économique dynamique, attrayant pour être en phase avec la politique culturelle et le plan stratégique de l’action culturelle couvrant la période 2014-2024 adoptés en mars 2011.

Le ministre de la culture et du tourisme, Kossi Gbényo Lamadokou, a témoigné sa gratitude à la Représentation nationale pour sa disponibilité, laquelle a permis d’adopter cette loi qui a vocation à régir le code du cinéma et de l’image animée.

 

« En permettant à notre pays de se doter de ce code, vous venez de concrétiser la volonté des plus hautes autorités du pays sous le leadership du Chef de l’Etat, Son Excellence Monsieur Faure Essozimna Gnassingbé, de faire de ce secteur, une véritable industrie culturelle, un catalyseur qui permettra notamment, aux cinéastes de s’extérioriser tant au plan national qu’international. Nous saluons la contribution pertinente des députés depuis l’étude jusqu’à l’adoption de cette loi ».

 

Pour la Présidente de l’Assemblée nationale, le projet de loi adopté inaugure un nouveau départ pour le cinéma et l’image animée.

 

« Une industrie cinématographique dynamique et performante ne peut que contribuer au raffermissement de la cohésion nationale, de la paix et de la sécurité dans notre pays, épine dorsale de la vision du Président de la République, Son Excellence Monsieur Faure Essozimna Gnassingbé. J’ose espérer que l’adoption du présent projet de loi ouvre une nouvelle ère aux promoteurs et réalisateurs du septième art afin de tirer meilleur profit de l’industrie cinématographie togolaise ».

 

12 septembre 2021

Togo -Cinéma : Gaglo s'en est allé



On le savait malade depuis un moment au point de bénéficier des soins particuliers de la part du médecin personnel du Chef de l’Etat Faure Gnassingbé. Mais hélas, Atchina Noviti  ‘‘Gaglo ou Emouvi le costaud’’ s’en est allé. Cette icône du cinéma togolais s’est éteinte dans la matinée du dimanche.

 

L’information du décès monument de la culture togolaise des années 1980 émane de sources proches de la famille. Gaglo a tiré sa révérence des suites d'une maladie, qui l'avait même éloigné des scènes.

 

Son talent d’acteur a vraiment été mis en lumière avec sa prestation dans GAGLO OU L’ARGENT CETTE PESTE. Une pièce dont il a tiré son éponyme. Atchina Noviti était également un ancien banquier, comédien, poète et chanteur. C'est tout le monde culturel togolais est en deuil.

Toute la rédaction de Radio Oreole présente ses sincères condoléances à la famille de l’illustre disparu.

08 septembre 2021

Amobé Mévégué, ancien journaliste de RFI et présentateur sur France 24, est mort

 


Amobé Mévégué, ancien journaliste de RFI et présentateur sur France 24, est mort d'une maladie soudaine à l'âge de 53 ans. 

« Le dealer d'ondes positives », comme il aimait à se présenter lui-même. Producteur audiovisuel depuis plus de 20 ans, il a animé l'émission Plein Sud sur RFI, avant de présenter « À l'affiche » sur France 24. 

C’est un passionné de la culture et de la musique.

18 août 2021

Togo-Reggae : A peine lancé, « Critiqué » le tout premier single des « Frères Jah Badjouma » draine déjà des fans, de grandes surprises pour 2022



Alors qu'ils se préparent à lancer leur premier album annoncé pour 2022, un de leur titre tourne déjà en boucle sur les réseaux sociaux et les médias de la place depuis quelques jours. Eux, c’est un trio d’artistes franco-togolais de la chanson réunis sous la bannière de : « Les Frères Jah Badjouma »En prélude à cette sortie officielle, ils se sont entretenus mardi 17 août à Lomé avec la presse pour faire un zoom sur le contenu de ce chef d’œuvre inédit composé d’une dizaine de titres au rythme Reggae.

Deux (2) togolais, Abdou Badjouma et Touré Badjouma, vivant respectivement en France et au Togo et d’une française, Nathalie Gutton, résidente en France, ce sont ces jeunes talents qui se cachent derrière  « Les Frères Jah Badjouma ».

 

Huit (8) titres sur la dizaine que comportera le premier album du groupe sont chantés en Français, en Tchokossi et dans les deux langues, et enregistrés en 2019 au Togo et en France.

 

Dores et déjà Un clip intitulé « Critiqué » est déjà disponible sur la chaîne Youtube et a fait l’objet d’une première diffusion depuis le 3 août dernier sur la Télévision togolaise (TVT). De même, le groupe a procédé vendredi dernier au tournage du clip d’un deuxième titre intitulé « Yiyingou ».


«  Critiquer, pour dire, que quoi que vous fassiez tant bien que mal, les gens trouveront toujours à dire. Il y en a d’ailleurs qui ne voient que le mal partout. Mais la leçon précieuse à y tirer, est telle qu’il faut  s’armer de courage et continuer à avancer pourvu qu’on soit persuadé d’être sur le bon chemin » nous confie Abdoul le percussionniste des Frères Jah Badjouma 

 


Pourquoi le Reggae ?

 

Selon les trois (03) artistes, le rythme Reggae n’est pas choisi au hasard. Il expliquent que c’est depuis l’enfance qu'ils sont inspirés par le Reggae. Car les Reggaeman sont comme des prophètes qui véhiculent des messages utiles à l’humanité. La plupart de nos chansons parle de la vie quotidienne des hommes. 


«  Les messages véhiculés généralement dans le reggae sont profonds et touchent  nos réalités quotidiennes. C’est un genre musical qui s’appuie sur une mélodie dansante et des messages accrochant pour contribuer au développement socio culturelle des populations » expliquent les trois membres du groupe.


Avant le lancement officiel de l’album, le trio de Rasta a dans son agenda des concerts en ligne en raison de la crise sanitaire liée à la Covid-19.

 

"Les Frères Jah Badjouma" disposent par ailleurs d’une association humanitaire dénommée « Badouma' ». Créée en 2007 par Abdou Badjouma, l’association partage la passion de la culture africaine au travers de la danse, de la musique, du conte et des ateliers d’arts plastiques. Elle œuvre pour l’épanouissement des enfants et a déjà réalisé à Mango, ville natale d’Abdou, plusieurs activités notamment la construction d’une bibliothèque et des dons de fournitures scolaires, de vêtements, de médicaments, de matériels médicaux etc.


Ils promettent du chaud, d’agréables surprises aux mélomanes du  Reggae et à tout le public à travers leur premier album annoncé pour 2022.  Le groupe résidant à Montpellier en France depuis quelques années déjà compte contribuer à la préservation  des acquis de la culture Togolaise à travers ses œuvres musicales. Notons que le deuxième single s’apprête déjà à être lancé avec un clip riche en couleur et qui promet beaucoup de surprises. 

Jacques LEMOU

14 août 2021

Renato Villar, le célèbre acteur du "Le Cercle de feu" est décédé des suites de covid-19 à l'âge de 86 ans

 


Renato Villar, de son vrai nom Tarcísio Pereira de Magalhães Sobrinho, le célèbre acteur du "Le Cercle de feu" (Roda de Fogo est décédé des suites de covid-19 à  l'âge de 86 ans.


Hospitalisé le , il meurt le 12 août à l'hôpital Albert Einstein de São Paulo.


Le Cercle de feu (Roda de Fogo) est une telenovela brésilienne en 179 épisodes de 50 minutes, écrite par Lauro César Muniz et diffusée entre le  et le  sur le réseau Globo.

En France elle a été diffusée du  au  sur RTL9 et rediffusée du  jusqu'au printemps 1994, toujours sur RTL9. Au elle a été diffusé sur la TVT, au Bénin,sur ORTB.