Radio Oreole Flash Info :
latest

728x90

468x60

Affichage des articles dont le libellé est DANS LE MONDE. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est DANS LE MONDE. Afficher tous les articles

30 août 2022

Mali : L'armée annonce avoir éliminé au moins 44 terroristes à Tessit


Hier lundi 29 août 2022, des combats violents ont opposé les forces armées maliennes à un Groupe Armé Terroriste (GAT), probablement l'EIGS, dans le secteur de Tessit. 


Le bilan provisoire, selon l'Etat-major général de l'armée malienne, fait état à ce jour de :

Côté FAMa : 02 morts, 08 blessés,

Côté Ennemi : 44 combattants neutralisés dont les corps ont été abandonnés sur place, plusieurs motos incendiées et d'importantes quantités d'armes et munitions récupérées.

Le Russe Gazprom réduit encore ses livraisons de gaz à la France


Les flux de gaz russes vers la France se tarissent chaque mois un peu plus. Gazprom vient à nouveau de restreindre ses livraisons à la France, et en particulier au groupe Engie. De quoi alimenter un peu plus les craintes concernant l'approvisionnement en gaz à l'approche de l'hiver.


Le robinet russe se ferme de fait un peu plus. Les livraisons de gaz russe à Engie avaient déjà considérablement diminué depuis le début du conflit en Ukraine, passant récemment à seulement 1,5 TWh (térawattheure) par mois, selon Engie. Un chiffre à rapporter à des approvisionnements « totaux annuels en Europe supérieurs à 400 TWh » pour Engie, ajoute le principal fournisseur de gaz en France, dont l'État français détient près de 24%.


Mais depuis le début de l'été, le groupe français avait anticipé et fait en sorte d'être moins vulnérable au gaz russe. Sa dépendance à Gazprom n'était plus que de 4% en juillet dernier. Même en cas d'interruption des flux de Gazprom, Engie se dit aujourd'hui capable de fournir ses clients grâce à des stocks sécurisés.


La France a été un artisan des embargos contre le pétrole, le gaz et d'autres sanctions contre la Russie.

Angola : Le président Joao Lourenço reconduit à un second mandat


En Angola, le président sortant, Joao Lourenço, a été reconduit à un second mandat après la victoire du parti au pouvoir aux élections législatives avec 51,17 % des voix. Le dirigeant a salué "un vote de confiance", et promis de "promouvoir le dialogue et la concertation" lors de sa première prise de parole après l'annonce, lundi, des résultats officiels.


Le parti au pouvoir en Angola a remporté la victoire aux élections législatives, lundi 29 août, offrant un second mandat au président sortant Joao Lourenço, à l'issue du scrutin le plus serré de l'histoire du pays.

Au pouvoir depuis l'indépendance du Portugal en 1975, le Mouvement populaire pour la libération de l'Angola (MPLA) a recueilli 51,17 % des voix, selon les résultats définitifs annoncés lundi par la Commission nationale électorale (CNE).

Le premier parti d'opposition, l'Union nationale pour l'indépendance totale de l'Angola (Unita), totalise 43,95 % des votes exprimés lors du scrutin qui s'est tenu mercredi.


En Angola, il n'y a pas d'élection présidentielle. La tête de liste du parti vainqueur aux législatives est investie aux fonctions de chef de l'État.

Accueillant ce "vote de confiance", Joao Lourenço, 68 ans, a promis "le dialogue et la concertation" devant des soutiens rassemblés au siège du parti, dans la capitale Luanda.

Le MPLA, qui l'avait remporté haut la main en 2017 avec 61 % des suffrages, enregistre ainsi son plus bas score. En 2012, il avait rassemblé 71,84 % des votes.

Il conserve la majorité absolue au Parlement avec 124 sièges sur 220. Mais il perd la majorité des deux tiers qui lui permettait jusqu'ici de passer des lois sans le soutien d'un autre parti.

Plusieurs membres de la CNE n'ont pas signé les résultats finaux. L'opposition a contesté, la semaine dernière, les résultats préliminaires qui donnaient déjà le MPLA vainqueur. 

23 août 2022

Guerre en Ukraine : Quand les médias occidentaux confondent "cheminée endommagée" avec un "missile non explosé" planté dans un toit près d'un réacteur nucléaire


Depuis le 24 février dernier, date du début de la guerre déclenchée par la Russie en Ukraine, le traitement des informations que les médias occidentaux donnent au public du monde entier ne cesse de susciter critiques et consternations sur certains aspects. En témoigne cette fâcheuse erreur d'interprétation d'images diffusée par France 2 dans un reportage il y a quelques jours.


Le 10 août 2022, le média public français France 2 a diffusé dans le 20 heures un sujet sur les frappes contre la centrale nucléaire de Zaporijia en Ukraine. Les images, accompagnées d'un texte descriptif, devraient normalement montrer les dégâts engendrés par une de ces frappes. Curieusement, l’une d’entre elles a été mal interprétée. "Le commentaire de la journaliste décrit "un missile non explosé planté dans le toit d'un bâtiment à quelques mètres d'un réacteur nucléaire".


Sauf qu'en réalité, il s'agit d'une cheminée endommagée, et non d'un missile, comme dit dans le commentaire.


Chose étonnante, c'est plus de 10 jours après que France 2 reconnait l'erreur, s'excusant sur son compte tweeter lundi 22 août 2022, alors que d'autres médias ont relayé le sujet, alors même que le doute sur la fiabilité de l'élément diffusé faisait la une des réseaux sociaux.


"...Ce sujet a été notamment réalisé à partir d’images issues de l'APTN, agence à laquelle France Télévisions est abonnée. Ces images montrent les dégâts engendrés par une de ces frappes. Elles étaient accompagnées d'un texte descriptif. Par erreur, l’une d’entre elles a été mal interprétée. Elle montre une cheminée endommagée, et non un missile, comme dit dans le commentaire. Nous nous excusons auprès de nos téléspectateurs pour cette fâcheuse erreur, qui ne change cependant rien à la réalité de ces frappes dont nous avons montré d’autres images", a écrit France 2.


Il faut comprendre que depuis quelques jours, Kiev et Moscou s'accusent mutuellement de mener des frappes délibérée contre la centrale nucléaire de Zaporijia en Ukraine.


L'armée russe a assiégé le site, très sensible, depuis le début de la guerre. On l'accuse même de vouloir la débrancher côté européen pour alimenter la Crimée.


Cette sortie d'excuses a suscité des réactions et commentaires sur ce même réseau social. En voici quelques uns.


Nicolas : "Bonjour. C’est très bien que vous corrigiez cette erreur, je pense que le public n’en attendait pas moins. Comme @JulienPain l’évoque, c’est conforme à la déontologie journalistique. On peut regretter le délai avant la correction (+ de 10 jours). Mais ce n’est pas pour ça que je vous interpelle. Je vous interpelle car il y’a plusieurs mois vous avez effectué une erreur déontologique majeure à l’antenne. Non corrigée".

Teddy McArdle : 
"Nous mentons mais ce n'est pas grave, c'est l'intention qui compte" "Quelle honte, mais quelle honte".

Vincent Flibustier : "Il a donc fallu 12 jours et que toute la sphère complotiste s'emballe (à raison pour le coup) afin d'avoir un fact checking. Ces images ont été réutilisées des dizaines de fois sur toutes les chaînes de France télé. Quelle honte."

AntonArFur : "Il ne s'agit pas d'une "fâcheuse erreur", mais d'une fausse information délibérément distribuée, afin de poursuivre votre propagande immonde !Ce genre de propos vous décrédibilise un peu plus chaque jour ; vous n'êtes pas de journalistes, mais de agents de propagande !".


Fleurdotone - Dieu est amour et vérité : "Qu'on soit bien d'accord, @infofrance2, vous parlez bien des frappes UKRAINIENNES contre la Centrale nucléaire, n'est-ce pas ? Je me permets de poser la question, car votre tweet bizarrement, ne le mentionne pas. Vous êtes une partie de la grande cause qui fait que je n'ai plus la télé!"

21 août 2022

Mali : Le Colonel Abdoulaye Maïga désigné premier ministre par intérim ( officiel)


Le Colonel Abdoulaye Maïga, ministre de l'administration territoriale est désigné premier ministre par intérim du Mali.


L'intérim du Premier ministre de transition Choguel Maïga, Malade depuis quelques jours, est désormais assuré par le Ministre de l'administration territoriale, porte parole du gouvernement, le colonel Abdoulaye Maïga.

Guinée Conakry : Le Colonel Mamadi Doumbouya nomme un nouveau premier ministre


La Guinée Conakry a un nouveau premier ministre. Il a été nommé samedi 20 août 2022 par le président de la transition le Colonel Mamadi Doumbouya.


Bernard Gomou est le nouveau chef de gouvernement de la Guinée. Sa nomination a été annoncée à la télévision nationale. Il assurait l'intérim à ce poste de Mohamed Béavogui absent du pays depuis près de 2 mois pour « des raisons de santé ».


Bernard Gomou occupait le poste de ministre des petites et moyennes entreprises depuis 2021.


Mali : Un nouveau contingent togolais de la MINUSMA est arrivé à Mopti


Un nouveau contingent togolais de la MINUSMA a atterri samedi 20 août 2022 à Mopti, Centre du Mali.


Composé des éléments de la Police togolaise, ce contingent prend la relève d'un autre et contribuera aux nombreuses patrouilles de sécurisation au profit des populations civiles.

20 août 2022

Mali : l'armée annonce avoir repoussé une attaque du JNIM, plus de 90 terroristes éliminés


Les forces armées maliennes annoncent avoir repoussé une attaque terroriste du JNIM en cette fin de matinée de ce samedi 20 août 2022 vers 13H00. L’attaque a été menée contre le check-point à la sortie de Ménaka sur la route menant à Kidal. 1 assaillant neutralisé.


Sur les deux dernières semaines, au moins une centaine de terroristes ont été éliminés, selon un communiqué des FAMA.





18 août 2022

Guerre en Ukraine : Antonio Guterres et Recep Tayyip Erdogan chez Volodymyr Zelensky


Le secrétaire général des Nations Unies Antonio Guterres, ainsi que le président turc Recep Tayyip Erdogan doivent rencontrer, jeudi 18 août, à Lviv, dans l’ouest de l’Ukraine, le président ukrainien Volodymyr Zelensky. Au cours de cette rencontre, seront discutées les exportations de céréales ukrainiennes, mais aussi la situation dans la centrale nucléaire de Zaporijjia, qui est aux mains de l’armée russe et est visée par des bombardements depuis plusieurs jours.

17 août 2022

Australie : l'ex-Premier ministre Scott Morrison s'était octroyé en secret cinq portefeuilles ministériels pendant la pandémie


Le chef du gouvernement Anthony Albanese (travailliste) a accusé l'ancien Premier ministre conservateur Scott Morrison d'« activités de pacotille ». Ce dernier se serait autodésigné -quand il était à la tête du gouvernement- ministre de la Santé, des Finances et des Ressources, entre autres attributions, en parallèle des ministres existants, sans en informer ses collègues, le Parlement ou les électeurs.


Il n'est toujours pas clair combien de postes M. Morrison s'est ainsi octroyé, mais les médias locaux rapportent qu'il s'était arrogé le portefeuille des ressources et qu'il avait usé de son pouvoir pour mettre un terme à un important projet gazier au large de Sydney, en Nouvelles-Galles du Sud. La coalition conservatrice de M. Morrison a perdu les élections en mai, après près d'une décennie de gouvernement de centre droit.


Dans certains cas, M. Morrison se désignait lui-même co-ministre sans le dire aux membres du gouvernement qu'il avait nommés à ces postes, s'arrogeant ainsi certains pouvoirs. 


Décrivant les faits comme « extraordinaires et sans précédent », M. Albanese a annoncé lundi qu'il avait sollicité un conseil juridique. « C'est une sorte d'activité de pacotille que nous tournerions en ridicule si elle se déroulait dans un pays non démocratique, a déclaré M. Albanese. Scott Morrison dirigeait un gouvernement fantôme. »


Anthony Albanese, a promis ce lundi 15 août une enquête après ses révélations sur son prédécesseur.

Le Mali accuse la France de fournir renseignements et armes aux terroristes


Le bras de fer entre le Mali et la France se déplace à New York, au siège des Nations unies. Bamako saisit l’ONU et accuse Paris de fournir renseignements et armes aux terroristes.


Selon les informations rapportées par le magasine Jeune Afrique, le ministre des Affaires étrangères du Mali, Abdoulaye Diop, a écrit le 16 août au Conseil de sécurité des Nations unies afin de réclamer une réunion d’urgence sur la situation dans son pays. Dans sa lettre, le chef de la diplomatie multiplie les accusations envers la France et ses soldats – dont les derniers ont officiellement quitté le territoire malien le 15 août. 


Bamako affirme détenir des preuves d’un soutien de Paris aux groupes terroristes maliens.

16 août 2022

Macky Sall au Mali : Plusieurs sujets discutés avec le Colonel Assimi Goïta


Le président sénégalais Macky Sall a foulé lundi 15 aout 2022, le sol malien. Il a été reçu par son homologue de la transition, le Colonel Assimi Goïta. Les deux chefs d’Etats ont eu un moment d’échange autour de plusieurs sujets.  Une reprise de fréquentation, après des mois de mésentente entre les deux dirigeants.

 

Après plusieurs moments de tension entre les deux pays, le Président Macky Sall a atterrit hier à l’aéroport international de Bamako

 

« Le Président de la Transition, SE le Colonel Assimi Goïta, Chef de l’État, a accueilli son homologue sénégalais Macky Sall, ce lundi, à l’aéroport international Modibo KEÏTA. Le Président de la République du Sénégal est arrivé au Mali pour une visite d’amitié et de travail », avait annoncé le site de la présidence malienne.

 Ce déplacement effectué sous le manteau de président en exercice de l’Union Africaine, servira d’occasion pour le dirigeant sénégalais d’afermir la relation internationale avec les autorités maliennes.  


En dehors de cela, la rencontre avait tourné autour des sujets politiques et économiques. Notamment, sur « la bonne marche de la transition et l’appui de l’Union Africaine », a tweeté le Col Assmi Goïta à la fin des échanges.  

« Nous avons convenu de renforcer la coopération entre le Mali et le Sénégal », a-t-il ajouté.


L’année dernière, 11 accords dans des domaines très divers - transports, commerce, santé… - avaient été conclus : de source diplomatique malienne, les deux chefs d’État devaient en faire le suivi. 

Surtout, Macky Sall et Assimi Goita ont évoqué le sort des 49 militaires ivoiriens arrêtés à Bamako et inculpés officiellement vendredi 12 août pour notamment, « complot contre le gouvernement » et « atteinte à la sécurité de l’État. »

Les autorités maliennes les accusent d’être des « mercenaires », Abidjan assure que ce sont des soldats de l’armée régulière venus en soutien à la mission onusienne dans le pays, la Minusma. Ce que les Nations unies ont confirmé avant de faire machine arrière, en raison, semble-t-il, de dysfonctionnements administratifs. 

Plusieurs tentatives de médiation - celle du Togo notamment - sont en cours. Elles n’ont jusqu’ici pas permis de trouver d’issue. Le président de l’Union africaine va donc, à son tour, tenter de trouver les voies d’une sortie de crise négociée, à l’amiable, entre le Mali et la Côte d'Ivoire.

Plusieurs tentatives de médiation - celle du Togo notamment - sont en cours, elles n’ont pas jusqu’ici permis de trouver d’issue. 


Christine

 

 

 

Kenya : William Ruto remporte la présidentielle, son adversaire Raila Odinga conteste les résultats


Le Kenya entre en plein pied dans une crise politique post-électorale après la publication des résultats de la présidentielle ce lundi 15 août 2022, donnant comme vainqueur avec 50,49% des voix. Son challenger Raila Odinga conteste. Des tensions violentes ont éclaté dans le pays. 


Le candidat à la présidentielle Raila Odinga a qualifié de «parodie» les résultats annoncés lundi par le président de la Commission électorale kényane donnant son adversaire William Ruto vainqueur de la présidentielle. Raila Odinga affirme lors d'une conférence de presse qu'il poursuivra «toutes les options légales» possibles pour contester les résultats. 


Hier, malgré le rejet des résultats par quatre des sept membres de la Commission électorale, son président Wafula Chebukati a affirmé que William Ruto s'était imposé avec 50,49 % des voix.


William Ruto, 55 ans, succède au sortant M. Kenyatta. Ce dernier soutenait plutôt l'opposant historique.

13 août 2022

Le Mali annonce avoir réglé ses dettes liées aux sanctions imposées par la CÉDEAO ( communiqué officiel)


Le Mali a annoncé vendredi avoir terminé de régler ses  impayés liés aux sanctions imposées par la CÉDEAO.  Le pays n'a pu pendant les six mois qu'ont duré ces sanctions, entre janvier et juillet, "régler le service de la dette", a indiqué le ministère de l'Economie et des Finances dans un communiqué.


L'Etat "a pris toutes les dispositions utiles pour régler les échéances impayées" après la levée le 3 juillet des sanctions de la Communauté des Etats d'Afrique de l'Ouest (Cédéao), selon ce communiqué qui détaille "l'apurement par le Trésor public".


Le ministère cite "une dette extérieure d'environ 85,1 milliards de FCFA" et la dette de marché émise par syndication (par le biais d'une opération montée avec plusieurs acteurs financiers) pour un montant de 66 milliards FCFA".


En outre, un emprunt obligataire organisé le 9 août "a permis de régler le reliquat des impayés de la dette de marché émise par adjudication, soit 215 milliards de FCFA", en plus du paiement d'autres échéances à des investisseurs.



11 août 2022

Corée du nord : 3 mois après avoir déclaré le 1er cas, Kim Jong Un proclame une "victoire éclatante d'extermination" sur la Covid-19


Près de trois mois après avoir annoncé son premier cas de COVID-19 sur son territoire, le dirigeant suprême nord-coréen Kim Jong Un a proclamé, mercredi 10 août, une "victoire éclatante" sur la pandémie. C'était au cours d'une rencontre avec les hauts cadres du pays.


Kim Jong est arrivé avec à cette réunion avec une excellence nouvelle. Devant les cadres du partis communistes, les médecins et des scientifique, il annonce un miracle sans précédent dans l'histoire médicale mondiale, la fin de la pandémie.


"Au nom du comité central du parti et du gouvernement de la République populaire démocratique de Corée, je déclare solennellement la victoire dans la guerre d'extermination du coronavirus et dans la protection de la santé du peuple", a-t-il proclamé.


C'est une victoire totale pour le dirigeant, qui lui-même avait été touché par la "fièvre", le nom donné au virus dans le pays.


Depuis le mois de mai dernier où le premier cas a été officiellement annoncé, 4 millions de fièvres ont été recensé et seulement 74 décès déplorés.


La Corée du nord a même accusé sa voisine du sud (l'ennemie), d'avoir introduit la pandémie sur son sol.


Mali : 42 soldats et 37 terroristes tués, nouveau bilan de l'attaque du camp militaire de Tessit


C’est l’attaque djihadiste la plus meurtrière  contre les forces maliennes depuis 2019. Quarante-deux soldats tués. C’est le nouveau bilan de l'assaut qui s’est produit le dimanche 7 août sur un camp militaire malien près de Tessit dans la région de Gao.


Ce nouveau bilan, confirmé par le gouvernement de transition, est issu d’un document officiel listant nominativement les militaires décédés. 


L'armée a « réagi vigoureusement à une attaque complexe et coordonnée » à Tessit au cours de laquelle elle a eu « 42 morts et 22 blessés » dans ses rangs, faisant aussi état de « 37 terroristes neutralisés » et plusieurs de leurs équipements « abandonnés » lors de « plusieurs heures de combat », selon ce nouveau bilan. 


Le bilan précédent faisait état de 17 soldats et 4 civils tués, ainsi que 9 militaires disparus. Les jihadistes avaient semble-t-il infiltré le camp de l'armée malienne avant de passer à l'attaque. Et ils sont repartis avec une importante quantité de matériels militaires. 


Cette attaque survient alors que le Mali fait face depuis quelques semaines à une résurgence d'assauts des groupes jihadistes. 

Un deuil national de 3 jours a été décrété à compter de ce jeudi 11 août 2022.

10 août 2022

Russie / Mali : Echanges téléphoniques entre Vladimir Poutine et Assimi GOITA, les sujets évoqués...


Le président du Mali le colonel Assimi GOITA s'est entretenu au téléphone avec son homologue russe Vladimir Poutine.


Cette rare discussion intervient quelques heures après que la Russie ait livré du matériel militaire au Mali, notamment les avions de chasse.


Les deux chefs d'Etat ont évoqué l’appui de la Fédération de Russie à la transition politique malienne.


"J’ai salué la qualité de notre partenariat respectueux de la souveraineté du Mali et des aspirations de sa population", a indiqué Mr GOITA.

« Les questions relatives à la poursuite du développement de la coopération bilatérale dans les domaines commercial, économique et autres ont été discutées. Ils ont notamment évoqué la possibilité de fournir au Mali de la nourriture, des engrais et du carburant russes. Il a été convenu que les agences russes et maliennes respectives renforceront leur coopération pratique », a fait savoir le Kremlin.

En outre, Poutine a exprimé l’espoir que le sommet Russie-Afrique prévu en 2023 à Saint-Pétersbourg contribuera au renforcement des relations traditionnellement amicales entre la Russie et tous les États du continent africain.

Taiwan / Etats-Unis : la Chine lance ses flèches médiatiques

 


"Ceux qui jouent avec le feu périront par le feu". La République populaire de Chine met ses menaces à exécution. La situation de Taiwan inquiète car la tension est montée d'un cran suite à la visite de la présidente de la chambre des représentants américains Nancy Pelosi.


Depuis une semaine que les relations entre la Chine et les Etats-Unis sont fortement dégradées. Au centre de cette montée de fièvre, l'île de Taiwan. La République populaire ne digère pas la visite Nancy Pelosi malgré les mises en gardes de Pékin. Cette escalade de tension font craindre le pire dans la région.


A titre de représailles, la Chine a lancé des manœuvres militaires sans précédent dans le détroit de Taiwan. Mais pas que. A côté du exercices militaires à balles réelles, elle a entamé une campagne médiatique et communicationnelle contre les Etats-Unis. Télés, radios, réseaux sociaux, tous les moyens sont bons pour montrer la face sombre de l'Oncle Sam, pour expliquer le lien entre la Chine et Taiwan, et pour dire "attention où vous mettez pieds".

09 août 2022

Guerre en Ukraine : "les soldats de Volodymyr Zelensky dépouillent les corps des combattants volontaires américains morts aux fronts" ( dossier TV5 Monde)


Ils sont partis en Ukraine combattre l'armée russe au nom de leur idéal démocratique, mais tout ne se passe pas comme prévu pour eux. 


Des volontaires de la Légion Internationale, des soldats étrangers venus pour combattre aux côtés des forces ukrainiennes font face à la désillusion. Sur le terrain, tout ne se passe pas comme ils l'imaginaient, au point que certains décident d'abandonner leur mission.


Dans un document visuel produit par TV5 Monde diffusé le 8 août 2022, des anciens militaires américains, membres de cette légion, ne cachent plus leur déception. Ils fustigent le manque de leadership et de communication au sein de leur hiérarchie. Ils dénoncent aussi la transmission de fausses informations en provenance de la chaine de commandement.


"On revient comme ça d'une mission, c'était stupide. On a perdu 4 de nos gars aux combats, toutes les informations que nous avons reçu étaient fausses",  témoigne un volontaire étranger américain très frustré.


"Quand nos camarades sont morts, une unité de soldats ukrainiens a dépouillé leurs corps. Ils ont pris leur argent, leurs téléphones, leurs sacs, leurs papiers d'identité", s'indigne un autre.


"On a l'impression que les chefs sont là pour la gloire, ils n'hésiteront pas à sacrifier la vie des volontaires pour y arriver. C'est vraiment une mauvaise situation, personne ne nous écoute. Personne n'a peur de mourir, mais on n'a peur de mourir sous les ordres d'un mauvais commandement pour aucune raison", s'alarme un autre encore.


Face à cette situation de désespoir, beaucoup de volontaires étrangers engagés dans cette guerre contre la Russie aux côtés de l'Ukraine choisissent simplement de partir.


Source TV5 Monde.