Radio Oreole Flash Info :
latest

728x90

468x60

Affichage des articles dont le libellé est DANS LE MONDE. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est DANS LE MONDE. Afficher tous les articles

28 octobre 2021

Facebook change de nom et devient "Meta", avec un nouveau logo

 


Facebook s'appelle désormais Meta : un nouveau nom pour correspondre à ce que Mark Zuckerberg appelle le « métaverse », un internet du futur où l'on évoluerait en 3D.


La maison-mère du réseau social Facebook a annoncé son changement de nom, le 28 octobre 2021, au cours d’un événement intitulé Facebook Connect, dédié au futur projet géant de Mark Zuckerberg, le metaverse. « Au fil du temps, j’aimerais qu’on soit vus comme une entreprise de metaverse », a souligné le CEO. « On va désormais penser au metaverse en premier, et pas à Facebook en premier. »


Avant l’annonce officielle, le logo et le nom du groupe avaient fuité en ligne : il s’appelle Meta (pour metaverse), avec une icône à la frontière entre des lunettes de réalité augmentée et virtuelle et un symbole infini.


Le nouveau groupe Meta inclut plusieurs entreprises et apps différentes, dont Facebook (le réseau social), Messenger, Instagram, Oculus et Portal.

25 octobre 2021

Coup d'Etat militaire au Soudan

                     

Coup d'Etat militaire au Soudan. Le premier ministre a été arrêté.

Des hommes armés non identifiés ont arrêté, tôt ce lundi 25 octobre au matin, plusieurs dirigeants soudanais à leur domicile après des semaines de tensions entre les autorités militaires et civiles de transition dans ce pays d'Afrique de l'Est. La plupart des ministres – dont le Premier ministre – et les membres civils du Conseil de souveraineté, qui chapeaute la transition au Soudan, ont été arrêtés, a confirmé le ministère de l'Information.


• De nombreux manifestants sont dans les rues de Khartoum alors que les syndicats appellent à de la désobéissance civile. L'armée a tiré « à balles réelles » sur des protestataires devant les quartiers généraux de l'armée.

 

• Les militaires ont pris la télévision d'État et le général Abdel Fattah al-Burhan annonce prendre la parole sous peu.

 

• La communauté internationale se dit inquiète suite aux annonces de « coup d'État ».

 

L'Union africaine appelle à une « reprise immédiate » du dialogue entre civils et militaires. « Le président de la Commission de l'Union africaine, Moussa Faki, a appris avec une profonde consternation la grave évolution de la situation au Soudan », affirme un communiqué de l'organisation panafricaine, en appelant à « la reprise immédiate des consultations entre civils et militaires » qui se partagent le pouvoir depuis 2019.

 

La vice-présidente du parti Oumma qui fait partie de la coalition du Conseil souverain, Maryam Sadeq al-Mahdi confirme à RFI les arrestations de plusieurs ministres et de plusieurs responsables politiques civils y compris de son parti.

 

L'armée tire sur des manifestants refusant le coup de force à Khartoum, selon le ministère de l'Information. L'armée a tiré « à balles réelles » sur des protestataires devant les quartiers généraux de l'armée, dans le centre de Khartoum, dont l'accès est bloqué par des blocs de béton et des soldats depuis plusieurs jours, a ajouté le ministère sur Facebook.

 

Le bureau du Premier ministre soudanais Adballa Hamdok, aux mains de l'armée lundi matin, a appelé dans un communiqué diffusé par le ministère de l'Information à « manifester » contre « un coup d'État ». « Nous appelons la population soudanaise à protester par tous les moyens pacifiques possibles », indique le bureau.

 

L'Allemagne condamne la tentative de coup de force, qui doit « cesser immédiatement » pour permettre la poursuite d'une « transition politique pacifique vers la démocratie », selon un communiqué du ministre des Affaires étrangères


23 octobre 2021

Guinée : Mamady Doumbouya nomme les nouveaux ministres de son gouvernement, qui sont-ils?

 


La Guinée connait depuis vendredi 22 octobre 2021 les premières personnalités du gouvernement de transition du Premier ministre Mohamed Béavogui, lui-même nommé le 6 octobre dernier. Dans  un communiqué lu dans la soirée à la télévision publique, il a été annoncé la nomination de trois ministres sur les 27  à pourvoir (25 ministres et 2 secrétaires généraux). Qui sont-ils ?

 

Prenons d'abord Aboubacar Sidiki Camara, nommé ministre délégué chargé de la Défense nationale. Surnommé « Idi Amin », il est réputé proche du chef de la junte. Diplômé de l'École de guerre de Paris, on le dit très respecté au sein de l'armée. Il avait été éloigné de Conakry par l'ancien président Alpha Condé, qui l'avait nommé ambassadeur à Cuba. Aboubacar Sidiki Camara a fait un retour remarqué quelques jours après la prise du pouvoir par le colonel Doumbouya.

 

Ensuite, Bachir Diallo est nommé à la Sécurité et à la Protection civile. Il est l'ancien attaché de défense en Algérie. Lui aussi est un militaire qui fait partie du cercle proche du président de la Transition. Ces deux nominations à des ministères stratégiques devraient permettre, selon les analystes, de décharger le chef de la Transition d'un certain nombre de préoccupations.

 

Enfin, Louopou Lamah obtient le ministère de l'Environnement et du Développement durable. Elle est l'ancienne directrice nationale du Commerce extérieur et de la compétitivité au ministère du Commerce précédent. Une nomination qui intervient à la veille du grand sommet de la COP26, prévue à Glasgow du 1er au 12 novembre.

20 octobre 2021

Dix ans après la mort de Mouammar Kadhafi, où en est la Lybie ?

 


Cela fait exactement dix ans, jour pour jour, que le guide de la Grande Jamahiriya Arabe Libyenne le colonel Mouammar Kadhafi, quittait le monde des vivants sous les assauts des combattants rebelles à Syrte, aidés par les forces de l’OTAN, principalement les troupes françaises. Mais depuis sa mort, ce pays est devenu l’ombre de lui-même. Où sont donc passées les promesses de liberté, de prospérité et de démocratie tant vantées ?

 

Avec la mort du Mouammar Kadhafi, une longue période d'instabilité s'est ouverte pour la Libye. Cette décennie de violences quasi ininterrompues a interdit toute perspective de développement. Le pays a basculé dans l'incertitude totale.

 

Depuis 2011, la Lybie a connu trois guerres civiles, qui ont lourdement affecté des infrastructures déjà obsolètes. Les installations pétrolières, régulièrement bloquées par les belligérants pour faire pression sur l'adversaire, ont souffert. La production de pétrole n'a pas retrouvé ses niveaux d'avant 2011. Et les tensions politiques, toujours persistantes entre l'Est et l'Ouest malgré la mise en place du gouvernement d'union, empêchent d'avancer sur des dossiers capitaux, à commencer par un projet de budget. La Libye n'en a pas eu depuis 2014.

 

Le pays est divisé depuis 2014 entre deux autorités, l’une à l'Est et l’autre à Ouest. Chaque camp est soutenu par des puissances étrangères. Celles-ci  envoient même des troupes combattre aux côtés de leur allié respectif sur le territoire.

 

En effet, ce déchirement a mis l'économie libyenne à genoux. Deux banques centrales, deux compagnies nationales du pétrole concurrentes... tout cela a contribué au dédoublement du système monétaire et à l'essor d'un marché noir engloutissant les devises. En conséquence, la valeur du dinar libyen s'est effondrée. L'un des acteurs majeurs de ce marché noir, ce sont les milices libyennes, très armées et qui ont fait mains mises sur les institutions. Ce qui leur permet d'obtenir des devises au taux officiel, revendues au prix fort au marché noir. Cette économie de prédation n'épargne pas non plus les êtres humains. Des groupes armés se sont fait une spécialité lucrative : celle de la traite des migrants et des réfugiés transitant en Libye.

 

Sur le plan politique, le pays se dirige vers ses premières élections présidentielles. Un des fils du colonel défunt pour être de l’aventure.


Jusqu'au jour d'aujourd'hui, aucune lumière n'est faite sur les circonstances réelles de la mort du guide, qui a fait plus de 40 ans au pouvoir.

17 octobre 2021

Côte d'Ivoire : Après son divorce avec le FPI, l'ancien président Laurent Gbagbo lance officiellement son nouveau parti, le PPA-CI

 


Quatre mois après son retour de la cour pénale internationale (CPI), l'ancien président ivoirien Laurent Gbagbo, acquitté de crimes de guerre et de crimes contre l'humanité, a officiellement lancé ce dimanche 17 octobre 2021 sa nouvelle formation politique, le Parti des peuples africains - Côte d'Ivoire, le PPA-CI. En ligne de mire, l’élection présidentielle de 2025.

 

Celui qui fut président de la Côte d'Ivoire de 2000 à 2011 marque son retour sur la scène politique nationale avec un nouveau parti politique. Se sentant en conflit de de leadership avec son ancien premier ministre Pascal Affi N’guessan, Laurent Gbagbo a choisi la voie du divorce avec le Front populaire ivoirien (FPI) dont il est le fondateur.

 

Des scènes de liesse avaient marqué son retour en Côte d'Ivoire, en juin dernier, dix ans après son arrestation, le 11 avril 2001, dans le bunker de sa résidence à Abidjan. Quatre mois après, celui qui fut président de la Côte d'Ivoire de 2000 à 2011 marque son retour sur la scène politique nationale. 

 

"De gauche" et "panafricain", ce mouvement doit servir de rampe de lancement pour l'élection présidentielle de 2025. L'ancien président a été élu à la tête de sa nouvelle formation dans la nuit de samedi à dimanche, devant près de 1 600 personnes réunies au Palais des congrès de l'hôtel Ivoire d'Abidjan, la capitale du pays. Plusieurs représentants politiques d'une douzaine de pays africains étaient également présents pour le congrès de lancement du parti. 


« Nous allons reprendre le chemin ensemble…Je ferai de la politique jusqu’à ma mort», a lancé Laurent Gbagbo au cours d’un long discours, le premier devant un parterre de militants et de cadres depuis son retour, prononcé dimanche 17 octobre à la mi-journée, accueilli sur une scène décorée aux couleurs du drapeau ivoirien par des « Woody ! Woody ! Woody ! » – son surnom.

16 octobre 2021

Le groupe de l’homme d’affaires français Vincent Bolloré va-t-il quitter l'Afrique?

 


La question se pose, selon le quotidien français Le Monde, qui affirme que le groupe Bolloré a chargé une banque d'affaires d'étudier la cession de son activité logistique en Afrique. Une branche qui emploie plus de vingt mille personnes. Bien avant de devenir un magnat des médias et de la communication, Bolloré avait fait fortune grâce à son activité portuaire et ferroviaire en Afrique.

 

Si la communication représente aujourd'hui 80% des bénéfices du groupe Bolloré, l'Afrique, ses ports et ses chemins de fer, est une forteresse historique érigée au milieu des années 1980, lorsque l'industriel breton rachète à Suez une société de transit, la Socopao.

 

Aujourd'hui, Bolloré est présent dans 42 ports africains en qualité d'opérateur de terminaux, d'agent de lignes maritimes ou de manutentionnaire. Il gère seize terminaux à conteneurs, principalement en Afrique centrale et en Afrique de l'Ouest, mais aussi trois concessions ferroviaires, des entrepôts et des ports secs, etc.

 

Deux milliards d’euros de chiffre d’affaires annuel

La branche africaine pèse plus deux milliards d'euros de chiffre d'affaires et emploie 20 000 personnes. C'est aussi un vecteur essentiel de l'influence économique de la France en Afrique.

 

Selon les informations du quotidien Le Monde, Vincent Bolloré aurait chargé la banque d'affaires Morgan Stanley de sonder d'éventuels acquéreurs pour ce pôle africain. Le Français CMA-CGM, le Danois Mearsk, mais aussi l'exploitant portuaire Dubaï Ports World et le Chinois Cosco Shipping seraient de possibles repreneurs.

 

Pour Le Monde, rien ne semble encore décidé. Ce qui est certain, c'est que depuis une dizaine d'années, Bolloré recentre son groupe vers les secteurs des médias télévisuels, de la publicité et de la communication.

 

Les connaisseurs du groupe notent que la réflexion sur un désengagement africain fait suite à l'abandon progressif des activités maritimes de Bolloré en France. On peut aussi rapprocher cette réflexion au fait qu'il y a huit mois le groupe a été condamné pour une affaire de corruption au Togo. Affaire pour laquelle Vincent Bolloré en personne doit être jugé.

 

Enfin, depuis quelques années, l'entrepreneur breton est dans une logique de succession. En 2022, le groupe Bolloré fêtera ses deux siècles d'existence et Vincent Bolloré ses 69 ans. C'est aussi l'année, a-t-il annoncé, où il laissera la succession à ses enfants, Cyrille et Yannick, le premier étant déjà PDG du groupe.


Source rfi

14 octobre 2021

Guinée : le président de la transition, le colonel Mamady Doumbouya, met 42 généraux à la retraite

 


Dans une série de décrets publiée mardi soir 12 octobre, le président de la Transition guinéenne, le colonel Mamadi Doumbouya, a procédé à d’importants remaniements au sein de la haute hiérarchie militaire. Les piliers de l'ancien régime déchu d’Alpha Condé ont été simplement mis à la retraite par les nouveaux maîtres de Conakry.

 

Ils sont au total 42 généraux touchés par ce vaste remue-ménage à l’état-major général et les différents corps de l’armée. Le général Namory Traoré, le chef d’état-major des armées a été remplacé par le colonel Sadiba Koulibaly, jusque-là commandant du centre d’entrainement commandos aux opérations de maintien de la paix à Kindia, à 130 km à l’est de Conakry.

 

Le haut commandant de la gendarmerie nationale, le général Ibrahima Baldé, a été également remplacé par le colonel Balla Samoura, commandant de la gendarmerie de la zone spéciale de Conakry.

 

Le général Sékouba Konaté également retraité

Au sein des autres corps, de l’armée de terre à la marine, en passant par l’armée de l’air et à l’inspection général de l’armée, tous les titulaires de ces postes et leurs adjoints ont été mis à la retraite d’office et remplacés par des jeunes officiers supérieurs peu connus du grand public.

 

Ancien président de la transition militaire de 2009 à 2010, le général Sékouba Konaté fait également partie des généraux mis à la retraite. Ces changements dans l'armée interviennent alors que les Guinéens attendent avec impatience la nomination du futur gouvernement.


Source RFI

10 octobre 2021

Claudy Siar, le célèbre animateur de l’émission ‘’Couleurs tropicales’’ sur RFI, projette désormais de créer son propre parti

 


Claudy Siar, le célèbre animateur de l’émission ‘’Couleurs tropicales’’ sur RFI, projette désormais de créer son propre parti politique. C’est le magasine jeune Afrique qi révèle l’information.

 

Claudy Siar est un chef d'entreprise, chanteur, animateur de radio et de télévision français. Producteur de Couleurs tropicales sur RFI, il est le fondateur et le copropriétaire de la radio Tropiques FM, animateur-producteur d'Africastar et du Claudy Show (RTT Productions). Il présente également The Voice Afrique francophone diffusé sur Voxafrica. Vice-président du CREFOM (Conseil représentatif des Français d'outre-mer), il est délégué interministériel pour l'égalité des chances des Français d'outre-mer entre le 29 mars 2011 et le 27 juillet 2012.

08 octobre 2021

Prix Nobel de la paix 2021 : Les journalistes à l'honneur



Le prix Nobel de la paix 2021 a été décerné aux journalistes Maria Ressa et Dmitri Muratov pour leurs efforts en faveur de la liberté d'expression aux Philippines et en Russie, a annoncé, vendredi, le comité Nobel norvégien.

Le prix Nobel de la paix a sacré cette année le "combat courageux pour la liberté d'expression" de deux journalistes. Le comité norvégien a attribué le prestigieux prix, vendredi 8 octobre, à la Philippine Maria Ressa et au Russe Dimitri Muratov.

 

Maria Ressa et Dimitri Muratov "sont les représentants de tous les journalistes qui défendent cet idéal dans un monde où la démocratie et la liberté de la presse sont confrontées à des conditions de plus en plus défavorables", a déclaré la présidente du comité Nobel, Berit Reiss-Andersen, à Oslo.

 

Dimitri Muratov dédie son prix à Anna Politkovskaïa

 

Âgé de 59 ans, Dimitri Muratov, un des fondateurs et rédacteur en chef du journal russe Novaïa Gazeta, "a depuis des décennies défendu la liberté d'expression en Russie dans des conditions de plus en plus difficiles", a souligné le jury.

 

Il a dit dédier son prix à Novaïa Gazeta et à ses collaborateurs assassinés pour leur travail et leurs enquêtes. "Ce n'est pas mon mérite personnel. C'est celui de Novaïa Gazeta. C'est celui de ceux qui sont morts en défendant le droit des gens à la liberté d'expression", a-t-il dit, cité par l'agence de presse publique TASS, et listant les noms des six journalistes et contributeurs au journal assassinés, dont Anna Politkovskaïa.

 

Régulièrement victime de menaces et de pressions, Novaïa Gazeta a vu six de ses collaborateurs être tués depuis sa création en 1993, dont Anna Politkovskaïa, assassinée il y a 15 ans quasiment jour pour jour.

 

Ironie du sort, le Kremlin a salué vendredi le "courage" et le "talent" de Dmitri Mouratov, après son prix pour son combat en faveur de la liberté d'expression. "Nous pouvons féliciter Dmitri Mouratov. Il travaille en continu en suivant ses idéaux, en les conservant. Il est talentueux et courageux", a déclaré aux journalistes le porte-parole de la présidence russe, Dmitri Peskov.

 

Le courage de Maria Ressa face à l'autoritarisme de Rodrigo Duterte

 

Quant à Maria Ressa (58 ans), avec son média d'investigation Rappler cofondé en 2012, "elle utilise la liberté d'expression pour exposer les abus de pouvoir et l'autoritarisme croissant dans son pays natal, les Philippines", dirigé par Rodrigo Duterte, a salué le jury du Nobel.

 

La journaliste critique du président philippin a exprimé son "choc" à l'annonce du prix et a assuré que Rappler "ne fera que continuer à faire ce que nous faisons".

 

L'attribution du Nobel de la paix à des journalistes prouve que "rien n'est possible sans les faits", a réagi vendredi la co-lauréate du prix. "Un monde sans faits signifie un monde sans vérité et sans confiance", a-t-elle ajouté lors d'un entretien diffusé en direct sur Rappler.


Avec France 24.

07 octobre 2021

Guinée : Le colonel Doumbouya nomme Mohamed Béavogui, haut fonctionnaire international, Premier ministre de la transition


La Guinée tient son nouveau premier ministre quelques jours après l'investiture de son président de la transition le colonel Mamadi Doumbouya . C’est un haut fonctionnaire international longtemps éloigné de la politique.  Mohamed Béavogui a été choisi par la junte au pouvoir pour diriger le gouvernement de la transition dont la durée n’a pas encore été déterminée. Béavogui, 68 ans, très peu connu des Guinéens, est un vétéran du développement.


Dans un décret lu à la télévision nationale, le président de la junte, le colonel Doumbouya, a choisi un vétéran du développement pour le poste de Premier ministre. Mohamed Béavogui, qui a été nommé à ce poste, a derrière lui plus de 30 ans d’expérience dont une bonne partie dans le système des Nations unies.

Il a été sous-secrétaire général de l’ONU chargé de la mutuelle panafricaine de gestion des risques à New York, avant d’occuper d’autres fonctions au sein du Fonds international du développement agricole (FIDA), et du FAO, l'Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture à Rome, en Italie.

Le nouveau chef du gouvernement guinéen sera chargé de mettre en application la charte de la transition élaborée quelques jours après la prise du pouvoir par l’armée. Cette charte stipule en son article 51, entre autres, que le Premier ministre dirige, coordonne et anime l’action gouvernementale.

En nommant un Premier ministre sans expérience gouvernementale, le colonel Doumbouya a choisi une personnalité éloignée de la politique intérieure et peu suspecte de participation aux querelles intestines des dernières années.

06 octobre 2021

De rares toilettes privées à l’époque du 1er Temple, vieilles de 2 700 ans, découvertes à Jérusalem

  


En Israël, des toilettes privées, vieilles de 2 700 ans et datant de l’époque du Premier Temple, ont été récemment découvertes lors de fouilles archéologiques à Jérusalem, a annoncé l’Autorité israélienne des antiquités (IAA).

 

La cabine de toilette en calcaire a été mise au jour sur un site de fouilles dans le quartier d’Armon Hanatziv à Jérusalem, dans le cadre des efforts visant à construire un nouveau complexe touristique dans la région.

 

« Une cabine de toilette privée était très rare dans l’Antiquité, et seules quelques-unes ont été trouvées à ce jour, la plupart dans la Cité de David », a déclaré Yaakov Billig, directeur des fouilles de l’Autorité israélienne des antiquités.

 

 « En fait, seuls les riches pouvaient s’offrir des toilettes. Mille ans plus tard, la Mishna et le Talmud ont soulevé divers critères définissant une personne riche, et Rabbi Yossi a suggéré qu’être riche, c’est ‘avoir les toilettes à côté de sa table’. »

 

La salle de bain comportait une toilette en pierre sculptée avec un trou au centre, positionnée au-dessus d’une fosse septique profonde, a indiqué l’IAA.

 

La découverte remonte à la période du Premier Temple et devrait appartenir à un « ancien domaine royal » qui fonctionnait au 7e siècle avant l’ère commune, a suggéré l’Autorité des antiquités.

 

« Il est fascinant de voir comment quelque chose qui est évident pour nous aujourd’hui, comme les toilettes, était un article de luxe sous le règne des rois de Judée », a déclaré Eli Eskosido, directeur de l’Autorité des antiquités d’Israël.

 

« Jérusalem ne cesse de nous étonner. On ne peut qu’imaginer la vue à couper le souffle ».

 

 

Une cabine de toilette vieille de 2 700 ans mise au jour lors d’une fouille archéologique à Jérusalem. (Crédit : Yoli Schwartz/IAA)

Dans la fosse septique située sous les toilettes, un certain nombre de tessons de poterie et d’os d’animaux ont également été découverts, ce qui pourrait potentiellement « nous apprendre des choses sur les modes de vie et les régimes alimentaires des habitants du Premier Temple, ainsi que sur les maladies anciennes », a déclaré l’IAA.

 

À côté des toilettes, les archéologues travaillant sur le site de fouilles ont découvert des chapiteaux en pierre qui se trouvaient autrefois au sommet de colonnes, ainsi que de petites colonnes architecturales qui servaient autrefois de garde-corps pour les fenêtres.

 

Des preuves ont également été découvertes d’un jardin avec des arbres fruitiers et d’autres plantes qui se trouvaient autrefois près de la cabine de toilette, symbolisant le « manoir luxuriant » d’autrefois.

04 octobre 2021

Facebook, Instagram, WhatsApp et Messenger recommencent à fonctionner après une panne mondiale sans précédent


Facebook, Instagram, WhatsApp et Messenger recommencent à fonctionner après plus de 6 heures de panne mondiale sans précédent. D’après les premières constatations, le problème aurait concerné une infrastructure majeure qui permet d’orienter le trafic Internet.


C'est une panne qui n’est pas passée inaperçue chez de nombreux utilisateurs, dans l’après-midi de ce lundi 4 octobre. Les réseaux sociaux Facebook, Instagram, WhatsApp et Messenger ne fonctionnaient plus peu avant 16 heures. Ces différentes applications, qui sont propriété de Facebook, fonctionnent selon la même infrastructure. 


Si les internautes n’arrivent pas à se connecter à Facebook, ils peuvent accéder à Instagram et WhatsApp. Néanmoins, aucun nouveau contenu ne chargeait charge depuis le début de la panne, survenue vers 15 h 45, heure GMT.


Cette panne massive a affecté potentiellement des dizaines de millions d’utilisateurs dans le monde. C'est le cas du Togo.

« Ce site est inaccessible », « impossible de trouver l'adresse du serveur », indiquait le site de Facebook à de nombreux utilisateurs.


Facebook, Instagram, WhatsApp et Messenger ont recommencé à fonctionner après plus de 6 heures de disfonctionnement.


Cette panne a engendré des impacts négatifs sur le géant californien. A Wall Street, le cours de Facebook, déjà en baisse en début de séance, a vu ses pertes s’accélérer et avait chuté de près de 6 % lundi soir.

03 octobre 2021

Denrées alimentaires plus que jamais chères sur le marché international que toutes les autres années depuis 1961


Il est aujourd'hui plus difficile d'acheter des denrées alimentaires sur le marché international qu'au cours de presque toutes les autres années depuis que les Nations unies ont commencé à tenir des registres en 1961.


Les prix alimentaires mondiaux ont grimpé de près de 33 % en septembre 2021 par rapport à la même période de l'année dernière. C'est ce que révèle l'indice mensuel des prix alimentaires de l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture, la FAO, qui a également constaté que les prix mondiaux ont augmenté de plus de 3 % depuis juillet, atteignant des niveaux jamais vus depuis 2011.

L'indice des prix alimentaires est conçu pour enregistrer le résultat des variations combinées d'une série de produits alimentaires, notamment les huiles végétales, les céréales, la viande et le sucre, et les comparer d'un mois à l'autre. Il convertit les prix actuels en un indice, par rapport aux niveaux de prix moyens entre 2002 et 2004.

Il s'agit de la source standard pour le suivi des prix alimentaires, les prix nominaux, comme on les appelle, ce qui signifie qu'ils sont ajustés en fonction de l'inflation .

Alors que les prix nominaux nous indiquent le coût monétaire de l'achat de denrées alimentaires sur le marché, les prix ajustés en fonction de l'inflation (ce que les économistes appellent les prix "réels") sont beaucoup plus pertinents pour la sécurité alimentaire : la facilité avec laquelle les gens peuvent avoir accès à leur propre alimentation.


Les prix de tous les produits et services ont tendance à augmenter plus rapidement que le revenu moyen (mais pas toujours).

L'inflation signifie que les consommateurs doivent non seulement payer davantage par unité de nourriture (en raison de l'augmentation du prix nominal), mais qu'ils ont proportionnellement moins d'argent à dépenser pour celle-ci, étant donné l'augmentation parallèle des prix de tout le reste, à l'exception de leurs salaires et autres revenus.

En août dernier, j'ai analysé l'indice des prix alimentaires de la FAO ajusté en fonction de l'inflation et j'ai constaté que les prix alimentaires réels mondiaux étaient plus élevés qu'en 2011 , lorsque des émeutes de la faim ont contribué au renversement des gouvernements en Libye et en Égypte.


Sur la base des prix réels, il est aujourd'hui plus difficile d'acheter des denrées alimentaires sur le marché international qu'au cours de presque toutes les autres années depuis que les Nations unies ont commencé à tenir des registres en 1961.

Les seules exceptions sont 1974 et 1975. Ces flambées des prix alimentaires ont eu lieu après la flambée des prix du pétrole en 1973, qui a généré une inflation rapide dans divers secteurs de l'économie mondiale, y compris la production et la distribution alimentaires.

Alors, qu'est-ce qui pousse les prix des denrées alimentaires à atteindre des niveaux record ?

Prix du carburant, mauvais temps et covid-19

Les facteurs qui déterminent les prix alimentaires internationaux moyens sont toujours complexes.

Les prix des différents produits montent et descendent en fonction de facteurs universels, ainsi que de ceux qui sont spécifiques à chaque produit et à chaque région.

Par exemple, la hausse du prix du pétrole qui a débuté en 2020 a affecté les prix de tous les produits alimentaires de l'indice FAO, en augmentant les coûts de production et de transport des aliments.

La pénurie de main-d'œuvre résultant de la pandémie de covid-19 a réduit la disponibilité des travailleurs pour cultiver, récolter, transformer et distribuer les aliments, une autre raison universelle de la hausse des prix des produits de base.

    En fait, le prix moyen réel des denrées alimentaires est en hausse depuis 2000, inversant la tendance à la baisse amorcée dans les années 1960.

    Malgré les efforts déployés au niveau mondial, qui répondent en partie aux objectifs de réduction de la faim fixés par les objectifs du millénaire pour le développement et les objectifs ultérieurs de développement durable des Nations unies, les prix ont constamment rendu les aliments moins accessibles.


    Cultures cruciales

    Aucun produit n'a été systématiquement responsable de la hausse moyenne des prix réels depuis 2000. Mais l'indice des prix des cultures d'huile comestible a augmenté de manière significative depuis mars 2020, principalement sous l'impulsion des prix de l'huile végétale qui ont grimpé en flèche à 16,9 % entre 2019 et 2020.

    Selon les rapports de la FAO sur les récoltes, cette hausse est due à l'augmentation de la demande de biodiesel et à des conditions météorologiques défavorables.

    L'autre catégorie d'aliments ayant le plus d'effet sur la hausse des prix des aliments est le sucre . Là encore, les intempéries, notamment les dégâts causés par le gel au Brésil, ont réduit l'offre et gonflé les prix.

    Les céréales ont moins contribué à l'augmentation générale des prix, mais leur disponibilité dans le monde entier est particulièrement importante pour la sécurité alimentaire.

    Le blé, l'orge, le maïs, le sorgho et le riz assurent au moins 50 % de l'alimentation mondiale, et jusqu'à 80 % dans les pays les plus pauvres.

    Les stocks mondiaux entreposés de ces cultures diminuent depuis 2017, car la demande a dépassé l'offre. La baisse des stocks a contribué à stabiliser les marchés mondiaux, mais les prix ont fortement augmenté depuis 2019.

    Encore une fois, les raisons derrière les fluctuations individuelles sont compliquées. Mais une chose qui mérite l'attention est le nombre de fois depuis 2000 où des conditions météorologiques "imprévisibles" et "défavorables" ont été signalées par la FAO comme une cause de "réduction des attentes en matière de récoltes", de "récoltes affectées par les conditions météorologiques" et de "déclin de la production".

    Mesures d'urgence

    Les Européens peuvent s'inquiéter du prix des pâtes lorsque les sécheresses au Canada réduisent les récoltes de blé. Mais alors que l'indice des prix réels des céréales se rapproche des niveaux qui ont transformé les émeutes du prix du pain en véritables soulèvements en 2011, il est urgent d'examiner comment les communautés des régions moins riches peuvent faire face à ces tensions, et éviter les émeutes .

    Notre capacité technologique et notre organisation socio-économique ne peuvent pas gérer avec succès des conditions météorologiques imprévisibles et défavorables.

    C'est le moment d'imaginer l'approvisionnement alimentaire dans un monde qui se réchaufferait de plus de 2 °C, un résultat qui est aujourd'hui considéré comme de plus en plus probable selon le dernier rapport du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat.

    La hausse des prix réduira la sécurité alimentaire, et s'il n'y a qu'une seule loi ferme en sciences sociales, c'est que les personnes affamées prendront des mesures radicales pour assurer leurs moyens de subsistance, en particulier là où les dirigeants sont perçus comme ayant échoué.


    Source BBC


    La hausse des prix réduira la sécurité alimentaire, et s'il n'y a qu'une seule loi ferme en sciences sociales, c'est que les personnes affamées prendront des mesures radicales pour assurer leurs moyens de subsistance, en particulier là où les dirigeants sont perçus comme ayant échoué.

    02 octobre 2021

    Malawi : Un député se suicide en plein parlement


    L’ex vice président du parlement, Clément Chiwaya s’est tué par balle au bureau du greffier du Parlement le jeudi 30 septembre 2021.


    Après avoir quitté le Parlement, C.C aurait payé pour un véhicule afin d’en être le propriétaire permanent. Mais depuis, il a eu des problèmes avec des fonctionnaires du Parlement au sujet du transfert de propriété.

    Dans la lettre de suicide retrouvée après qu’il se soit suicidé, il mentionne le refus présumé du Parlement de lui céder le véhicule comme l’une des raisons pour lesquelles il a décidé de mettre fin à ses jours devant la greffière du Parlement, Fiona Kalemba.

    « Bien qu’il aurait été plus facile de faire du mal aux autres avec les moyens dont je dispose, je ne veux pas que cela soit mon héritage. Mon cœur et mon esprit ont été abattus, non pas à cause d’une possession comme un véhicule, mais à cause de la mendicité persistante que je fais pour obtenir ce qui m’appartient », a-t-il signifié dans sa lettre.

    « Je n’ai plus d’énergie pour continuer. Beaucoup d’entre vous ne me pardonneront pas, mais je suis abattu. J’ai atteint le bout du rouleau. Si je continue à vivre, je vais faire du mal aux autres et je ne veux pas que cela arrive. Je souffre déjà de mon syndrome post-polio qui empire chaque jour. En plus de cela, ces gens pensent que je demande la charité alors que c’est un véhicule que j’ai acheté avec mon propre argent« , peut-on lire dans la lettre de C.C découverte après son suicide, selon les médias locaux.

    Après l’incident, le bureau du président de la Chambre des représentants a publié une déclaration indiquant que la question du véhicule spécialement adapté est toujours en instance au tribunal.

    La police malawite a ouvert une enquête pour comprendre comment l’un des anciens législateurs du pays est entré au Parlement avec un pistolet chargé avec lequel il s’est tué.


    Source : AfrikMag

    Le colonel Mamadi Doumbouya officiellement investi président de la République de la Guinée


    Le lieutenant-colonel Mamadi Doumbouya officiellement investi président de la République de Guinée, un mois après avoir renversé Alpha Condé.  prêté serment à Conakry devant la Cour suprême. Plusieurs diplomates étrangers étaient présents. En revanche, les chefs d’État, notamment ceux de la Cédéao, ont boudé la cérémonie, à l’exception du Mali.


    C’est vêtu de son uniforme beige et de ses inséparables lunettes noires que le colonel Mamady Doumbouya a été investi président dans l’enceinte du palais Mohamed V. La cérémonie s’est déroulée devant les ambassadeurs et les représentants des nations étrangères, telles que la Russie, la Chine, les États-Unis et la France. Aucun chef d’État n’a fait le déplacement, mais le Mali également dirigé par une junte putschiste sanctionnée par la Cédéao, a envoyé Malick Diaw, président du Conseil national de transition.


    Avant la prestation de serment, le président de la Cour suprême Mamadou Sylla a insisté auprès du nouveau chef de l’État pour qu'il évite les erreurs commises par son prédécesseur Alpha Condé : « Le peuple de Guinée a franchi un épisode décisif de son histoire qui n'autorise plus la gestion solitaire de la chose publique dans le secret d'un cabinet par des dirigeants qui n'auraient pas de comptes à rendre au peuple. »

    Les grands axes de la transition ont été rappelé par le président Doumbouya : une nouvelle constitution ou encore la réforme du système électoral et du fichier. Il a aussi répété qu’aucun membre de la transition ne pourra se présenter aux futures élections.

    Enfin le chef de l'État guinéen a insisté sur la lutte contre l’impunité, le grand fléau guinéen : « L'indépendance et l'impartialité de la justice constitue un impératif afin d'instaurer la crédibilité de notre État et de recréer la confiance des citoyens envers l'institution judiciaire qui a en réalité besoin d'une véritable renaissance. »

    En début de soirée, et pour la première fois en tant que président, Mamady Doumbouya a donné une allocution télévisée pour la célébration de la fête nationale ce samedi 2 octobre, « placée sous le signe de l’espérance et du rassemblement ».

    30 septembre 2021

    L’ancien président français Nicolas Sarkozy condamné une seconde fois à un an de prison ferme

     


    Le tribunal correctionnel de Paris a condamné jeudi 30 septembre Nicolas Sarkozy à une peine d'un an de prison ferme pour financement illégal de la campagne électorale de 2012 dans le cadre de l'affaire Bygmalion. Une deuxième pour l’ancien président français. Il a annoncé qu'il allait faire appel.

     

    La peine de l'ancien président français sera directement aménagée, a précisé le tribunal. L'avocat de Nicolas Sarkozy a immédiatement affirmé qu'il allait faire appel. Des peines allant de deux ans à trois ans et demi de prison, dont une partie avec sursis, ont été prononcées contre ses 13 coprévenus.

     

    Nicolas Sarkozy, absent à l'audience jeudi, « a poursuivi l'organisation de meetings », après avoir été « averti par écrit du risque de dépassement » du plafond légal, a dit la présidente Caroline Viguier. « Ce n'était pas sa première campagne, il avait une expérience de candidat », a poursuivi la magistrate. La peine prononcée est supérieure aux réquisitions du parquet qui avait proposé un an dont six mois avec sursis.

     

    Nicolas Sarkozy avait en effet déjà été candidat victorieux en 2007 et il connaissait donc le montant légal à ne pas dépasser et avait même prévenu son équipe du risque qu'il y avait à ne pas respecter les plafonds. Il avait également été averti, à deux reprises, par des notes d'alerte de l'envolée des dépenses sans pour autant réduire la voilure de ses meetings, alors que dès le 18ème, chaque nouveau meeting représentait une infraction... et il y en a eu 44.Le tribunal estime ainsi que l'ancien président a même volontairement omis d'exercer un contrôle sur les dépenses de sa campagne. 

     

    En mars, il était devenu le premier ancien président français (2007-2012) à être condamné à de la prison ferme -trois ans dont un ferme-, pour corruption et trafic d'influence, dans une affaire dite « des écoutes », dans laquelle il était poursuivi pour une tentative présumée de corruption d'un juge. 

    28 septembre 2021

    Guinée: La junte dévoile la charte de la transition, les points clés à découvrir

     


    En Guinée, la charte, qui s’appliquera jusqu’à l’instauration d’une nouvelle Constitution, a été dévoilée lundi soir les militaires qui  ont pris le pouvoir après avoir renversé Alpha Condé. Elle détermine le cadre juridique de la période de transition, dont la durée n’a toujours pas été fixée. Mais on connaît désormais les organes qui seront mis en place et les règles qui les régissent.

     

    Le journal de la RTG, habituel relais des communiqués d’État, s’ouvre avec une heure et demie de retard ce lundi 27 septembre. La présentatrice Adèle Camara entame le JT par la lecture intégrale de la charte de la transition définie par la junte qui a renversé Alpha Condé le 5 septembre dernier.

     

    Une fois les principes démocratiques de base énumérés, le texte dévoile les institutions qui accompagneront la transition, à savoir le Comité national du rassemblement et du développement (CNRD), son président, un gouvernement et un Conseil national de transition (CNT) qui fera office de Parlement. Ce dernier sera composé de 81 membres, allant des partis politiques aux forces vives de la nation, dont les organisations syndicales, patronales, de jeunesse et des forces de défense et sécurité.

     

    Aucun membre ne pourra se présenter aux prochaines élections

     

    Après avoir précisé les missions et devoirs des différents organes, le document impose un minimum de 30% de femmes dans chaque groupe nommé dans ce CNT. Mais une mesure attire toute l’attention : toutes les personnes participant à la transition seront interdites de candidature aux prochaines élections nationales et locales, à commencer par le meneur des putschistes et actuel chef de l’État, le lieutenant-colonel Mamady Doumbouya. « Une disposition n’étant susceptible d’aucune révision », souligne le texte.

     

    Comme promis par le CNRD, les membres du gouvernement et les responsables d’institutions en vigueur sous le régime du président déchu Alpha Condé sont exclus de la transition dont la durée sera fixée par le CNT et les forces vives de la nation.


    Source RFI