Radio Oreole Flash Info :
latest

728x90

468x60

Affichage des articles dont le libellé est ECONOMIE. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est ECONOMIE. Afficher tous les articles

10 septembre 2022

La Chine supprime les droits de douane sur 98% de produits togolais


Le Togo, à l’instar de plusieurs pays du continent, a bénéficié il y a quelques jours de la suppression des droits de douane sur 98% de ses produits exportés vers la Chine. La mesure annoncée en août dernier permettra de renforcer les échanges entre le Togo et l’Empire du milieu. 


En dehors du Togo, 8 autres pays sont concernés par cette facilité qui fait partie de la nouvelle politique tarifaire annoncée par Pékin. En effet, à la 8ème Conférence ministérielle du Forum sur la coopération sino-africaine (FOCAC 8) tenue en 2021 à Dakar, le président chinois Xi Jinping a annoncé l’intention d’augmenter les importations de produits agricoles en provenance de l’Afrique. Si la mesure intervient après une hausse annuelle de 33% de la valeur des échanges commerciaux entre le Togo et la Chine l’année dernière, elle devrait surtout profiter aux exportateurs de cultures de rente.    


En rappel, Lomé a bénéficié le mois dernier de l’annulation d'une dette par la Chine. Les deux pays célèbrent d’ailleurs le 50e anniversaire de leurs relations diplomatiques cette année. 

02 septembre 2022

Nouvelle OdR : Le Togo mobilise 33 milliards de Fcfa


Le Togo a bouclé une nouvelle émission d’Obligations de Relance (OdR) ce vendredi 2 septembre 2022. A la recherche de 30 milliards de Fcfa, le pays en a récolté 33. 


Il s’agit d’OAT de 5 et 7 ans. Le taux de couverture a été supérieur à 242%.


Ces OdR visent à permettre à l’émetteur de mobiliser l'épargne des personnes physiques et morales en vue d'assurer la couverture des besoins de financement du budget de l'État du Togo dans le cadre des plans de relance économique afin de contenir les effets de la pandémie et renouer avec les performances d’avant la crise sanitaire.

01 septembre 2022

Le Togo et le Burkina Faso veulent exploiter le plein potentiel du corridor Lomé - Ouagadougo


Lomé abrite depuis ce jeudi 1er et ce jusqu'au 2 septembre 2022, une rencontre d’échanges sur le transport, le transit routier et maritime entre le Togo et le Burkina-Faso. Objectif, redéfinir les conditions normatives propices au recalibrage des trafics afin de tirer le plein profit du corridor Lomé-Cinkassé-Ouagadougou.


C'est une rencontre de deux jours portant sur les échanges commerciaux et de coopération. A cet effet, une forte délégation du Burkina-Faso, conduite par le ministre des transports de la mobilité urbaine et de la sécurité routière Mahamoudou Zampaligré prend part à cette aux travaux. Du côté du Togo, la cérémonie d'ouverture a connu la présence du ministres des transports routiers, aériens et ferroviaires Affoh Atcha-Dedji, celui ducommerce, de l’industrie et de la consommation locale Kodjo Adedze, des Travaux Publics Zouréhatou Tcho-Kondo Kassa Traoré, du préfet du Golfe Atabou Kossi. Les deux pays ont aussi dépêché des opérateurs économiques et les présidents des faîtières des transporteurs 


Le Burkina Faso étant un pays enclavé, il fait transiter ses marchandises depuis le port autonome de Lomé. Le corridor qui le relie au Togo est long de plus de 1000 km, un véritable vivier pour le développement économique et des relations commerciales entre les deux états. Le pays des hommes intègres a convoyé en 2021 plus de 4,8 millions de tonnes de marchandises.

 

Pour le ministre Affoh Atcha-Dedji la sécurité des personnes, des biens et des infrastructures, mais surtout des marchandises qui doivent arriver à destination avec un trafic fluidifié vu le volume de marchandises est importante.

 

« La rencontre se situe dans le cadre de bonnes relations entre le Burkina Faso et le Togo. En matière de fret qui quitte le port autonome de Lomé, vers hinterland, le Burkina Faso a un gros volume par rapport aux autres états. L’objectif c’est de renforcer les relations. Il faut surtout la fluidité du trafic. Quand un véhicule quitte le port de Lomé avec des marchandises, il faut qu’il arrive en temps réel et en un temps record au Burkina Faso. Nous allons discuter des problèmes que nous rencontrons au niveau du port, au niveau du corridor Lomé – Ouagadougou, insister notamment sur un point pour ne pas détruire  nos infrastructures très développés. Il faut veiller à ce que nous protégeons les personnes, infrastructures et les biens. Sur ce corridor, l’application du règlement 14 de l’UEMOA est important quand vous voyez beaucoup d’accidents sur les routes c’est dû à des surcharges », déclare le ministre des transports routiers.

Affoh Atcha-Dedji, Ministre togolais des transports routiers, aériens et ferroviaires

Le ministre burkinabè des transports, de la mobilité urbaine et de la sécurité routière Mahamadou Zampaligre de son côté, espère lever toutes les interrogations qui empêchent une meilleure exploitation de l’axe Lomé-Ouagadougou et trouver les solutions idoines à ces problèmes.


« L’objectif principal, c’est de discuter sur toutes les problématiques, les disfonctionnements qui créent les performances du corridor Lomé-Ouagadougou. Nous avions une multitude d’acteurs sur ce corridor, nous avions assez de questions liées au commerce, au transport et ses moyens. Toutes ces problématiques encadrées par la législation nationale et communautaire rencontrent des difficultés qu’il convient de régler » explique-t-il.

 

Mahamadou Zampaligre, ministre burkinabé des transports, de la mobilité urbaine et de la sécurité routière

Le vice-président de la faîtière des transporteurs du Togo, Kodjo Rémi Kpadenou se réjouit de cette initiative louable car, elle  permet de mettre sur la table les problèmes du secteur du transport particulièrement le corridor Lomé-cinkassé-Ouagadougou avec toutes les crises multiformes  qui se posent.

Pour rappel, le règlement n°14/2005/CM/UEMOA est relatif à l’harmonisation des normes et des procédures du contrôle du gabarit, du poids, et de la charge à l’essieu des véhicules lourds de transport de marchandises dans les états membres de l’union Economique et Monétaire Ouest Africaine.

31 août 2022

Togo : 1 389 811 tonnes de phosphates vendues en 2021


Le phosphate togolais renoue avec de bonnes performances depuis deux ans. L’extraction de la roche phosphatée a en effet de nouveau dépassé la barre symbolique du million de tonnes annuels en 2020 et 2021 (respectivement 1,3 et 1,45), alors qu’elle s’établissait à 703 000 en 2019


Cette augmentation annuelle de 10% intervient alors que les cours mondiaux du minerai, principal ingrédient dans la fabrication des engrais, ont presque doublé l’an dernier, passant de 88 dollars la tonne en février 2021 à 176 dollars en décembre.  


Pour le Togo, il s’agit d’une bonne nouvelle. L’embellie s’est ainsi ressentie au niveau des ventes. En 2021, ces dernières ont atteint 1 389 811 de tonnes, soit le niveau le plus élevé depuis les années 90, période où le Togo a connu ses ventes les plus fastes (plus de  millions de tonnes).

29 août 2022

Le Togo recherche 30 milliards FCFA


Quelques jours après son dernier succès sur le marché financier régional avec 33 milliards FCFA de levée , le Togo initie une nouvelle opération. Objectif, réussir à récolter un montant de 30 milliards FCFA. 


L’opération qui sera bouclée le 2 septembre prochain est une émission d’OAT d’une valeur nominale de 10 000 FCFA, de maturité de 5 et 7 ans, assortie des taux d’intérêt respectifs de 5,7% et 5,9%.


Les fonds qui seront mobilisés permettront de couvrir les besoins de financement du budget de l’Etat, dans le cadre de son plan de relance économique post-Covid-19. Au cours de la précédente émission, le Trésor a mobilisé 33 milliards FCFA.

22 août 2022

Umoa-Titres : le Togo lève 33 milliards FCFA


Une nouvelle sortie réussie pour le  Togo sur le marché financier régional. Le pays a vendredi. En quête de 30 milliards FCFA via une émission simultanée d’Obligations de relance (ODR), le pays en a finalement mobilisé 33 milliards FCFA.

Au total, près de 59 milliards FCFA de soumissions ont été enregistrées, soit un taux de couverture de 196%. Les obligations d’une valeur nominale de 10 000 FCFA disposent des maturités de cinq et sept ans, avec des taux d’intérêts respectifs de 5,7% et 5,9%. 


Le montant récolté permettra de couvrir les besoins de financement du budget de l’Etat, dans le cadre du plan de relance économique post-Covid-19. 

20 août 2022

ICISS TOGO-DIASPO, une vitrine pour faire de chaque Togolais de l'extérieur "un investisseur réel au pays"


Les Togolais de l'extérieur sont de plus en plus déterminés à contribuer au développement du pays à travers leurs investissements, répondant ainsi favorablement à l'appel du gouvernement. Plusieurs actions ont été déjà enclenchées en ce  sens. La dernière vient d'être lancée ce vendredi 19 août 2022 à Lomé, précisément à la Maison de la Diaspora. Il s'agit de l'Initiative citoyenne d'investissement social et solidaire (ICISS TOGO-DIASPO).


ICISS TOGO-DIASPO, une société à responsabilité limitée, vient d'être portée sur les fonts baptismaux. Sa mission, amener la diaspora togolaise à massivement investir au pays. C'est un cadre qui se veut idéal et propice pour accompagner les actions du gouvernement dans le développement. L'initiative vise concrètement à soutenir par des moyens techniques, matériels et financiers les entreprises déjà existant, , à grandir et à devenir compétitives sur le plan national et international. Un autre volet vise permettre aux porteurs de projets viables de réaliser leur rêve. Sur un autre aspect, il s'agit d'être un pont pour les togolais de l'extérieur (entrepreneurs y compris) désireux de créer leurs propres structures au pays.


Les actions d'ICISS TOGO-DIASPO sont tournées vers plusieurs secteurs, notamment les start-ups, l'agriculture, le digital, l'immobilier.


" On veut faire de chaque Togolais résident à l'étranger  un investisseur potentiel et réel au pays. Nous savons ce que  d'autres diaspora apporte dans leur Pays, exemple du Mali ou je me trouve, le Sénégal aussi. Ces derniers temps, le gouvernement togolais veut vraiment s'appuyer sur la diaspora. Nous sommes sur une  plate-forme des entrepreneurs et nous voulons réellement financer le développement du Togo", a indiqué Tikoyabi Kouabouti, le promoteur de ICISS TOGO-DIASPO



"Dans les prochains jours, ICISS TOGO-DIASPO projette lancer un projet dont l'objet est de sélectionner les 100 meilleurs start-ups sur le terrain, les coacher, les apporter des expertises techniques et financière pour leur développement", a-t-il ajouter. 


Présent au lancement de ICISS TOGO-DIASPO, le Directeur des togolais de l'extérieur au ministère des affaires étrangères a souligner que c'est une initiative qui s'intègre dans les priorité de la feuille de route du gouvernement. "Elle permet de mesurer la contribution de la diaspora. C'est réellement ceux dont les jeunes entrepreneurs ont besoin aujourd'hui au Togo", a martelé   le Coordonnateur du Guichet Diaspora, Safiou RADJI.


Il faut noter que beaucoup frappent déjà à la porte. La diaspora togolaise en Côte d'Ivoire par exemple. D'où la présence à ce lancement de Blaise Gnassi, président de la Fédération des hommes d'affaires et entrepreneurs togolais en Côte d'Ivoire. Il a annoncé qu'un projet dénommé "la cité de la diaspora" est en gestation.

18 août 2022

Togo : La PIA obtient un financement bancaire de 95 milliards FCFA


Des partenaires continuent de se mobiliser pour la construction de la Plateforme industrielle d’Adétikopé (PIA). Pour son expansion, l’infrastructure a bénéficié mardi d’un financement de 145 millions d’euros, soit plus de 95 milliards de FCFA. 

L’appui octroyé par trois institutions financières (Afreximbank, Ecobank Togo et BIA Togo) permettra de construire différentes infrastructures  sur cette plateforme. Dans les détails, elles contribuent respectivement à hauteur de 85 millions d’euros, 45 millions d’euros et 15 millions d’euros. 

La mise en place de la PIA attirera des investisseurs pour développer des activités industrielles et multisectorielles dont la transformation de produits agricoles (coton, soja, anacarde, etc.) et miniers locaux. A termes, plus de 35 000 emplois directs et indirects seront créés. 

Pour rappel, cette zone industrielle est le fruit d’un partenariat entre l’Etat togolais et Arise Integrated Industrial Platforms (IIP), spécialisée dans les zones industrielles intégrées. 

12 août 2022

ZLECAF : La liste d’engagements spécifiques du Togo revisitée


En vue des négociations sur les cinq secteurs prioritaires, le Togo, comme les autres Etats membres, a élaboré et transmis son projet de liste d’engagements spécifiques au Secrétariat de la ZLECAf. La révision de cette liste a débuté ce mardi 09 août 2022 à Lomé au cours d’un atelier national organisé avec l’appui des Nations Unies particulièrement le sous-bureau régional de la Commission économique des Nations Unies pour l’Afrique (CEA) et le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD), partenaires du processus.


Plusieurs acteurs ont pris part à cet atelier qui a pris fin ce vendredi. On peut citer les professionnels des médias, les responsables de l'ARCEP, de la poste, des entrepreneurs...


Signée le 21 mars 2018 à Kigali par 44 Etats membres, la Zone de Libre Échange Continentale africaine (ZLECAF), un accord historique est entré en vigueur le 30 mai 2019. Cet accord totalise aujourd’hui 54 Etats signataires dont 43 ayant déposé leurs instruments de ratification.


Cet accord vise, entre autres, à créer un marché unique pour les marchandises et les services afin d’approfondir l’intégration économique du continent africain conformément à la vision panafricaine d’une « Afrique intégrée, prospère et pacifique » telle qu’énoncée dans l’Agenda 2063.


Pour atteindre cet objectif, les États parties sont invités à libéraliser progressivement non seulement le commerce des marchandises mais également celui des services.


Le commerce des services couvre douze (12) secteurs mais les Chefs d’Etat africains ont retenu cinq secteurs prioritaires qui seront d’abord libéralisés à savoir : i) services financiers, ii) services de transports, iii) services relatifs au tourisme et aux voyages, iv) services de communication et v) services fournis aux entreprises. Les secteurs restants seront progressivement libéralisés après les cinq secteurs prioritaires.


« Quand on dit révision, c’est qu’il y a eu une première étape. Cette première étape a consisté à l’élaboration de la liste d’engagement spécifique du Togo. Les Chefs d’Etat ont décidé d’opérationnaliser la ZLECAf le 1er janvier 2021. L’enjeu est de libéraliser le commerce des marchandises et celui des services. Les Chefs d’Etat ont voulu que cette libéralisation se fasse de façon progressive. A cet effet, et en ce qui concerne le commerce des services, ils ont décidé de libéraliser dans un premier temps cinq secteurs notamment les services de transports, les services de communication, les services financiers, les services fournis aux entreprises et les services relatifs au tourisme et aux voyages. Pour y arriver, il va falloir que chaque Etat élabore sa liste d’engagement et spécifique. Le Togo après avoir élaboré sa liste l’a transmise à la CEDEAO. Pareil pour les autres États membres de la CEDEAO. La CEDEAO a compilé et a envoyé la liste compilée au Secrétariat de la ZLECAf. Le secrétariat a envoyé cette liste compilée aux autres Etats membres de la ZLECAf a procédé ensuite à la vérification et a fait ses observations. Chaque pays de la CEDEAO doit à présent procéder à la révision de sa liste en tenant compte des observations formulées par le Secrétariat de la ZLECAf et les autres Etats. C’est cet exercice qui débute aujourd’hui avec les acteurs de secteur de la communication », a expliqué Monsieur BATCHASSI Katchali, Directeur du commerce extérieur au Ministère du commerce, de l’industrie et de la consommation locale, négociateur en Chef du Togo du ZLECAf.

09 août 2022

UMOA TITRE : Le Togo lève 25 milliards FCFA


Le Togo a levé vendredi sans difficultés 25 milliards Fcfa sur le marché régional en Obligations de relance. 


Umoa-Titres a lancé un avis d’appel d’offres pour des OdR* (Obligations de relance) du Trésor togolais. L’émission par adjudication s’est déroulée vendredi.

La présente émission vise à permettre à l’émetteur de mobiliser l'épargne des personnes physiques et morales en vue d'assurer la couverture des besoins de financement du budget de l'État dans le cadre de ces plans de relance économique afin de contenir les effets de la pandémie COVID-19 et renouer avec les performances d’avant la crise sanitaire.

Le montant mis en adjudication était de 25 milliards de Fcfa; les soumissions retenues ont été conformes aux besoins du Trésor.

Le taux de couverture du montant mis en adjudication a été de près de 169%.

02 août 2022

Umoa-Titres : le Togo sollicite 25 milliards FCFA


Le Togo est depuis le 28 juillet dernier de retour sur le marché des titres publics de l’Uemoa. Le Trésor a en effet lancé un nouvel appel d’offres, dans le cadre du financement de la relance économique. 


Dans le détail, il s’agit d’une émission d’Obligations de relance (ODR), avec en ligne de mire un montant de 25 milliards FCFA. L’opération, qui sera bouclée le 05 août prochain, concerne des obligations d’une valeur nominale de 10 000 FCFA, avec une maturité de 5 ans et un taux d’intérêt annuel de 5,7%. 


Depuis le début de l’année, le pays a mobilisé plus de 300 milliards, sur une prévision annuelle de 550 milliards.

29 juillet 2022

Togo : Kodjo Adedze lance officiellement la 17ème Foire internationale de Lomé


Après deux a ns de pause pour cause de covid-19, la Foire internationale de Lomé reprend son droit de citer au Togo cette année à la faveur de la 17ème édition. La campagne de promotion de cet évènement commercial a été officiellement lancée ce vendredi 29 juillet 2022 sur le site du CETEF Togo 2000 par le ministre du commerce Kodjo Adedze.


La rencontre a connu la participation des exposants, des membres du corps diplomatiques, des autorités administratives, locales, religieuses et traditionnelles, des acteurs du monde des affaires et culturels...


Le thème retenu pour cette 17ème édition, qui va se dérouler du 30 novembre au 18 décembre 2022, est : " Compétitivités des bien et services pour la relance économique post-covid-19. Plus de 1000 exposants et 300.000 visiteurs sont attendus. Il est prévu l'aménagement de 90.000m2 en stands.


Pour éviter des contacts qui pourront occasionner une recrudescence des cas de covid-19, les responsables du CETEF ont annoncé la digitalisation des inscriptions et autres.

26 juillet 2022

Guerre en Ukraine : le Togo fait de nouvelles propositions pour atténuer le choc sur les économies africaines


Madame le ministre, Secrétaire générale de la Présidence de la République, Sandra Ablamba Johnson, a pris part, ce 21 juillet 2022, à un webinaire de dialogue politique sur l’impact de la guerre russo-ukrainienne sur les prix des matières premières et des produits alimentaires en Afrique.


Cette rencontre organisée par la Commission Economique pour l’Afrique des Nations unies (CEA), a connu la participation des ministres du Plan et des finances du Togo, du Rwanda, de l’Ethiopie et de l’Egypte, des universitaires ainsi que des instituts de recherche et de statistiques.


Elle vise à mener des réflexions sur les effets de la guerre russo-ukrainienne sur le développement des économies africaines, à partager des expériences et des perspectives en vue d’amortir les chocs de cette crise.


Dans son intervention, le ministre, Secrétaire générale de la Présidence de la République est revenue sur les conséquences fâcheuses de ce conflit en Europe sur les politiques publiques, les plans budgétaires et les économies des pays africains, déjà affaiblies par les crises sanitaire et climatique.


« La pandémie de Covid-19 a été un frein aux aspirations des pays africains dont le Togo. Le conflit russo-ukrainien vient aggraver une situation socioéconomique post-Covid déjà fragilisée. Cette situation couplée avec les chocs climatiques perturbe l’offre et les prix sur les marchés internationaux et locaux des matières premières et des produits alimentaires. Elle met à rude épreuve la volonté des pays africains de mettre en œuvre une politique de redistribution de richesses. Cela limite les capacités et l’efficacité de leurs plans budgétaires, mettant ainsi à mal les économies ».


Elle a, par ailleurs, abordé les problématiques auxquelles font face les économies africaines telles que l’augmentation de la dette et des dépenses publiques, la diminution des recettes fiscales, l’inflation et le resserrement des conditions de financement.

Pour atténuer les effets de cette situation exogène au Togo et à l’Afrique, le gouvernement togolais a pris une série de mesures en vue de renforcer la résilience économique du pays. Ces mesures ont permis de prévoir une croissance de 5,9% en 2022 contre une prévision initiale de 6,1%, après un taux de 5,5% enregistré en 2021.

Cette volonté manifeste du gouvernement est aujourd’hui mise à mal par les menaces sécuritaires et attaques terroristes auxquelles font face la région ouest africaine et le Togo. 


« Afin d’assurer davantage son rôle de garant de la sécurité, du bien-être et de la prospérité pour tous sur le territoire national, le gouvernement s’organise pour faire face à ce double défi, les conséquences de la guerre russo-ukrainienne et la menace djihadiste et l’extrémisme violent » a-t-elle précisé.


Tout ceci démontre la détermination du Chef de l’Etat à promouvoir le développement économique et social du pays dans la paix et la stabilité.


Pour terminer, le ministre, Secrétaire générale de la Présidence de la République a formulé des recommandations telles que l’accroissement de l’allocation des Droits de tirage spéciaux (DTS), l’accélération de leur réaffectation et la mise en place des mécanismes plus souples pour l’accès à ces fonds.


Ce qui devrait renforcer la liquidité pour aider les pays africains à faire face à la hausse des prix à l’importation des produits pétroliers, des engrais et des denrées alimentaires, l’accélération de la restructuration de la dette et le relâchement du déficit en vue de permettre au pays d’accroitre les dépenses publiques afin de financer les actions de résilience et de relance économique.


Le ministre, Secrétaire générale de la Présidence de la République a plaidé pour la promotion de la production de l’engrais biologique afin de pallier les difficultés d’importation de l’engrais, et de la consommation locale, ainsi que le renforcement de la solidarité internationale pour soutenir les Etats africains aux économies fragiles et qui sont confrontés aux conséquences du conflit russo-ukrainien et aux menaces djihadistes.

23 juillet 2022

Togo : La Banque mondiale réitère son engagement à poursuivre l’appui à la mise en œuvre de la Feuille de route gouvernementale


Lundi 18 juillet 2022 à Lomé, Madame le ministre, Secrétaire générale de la Présidence de la République, Sandra Ablamba Johnson, gouverneur de la Banque mondiale pour le Togo a échangé, avec le nouveau Représentant résident de l’institution de Breton Wood au Togo, Monsieur Fily Sissoko.


Ce dernier était accompagné de Madame Coralie Gevers, Directrice des opérations du Groupe de la Banque mondiale pour le Togo.


Lors de l'entretien, Monsieur Fily Sissoko a réitéré l’engament de la Banque mondiale à poursuivre l’appui à la mise en œuvre de la Feuille de route gouvernementale en vue de renforcer l’inclusion économique et sociale et faire du Togo un hub logistique et financier en y apportant l’expérience des pays de l’Asie de l’Est.


Le nouveau Représentant résident de la Banque mondiale entend également appuyer la dynamique des réformes engagées par notre pays.


Madame le ministre, Secrétaire générale de la Présidence de la République a par ailleurs évoqué avec son hôte des sujets relatifs au partenariat entre la Banque mondiale et le Togo tels que l’Evaluation des politiques et institutions en Afrique (CPIA), la reconstitution des ressources de l’Association internationale de développement pour l’année 2020 (IDA-20), l’appui budgétaire et la dette intérieure.


Le Togo a bénéficié de l’accompagnement de la Banque mondiale, dans un Cadre de partenariat pays (CPP) 2017-2022.


Le portefeuille de l’institution de Breton Wood au Togo s’élève à 9917, 5 millions de dollars en 2022, couvrant 19 projets dont 11 projets nationaux et 8 projets régionaux.


Ils touchent divers domaines de développement à savoir la bonne gouvernance, l’amélioration de la gestion des finances publiques, la santé, l’environnement, le développement urbain et local, l’énergie, la protection sociale, l’éducation, l’agriculture et l’emploi des jeunes vulnérables.


Il faut préciser que Monsieur Fily Sissoko remplace Madame Hawa Cissé Wagué dont le mandat a pris fin le 30 juin dernier.  Avant sa nomination au Togo, il a occupé plusieurs postes au sein de la Banque mondiale dont celui de Directeur de la pratique mondiale de la gouvernance pour l’Asie de l’Est et du Pacifique, puis pour l’Asie du Sud.

18 juillet 2022

Togo : La filière Ananas génère plus de 6 milliards Fcfa par an et emploie près de 6.000 personnes


La filière ananas au Togo  se porte bien. Gouteux et juteux, le fruit est très prisé en Europe et en Amérique du Nord. 60% de la production est exportée. Et la demande est plus forte que la capacité des producteurs à répondre aux consommateurs.


"La filière a un potentiel pour l’économie togolaise. L’activité génère plus de 6 milliards de Fcfa par an et emploie près de 6.000 personnes", a indiqué vendredi Alex Adabra, l’un des responsables du CIFAN (Conseil interprofessionnel de la filière ananas au Togo)

Les acteurs du secteur se sont réunis  à Lomé dans le cadre du projet, ‘Ananas Tour Togo’ pour réfléchir aux actions à mener pour renforcer la production.

‘Ananas Tour Togo’, est une initiative du CIFAN épaulée par l’Union européenne et la coopération allemande (GIZ).

09 juillet 2022

Obligation de relance : Le Togo lève 30 milliards FCFA sur le marché financier régional


Le Togo a effectué encore ce vendredi 08 juillet 2022 une nouvelle sortie sur le marché financier de la zone UMOA. Le pays a mobilisé 30 milliards FCFA auprès des investisseurs régionaux.


L’opération consistait à une émission simultanée d’Obligation de relance de maturité 60 mois (soit 5 ans) et 120 mois (10 ans), aux taux d’intérêt respectif de 5,8% et 6,15% selon l’Agence UMOA-Titres.

05 juillet 2022

Umoa-Titres : le Togo sollicite 30 milliards FCFA


Une dizaine de jours après son dernier succès sur le marché financier régional, le Togo initie une nouvelle opération. Le Trésor a émis en fin de semaine écoulée un avis d’appel d’offres.  


L’opération, une nouvelle émission simultanée d’obligations de relance (ODR), vise à lever 30 milliards FCFA. Les titres, d’une valeur nominale de 10 000 FCFA ont des durées de 05 et 10 ans et des taux d’intérêt de 5,8% et 6,1%.


Les fonds mobilisés serviront notamment à assurer la couverture des besoins de financement du budget de l'État, dans le cadre de la stratégie de relance économique post-Covid. Depuis janvier, le Trésor a déjà réussi à récolter un peu plus de 300 milliards FCFA, sur un objectif annuel de 550 milliards.

01 juillet 2022

UK Export Finance envisage élargir son cadre de partenariat avec le Togo


La première ministre Victoire Tomégah-Dogbé a présidé le 27 juin 2022 une séance de travail entre le gouvernement et une délégation de UK Export Finance une agence de crédit à l'exportation du gouvernement britannique.


Les discussions ont porté sur l'élargissement du cadre de partenariat.

25 juin 2022

BCEAO: Sani Yaya préside la deuxième session du Conseil des ministres de l'UEMOA au titre de l’année 2022


A Dakar la capitale du Sénégal, le ministre togolais de l'économe et des finances préside la deuxième session du Conseil des ministres de l’Union au titre de l’année 2022,, la toute première en présentiel depuis la survenue de la pandémie du Covid-19 en 2020.


Au nom des ministres, le président du Conseil, Sanni Yaya, par ailleurs ministre de l’Économie et des Finances du Togo, a révélé les actions déterminantes posées par l’ex gouverneur Koné durant ses mandats à la BCEAO depuis 2011.


« À ce stade de mon propos et avant d’aborder l’ordre du jour de notre rencontre d’aujourd’hui, je voudrais rendre un vibrant hommage à Monsieur Tiémoko Meyliet Koné, ancien Gouverneur de la BCEAO, nommé le 19 avril 2022. Vice-président de la République par Son Excellence Monsieur Alassane Ouattara. Président de la République de Côte d’Ivoire. Monsieur Koné a vécu une riche et brillante carrière à la BCEAO couronnée en 2011 par sa désignation en qualité de Gouverneur. À la tête de notre Institut d’émission commun, le Gouverneur Koné a grandement contribué à assurer la crédibilité et l’efficacité de la politique monétaire ainsi que la résilience du secteur bancaire et financier de l’UMOA », a ainsi déclaré Sanni Yaya, président du Conseil.


Parmi les actions menées par l’ancien gouverneur de la BCEAO, il y a eu notamment la création de l’Agence UMOA-Titres, la mise en place d’un dispositif de soutien au financement des PME/PMI, la mise en œuvre d’une stratégie régionale d’inclusion financière ou encore la promotion des Bureaux d’information sur le crédit (BIC).

L’action décisive de la BCEAO durant la période de la pandémie de la Covid-19 sous l’impulsion du Gouverneur Tiémoko Meyliet Koné avec les “Bons Covid-19“ a été unanimement saluée.


« Cette initiative a permis à nos pays de mobiliser d’importantes ressources au plus fort de la crise sanitaire, a des conditions très favorables, afin de faire face aux besoins urgents. Ensuite, en 2021, la BCEAO a encore soutenu les États dans la levée des ressources pour le financement de leurs plans de relance économique, à travers la structuration et l’émission des « Bons de Soutien et de Résilience » et des « Obligations de Relance » », a indiqué le Conseil des ministres de l’UEMOA.

Le président, Sanni Yaya a ainsi adressé, au nom de l’ensemble du Conseil des ministres, des vœux ardents de réussite dans ses nouvelles fonctions à celui qui a occupé les fonctions de Gouverneur de la BCEAO pendant plus d’une décennie. « Nous lui adressons également nos vives félicitations et lui souhaitons plein succès dans ses nouvelles fonctions. Que son action en qualité de Vice-président de la République impacte davantage le bien-être des populations de notre Union ».

24 juin 2022

Umoa-Titres : le Togo lève 25 milliards FCFA


Le Togo a bouclé ce vendredi une nouvelle sortie sur le marché financier régional. Le pays avait en effet lancé un appel d’offres pour la mobilisation de 25 milliards FCFA, à travers une émission simultanée d’obligations de relance (ODR). 


Deux OAT ont été lancées, de durées respectives de 3 et 7 ans. En tout, plus de 80 milliards FCFA de soumissions ont été recueillis, mais le Trésor n’a finalement retenu que le montant recherché, à raison de 18,7 milliards pour la première OAT et 6,2 pour la seconde. 


Avec cette nouvelle opération réussie, le Togo passe le cap des 300 milliards FCFA récoltés depuis le début de l’année.