Radio Oreole Flash Info :
latest

728x90

468x60

Affichage des articles dont le libellé est DANS LE MONDE. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est DANS LE MONDE. Afficher tous les articles

01 novembre 2022

Etats-Unis : Le président Joe Biden bientôt destitué?


Vers une fin de règne pour Joe Biden aux Etats-Unis? La question est sur les lèvres depuis que les Républicains ont indiqué ne pas exclure une mise en accusation du 46ème président de la première puissance mondiale.


C'est une option que les Républicains envisagent désormais sérieusement. Le parti de l'ancien président Donald Trump  compte lancer une procédure de destitution contre Joe Biden, en fonction depuis près de deux ans, si la formation politique remporte les élections de mi-mandat du 8 novembre prochain. Le scrutin devrait aboutir au renouvellement d'une partie des membres du congrès (chambre des représentants et le Sénat).


Les Républicains fonde cette éventuelle procédure sur un rapport accablant dit Marco polo, sur le fils du président, Hunter Biden. Le document de 634 pages diffusé auprès de l’ensemble des membres du congrès américain détaillé sur des faits de corruption, de drogue  et les frasques sexuelles.


Les Républicains annoncent fondé leur recours également sur l'état de santé de Joe Biden, bientôt 80 ans, qui commence par équiter même dans son propre camp. Affaire à suivre. 

Israël aux urnes pour la 5ème fois en moins de 4 ans pour élire son 1er ministre




6.800.000
citoyens israéliens sont appelés aux urnes pour la cinquième fois en moins de quatre ans pour élire un nouveau premier ministre. Qui de Yair Lapid ou de Benjamin Netanyahu sortir vainqueur de cette élection?


En Israël, le plus souvent, c'est des coalitions de partis politiques qui gouvernent. Tous les yeux sont braqués sur le bloc de la droite, drainé par le Likoud de Benjamin Netanyahu. Ce dernier pourrait reprendre son poste de premier ministre après avoir été évincé il y a Plus d'un an. Il est poursuivi pour corruption, abus de confiance....


Ala mi-journée, les sondages font état d'une forte participation, avec un taux de plus de 28%. Un record depuis 1999. Les résultats définitifs sont attendus demain.


39 partis sont sur la ligne de départ. Que peuvent donc changer ce nouveau scrutin dans un environnement politique figé depuis quatre ans?

31 octobre 2022

Brésil : Le revenant Luiz Inacio Lula DaSilva élu président avec 50,9 % des voix


C'est la fin d'une
élection remplie de suspense au Brésil. L'ancien président Luiz Inacio Lula DaSilva a été élu ce dimanche à la présidence avec 50,9 % des voix, face au président sortant Jair Bolsonaro.


Aux quatre coins du Brésil, les supporters de Lula ont dû attendre que plus de 80 % des voix soient décomptées pour voir leur champion virer en tête de l’élection la plus disputée de l’histoire du Brésil, dimanche 30 octobre. 


Autour de 20 h (heure du Brésil), ils ont pu laisser exploser leur joie quand le décompte quasi définitif du TSE (le Tribunal électoral supérieur) a donné au candidat du Parti des travailleurs une très courte avance avec le score de 50,9 % des voix. Avec presque deux millions de voix de retard, Jair Bolsonaro, le président sortant, ne pouvait mathématiquement plus l’emporter. Cette courte victoire de Lula montre combien le pays est fracturé.

Lula emprisonné pour une affaire de corruption, a fini par être blanchi  avant de se lancer de nouveau dans la course au sommet de l'Etat.

30 octobre 2022

Guerre en Ukraine : La Russie se retire de l'accord sur les céréales


Aucun mouvement de cargos pour le transport des céréales ukrainiennes en mer Noire n'a été validé pour la journée de dimanche, a annoncé le Centre de coordination conjointe (JCC) chargé de superviser l'accord international signé l'été dernier. Moscou a suspendu hier sa participation à l'accord signé le 22 juillet à Istanbul, en invoquant une attaque de drones sur ses navires. L'Ukraine et la Grande Bretagne sont pointés du doigt.



La Russie a annoncé samedi se retirer de l'accord sur les céréales dit de la mer Noire, négocié en juillet sous l'égide des Nations unies et de la Turquie pour faciliter l'exportation des céréales d'Ukraine et de Russie. Une suspension qui a eu un effet immédiat car ce dimanche il n'y a pas de bateau marchand à circuler dans le cadre de l'Initiative céréalière de la mer Noire.



Si la Russie dénonçait ces dernières semaines le blocage de ses exportations en raison des sanctions pesant contre elle, l'Ukraine elle critiquait la lenteur des inspections des cargos obligatoire avant départ.... Accusant la Russie de faire obstruction. Plus de 170 navires étaient en attente d'inspection cette semaine selon le Centre de coordination conjointe. 


Depuis l'entrée en vigueur de l'accord dit de la mer Noire, 9 millions de tonnes de céréales et autres produits agricoles ont pu quitter les ports ukrainiens. Des produits bloqués dans les ports ukrainiens depuis le début du conflit en février. Vladimir Poutine avait aussi dénoncé que la majorité des stocks n'allait pas vers les pays nécessiteux. 

29 octobre 2022

Guerre en Ukraine : La bataille de Kherson, déterminante pour Volodymyr Zelensky et alliés, la Russie en mode vigilance maximale ?


Tout peut basculer et s'embraser d'un moment à l'autre  à Kherson, l'une des villes ukrainiennes récemment annexées par Moscou et que Kiev tente depuis des semaines de reprendre, avec l'aide de l'OTAN. Quel scénario se dessine dans cette région? Surtout que les belligérants ne cessent de  donner des signaux alarmistes.


Certains parlent d'une grande contre-offensive, d'une bataille déterminante,  minutieusement préparée. Kherson, la ville très convoitée par les ukrainiens et alliés. L'armée russe, quant à elle, est sur la défensive. Objectif, éviter de subir son premier plus grand revers depuis le déclanchement de la guerre le 24 février dernier


Mais depuis plusieurs jours, l'effet brouillard règne depuis quelques jours sur le front. Les quelques tentatives d'attaque menée par les Ukrainiens sont rapidement matées. La manœuvre pour les hommes de Volodymyr Zelenskyy, appuyés fortement par L'OTAN, consiste à repérer les failles dans le dispositif  russe pour asseoir une véritable stratégie d'assaut devant conduire à une reprise de territoire.


Vladimir Poutine a annoncé que l'Ukraine se prépare pour larguer une "bombe sale sous faux drapeau sur la région de Kherson. Démenti immédiat de l'autre côté, qui remet plutôt la charge sur l'ennemie. Des soupçons des éventuels  bombardements du barrage de  de la centrale hydroélectrique de Kakhovka,. L'infrastructure aurait été "miné" par les forces selon Kiev.


Loin de la zone de conflits, le grand parrain américain   se prépare pour les élections de mi-mandat le 8 novembre prochain.  Le président Joe Biden est en difficulté. Certains voix commencent par remettre en cause les milliards de dollars d'aides donnés à l'Ukraine. 


Les questions que tout le monde se pose est de savoir qu'est ce qui peut se passer d'une minute à l'autre à Kherson. Les ukrainiens vont-ils attaquer. Effet de surprise en profitant du fait que tout le monde aura les yeux braqué sur les Etats-Unis et pareillement de la baisse de vigilance des russes? Quel serait l'issu de cette contre-offensive tant annoncée? Un véritable bourbier l'un ou l'autre camp? Qui cédera le premier? 


Plusieurs scénarii sont envisageables selon les analystes occidentaux. La Russie se retire sans combattre, attendre l'arrivée des ukrainiens pour détruire le barrage, défendre vaille que vaille Kherson quitte à lancer une bombe nucléaire...

 

28 octobre 2022

Donald Trump annonce le retour de son compte Twitter dès lundi


Depuis jeudi, le réseau social Twitter a changé de main. Elle est désormais la propriété du milliardaire américain Elon Musk. Ce rachat suscite beaucoup de réactions, surtout de la part de ceux qui ont vu leurs comptes suspendus pour telle ou telle raison. L'ancien président des Etats-Unis Donald Trump, s'est montré confiant de retrouver bientôt le sien.


Elon Musk, fondateur de Tesla et de SpaceX, a officiellement racheté Twitter pour 44 milliards de dollars après quelques semaines d'atermoiement. Il a immédiatement licencié le PDG, le directeur financier et le responsable des affaires juridiques.


"Twitter est désormais entre de bonnes mains, et ne sera plus dirigé par les fous de la gauche radicale qui détestent véritablement notre pays. Je félicite Elon pour le rachat, beaucoup disent que le changement était nécessaire, le directeur précédent était woke... ", a indiqué Trump

"Ils m'ont dit que mon compte reviendrait lundi, on verra !". Cette phrase attribué à l'ancien président américain a été signalé plus tard fausse. Mais tout laisse entrevoir qu'il va certainement récupérer ce compte.


Le compte tweeter de Trump, avec ses centaines de millions d'abonnés, avait été définitivement suspendu à la suite de l'envahissement du capitole par ses partisans le 6 janvier 2021, pendant que le congrès était en train de certifier les résultats du vote qui a donné pour vainqueur le démocrate Joe Biden. Une victoire que le milliardaire républicain n'a jamais cessé de contester.

L’ancien président américain avait annoncé dans une interview pour Fox News qu’il ne retournerait pas sur Twitter, préférant se concentrer sur son propre réseau social, TRUTH.


26 octobre 2022

Guerre en Ukraine : Umaro Sissoco Embalo chez Volodymyr Zelensky


Après l'étape de Moscou mardi où il s'est entretenu avec Vladimir Poutine, le président de la Guinée-Bissau, et président en exercice de la CEDEAO, a posé sa valise à Kiev. A l'ordre du jour, la guerre en Ukraine et les relations bilatérales.


"Reçu ce 26 Octobre 2022 à Kiev au Palais de la Présidence par SE le Président Volodymyr Zelensky. Entretiens chaleureux autour du renforcement des relations entre l'Ukraine et la Guinée-Bissau", a tweeté ce soir Umaro Sissoco Embalo.

Guerre en Ukraine : "On ne peut pas abandonner la Russie", le Président de la CEDEAO Umaro Sissoco Embalo à Vladimir Poutine




Le Président de la Guinée-Bissau et Président en exercice de la CEDEAO, en
mission de bons offices entre la Russie et l'Ukraine. A Moscou mardi 25 octobre, lors d'un entretien de prè de deux heures avec Vladimir Poutine, Umaro Sissoco Embalo a demandé à son interlocuteur le rôle que l'Afrique peut jouer pour mettre fin à la guerre. Il est allé même plus loin, soulignant que le continent noir ne peut pas abandonner la Russie compte tenu des liens historiques entre les deux parties.


Le président russe Vladimir Poutine s’est entretenu mardi 25 octobre à Moscou avec son homologue bissau-guinéen, le président de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) Umaro Sissoco Embalo.


Si les discussions concernant les exportations de céréales étaient à l’ordre du jour, Embalo a exhorté le dirigeant russe à trouver une solution pacifique à la guerre en Ukraine.


« Je représente également la CEDEAO, je transmettrai donc un message de tous ses États membres. Vous pouvez voir que la situation actuelle concernant la guerre entre deux nations sœurs, la Russie et l’Ukraine, ainsi qu’en ce qui concerne les céréales et les engrais, a bloqué les progrès dans le monde entier. C’est très important. Nous pensons et espérons que nous pourrons trouver un moyen d’établir un dialogue entre les deux nations sœurs. », a-t-il déclaré, avant de préciser : 


"C'est très important que le président Poutine voit et nous dise ce que nous on peut faire pour aider les deux frères dans cette crise. On ne peut pas abandonné la Russie par ce qu'on a une relation traditionnelle multisectorielle. La position de l'Afrique dans cette crise montre que la Russie compte dans le monde, et nous sommes des partenaires. Nous voulons aussi parler du dossier sécuritaire dans la zone ouest africaine. On sait que la Russie est représentée dans tous les pays du monde Je suis venu en tant que frère", propos transmis par RT.


Près de 9 mois après le déclenchement de la guerre entre la Russie et son voisin, des milliers de personnes sont mortes et ses conséquences continuent de perturber l’économie mondiale. La guerre a en effet nui à la croissance et contribué à la hausse des prix dans le monde.



Le président Poutine a salué les « relations amicales » de longue date entre la Russie et la Guinée-Bissau, ajoutant qu’il espérait développer davantage les liens commerciaux, économiques et humanitaires.


Umaro Sissoco Embalo s'est aussi rendu ce même jour à Kiev pour une rencontre avec Volodymyr Zelensky.


24 octobre 2022

Royaume-Uni : Rishi Sunak nouveau Premier ministre


C'est officiel, Rishi Sunak a été désigné lundi 24 octobre par les conservateurs pour devenir le futur Premier ministre britannique après le retrait de sa seule rivale, Penny Mordaunt et le non come-back de Boris Johnson. Il succède à Liz Truss, restée en poste 44 jours seulement et qui l'avait battu il y a quelques semaines.


L'ex Chancelier de l'échiquier (ministre des Finances) a remporté la course à Downing Street. 


« Rishi Sunak est élu chef du Parti conservateur », a annoncé Graham Brady, chargé de ces questions au sein de la formation au pouvoir depuis 12 ans. N'ayant pas recueilli les 100 soutiens nécessaires pour rester dans la course à Downing Street, Penny Mordaunt avait juste avant reconnu sa défaite, apportant sur Twitter son « plein soutien » à Rishi Sunak.


A 42 ans, ce petit-fils d'immigrés d'origine indienne au parcours typique de l'élite britannique entre dans l'histoire en devenant le premier non-blanc à diriger le gouvernement du Royaume-Uni.


Son pays subit actuellement une crise économique majeure, aggravée  par le programme de sa prédécesseur axé sur la baisse d'impôt surtout pour les riches. Ce qui a d'ailleurs provoqué rapidement sa chute. Les contre-coups des sanctions contre la Russie dans le conflit ukrainien est aussi passé par là. 

Minusma : Des médecins militaires togolais honorés


Des casques bleus togolais déployés au Mali sont de nouveau distingués.  La Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation au Mali (Minusma) a honoré la semaine dernière, des médecins militaires togolais qui veillent sur la santé des communautés à Kidal. 


Au total, 67 professionnels de la santé dont 7 femmes, sont déployés dans la localité depuis 2021. Au cours de l’année écoulée, le bataillon togolais a réalisé 263 consultations de petite chirurgie, 785 consultations de médecine interne et 504 consultations dentaires, 52 opérations de stabilisation de blessés graves, 176 interventions chirurgicales d’urgence, 153 évacuations médicales aériennes, 475 explorations radiologiques, 2 050 tests divers de laboratoire. Ce 9ème détachement a aussi pris en charge 13 cas de piqûres de scorpion et 115 cas d’infections à Coronavirus au cours de l’année écoulée. 


« Regroupant l’ensemble des spécialités, de la médecine générale à la chirurgie en passant par la gynécologie, la psychiatrie ou encore les services du dentiste, l’hôpital militaire tenu par les Casques bleus togolais est servi par un personnel toujours disponible, très professionnel et surtout particulièrement enthousiaste », a déclaré Eric Durieux, Commandant adjoint de la Force de la MINUSMA dans la zone.  


Implanté dans un premier temps dans la région de Mopti, précisément à Sévaré en 2013, l’hôpital togolais a été ensuite redéployé à Kidal deux ans plus tard. Des annexes sont aussi ouvertes dans d’autres villes comme Gao et Tombouctou.

23 octobre 2022

La Russie annonce avoir détruit un dépôt avec 100.000 tonnes de carburant appartenant à l'aviation ukrainienne


L'armée russe a affirmé dimanche avoir détruit un dépôt avec 100 000 tonnes de carburant pour l'aviation ukrainienne, ainsi que plusieurs dépôts de munitions et un réservoir de pétrole avec du carburant diesel destiné aux véhicules militaires ukrainiens. 


«Un dépôt qui abritait plus de 100 000 tonnes de carburant pour les forces aériennes ukrainiennes a été détruit près de la localité de Smila, dans la région de Tcherkassy, dans le centre de l'Ukraine», a indiqué le ministère russe de la Défense dans un communiqué.

22 octobre 2022

Guerre en Ukraine : Volodymyr Zelensky accuse la Russie de " terroriser son pays" avec des frappes massives


L'arme russe a changé de méthode de guerre depuis l'attaque du pont de la Crimée il y a deux semaines.  Des frappes aux drones kamikazes et missiles sont contre plusieurs cibles stratégiques dans plusieurs villes dont Kiev la capitale, ont monté d'un cran. C'est le cas ce jour. Comme à son habitude, Volodymyr Zelensky a encore crié au loup.


Une situation qui change complètement le cours du conflit, puisque ces derniers temps, on ne fait que parler des prouesses de l'armée ukrainienne, (donc clairement "un prétendu effondrement des hommes de Poutine"), fortement aidée par l'OTAN. 


Les bombardements russes touchent des infrastructures énergétiques (réseaux électriques), militaires et ferroviaires.

Volodymyr Zelensky a accusé ce samedi 22 octobre 2022 Moscou d'une "attaque massive" avec 36 tirs de roquette sur son pays.


"L'agresseur continue de terroriser notre pays. Pendant la nuit, il a lancé une "attaque massive" avec 36 tirs de roquette. Le monde peut et doit stopper cette terreur", a-t-il indiqué.


Plus d'un million de foyers sont par ailleurs sans électricité en Ukraine à la suite de frappes russes, selon un conseiller de la présidence ukrainienne.


La peur a-t-elle changé de camp depuis le 10 octobre en si peu de temps?

21 octobre 2022

France - Rejet par le parlement du projet de loi de financement de la sécurité sociale : le gouvernement d'Emmanuel Macron dégaine pour une seconde fois en 24 heures l'article 49.3 de la constitution


Nouveau revers du gouvernement d'Emmanuel Macron à l'Assemblée nationale. Rebelote, après la première partie du budget de l'Etat, le premier ministre Elisabeth Borne dégaine pour une seconde fois en 24 heures l'article 49.3 de la constitution. Cette fois-ci, le gouvernement fait passer en force le projet de loi du financement de la sécurité sociale, projet préalablement rejeté par les députés.


L'usage de cette procédure prouve combien de fois Emmanuel Macron est minoritaire au parlement. Elle fait grincer les dents dans le rang de l'opposition qui n'hesite plus à parler de dénie de la démocratie ou de la dictature.

"ECOVISA", le futur visa harmonisé de la CEDEAO


Les experts régionaux en charge de la délivrance et du contrôle des visas se sont accordés sur le régime harmonisé de visa de la CEDEAO, baptisé ECOVISA, à mettre en œuvre dans toute la région. Cette recommandation intervient à l’issue d’une réunion intense de trois jours à Abuja, au Nigeria, du 11 au 13 octobre 2022.

 

La réunion, qui a été convoquée par la Commission de la CEDEAO, visait entre autres à valider les recommandations de la réunion de la Task Force qui s’est tenue précédemment, à harmoniser le coût et la conception de la vignette visa et à délibérer sur d’autres modalités associées à la mise en œuvre de l’ECOVISA.

 

Pour s’assurer que les objectifs de la réunion soient pleinement atteints, les participants ont été répartis en trois groupes de travail chargés d’examiner des scénarios et de formuler des recommandations. 


Le groupe 1 s’est penché sur les questions financières et les membres ont délibéré sur le coût, la formule de partage, la monnaie de paiement, les modes de paiement, le mode de distribution des revenus provenant des visas délivrés. 


Le groupe 2 a débattu des questions de sécurité, notamment de la durée, des modalités d’entrée (multiple ou unique), du document de voyage requis et des caractéristiques de sécurité. Le groupe 2 a également été chargé de proposer un modèle de vignette visa. Le dernier groupe, le groupe 3, a été chargé de délibérer sur la plateforme de demande, le système de partenariat de e-banking et la connectivité, les logiciels/matériels de contrôle, à utiliser pour un déploiement efficace.

 

Une présentation a été faite par un expert de la Communauté d’Afrique de l’Est (EAC) sur l’introduction du visa touristique unique dans l’EAC valable pour le Kenya, le Rwanda et l’Ouganda. L’objectif était de partager l’expérience, les succès et les défis dans la mise en œuvre du Visa Touristique Unique dans l’EAC, que ce soit au niveau institutionnel, du cadre légal, de l’arrangement financier, des caractéristiques de sécurité, de la solution TIC pour les demandes, etc.

 

A l’issue de la réunion, les experts ont formulé une série de recommandations visant à assurer la mise en œuvre effective de l’ECOVISA. Parmi celles-ci, on peut citer (1) la nécessité de s’assurer que le logiciel nécessaire soit développé par une start-up de la sous-région de la CEDEAO et qu’à ce titre, un concours soit organisé pour réunir les programmeurs les plus talentueux de la sous-région ; (2) le centre de données soit domicilié dans un Etat Membre de la CEDEAO ; (3) la nécessité pour la CEDEAO de continuer à s’engager avec l’UEMOA dans l’harmonisation des politiques de visa. Les experts ont également approuvé le projet de la vignette visa proposé par la Commission de la CEDEAO.


 Toutefois, la Commission devra travailler avec des experts en impression sécurisée pour s’assurer que tous les éléments de sécurité recommandés par l’Organisation de l’aviation civile internationale (OACI) sont pris en compte.

 

La réunion de 3 jours a rassemblé des experts en charge de la délivrance des visas, des experts en charge du contrôle des visas aux points d’entrée ainsi que des participants de la Commission de la CEDEAO et de la GIZ-AUBP.

 

Pour rappel, l’Autorité des Chefs d’Etat et de Gouvernement de la CEDEAO a mandaté la Commission de la CEDEAO pour développer les modalités de la mise en œuvre harmonieuse de l’ECOVISA pour les Migrants des pays tiers. En application de ce mandat, la Commission de la CEDEAO, en collaboration avec la GIZ-AUBP, a lancé une étude sur les modalités d’harmonisation des procédures et processus de visa dans la région de la CEDEAO. 


Une Task Force ECOVISA a été mise en place et une série de réunions d’experts a été organisée avec des experts du Burkina Faso, du Bénin, de la Côte d’Ivoire, du Ghana, de la Guinée-Bissau, de la République fédérale du Nigeria et du Sénégal en avril 2022 pour examiner les résultats de l’étude. Cette dernière réunion d’experts a été organisée pour permettre à la Task Force ECOVISA de présenter son rapport et les recommandations qui l’accompagnent pour validation par les experts des Etats Membres. 


La réunion a également été l’occasion de discuter d’autres questions émergentes liées à la mise en œuvre d’ECOVISA, telles que les coûts et la conception de la vignette ECOVISA, ainsi que les procédures pour le processus de demande. Les recommandations issues de cette réunion seront transmises pour adoption au plus haut niveau.

20 octobre 2022

Royaume-Uni : Après 44 jours de fonction, la Première ministre Liz Truss démissionne




Liz Truss devient la Première ministre qui est restée le moins longtemps au 10, Downing Street. Celle qui a succédé à Boris Johnson le 6 septembre 2022 vient de démissionner ce jeudi 20 octobre après seulement 44 jours de fonction.


Contrainte à une série de revirements sur ses promesses de campagne, elle avait dû notamment changer de ministre des Finances après que le budget présenté fin septembre a déclenché une panique sur les marchés financiers. 


« Vu la situation, je ne peux pas remplir le mandat sur lequel j'ai été élue par le Parti conservateur », a déclaré Liz Truss devant le 10, Downing Street. Elle a précisé qu'un nouveau scrutin interne aurait lieu au sein de la majorité « d'ici à la semaine prochaine » pour la remplacer.


Le chef de l'opposition britannique, le travailliste Keir Starmer, a appelé à la tenue d'élections législatives dès « maintenant ».


La pression était de plus en plus forte sur Liz Truss. La Première ministre britannique, en poste depuis 6 semaines, et qui a vécu une journée de mercredi pour le moins « difficile » avec la démission de la ministre de l'Intérieur et une soirée sous haute tension au Parlement.


Le porte-parole de la Première ministre avait assuré dans un premier temps qu'elle n'avait aucune intention de renoncer.  Mais en fin de matinée, elle a rencontré le député à la tête du puissant Comité 1922 chargé de l'organisation interne du parti conservateur. Une rencontre qui semble avoir changé le scénario prévu par la Première ministre. Le parti conservateur réenclenche donc une élection interne pour se trouver un nouveau dirigeant, le cinquième en six ans.

Tchad : Des morts dans des manifestions contre le maintien au pouvoir de Mahamat Idriss DEBY, la France condamne les violences


Les Tchadiens protestent contre le prolongement de 2 ans de la transition et la volonté de  Mahamat Idriss DEBY de garder le pouvoir. De violents heurts ont lieu à Ndjamena entre les forces de l'ordre et des manifestants opposés à la prolongation de la période de transition.


Bien que la manifestation ait été interdite par les autorités, Plusieurs centaines de ce matin, de la fumée noire était visible dans la capitale, des pneus ont été brûlés, des barricades érigées. personnes sont sorties dans les rues de la capitale ce jeudi matin, 20 octobre. 


La police est déployée, mais aussi l'armée. Des tirs à balles réelles se font encore entendre, de façon sporadique.


la répression policière fait des morts dont un jeune journaliste, qui travaillait pour la radio CEFOD, tué par balle à  N'Djamena. La contestation s'est répandue dans d'autres localités du pays.


Les sièges des partis de l'actuel Premier ministre et de son prédécesseur, l'UNDR et le RNDT Le Réveil, ont été vandalisés.


La France condamne ces violences survenues. Dans un communiqué du ministère des Affaires étrangères, Paris évoque notamment l'utilisation d'armes létales contre les manifestants.


"J’ai renoué avec Poutine, il m’a envoyé 20 bouteilles de vodka et une lettre très douce", ces propos de l'ancien premier ministre Silvio Berlusconi secoue l'Italie


Depuis le 24 février avec l'invasion de l'Ukraine, déclarer son amitié à Moscou est synonyme de crime de lèse-majesté en Occident. Silvio Berlusconi en fait les frais. Il s’est attiré les foudres de l’opinion mercredi 19 octobre, lorsqu’un enregistrement a été révélé. Dans une réunion avec les parlementaires de son parti, l’ex-Premier ministre y annonce avoir renoué avec le président russe Vladimir Poutine, semant le doute sur la fiabilité de la nouvelle majorité et la cohérence du pouvoir en Italie.


Silvio Berlusconi n’a jamais renié son amitié historique pour Poutine. Il y a un mois, il a même excusé l’agression russe en Ukraine. Mais en pleines négociations pour la formation du nouveau gouvernement, le fondateur de Forza Italia prend le contrepied de ses alliés d’extrême droite.


Dans un enregistrement clandestin, on entend Silvio Berlusconi - maintenant sénateur - se confier à des élus de son parti Forza Italia : « J’ai renoué avec Poutine, il m’a envoyé 20 bouteilles de vodka et une lettre très douce, je lui ai répondu avec du Lambrusco et une lettre très douce. »


Un peu plus loin, il déclare que s’il y a la guerre en Ukraine c’est « à cause de la résistance ukrainienne », et laisse entendre son mépris pour le président ukrainien Volodymyr Zelensky.


Face à Moscou, la cheffe des Fratelli d’Italia Giorgia Meloni - qui devrait diriger le nouveau gouvernement - est sur la même ligne que Washington. Le leader de la Ligue Matteo Salvini, autre allié de poids dans la coalition, a essayé de faire oublier son admiration passée pour Poutine.


En Italie, engagée militairement et économiquement dans le soutien à l’Ukraine, les mots doux de Silvio pour son ami Vladimir ont été jugés incompréhensibles, inexcusables. Et ce tant par la droite que par la gauche.

19 octobre 2022

France - Loi de finances 2023 : Acculés à l'Assemblée nationale, Emmanuel Macron et son gouvernement dégainent l'article 49.3 de la Constitution


C'était dans l'air depuis quelques jours vu les différents revers de son gouvernement au parlement et le contexte social très tendu. La Première ministre française a enclenché, ce mercredi à l'Assemblée nationale, l'article 49.3 de la Constitution, qui permet l'adoption d'un texte sans vote, sauf dans le cas où une motion de censure est déposée. Ce qui est le cas ce jour puisque les députés Nupes l'ont d'ores et déjà annoncé. 

Pour autant, le Rassemblement national et la droite avaient plus tôt annoncé qu'ils ne voteraient pas la motion de la gauche. Cette dernière a donc peu de chance de renverser le gouvernement. 


Il s'agit pour Mme Elisabeth Borne, dont le gouvernement est privé de majorité absolue au palais Bourbon, de faire passer son projet de loi de finances 2023 (PLF).

Réunion du Conseil de sécurité : Abdoulaye Diop s'en est pris à la France et à l'ONU


Comme on s'y attendait, la réunion du Conseil de sécurité de l'ONU mardi 18 octobre a tourné à l'affrontement entre   le ministre des Affaires étrangères malien Abdoulaye Diop et l'ambassadeur français se sont affrontés. Le clash diplomatique s'est élargi après que Bamako ait lancé de nombreuses piques en direction de l'ONU au sujet du rapport du secrétaire général pour la période juin-septembre. Abdoulaye Diop a renouvelé les accusations portées contre Paris.


Après un début de séance dans son ronronnement habituel, la salle du Conseil de sécurité a pris des airs de ring de boxe dès que le ministre des Affaires étrangères malien a pris la parole.


Abdoulaye Diop a critiqué l'ONU et les membres du Conseil de sécurité mettant en garde les autorités de transition. Puis il a directement attaqué la France, qui a commis des actes « graves d'agression et d'espionnage » au Mali, selon lui, et a reproché au Conseil de ne pas réagir aux protestations successives de Bamako.


Au cours de sa prise de parole, Abdoulaye Diop s'est déclaré surpris que le rapport du secrétaire général « ait passé sous silence » la saisine du Conseil par le Mali le 15 août dernier pour « des tentatives de déstabilisation et des violations répétées de l'espace aérien du Mali par les forces françaises ». Soit « des actes d'agression d'une extrême gravité », dit-il, qui ne doivent pas rester sans suite.


Le Mali demande une réunion spécifique du Conseil de sécurité

Par sa voix, les autorités du Mali ont renouvelé leur demande d'une réunion spécifique du Conseil de sécurité de l'ONU pour présenter « des preuves concrètes ». Le ministre malien des Affaires étrangères affirme que la France a partagé des renseignements et laissé du matériel au profit d'organisations criminelles.

« L'État malien amènera à la face du Conseil de sécurité et à la face du monde des preuves tangibles de ce que nous mettons en avant »déclare-t-il, avant de conclure qu'il souhaite que la France porte cette demande de réunion spéciale.


L'ambassadeur français, Nicolas de Rivière, s'est alors indigné de ce qu'il qualifie de « mensonges » et diffamations, demandant à répondre pour « rétablir la vérité » : « Accusations mensongères et diffamatoiresAccusations graves et infondées. La France n'a jamais violé l'espace aérien malien. » « Je conteste formellement toute violation du cadre juridique bilatéral », a martelé le diplomate. 

Nicolas de Rivière a rappelé les circonstances du déploiement de la force Barkhane, sa mission -rappelant que durant neuf années, la force Barkhane avait été déployée à la demande du gouvernement malien.

18 octobre 2022

Le Maroc et la Russie signent un accord de coopération sur le nucléaire civil


Le Maroc vient de signer un accord de coopération avec la Russie sur le nucléaire civil.


Et pourtant, pour la première fois depuis le début de la guerre en Ukraine, Rabat  voté contre la Russie à l’ONU, donnant avis favorable à la résolution condamnant l'annexion de quatre (04) régions par Moscou. 


Pour le Maroc, tout est cohérent. 


Selon cet accord, le Russie va assister le Maroc pour des projets relatifs notamment à la création et l’amélioration des infrastructures, la conception et la construction de réacteurs nucléaires ains que d’usines de dessalement de l’eau de mer et d’accélérateurs de particules élémentaires, indique l’agence. Il est également prévu dans le cadre de cet accord de fournir des services dans le domaine du cycle du combustible, et de gestion des déchets. 


« En outre, la Russie aidera le Maroc dans l’exploration et le développement des gisements d’uranium et l’étude de la base de ressources minérales du pays », précise l’agence russe TASS dans son communiqué. Il est également question de former les ressources humaines des centrales et notamment en matière de réglementation et de sécurité nucléaire et radiologique.