Radio Oreole Flash Info :
latest

728x90

468x60

Affichage des articles dont le libellé est DANS LE MONDE. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est DANS LE MONDE. Afficher tous les articles

01 janvier 2022

Après une semaine d'hommages, l'Afrique du Sud fait ses adieux à Desmond Tutu, dernière icône de la lutte anti-apartheid

 


Les obsèques de Desmond Tutu ont lieu, samedi, à la cathédrale anglicane du Cap. Une cérémonie très simple, épurée et confidentielle, conformément au souhait de l'archevêque.

 

Desmond Tutu voulait une cérémonie simple et épurée et avait tout réglé dans les moindres détails. Après une semaine d'hommages, l'Afrique du Sud fait ses adieux, samedi 1er janvier, au Cap, à son dernier grand héros de la lutte contre l'apartheid, lors de funérailles sans faste mais chargées d'émotion et de paroles rappelant comment le petit homme à la robe violette a marqué l'histoire.

 

Sous un ciel lourd et une fine bruine, la famille et les amis, prêtres et dignitaires, ont afflué dans la cathédrale anglicane Saint-Georges pour une messe de requiem dont Mgr Tutu, mort paisiblement le 26 décembre à 90 ans, avait réglé le moindre détail, choisissant lectures et orateurs.

 

"Papa dirait que l'amour que le monde entier nous a montré (cette semaine) réchauffe le cœur", a déclaré sa fille Mpho à l'assistance. "Nous vous remercions de l'avoir tant aimé."

 

Après l'hymne nationale, le président Cyril Ramaphosa a prononcé l'éloge funèbre. "Si l'archevêque Desmond Tutu était là, il dirait : Pourquoi avez-vous l'air si triste, si malheureux ?", a-t-il plaisanté.

 

"Madiba (nom de clan de Nelson Mandela) était le père de notre démocratie, l'archevêque Tutu son père spirituel", a déclaré le chef de l'État avant de remettre solennellement le drapeau national à la veuve du disparu, tendrement appelée "Mama Leah" dans le pays.

 

Le cercueil dans lequel il a reposé les deux jours précédents dans la cathédrale Saint-Georges, pour que des milliers de personnes viennent l'honorer et se souvenir de ce pour quoi ils lui sont reconnaissants, est en pin clair. Il avait demandé "le moins cher possible", dans un pays où les obsèques sont souvent l'occasion de montrer qu'on a dépensé sans compter pour le défunt.

 

Ici pas de poignées en or, de simples bouts de corde pour pouvoir le transporter, évoquant la ceinture sobre des frères franciscains. Dessus, un bouquet d'œillets blancs. Mgr Tutu ne voulait pas d'autre fleur dans l'église. Que ceux qui veulent en offrir fassent plutôt un don à sa fondation.

 

Une cérémonie confidentielle

Un ami de longue date de Mgr Tutu, l'ancien évêque Michael Nuttall, a été choisi par le défunt pour la dire et faire le sermon lors de cette messe "de requiem". Quand Desmond Tutu était archevêque, Michael Nuttall, qui a écrit un livre intitulé "Numéro deux de Tutu" sur leur amitié, était son doyen.

 

Leur lien, "a sans doute touché une corde sensible dans le cœur et l'esprit de beaucoup : un dirigeant noir dynamique et son adjoint blanc dans les dernières années de l'apartheid, ce n'était pas rien. Et le ciel ne s'est pas effondré !", a-t-il raconté depuis l'autel. "Nous étions un avant-goût de ce que pourrait être notre pays divisé."

 

Il a également rappelé que Nelson Mandela qualifiait Mgr Tutu de "voix des sans-voix", une voix "parfois stridente, souvent tendre, jamais effrayée et rarement dénuée d'humour".

 

La cérémonie réunit amis et famille, prêtres et quelques invités de marque comme l'ancienne présidente d'Irlande Mary Robinson, qui doit participer à la lecture de la prière universelle, et Letsie III, le roi du Lesotho voisin.

 

Pour ses obsèques, le berger Tutu a choisi, dans son dernier message aux hommes, le passage de l'Évangile selon St-Jean où Jésus s'adresse à ses disciples après leur dernier repas. Un message d'amour. "Mon commandement, le voici : Aimez-vous les uns les autres comme je vous ai aimés."


Avec AFP et France 24

28 décembre 2021

Le Sénégal met en circulation les Trains Express Régionaux



Le Sénégal a mis en circulation cette semaine ses premiers Trains Express Régionaux de Dakar. C'est une avancée majeure pour le pays en termes de transport.


Train Express Régional de Dakar vise à relever 3 défis majeurs. Il s’agit, selon le président Macky Sall, de décongestionner Dakar et sa banlieue, d’offrir en plus de l’autoroute, un autre moyen de relier rapidement Dakar à la ville carrefour et à l’Aéroport International Blaise Diagne de Diamniadio, et d’assurer une meilleure fluidité du trafic vers l’intérieur du pays, en conformité avec la politique d’équité territoriale du Sénégal.

Macky Sall, lors de l'inauguration officielle, a invité la population à se l’approprier et à en assurer la sécurité et la sûreté.

"Nous sommes dans le temps de l’action. Car pour arriver à la cérémonie qui nous réunit, ici, ce soir, il nous a fallu voir grand, et joindre l’acte à la vision puisqu’on ne peut rien accomplir de grand si l’on voit toujours petit. Nous devons en faire notre train express régional, notre patrimoine pour les générations actuelles et pour les génération futures", a-t-il dit.

Pour cette première phase, 15 trains sont opérationnels avec une capacité de transport de 565 passagers chacun. Ils sont climatisés et sont connectés au WIFI. La sécurité à bord est assurée par des éléments de la gendarmerie nationale. Un confort qui ne laisse pas indifférents ces premiers voyageurs.

Les trains vont rouler à une vitesse de pointe de 160 km/h et pourront transporter 115.000 personnes par jour.

La réalisation de la première phase de ce projet a coûté à l’Etat du Sénégal 780 milliards de francs CFA dont 238 milliards de francs directement investis, a déclaré le président Macky Sall.

Les travaux de construction de ce train ont démarré début 2017 et la mise en service a été plusieurs fois reportée. Le TER est un volet du Plan Sénégal Emergent (PSE), un programme de développement initié par le président Sall - au pouvoir depuis 2012 - et censé s'achever à l'horizon 2035.

Décès de Desmond Tutu : Faure Gnassingbé salue la mémoire d'un "grand artisan de la réconciliation"

 


La mort de l'Archevêque Desmond Tutu continue de susciter de nombreuses réactions à l'instar de celle du président togolais Faure Gnassingbé.


Adressant au nom du peuple togolais ses sincères condoléances à son homologue Cyril Ramaphosa et à tous les Sud-africains, le chef de l'Etat écrit :


" Avec le décès de Monseigneur Desmond Tutu, l'Afrique du Sud et notre continent viennent de perdre un grand homme. Grand artisan de la réconciliation du peuple d'Afrique du Sud et père spirituel de la Nation arc-en-ciel, Desmond Tutu restera à jamais une source d'inspiration en Afrique et dans le monde".


Desmond Tutu, dernière icône de la lutte anti apartheid, est mort dimanche 26 décembre 2021 à l'âge de 90 ans.

27 décembre 2021

Royaume-Uni : Un jeune homme de 19 ans a tenté de tuer la reine Elisabeth 2 le jour de Noël

 


Un jeune homme de 19 ans est entré par effraction au château de Windsor pour tuer la reine d’Angleterre Elisabeth II le jour de Noël. On connait plus de détail sur son coup. Le tabloïd The Sun a diffusé la vidéo qu’il a envoyée à ses amis sur Snapchat quelques minutes avant d’escalader une grille du château.

 

Il est 8h06 ce 25 décembre quand la vidéo est publiée sur le site du journal The Sun. On y voit un homme avec un masque blanc, un sweat noir à capuche qui tient une arbalète. Il dit s’appeler Dark Jones, en référence « au côté obscur de la Force » dans Star Wars. Une image d’un personnage du film est d’ailleurs accrochée derrière lui.

 

Sa voix est déformée. Il explique qu’il va tenter d’assassiner la reine et qu’il ne pense pas survivre à l’attaque. Il veut venger des manifestants morts en Inde en 1919 massacrés par les Britanniques.

 

Vingt-quatre minutes plus tard, des officiers armés se jettent sur lui.  Il est arrêté par la sécurité du Château de Windsor, à 500 mètres des appartements privés de Sa Majesté qui était en train de prendre son petit déjeuner.

 

Il a réussi à escalader une grille métallique pointue grâce à une échelle de corde mais a tout de suite déclenché les alarmes et a été repéré sur les vidéosurveillances. Après avoir été placé en garde à vue, il est finalement interné en vertu de la loi sur la santé mentale.

Guinée: le gouvernement dévoile sa feuille de route


Le Premier ministre guinéen Mohamed Béavogui a décliné sa feuille de route au président de la transition, le colonel Mamadi Doumbouya. Elle a été accueillie très différemment selon les leaders politiques guinéen, puisqu'elle ne comporte pas de chronogramme de la transition.


C’est une feuille de route comprenant cinq axes prioritaires, dont la rectification institutionnelle, le cadre macroéconomique et financier, le cadre légal et la gouvernance.


Feuille de route diversement interprétée par la classe politique guinéenne.

« Je trouve d’abord que c’est une bonne chose que le Premier ministre présente une feuille de route, parce que cela sert au moins à savoir quel est le programme de la transition, explique Dr Ousmane Kaba, président du Parti des démocrates pour l’espoir. Celle qui est perçue par le Premier ministre et qui va être mise en application, donc, c’est une étape importante ».


Rafiou Sow, lui, s’interroge sur la feuille de route présentée par le Premier ministre. Pour lui, il faut aller à l’essentiel : « Aujourd’hui, qu’est-ce qu’on doit faire, comment faire en sorte qu’on fasse des élections, qu’on revoie le fichier, qu’on essaye de donner la chance à ceux qui doivent voter, qu’ils puissent avoir leurs cartes d’électeurs et aller à des élections sécurisées, libres et transparentes ? C’est ce qui devaient être l’essentiel de la feuille de route du Premier ministre ».


Il lance un appel au colonel Mamadi Doumbouya, le président de la transition : « Le président de la transition doit nous donner un chronogramme clair, nous, opposition pour nous aujourd’hui la transition a commencé depuis le 6 septembre. Nous, on a proposé 15 mois, c'est-à-dire, qu’on le veuille ou pas, nous devons avoir des élections au mois de décembre 2022 ».

La formation du Conseil national de la transition, la rédaction de la nouvelle constitution et la mise en place de l’organe de gestion des élections sont les prochaines étapes à franchir par le gouvernement guinéen.

26 décembre 2021

Afrique du Sud : l'archevêque Desmond Tutu est mort

 


L'archevêque anglican sud-africain Desmond Tutu, icône de la lutte contre l'apartheid et prix Nobel de la Paix, est décédé ce dimanche 26 décembre 2021 à l'âge de 90 ans, a annoncé le président Cyril Ramaphosa. Le président exprime « au nom de tous les Sud-Africains, sa profonde tristesse suite au décès, ce dimanche » de cette figure essentielle de l'histoire sud-africaine, dans un communiqué.

 

« Le décès de l'archevêque émérite Desmond Tutu est un nouveau chapitre de deuil dans l'adieu de notre nation à une génération de Sud-Africains exceptionnels qui nous ont légué une Afrique du Sud libérée », a ajouté le président.

 

Affaibli depuis plusieurs mois

 

« Un homme d'une intelligence extraordinaire, intègre et invincible contre les forces de l'apartheid, il était aussi tendre et vulnérable dans sa compassion pour ceux qui avaient souffert de l'oppression, de l'injustice et de la violence sous l'apartheid, et pour les opprimés et pour les oppresseurs du monde entier », a ajouté M. Ramaphosa.

 

The Arch, comme il était surnommé par les Sud-Africains était affaibli depuis plusieurs mois. Il ne parlait plus en public mais saluait toujours les caméras présentes à chacun de ses déplacements, sourire ou regard malicieux, lors de son vaccin contre le Covid dans un hôpital ou lors de l'office au Cap pour célébrer ses 90 ans en octobre.

 

Desmond Tutu a dirigé la commission vérité et réconciliation mise en place après la libération de Nelson Mandéla pour faire la lumière sur les crimes commis pendant l’apartheid. Il y a quelques semaines, le dernier président blanc de ce régime Frederik Willem de Klerk avait aussi tiré sa révérence.

 

25 décembre 2021

Patrick Nguema Ndong, le célèbre animateur de l’émission « Aventures mystérieuses », est mort

 


Patrick Nguema Ndong est mort  vendredi 23 décembre 2021 à l’âge de 64 ans.

 

Tous les dimanches sur la Radio Africa numéro 1, il a bercé des millions d’auditeurs à travers ses fameuses aventures mystérieuses. Il a incarné cette émission pendant près de 30 ans.

 

Plusieurs générations d’africains ont grandi en écoutant les aventures mystérieuses de Patrick Nguema Ndong. Des histoires essentiellement effrayantes, proches de l’ésotérisme, la magie, la sorcellerie.

 

Le sorcier Fifion Ribana, le général Mangani Mangwa ou le professeur Eubénézer Euthanazief sont des personnages réguliers des aventures mystérieuses dans la ville imaginaire de Bangoss.

 

Patrick Nguema Ndong est un Franco-Gabonais, né à Royat (France) en 1957. Il est producteur, présentateur et spécialiste des sciences occultes

23 décembre 2021

Bénin : Une nouvelle attaque terroriste fait 1 mort et des blessés dans le rang de l'armée

 


Une nouvelle attaque perpétrée dans le nord-ouest du Bénin près de la frontière du Burkina Faso mercredi 22 décembre. C’est une position des forces armées béninoises qui a été attaquée. Il s’agit de la troisième attaque survenue au cours de ce mois de décembre dans cette région du nord-ouest du Bénin. Il y a des victimes des deux côtés.

 

Des sources autorisées béninoises confirment cette nouvelle attaque, elle aurait eu lieu hier mercredi en fin d’après-midi aux alentours de 17h.

 

C’est une position, des forces armées béninoises à la frontière du Burkina Faso qui a été attaquée par un groupe armé. Et la ville la plus proche dans la zone est Tanguiéta à 600 km au nord de Cotonou.

 

Bilan : un mort et deux blessés côté forces armées béninoises. Des blessés dont on dit que l’état serait stable.

 

Côté assaillants : deux morts. Jusqu’en début d’après-midi, on était à un assaillant tué. La seconde victime serait un corps retrouvé lors du ratissage, toujours selon les Béninois.

 

Plusieurs personnes rapportent que les auteurs de l’attaque auraient emporté des blessés éventuels.

 

 Aucun mouvement n’a encore revendiqué l’incident et les Béninois ne disent pas qui les attaquent.

 

Ni l’armée, ni le gouvernement n’a communiqué sur cette troisième attaque, il y en a eu deux au début décembre. Un ratissage est en cours dans le secteur.


Source RFI

Ghana : Le vote d’une taxe au parlement tourne au pugilat entre les députés


Une bagarre a éclaté, lundi 20 Décembre, en fin de journée au parlement ghanéen, alors que les députés débattaient d’une proposition de taxe sur les transactions électroniques qui divise la chambre depuis des semaines.

 

Au Ghana, la joie qu’a suscité l’annonce de la suppression des frais de péage n’a été que de courte durée. Pour compenser cette perte qui sert à l’entretien de l’infrastructure routière, le gouvernement a annoncé la taxation des transferts d’argents.

 

Une violence a éclaté entre législateurs à propos de la tentative du gouvernement de faire voter l’impopulaire taxe sur les téléphones portables. Les députés du NPP (parti au pouvoir) et du NDC (parti d’opposition) ont échangé des coups après que le président du Parlement, Joe Osei-Owusu, ait essayé de quitter son siège pour voter en faveur de la taxe sur les transferts d’argent « Mobile Money ».

 

Les députés de l’opposition tentent d’empêcher le président de la Chambre de voter, car ils disent que selon le règlement du Parlement, le président doit être neutre et n’a pas de voix prépondérante. Alors que la Chambre commence à voter sur la question de savoir si elle doit adopter le projet de loi sur le prélèvement électronique en procédure d’urgence, les députés minoritaires font pression sur le président de la Chambre, Joe Osei-Owusu, pour qu’il quitte son siège afin d’aller voter. Dans les vidéos devenues virales, les députés grimpent sur le podium pour empêcher le président de la Chambre de passer au vote.

 

Finalement, ce vote en procédure d’urgence a été reporté au 18 janvier 2022. Beaucoup de ghanéens rejettent cette nouvelle taxe, car ils estiment qu’elle crée davantage de difficultés pour les citoyens qui souffrent déjà. Une position adoptée par la minorité au Parlement qui à rejeté la taxe proposée, afin de retoquer le budget 2022.

22 décembre 2021

Guinée : L'ancien président le capitaine Dadis Camara de retour à Conakry après une dizaine d'années d'exil

 


Comme annoncé, l’ancien président de transition de la Guinée le capitaine Moussa Dadis Camara est arrivée à Conakry en tout début d'après-midi ce mercredi 22 décembre 2021. Son nom reste attaché au massacre du 28 septembre 2009 dans le stade de la capitale guinéenne, pour lequel il est inculpé.

 

Ce retour intervient quelques jours après celui de l'ancien président de transition Sekouba Konaté, arrivé samedi dernier par la route en provenance de Bamako, au Mali.

 

L’avion de Moussa Dadis Camara, en provenance de Dakar, s’est posé vers 13h sur le tarmac de l’aéroport international Ahmed Sékou Touré de Conakry. Il est sorti de l'aéroport autour de 14h, sa voiture frayant difficilement un chemin au milieu d'une foule en liesse.

 

En effet, il y avait beaucoup de monde devant l’aéroport pour l’accueillir. Des centaines, peut-être des milliers, de personnes se sont massées le long des barrières bien gardées par les forces de sécurité. Des forces de l’ordre déployées un peu partout et qui ont quadrillé les environs. Aux abords de l’aéroport, l’atmosphère était à la fête avec des danseurs, des musiciens, tout le folklore de la Guinée forestière qui s'était déplacé à Conakry.

 

Pour justifier le retour de Dadis Camara, le Comité national de redressement et du développement (CNRD) avait invoqué fin novembre le besoin de réconciliation et d’apaisement. Ce retour ranime en tout cas l’espoir d’un procès pour les victimes du massacre du 28 septembre 2009. La Fédération internationale des droits de l’homme a publié un communiqué aujourd’hui pour appeler à la tenue de ce procès en présence de tous les accusés.

 

Dans un communiqué diffusé début décembre, les autorités de la transition guinéenne avaient ouvert la porte à des visites des deux anciens dirigeants de la junte au pouvoir entre fin 2008 et fin 2010. Mais le CNRD au pouvoir depuis le renversement d’Alpha Condé avait tenu à préciser qu’il ne s’agit pas d’entraver les procédures judiciaires en cours.

 

Désormais, Moussa Dadis Camara doit retrouver les siens. Une rencontre est prévue avec le colonel Mamadi Doumbouya, président de la transition, dans les prochains jours.


Le capitaine Moussa Dadis Camara, Président du Conseil national pour la démocratie et le développement (CNDD), junte militaire au pouvoir après la mort de Lansana Conté. Il s’est autoproclamé président de la République de Guinée le 24 décembre 2008. Blessé à la tête en décembre 2009, il est hospitalisé au Maroc puis au Burkina Faso,

19 décembre 2021

Coronavirus : Deux cas du nouveau variant Omicron découverts au Burkina Faso

 


Au Burkina Faso, les autorités sanitaires ont annoncé avoir recensé deux cas du nouveau variant de coronavirus, Omicron. L’information est rendue publique à travers un communiqué du ministère de la santé en date du vendredi 17 décembre 2021.

 

Il s’agit de deux personnes résidentes au Burkina Faso, selon le ministère en charge de la Santé.

 

« Pour ce faire, les dispositions ont été prises à tous les sens du renforcement de la surveillance épidémiologique à tous les niveaux du système de santé », souligne la note.

 

Le ministère en charge de la Santé, rappelant que la vaccination demeure le moyen efficace de prévention de la maladie, appelle les populations à observer les mesures barrières. En raison de la vitesse de propagation du nouveau variant.

 

Avant le Burkina-Faso, l’Omicron a déjà fait son apparition au Ghana, au Sénégal, des pays de la CEDEAO. Aucun cas n’est pour le moment enregistré au Togo.

18 décembre 2021

Emmanuel Macron annule son déplacement au Mali, les raisons

 


Emmanuel Macron ne viendra plus au Mali comme  prévu pour rencontrer le président de la transition et célébrer Noël avec les troupes françaises. L’annulation de la visite du président français a été annoncée par l'Élysée vendredi 17 décembre. Officiellement, on avance comme raison la nouvelle vague épidémique de Covid-19 en cours sur le territoire français.

 

Paris avait annoncé cette semaine qu'Emmanuel Macron se rendrait lundi à Bamako afin de rencontrer pour la première fois le colonel Assimi Goïta, président de la transition du Mali, dans un climat de haute tension entre la France et la junte militaire.

 

La décision d'annuler ce voyage « a été prise dans un souci de cohérence entre les mesures annoncées au niveau national et l'agenda international du président, et dans un souci de ne pas exposer notre dispositif militaire dans un moment de dégradation de la situation sanitaire en métropole », a expliqué la présidence française.

 

L'annonce est tombée après la tenue d'un Conseil de défense sanitaire, réuni ce vendredi à Paris autour du chef de l'État pour examiner de nouvelles mesures à mettre en œuvre face à la cinquième vague actuelle de Covid-19, en France. Le Premier ministre Jean Castex s'est chargé d'annoncer ces mesures à la population à l'issue de la réunion.

 

Un messager de la France a officiellement annoncé aux autorités maliennes l’annulation de la visite, selon un proche collaborateur du président de la transition, le colonel Assimi Goïta. La même source, ajoute que la raison avancée est bien la batterie de mesures prises en France le même jour à cause de la crise du Covid-19, rapporte RFI.

 

L'Élysée souligne que l'organisation de cette rencontre était difficile. M. Macron souhaitait que les présidents en exercice de la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (Cédéao) et du G5 Sahel y participent, un point qui n'avait pas encore été résolu.

 

La visite des troupes françaises annulée

 

Paris explique aussi qu'Emmanuel Macron venait avec deux messages : d'abord sur la nécessité d'une clarification du cadre politique de la transition au Mali ; et une mise en garde également, contre un éventuel recours aux mercenaires du groupe russe Wagner, alors que la France avait déjà averti que leur déploiement serait inacceptable. De source française, le différend avec les autorités maliennes de transition n’a effectivement pas facilité l’organisation de ce déplacement.

 

Certaines analyses estiment que dans le contexte actuel, la visite d'Emmanuel Macron aurait pu déclencher des manifestations très violentes qui aurait pu être très embarrassantes pour les autorités françaises.

 

Annulée également, la visite du président français auprès des troupes pour Noël. Au terme de son étape à Bamako, le président français devait rendre visite aux soldats français de l'opération Barkhane sur la base de Gao, en pleine restructuration. La présidence précise que le repas de fête prévu par le chef du palais de l'Élysée sera néanmoins envoyé au Sahel comme prévu.

17 décembre 2021

Le 3ème sommet Turquie-Afrique s'ouvre ce vendredi à Istanbul

 

 


Istanbul accueille depuis ce vendredi 17 décembre le 3ème sommet du partenariat Turquie-Afrique. Des leaders et ministres de 39 pays, dont 13 présidents sont attendus. La cérémonie d’ouverture de ce sommet avait été repoussée deux fois à cause de la pandémie du covid-19.

 

Les travaux seront axés sur le renforcement de la coopération sur les fronts économique, sécuritaire et culturel mise en place ces dernières années par Ankara.

 

 « Lancer une nouvelle étape dans les relations avec l’Union africaine et les pays africains… », voici le message officiel promu par le ministre des Affaires étrangères turc lors de l’annonce de la tenue de l’événement. Les objectifs notamment affichés sont de faire le point sur le dernier plan conjoint Turquie-Afrique (2015-2019) et valider un nouveau programme de cinq ans.

 

L'objectif déjà affiché de Recep Tayyip Erdogan lors du sommet d'octobre est de doubler le montant des échanges commerciaux pour atteindre au moins 50 milliards de dollars. Ils n’étaient que de 5,4 milliards en 2003. Mais depuis le président turc a lancé une réelle offensive : 38 voyages en Afrique dans 28 pays, 31 ambassades ouvertes depuis 2002. La compagnie aérienne nationale Turkish Airlines dessert désormais 68 destinations sur le continent.

 

La santé, l’agriculture et l’éducation seront au cœur des échanges durant ces deux jours. Les investissements ne sont pas oubliés. Derrière son activisme dans le secteur humanitaire et de l’éducation, la Turquie promeut ses entreprises. Lors de son dernier voyage sur le continent, pas moins d’une quinzaine d’accords ont été signés uniquement avec le Nigeria et l’Angola concernant l'énergie, l'agriculture, mais aussi la défense.

 

Rien n’y fait référence, mais les yeux sont aussi tournés sur les enjeux de défense : la Turquie se présentant comme un acteur alternatif dans ce domaine surtout avec ses drones armés.

 

Le président Erdogan a su ces dernières années conquérir le cœur des dirigeants africains. Il répète régulièrement rejeter l’approche occidentale et embrasser le continent sans discrimination. Un discours qui fait mouche. Un diplomate africain nous confie en coulisse l’opportunité de nouvelles coopérations avec un partenaire moins regardant et plus flexible.

 

La Turquie compte 19 attachés militaires en Afrique, une base en Somalie et une intervention en Libye. Dernièrement Ankara met particulièrement en avant ses drones armés. Des ventes d’armes de manière générale qui ont particulièrement augmenté. En Éthiopie en 2020 seuls 235 000 de dollars d’équipements avait été vendus contre près de 95 milliards de dollars en 2021. La progression est du même ordre en Angola, au Tchad ou encore au Maroc.

 

Enfin, depuis le coup d’État manqué de 2016, Recep Tayyip Erdogan attend aussi des pays africains qu’ils l’aident dans sa lutte contre le prédicateur Fethullah Gülen, le commanditaire présumé du putsch, dont les réseaux étaient et restent denses en Afrique. Le neveu de Fethullah Gülen a ainsi été arrêté au Kenya en mai dernier par les services secrets turcs.


Avec RFI

14 décembre 2021

Le Royaume-Uni enregistre un premier décès lié au variant Omicron

 

        


Le Premier ministre britannique, Boris Johnson, a confirmé lundi un premier décès lié au variant Omicron au Royaume-Uni, le premier officiellement annoncé dans le monde.

 

"Au moins un patient est décédé d’Omicron"


Le variant Omicron de la Covid-19, détecté au Royaume-Uni fin novembre, représente déjà 40% des contaminations à Londres. Le gouvernement britannique estime d’ailleurs que cette souche devrait très bientôt être dominante dans le pays. Le Premier ministre britannique Boris Johnson a confirmé lundi un premier décès lié à ce variant. "Malheureusement, Omicron génère des hospitalisations et il a été confirmé qu’au moins un patient est décédé d’Omicron", a déclaré le dirigeant conservateur lors de la visite d’un centre de vaccination à Londres, propos relayés par BFMTV. Il s’agirait donc du premier pays à annoncer officiellement un décès lié à Omicron.

 

Un variant préoccupant


Identifié dans plus de soixante pays, le variant Omicron se propage à une vitesse fulgurante, notamment au Royaume-Uni. Dans une note technique publiée dimanche, l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) a de nouveau rappelé son évaluation initiale d’un risque général « très élevé » associé à ce variant préoccupant. Face aux taux élevés de transmission, de nouvelles flambées épidémiques avec des conséquences graves sont à prévoir, alerte l’organisation onusienne basée à Genève. "Mais des données supplémentaires sont nécessaires pour comprendre le profil de sévérité" précis de ce variant, ajoute l’OMS sur le récit du journal Le Monde.

 

13 décembre 2021

Les 3 casques bleus togolais blessés au Mali ont rendu l’âme, portant le total à 10

 


 

Cecarnage a fait réagi toute la communauté internationale et les autoritéstogolaises au premier rang des quels le chef de l’Etat Faure Gnassingbé.

 

« J’exprime aux familles éplorées ma compassion, et à leurs frères d’armes ma solidarité, tout en les assurant que nous ne fléchirons jamais devant l'obscurantisme et la barbarie », avait-t-il écrit sur tweeter avant de conclure : « Les forces armées togolaises combattront, aux côtés de la MINUSMA et partout ailleurs, l’ennemi commun qu'est le terrorisme ».

12 décembre 2021

Faure Gnassingbé et ses pairs sont à Abuja pour la 60ème session ordinaire de la CEDEAO




Le Président de la République, Faure Essozimna Gnassingbé est arrivé ce 11 décembre 2021 à Abuja en République Fédérale du Nigéria pour prendre part à la soixantième session ordinaire de la Conférence des chefs d’Etat et de gouvernement de la CEDEAO qui s’est ouvert dimanche.

Le Chef de l’Etat et ses pairs  ont examiné les rapports sur la situation sociopolitique notamment en Guinée et au Mali, sécuritaire, économique et sanitaire de la sous-région.


Réunis ce dimanche 12 décembre en sommet ordinaire à Abuja, au Nigeria, les chefs d’États de la Communauté économique des États d’Afrique de l’Ouest (Cédéao) ont, sur la situation du Mali, exigé à l’unanimité le maintien des élections pour le 27 février prochain. L’organisation sous-régionale menace de se prononcer sur de nouvelles sanctions en janvier 2022 si la situation n'évolue pas. Ces conclusions étaient très attendues à Bamako et font réagir les partis politiques.


Concernant la Guinée, la CEDEAO a remercie les autorités pour la libération du président déchu Alpha Condé. Elle formule le vœu que le retour à l'ordre constitutionnelle soit fait dans les 6 mois souhaités. 


La question environnementale dans l’espace communautaire et de la monnaie unique de la CEDEAO était également au cœur des travaux.

11 décembre 2021

Bénin : l'opposante Reckya Madougou condamnée à 20 ans de prison

 


Le verdict est tombé à l'aube, ce samedi 11 décembre : l'opposante béninoise et ancienne garde des Sceaux, Reckya Madougou, du parti Les Démocrates, a écopé d'une peine de vingt ans de réclusion criminelle et de 50 millions de francs CFA d'amende. Trois autres prévenus sont aussi condamnés à la même peine. Il y a eu un acquittement. « Je n'ai jamais été et je ne serai jamais une terroriste », avait déclaré Reckya Madougou, peu avant l'annonce de sa condamnation.

 

L’opposante a passé presque 24 heures sur le banc des accusés avant de connaître son sort. Reckya Madougou est condamnée à vingt ans de réclusion criminelle et cinquante millions de francs CFA d’amende. Trois des cinq  co-accusés écopent de la même peine. Lors de la lecture du verdict, Madame Madougou, debout, les mains jointes, est restée impassible.

 

« Je m'offre à la démocratie »

Quelques minutes avant, lorsque le président lui a demandé si elle avait quelque chose à rajouter pour sa défense, elle a eu cette conclusion : « Aujourd’hui  je m’offre pour la démocratie. Si cela permet aux juges de la Criet de retrouver leur indépendance alors je n’aurais pas souffert inutilement ce calvaire. »

 

La Criet a été la cible des avocats au cours des plaidoiries, « on a tordu le cou au faits et aux preuves » a dénoncé le vétéran Robert Dossou. «La Criet est la cour qui inflige dix ans ou vingt ans », a ironisé Me Ba Parape.

 

Instant d’émotion : au moment de vider la salle d’audience, la mère de Reckya Madougou  est prostrée sur son banc. Elle pleure à chaudes larmes. Sa fille la rejoint très vite et la console. Ça dure quelques minutes, les gardes pénitentiaires l’attendent pour la reconduire à la maison d’arrêt.

10 décembre 2021

Il est désormais possible de faire des tests de grossesse salivaires

 


"La fiabilité du produit établie à 97%"

 

Salignostics, une start-up médicale dont les locaux se trouvent à l’hôpital Hadassah de Jérusalem, a développé le premier test de grossesse salivaire au monde.

 

Cette méthode, rapide, non-invasive et économique a pu être établie en partie grâce aux techniques employées dans la détection du Covid-19. Un premier résultat apparaît en quelques secondes, le définitif au bout de 13 minutes.

 

Interrogé par i24NEWS, le professeur Aaron Palmon, président et co-fondateur de Salignostics, explique que "les hormones qui circulent dans notre sang sont également identifiables dans la salive".

 

"Notre solution permet de détecter une grossesse dès le premier retard de règles", affirme le professeur Palmon.

 

Afin d'évaluer la fiabilité du produit, Salignostics l’a testé sur un échantillon de 300 femmes. Le résultat est sans appel: la technique est fiable à 97%, dès le premier retard de règles, une précision quasiment identique au test urinaire. 

 

Le test Salistick, qui coûte 13 euros (environ 10 euros de moins qu’un test urinaire classique), pourrait  faciliter la vie de nombreuses femmes.

 

Le produit a déjà été commercialisé en Israël et la société attend l'obtention d'un brevet international, en espérant le commercialiser dès le début de l’année prochaine.

 

Source I24news

Le président sénégalais Macky Sall juge "inacceptables" les coups d’État, quelles que soient les circonstances

 


Dans un entretien exclusif accordé à France 24 et RFI, le président sénégalais Macky Sall s’inquiète des crises multiples qui frappent l’Afrique et notamment du danger terroriste qui s’y "métastase". Il explique que le Sénégal et les états côtiers sont désormais dans le viseur des groupes jihadistes du Sahel, tout en niant que des attentats aient déjà été déjoués. Il dénonce également les coups d’État au Mali et en Guinée, affirmant qu’ils sont inacceptables quelles que soient les circonstances, et demande la libération du président renversé en Guinée, Alpha Condé.

 

À propos du Mali, Macky Sall affirme que l’arrivée du groupe de sécurité russe Wagner dans le pays aurait des conséquences graves, ajoutant que les dirigeants de la Cédéao ont exigé des clarifications aux autorités maliennes.

 

Également interrogé sur la vie politique sénégalaise, le chef de l'État refuse de se prononcer sur son intention de se présenter pour un troisième mandat en 2024 et annonce qu’un Premier ministre sera nommé à la suite des élections locales prévues le 23 janvier. Il se déclare favorable à une amnistie des opposants Khalifa Sall et Karim Wade, dans un cadre de dialogue et dans le respect du droit. Il annonce enfin que pour le moment, de nouvelles restrictions de type couvre-feu ne sont pas envisagées malgré l’arrivée du variant Omicron au Sénégal.


Cette sortie médiatique du président sénégalais intervient à quelques jours du 60ème sommet ordinaire des chefs d'Etat de la Communauté des États d’Afrique de l’Ouest (Cédéao) qui aura lieu dimanche 12 décembre à Abuja au Nigeria.

08 décembre 2021

Sept casques bleus togolais tués au Mali ce mercredi

 


Le Togo paie encore un lourd tribut dans le maintien de la paix au Mali. Sept de ses casques bleus ont été tués ce 8 décembre 2021 dans une explosion dans la zone de Bandiagara, dans la région de Mopti au centre du pays, et fait au moins trois blessés grave, selon certaines sources.

 

Ces soldats de la Mission de l'ONU au Mali faisaient partie d'un convoi logistique de la Minusma qui se rendait à Sévaré. Leur véhicule a heurté un engin explosif, a annoncé la Mission de l'ONU au Mali (Minusma).

 

"Ce 8 décembre, un convoi logistique de la Force (Minusma) allant de Douentza à Sévaré (centre) a heurté un engin explosif. Un premier bilan fait état de sept Casques bleus décédés et trois grièvement blessés", a indiqué la Minusma sur Twitter, sans préciser la nationalité des victimes. L'incident a eu lieu dans la zone de Bandiagara, dans la région de Mopti, a ajouté la Minusma.

 

A noter que le  Togo est le 2ème contributeur des pays de la CEDEAO en termes de troupes au sein de cette  mission. Plusieurs de ses éléments sont déjà tombés.