Radio Oreole Flash Info :
latest

728x90

468x60

Affichage des articles dont le libellé est DANS LE MONDE. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est DANS LE MONDE. Afficher tous les articles

17 mai 2022

Mali: les autorités de transition annoncent avoir déjoué un coup d'État soutenu par un pays occidental


Les autorités de transition du Mali affirment avoir déjoué une tentative de coup d'État, dans la nuit du mercredi 11 au jeudi 12 mai. « Un groupuscule d’officiers et de sous-officiers anti-progressiste, soutenus par un État occidental » aurait tenté le coup de force ce soir-là, selon un communiqué des autorités maliennes ce lundi 16 mai 2022.


D’après les informations, depuis la semaine dernière, au moins dix sous-officiers et officiers maliens ont été arrêtés sur le territoire national. D’autres militaires sont activement recherchés. Dans la nuit du 11 au 12 mai, L’objectif des « putschistes » qualifiés officiellement « d’anti-progressifs » était de « briser la dynamique de la Refondation du Mali ». Ils seraient soutenus par « un État occidental ».

16 mai 2022

France : Emmanuel Macron nomme une nouvelle première ministre

 


L'ex-ministre du Travail, Elisabeth Borne, a été nommée lundi Première ministre par Emmanuel Macron. Elle succède à Jean Castex, qui a remis sa démission plus tôt dans l'après-midi.


L'ex-ministre du Travail, Elisabeth Borne, 61 ans, a été nommée, lundi 16 mai, Première ministre par le président Emmanuel Macron quelques minutes seulement après la démission de Jean Castex et de son gouvernement, a annoncé l'Élysée dans un communiqué.


Les français attendent désormais de connaitre la nouvelle équipe gouvernementale.

Mali : Plusieurs terroristes neutralisés, des motos et du matériel de guerre saisis



L'armée malienne poursuit son combat contre les mouvements djihadistes. 12 terroristes neutralisés, 7 interpelés, 12 motos, des bidons d’essence et du matériel de guerre saisis. Tel est le bilan d’une opération offensive menée par le GTIA Keletigui 1 dans la zone de Toubakoro Sylla située à une cinquantaine de km au nord de Banamba. 


Selon l'Etat major des Forces armées maliennes, l'opération a eu lieu du 10 au 14 mai 2022 dernier, sous le leadership du commandant en chef dudit GTIA, le Colonel Boubacar Yassanry Sanogho et conduite par le Colonel Seydou Bassirou Niangado.

 

Tout a commencé quand une section renforcée du GTIA, lors de sa progression a été accrochée, le mercredi 11 mai 2022 par une colonne logistique des Groupes Armés Terroristes (GAT) entre Toubakoro Sylla et Séméné. Face à la puissance de feu et la détermination des FAMa, les GAT ont pris la poudre d’escampette avec une perte de 7 morts et 6 éléments arrêtés. Au cours de leur fuite en direction du sud de Toubakoro Sylla, un autre GAT a été intercepté par le deuxième échelon du GTIA, initialement installé à Ouléni.

 

l'Etat major général fait savoir que cette seconde opération a permis la neutralisation de 5 terroristes, d’autres se sont faufilés dans la forêt. Des motos et du matériel de combat ont été récupérés. Les FAMa ont procédé à des tirs de mortier et de SPG9, dans ladite forêt.  Au cours de ces manœuvres, le GTIA a enregistré 2 blessés légers.

 

En plus de ces évènements, indique l'armée , le 12 mai 2022 vers 2 heures du matin, un autre groupe composé de 5 terroristes ont tenté de mener une action de sabotage dans le nouveau camp militaire de Banamba où se trouve le PC du GTIA. L’élément précurseur a été arrêté et les 4 autres restés très loin du camp n’ont pas été retrouvés. Mis en examen par la prévôté, l’élément précurseur déclare avoir participé à l’embuscade du 29 décembre 2021 contre le GTIA KELETGUI 1 au cours de laquelle, la mission a subi des pertes en vie humaine.

Le Mali quitte le G5 Sahel


Les autorités maliennes ont annoncé dimanche le retrait de leur pays du G5 Sahel, tous ses organes, toutes ses instances y compris la force militaire conjointe pour la lutte contre le terrorisme.

Le gouvernement justifie cette décision par le fait que le G5 Sahel soit miné par des considérations inacceptables, des blocages qui empêche le Mali de prendre le commandement.


Le G5 Sahel est une instance regroupant les Etats pour lutter efficacement contre le terrorisme.

15 mai 2022

Niger : Le président Mohamed Bazoum interdit à ses ministres de marier plus d’une femme, sinon…


Mohamed Bazoum, président du Niger, ne veut pas voir de ministres avec plus d’une femme dans le gouvernement. Il  leur a tout simplement demandé de s’abstenir d’en avoir. Ceux qui seraient tentés d’en avoir sont invités à quitter le gouvernement. Une déclaration-choc faite devant des femmes, à l’occasion de la journée de la Femme au Niger.


Selon Mohamed Bazoum, « une certaine polygamie est une mauvaise chose et je prends le risque de le dire et je l’assume »« Ceux qui vont nous combattre, ils disent que c’est notre religion qui l’a dit, c’est faux, c’est faux, c’est faux. En tout cas, si on se réfère au Coran, c’est faux. Que dit la sourate An Nissa ?« , continue-t-il en disant que la polygamie n’est pas forcément conseillée. Avant de mettre en garde ses ministres.


« C’est pourquoi l’autre fois, j’ai dit à mes ministres, nous devons donner l’exemple, tant que vous êtes dans mon gouvernement à moi, il vous est interdit de prendre une femme supplémentaire. Le ministre qui veut prendre une femme supplémentaire, on ne lui interdit pas , mais il doit quitter le gouvernement « , affirme Mohamed Bazoum qui dit vouloir provoquer le débat.

Guinée : la junte au pouvoir interdit les manifestations publiques pendant la transition


En Guinée la junte au pouvoir interdit les manifestations publiques pour le temps de la transition. 


Dans un communiqué lu à la télévision publique ce vendredi soir 13 mai, le Comité national du rassemblement pour le développement (CNRD), prohibe « toutes manifestations sur la voie publique, de nature à compromettre la quiétude sociale et l'exécution correcte des activités contenues dans le chronogramme jusqu'aux périodes de campagne électorale ». 


Cette décision est prise deux jours après la fixation d’une durée de 36 mois pour la transition. Autant dire que les manifestations seraient interdites pendant trois ans.


Selon le FNDC, c'est une décision illégale et illégitime. La plateforme à l’origine de la lutte contre le 3e mandat d’Alpha Condé dénonce « la volonté manifeste du CNRD de s'éterniser au pouvoir en muselant toutes les forces sociales et politiques du pays ». Et elle prévient qu’elle ne se soumettra pas à cette interdiction et reprendra les marches.


De son côté, l’Organisation guinéenne de défense des droits de l’homme (OGDH) rappelle que le droit de manifester est garanti par les conventions internationales et par la charte de transition elle-même.

14 mai 2022

Guerre en Ukraine : L'Inde interdit les exportations de son blé

 


L'Inde a annoncé samedi interdire les exportations de blé face à la baisse de sa production, due notamment à des vagues extrêmes de chaleur. 


Une décision qui va "aggraver la crise" d'approvisionnement en céréales avec la guerre en Ukraine, s'alarme le G7.


Le gouvernement indien garde donc ce blé pour la consommation intérieure - il interdit toute nouvelle exportation privée, mais se réserve le droit d’en vendre à des pays qui sont dans un besoin essentiel.

Guerre en Ukraine : la Russie coupe ses livraisons d'électricité à la Finlande


Les exportations d'électricité de la Russie vers la Finlande ont cessé durant la nuit de vendredi à samedi après une annonce en ce sens. Le fournisseur russe évoque des impayés mais c'est bien la probable adhésion de la Finlande à l'OTAN qui est en jeu.


L'entreprise responsable des ventes d'électricité russe à la Finlande, RAO Nordic, avait annoncé vendredi son intention de cesser ses livraisons à minuit, invoquant des impayés, au moment où la Finlande s'apprête à annoncer sa candidature à l'Otan.


En réaction, l'opérateur du réseau électrique finlandais a assuré pouvoir se passer des importations de courant venues de Russie.


Un peu moins de 10% de l'électricité consommée en Finlande vient de Russie

13 mai 2022

Guerre en Ukraine : Les USA ont demandé un cessez-le-feu "immédiat" à la Russie lors d'une discussion téléphonique


Premières discussions formelles entre les Etats-Unis et la Russie depuis le début de la guerre en Ukraine le 24 février 2022. Elles ont eu lieu entre les deux ministres de la défense des deux pays.


Le ministre américain de la défense Lloyd Austin a demandé à son homologue russe Sergueï Choïgou un cessez-le-feu "immédiat" en Ukraine lors de leur première conversation téléphonique depuis le début de la guerre, a annoncé le Pentagone. L'information a été rapportée par l'AFP ce vendredi après-midi.


Il faut noter que les USA (soutenus par les pays de l'Europe ) ont mis en place un pont qui permet de fournir armes et équipements militaires à l'Ukraine. L'administration Biden a manifesté son intérêt de vaincre la Russie et d'affaiblir Vladimir Poutine. Ce dernier ne cesse de dénoncer l'élargissement de l'OTAN aux portes de son pays.


Ces derniers jours, c'est la Finlande qui s'apprête à formuler officiellement sa demande d'adhésion. Une position bien accueillie par les occidentaux.

Nigeria : Accusée de blasphème au prophète Mahomet, une étudiante fouettée et brûlée vive par ses camarades


Le Nigeria est sous le choc, au lendemain du meurtre d’une étudiante chrétienne. La jeune femme a été lapidée à mort par ses camarades musulmans. Ils l’accusaient d'avoir tenu des propos considérés comme offensants, bref de blasphème contre le prophète Mahomet.


L'affaire secoue le Nigeria, obligeant des chefs religieux à appeler au calme. Une étudiante accusée de blasphème a été sauvagement assassinée. Le drame s’est produit dans l’État de Sokoto où la charia est appliquée. Deux personnes ont été arrêtées et l’école a été fermée pour une durée indéfinie. 


D'après nos confrères de RFI, tout est parti d'un message audio posté dans un groupe WhatsApp. Dans cet audio, la victime, Deborah Samuel, réagit à un article partagé par l'un des autres membres. L'article parle du prophète Mahomet. Pour Deborah, le groupe n'a pas vocation à parler de religion, et elle tient ensuite des propos jugés offensants à l'égard du prophète, le traitant notamment de « voyou ».


Des propos qui n'ont pas été appréciés par ses camarades musulmans. Furieux, ils l'ont sortie de force de la pièce où elle avait été mise en sécurité par les responsables éducatifs. Elle est tombée face contre terre, sa robe rose froissée. La police a tenté d'intervenir, en jetant des gaz lacrymogènes contre les étudiants en colère, mais ces derniers ont riposté avec des pierres et des bâtons.


D'après un témoin, la police a fini par abandonner, laissant Deborah aux mains de ses collègues déchaînés criant « Allah Akbar ». Elle mourra après avoir été fouettée et brûlée vive. Des scènes d’une violence insoutenable qui ont, en plus, été filmées et diffusées par la suite sur les réseaux sociaux.

Khalifa ben Zayed Al-Nahyane, président des Émirats arabes unis, est mort


Le président des Émirats arabes unis, le cheikh Khalifa ben Zayed Al-Nahyane, qui avait accompagné ces deux dernières décennies l'ascension fulgurante de son pays sur la scène internationale, est décédé à l'âge de 73 ans, annoncent ce vendredi les autorités.


À l‘annonce de la mort du président Cheikh Khalifa ben Zayed Al-Nahyane, tous les programmes télévisés ont été interrompus aux Émirats arabes unis pour diffuser une prière. Le gouvernement a décrété « un deuil officiel et les drapeaux mis en berne » pour une durée de 40 jours, indique l'agence de presse officielle WAM. 


Selon la Constitution émirienne, le vice-président et Premier ministre Sheikh Mohammed ben Rashid Al-Maktoum, souverain de Dubaï, assurera la présidence jusqu'à ce que le conseil fédéral, qui regroupe les souverains des sept émirats, se réunisse dans les trente jours pour élire un nouveau président.


Né en 1948, Khalifa ben Zayed Al-Nahyane est d'abord désigné vice-Premier ministre après l'établissement en 1971 de la fédération, qui comprend Abou Dhabi et Dubaï, avant de succéder en 2004 à son père, cheikh Zayed ben Sultan Al-Nahyane, président et père-fondateur des Émirats arabes unis, riche État du Golfe regroupant sept émirats dont Dubaï et la capitale Abou Dhabi.

24 heures après l'annonce de son tout 1er cas, la Corée du Nord officialise son 1er décès au covid-19


Vingt-quatre heures  après l'annonce de son tout premier cas, la Corée du Nord officialise son premier  décès au covid-19.


C'est une première, Kim Jong-un, le dirigeant nord coréen est apparu à la télévision nationale masque au nez et à la bouche. Signe de la gravité de la situation sanitaire dans son pays. Mercredi les autorités ont annoncé avoir détecté le tout premier cas du covid-19. Quelques heures après, elles annoncent le premier décès.


En Corée du Nord, 187 800 personnes seraient en quarantaine du fait d’une fièvre et six personnes sont mortes dont l’une d’entre elle aurait été testée positive. Kim Jong-un a décidé le confinement de l’intégralité du pays.


La Chine prête à aider son voisin du Nord

« En tant que camarade, voisine et amie », Pékin se dit prêt à apporter son soutien à la Corée du Nord dans son combat contre l'épidémie. Pyongyang, qui a sonné le confinement général face au variant Omicron BA.2, s'est en réalité, depuis le début de la pandémie de Covid-19, refermée comme une huître.


En 2021, Pyongyang avait refusé les offres de dons de vaccins de Pékin, Moscou et de l’OMS.

Guerre en Ukraine : Volodymyr Zelenskyy va enfin parler aux dirigeants africains


Volodymyr Zelenskyy  va enfin parler aux dirigeants africains. Le président ukrainien, qui en avait fait la demande depuis quelques semaines, sera écouté dans quelques jours au prochain sommet de l'Union Africaine prévu à Malabo la capitale Equato-guinéenne, dans quelques jours.


C'est une officielle sénégalaise qui l'a annoncé au micro de nos confrères de RFI en marge d'une réunion du conseil des droits de l'homme basé à Genève en Suisse,  pour voter sur l'ouverture d'une enquête visant les présumés crimes de guerre qu'auraient perpétré les soldats russes en Ukraine.


Le Sénégal qui préside actuellement la présidence tournante de l'Union Africaine, s'est abstenu lors du vote, gardant sa position de neutralité. "La résolution de la crise doit passer par le dialogue et non le soutien armé", a soutenu l'officielle sénégalaise. Une position diamétralement opposée à celle des occidentaux et de l'OTAN.


Volodymyr Zelenskyy avait échangé au téléphone avec le président sénégalais Macky Sall le 11 avril dernier, sollicitant l'implication de l'UA dans la résolution de la crise née de l'invasion russe. 

10 mai 2022

Burkina Faso : l'armée annonce avoir tué au moins 50 terroristes



Coup dur pour les djihadistes. L'armée burkinabè a annoncé mardi dans un communiqué avoir "neutralisé" au moins 50 terroristes lundi lors d'une riposte à une embuscade dans le nord-ouest et d'une opération dans le sud-ouest.


Lundi, "l’unité Garsi (Groupe d’Action Rapide de Surveillance et d’Intervention) de Barani a vigoureusement réagi à une embuscade tendue par plusieurs dizaines d’individus à quelques kilomètres de la localité de Barakuy", dans la région de la Boucle du Mouhoun (nord-ouest) indique un communiqué de l'état-major des armées.


"L’unité, qui a rapidement pris le dessus, a mis les assaillants en déroute, neutralisant au moins 40 terroristes. Du matériel de combat a également été récupéré à la suite du ratissage intervenu après l’attaque et appuyé par l’Armée de l'air", poursuit le texte. L'armée précise que "côté ami, quelques blessés légers ont été enregistrés et pris en charge".


Dans la même journée du lundi, "une unité du 22e Régiment d’Infanterie Commando de Gaoua a conduit une action offensive à la sortie de Djigoué (province du Poni, région du Sud-Ouest)", selon l'état-major. "L’action, conduite en coordination avec les VDP (volontaires pour la défense de la patrie, des supplétifs de l'armée) de la zone, a permis de neutraliser 10 terroristes et de récupérer leur armement", détaille le communiqué.


Cette région du Sud-Ouest est frontalière de la Côte d'Ivoire et du Ghana. Le chef d’état-major général des armées, le colonel David Kabré, a félicité "les éléments pour ces actions qui portent un sérieux coup aux groupes terroristes qui sévissent dans ces zones". Si le nord et l'est du Burkina Faso concentrent la majorité des attaques djihadistes, certaines régions de l'ouest sont également touchées par des violences.


Le pays est la cible d'attaques djihadistes depuis 2015, perpétrées par des mouvements armés dont certains sont affiliés à Al-Qaïda et au groupe État islamique, qui ont fait plus de 2 000 morts et 1,8 million de déplacés.

Le nouvel homme fort du pays, le lieutenant-colonel Paul-Henri Sandaogo Damiba, qui a renversé le 24 janvier le président élu Roch Marc Christian Kaboré, accusé d'être inefficace face à la violence djihadiste, assure faire de la question sécuritaire sa "priorité".

4ème réunion du Haut Comité de la « Décennie des racines africaines et de la diaspora africaine » : 2 projets phares abordés


Lundi 9 mai 2022, la 4ème réunion  du Haut Comité chargé de la « Décennie des racines africaines et de la diaspora africaine » s’est tenue de façon virtuelle. La séance a été présidée par le ministre des affaires étrangères, de l’intégration régionale et des Togolais de l’extérieur, Prof Robert Dussey. Elle a permis aux participants d’échanger sur les niveaux d’avancement de deux initiatives parmi les projets phares de l’agenda de la Décennie.


D’entrée, le chef de la diplomatie togolaise s’est félicité de la mobilisation constante des membres du Haut Comité et leur a adressé ses vifs remerciements.


Prof Robert Dussey a rappelé que dix ans après le Sommet mondial de la diaspora africaine de Johannesburg, quand bien même des progrès substantiels ont été enregistrés, beaucoup reste à faire pour mobiliser le potentiel de la diaspora africaine pour soutenir le processus de développement du continent.

Il a alors plaidé pour la mise en place de cadres de dialogue plus inclusifs avec la diaspora africaine et les afro descendants.

De son côté, la vice-présidente de la Commission de l’Union africaine, a rappelé, en citant l’acte constitutif de l’UA, l’importance de la diaspora dans le processus de développement du continent.

Dr Monique Nsanzabaganwa a ensuite présenté les priorités de l’organisation pour l’année 2022 notamment le renforcement des capacités des Etats membres pour développer des politiques en faveur de la diaspora et le soutien de l’initiative de la Décennie des racines africaines et de la diaspora africaine.

La rencontre a permis aux participants d’échanger sur les niveaux d’avancement de deux initiatives parmi les projets phares de l’agenda de la Décennie. Il s’agit du Forum d’affaires sur la mise à profit de la technologie financière pour la réduction des coûts des transferts de fonds porté par le Royaume du Maroc et de l’organisation d’une réunion ministérielle de suivi-évaluation du programme d’action de Johannesburg portée par le Togo en collaboration avec la Commission de l’Union africaine.

A leur tour, les participants ont félicité le Togo pour l’organisation de cette réunion et pour son leadership au niveau continental sur les questions de la diaspora et des afro descendants.

Notons que le Haut Comité en charge de la Décennie des racines africaines et de la diaspora africaine compte actuellement 15 pays membres. Il s’agit de l’Afrique du Sud, de l’Algérie, de l’Angola, du Cameroun, de l’Ethiopie, de la Gambie, du Ghana, de la Guinée Equatoriale, du Maroc, de la Namibie, de la République du Congo, du Sénégal, de la Tanzanie, de la Tunisie et du Togo.

09 mai 2022

Alors que les occidentaux s'attendaient à une "déclaration de guerre", Vladimir Poutine a plutôt justifié son "opération spéciale" en Ukraine


La Russie commémore ce lundi 9 mai 2022, le 77ème anniversaire de sa victoire sur l'Allemagne nazi, marquant la fin de la deuxième guerre mondiale. A l'occasion, le président Vladimir Poutine a prononcé un discours dans le contexte de la guerre en Ukraine. 


Ce discours, les occidentaux l'ont beaucoup attendu, sur le fonds comme sur la forme. Beaucoup d'analystes et de spéculations ont fait croire ces derniers jours que le chef du Kremlin aura à faire une sortie très musclée, une démonstration de force, une déclaration de guerre et de mobilisation générale pourquoi pas.


Pas une seule chose de tout çà la. Pas d’avertissement à l’Occident seulement une démonstration de force somme toute classique, L'intervention de Poutine, longue d'une quinzaine de minuties, s'est plutôt axée sur la justification de l’"opération spéciale" en Ukraine comme dit le Kremlin.


Après avoir salué les vétérans médaillés sur la tribune et quelques phrases d'hommage, Vladimir Poutine est entré directement dans le vif du sujet : « Je m'adresse à nos forces armées : vous vous battez pour la patrie, pour son avenir ».


Il a expliqué que son armée combattait en Ukraine pour défendre « la patrie », face à la « menace inacceptable » que représente son voisin soutenu par l'Occident. Il a ensuite souligné que tout devait être fait pour éviter que « l'horreur d'une nouvelle guerre globale ne se répète ».


Durant ce discours, le mot « Donbass » a ainsi été prononcé six fois en l’espace de dix minutes et le mot « Otan » trois fois, c'est une première. « Combattre pour le Donbass, c'est combattre pour la sécurité de la Russie », a dit le président russe.

Revenant sur sa décision de lancer ses forces en Ukraine le 24 février, Vladimir Poutine a répété que les autorités ukrainiennes préparaient une attaque contre des séparatistes pro-russes dans l'est du pays, qu’ils voulaient se doter de la bombe atomique et qu’ils étaient soutenus par l'Otan, menace existentielle pour la Russie.

« Une menace absolument inacceptable se constituait, directement à nos frontières », a-t-il affirmé, accusant encore une fois son voisin de néonazisme et qualifiant son offensive de « riposte préventive » et de « seule bonne décision ».

Ce discours a été suivi de la traditionnelle parade militaire du 9-Mai sur la place Rouge qui marque la victoire soviétique sur les nazis en 1945.

Sénégal : un nouveau-né retrouvé vivant à la morgue

 


Un nouveau scandale secoue le secteur hospitalière au Sénégal. Un bébé a été déclaré mort à l’hôpital régional de Kaolack, dans le centre du pays, avant que les services de la morgue ne le constatent encore vivant. L’enfant est finalement décédé plusieurs heures après. Le procureur de la république a ouvert une enquête samedi dernier, mais le communiqué n'a été publié que ce dimanche.


Elle avait déjà été baptisée et s’appelait Diary. D’après son père, ce sont les services de la morgue de l’hôpital qui ont alerté leurs collègues du service de pédiatrie : le bébé qu’on venait de leur déposer dans un simple emballage en carton était encore vivant. Ramené en service de néonatologie, l’enfant âgé d’une dizaine de jours a finalement succombé après plusieurs heures passées en réanimation.


En conférence de presse, le Dr Kalidou Ly, porte-parole des médecins, a expliqué que l’enfant présentait dès la naissance des difficultés respiratoires : un ictère néonatal avec des complications cérébrales qui ont alors nécessité un placement en photothérapie. Le Dr Ly précise que c’est une aide infirmière qui a déclaré la mort du bébé sans en informer la sage-femme ni le médecin de garde occupé par un autre accouchement.



Vendredi dernier, le papa du bébé a décidé de porter plainte au commissariat central de Kaolack. Une enquête est alors ouverte et c’est le commissaire central de police qui s’est lui-même déplacé dans la structure hospitalière. Selon le communiqué du procureur de la République, l’enquête suit son cours.


Ce drame survient alors que l'affaire Astou Sokhna - du nom de cette jeune femme enceinte de neuf mois décédée en couches à l’hôpital de Louga - a marqué le pays ces dernières semaines. Pour les sages-femmes, inculpées pour non assistance à personne en danger, le procureur a requis la relaxe pour deux d'entre elles et un an de prison avec sursis et un mois ferme pour quatre autres.

08 mai 2022

Arabie Saoudite : Le roi Salmane hospitalisé

 


Le roi Salmane d'Arabie Saoudite, 86 ans, a été admis à l'hôpital pour des «examens médicaux», a annoncé, dimanche 8 mai, un communiqué du palais royal sans préciser la nature de ces examens. Affaibli par la maladie, le roi dirige depuis 2015 le royaume saoudien, premier exportateur de brut au monde.

07 mai 2022

Côte d'Ivoire : le président de l’Assemblée Nationale, Amadou Soumahoro, est mort


La Cote d'Ivoire est en deuil. Le président de l'Assemblée nationale Amadou Soumahoro n'est plus. son décès vient d'être annoncé par le chef de l'Etat Alassane Ouattara.

Il a sucombé à une longue maladie.


"Mes chers compatriotes, J’ai la profonde douleur de vous annoncer le décès, ce samedi 7 mai 2022, du Président de l’Assemblée Nationale, mon jeune frère, Amadou Soumahoro. Je rends hommage à un grand homme d'Etat, dont l’engagement et le parcours politique ont marqué notre pays. La Côte d’Ivoire perd un valeureux fils, un homme de conviction et de devoir. Je perds un fidèle compagnon, un ami loyal et dévoué. En cette douloureuse circonstance, je présente mes condoléances les plus émues à sa famille et à ses proches", a écrit le président Ouattara sur son compte tweeter ce soir.

Lutte contre le terrorisme: Que retenir des deux jours de travaux des chefs d’état-major à Accra?

 


La réunion extraordinaire aura duré deux jours. Les chefs d’état-major des pays de la Communauté économique des États d’Afrique de l’Ouest (Cédéao) se sont retrouvés jeudi 5 et vendredi 6 mai à Accra. Leur mission : travailler au renforcement de la coopération entre États afin de lutter contre l’insécurité grandissante en Afrique de l’Ouest.

 

Malgré leur suspension des instances de la Cédéao, le Mali, le Burkina Faso et la Guinée avaient été conviés à ce rendez-vous. Au final, seul le représentant malien a fait défaut. « La contribution des uns et des autres a permis de prendre un nouvel élan dans le cadre de la lutte contre le terrorisme », a déclaré le général Francis Béhanzin, commissaire des Affaires politiques, paix et sécurité au sein de l’organisation sous-régionale, en clôture de ces travaux, sans donner plus de détails.

 

Pas un pays côtier à l’abri du jihadisme

Que retenir alors de ces deux jours d’échange ? Qu’ « aucun pays côtier n’est en ce moment à l’abri d’une attaque jihadiste. Aucun pays n’est plus menacé qu’un autre. Mais tous les pays aujourd’hui sont sous la menace d’attaques de groupes armés terroristes », assure le général Lassina Doumbia, le chef d'État-major des armées de Côte d’Ivoire. 

 

 

Le chef d'État-major des armées de Côte d’Ivoire estime aussi : « Il nous appartient premièrement que chacun, sur son territoire, prenne des mesures pour le défendre, et ensuite que nous mettions en place un mécanisme de coordination entre nos différentes armées pour être en mesure de sécuriser nos territoires et de venir en appui aux pays qui font déjà face aux groupes armés terroristes. Et cette réunion nous a évidemment permis d’avancer dans ce sens-là. »

 

«  Avoir une approche globale »

Pour lui, la réponse ne peut pas être uniquement militaire. « Il ne s’agit pas seulement de combattre. Mais il s’agit d’avoir une approche globale », estime-t-il.

 

« Indépendamment de l’action militaire, plusieurs autres actions doivent être menées dans ces zones que nous considérons comme des zones de vulnérabilité, notamment une présence de plus en plus accrue de l’État, un soutien de plus en plus effectif au profit des populations de sorte à réduire toutes les vulnérabilités que ces groupes jihadistes peuvent exploiter pour enrôler les populations locales », assure le général Lassina Doumbia.