Radio Oreole Flash Info :
latest

728x90

468x60

Affichage des articles dont le libellé est EDUCATION. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est EDUCATION. Afficher tous les articles

22 janvier 2021

École numérique pour tous : "RETICE-PWCS", l'innovation de Dr Agbegnenou, atterrit à l'ESAG-NDE



ESAG-NDE  accueille l'Ecole Numérique pour tous. Programme Réseau Énergie, Technologie de l'Information et de la Communication en Éducation (RETICE-PWCS), pour des classes essentiellement numériques qui vont bientôt être opérationnelles,  est une innovation du Togolais Dr Victor Kossikouma AGBEGNENOU. L'information a  été portée à la connaissance du public à travers une rencontre avec la presse ce jeudi 21 janvier 2021 à  L'ESAG-NDE à Lomé.


La pandémie du nouveaux coronavirus a eu des répercussions énormes sur plusieurs domaines notamment l'éducation. Pour preuve les cours ont dû être suspendus pour couper le fil de la propagation du virus. Une situation qui a révélé l'importance des cours à distance. Si cette alternative est recommandée par le gouvernement Togolais, la faisabilité augure encore des soucis de connexion. C’est de là qu’est né le projet RETICE-PWCS.

 

« C'est dans cette optique que nous avons cogité  pour apporter une solution qui permet  de travailler en ligne en réseau entre élève, entre élève et enseignants sans internet. La solution     est intégrale  dans la mesure où elle comporte en elle une installation en énergie renouvelable accessible à toutes les couches sociales. C'est pour nous un grand plaisir que  École Supérieure d’Administration et de Gestion Notre de Dame de l’Eglise (ESAG-NDE) s'engage à l'intégrer dans  son système. Nous avons déjà fini  l'étape du déploiement des équipements et l'installation. Reste l'étape de la formation des enseignants », a expliqué Dr Victor Kossikouma AGBEGNENOU.

 

La Directrice Générale de l’ESAG-NDE, Dr ASSIVON Louise de Jésus Afiyo,   se dit déjà satisfait de ce partenariat avec KA Groupe  à travers le déploiement de RETICE, surtout que cela favorisera  des meilleurs  capacités de maîtrise des terminaux numériques, Avec l'avènement de Covid-19, le choix de cette approche n'est plus à justifier.

18 janvier 2021

Togo-Budget 2021 : La santé et l’éducation convenablement soutenues

 


La santé et l’éducation occupent une place prépondérante dans le budget programme du Togo exercice 2021.


Le secteur sanitaire est crédité de 77,9 milliards de francs CFA pour un meilleur fonctionnement en 2021 tandis que 195,5 milliards sont dédiés à l’éducation, secteur incontournable dans le processus de développement national. S’agissant du numérique, le pays matérialisera davantage les projets d’identification biométrique, le e-administration, l’informatisation du casier judiciaire, etc. 25,5 milliards sont apprêtés à ces fins. Quant aux secteurs de l’eau et de l’énergie, 65,9 milliards leur seront consacrés en 2021.


Pour assurer la sécurité des citoyens et garantir la paix, le pays expérimentera la loi de programmation militaire. A cet effet, le Togo prévoit pour la défense et la sécurité, une allocation budgétaire de 82,5 milliards de francs CFA. Grosso-modo, le gouvernement consacre plus de la moitié du budget (53,7%) aux secteurs prioritaires notamment la santé, l’éducation, l’eau et l’énergie, l’agriculture, la protection sociale et l’inclusion financière. 


Malgré la crise sanitaire, le montant affecté à ces secteurs a connu une augmentation substantielle par rapport à l’année 2020 qui était de 52,9%.

17 janvier 2021

Togo-Cumul de fonctions de ministre et de président de l'Université de Lomé : Dodzi Kokoroko renvoie ses détracteurs à "la parabole des talents de Jésus Christ"



Toujours Président de l’Université de Lomé, Komla Dodzi Kokoroko est également depuis trois (03) mois à la tête du ministère des Enseignements primaire, secondaire, technique et de l’artisanat. Un cumul de fonctions que beaucoup de togolais semble avoir du mal à concevoir. Invité dans l’émission TALK sur la chaine Africa 24, le professeur agrégé de droit a répondu à ce qui redoute son aptitude à gérer les deux postes, d’ailleurs très sensibles. Il est également revenu en profondeur sur le défi actuel à relever dans le secteur de l’éducation au Togo.

 

Si presqu'à l'unanimité tout le monde estime que Kokoroko est l'artisan de la rénovation de l'université de Lomé,   beaucoup. Sont aussi ceux qui critiquent la double casquette que porte le professeur porte actuellement.

 

L’homme a été interrogé sur la question de son cumule de fonction et de sa capacité à gérer ces taches au quotidien dans l’émission précitée. Sa réponse ne s’est pas fait attendre. Il renvoie simplement ses détracteurs à la lecture de la parabole des talents dite par Jésus-Christ dans Matthieu 25 : 14-30.

 

Que dit exactement ce passage de la Bible

 

« C’est comme un homme qui partait en voyage : il appela ses serviteurs et leur confia ses biens. À l’un il remit une somme de cinq talents, à un autre deux talents, au troisième un seul talent, à chacun selon ses capacités. Puis il partit. Aussitôt, celui qui avait reçu les cinq talents s’en alla pour les faire valoir et en gagna cinq autres. De même, celui qui avait reçu deux talents en gagna deux autres. Mais celui qui n’en avait reçu qu’un alla creuser la terre et cacha l’argent de son maître. Longtemps après, le maître de ces serviteurs revint et il leur demanda des comptes. Celui qui avait reçu cinq talents s’approcha, présenta cinq autres talents et dit : “Seigneur, tu m’as confié cinq talents ; voilà, j’en ai gagné cinq autres.” Son maître lui déclara : “Très bien, serviteur bon et fidèle, tu as été fidèle pour peu de choses, je t’en confierai beaucoup ; entre dans la joie de ton seigneur.” Celui qui avait reçu deux talents s’approcha aussi et dit : “Seigneur, tu m’as confié deux talents ; voilà, j’en ai gagné deux autres.” Son maître lui déclara : “Très bien, serviteur bon et fidèle, tu as été fidèle pour peu de choses, je t’en confierai beaucoup ; entre dans la joie de ton seigneur.” Celui qui avait reçu un seul talent s’approcha aussi et dit : “Seigneur, je savais que tu es un homme dur : tu moissonnes là où tu n’as pas semé, tu ramasses là où tu n’as pas répandu le grain. J’ai eu peur, et je suis allé cacher ton talent dans la terre. Le voici. Tu as ce qui t’appartient.” Son maître lui répliqua : “Serviteur mauvais et paresseux, tu savais que je moissonne là où je n’ai pas semé, que je ramasse le grain là où je ne l’ai pas répandu. Alors, il fallait placer mon argent à la banque ; et, à mon retour, je l’aurais retrouvé avec les intérêts. Enlevez-lui donc son talent et donnez-le à celui qui en a dix. À celui qui a, on donnera encore, et il sera dans l’abondance ; mais celui qui n’a rien se verra enlever même ce qu’il a. Quant à ce serviteur bon à rien, jetez-le dans les ténèbres extérieures ; là, il y aura des pleurs et des grincements de dents !” ».

 

«Devant la République, je n'aspire pas aux postes», dit Dodzi Kokoroko, avant d’indiquer : « C'est de lourdes charges et non des cadeaux,  il y a une dynamique, une impulsion du chef de l'Etat par rapport au secteur éducatif, il fallait relever ce défi, et en ma modeste personne, je ne pense pas avoir démérité.

 

Dans sa réponse donnée à l’animateur, le ministre et président de l’Université de Lomé a estimé qu’il faut faire des nuances.

 

« On peut confier 2 ou 3 missions à une seule personne, il réussira magistralement, de la même manière, on peut les confier à plusieurs personnes et le résultat ne sera pas au rendez-vous. Provisoirement, je pense être à la hauteur des attentes. Mon maintien ou non maintien à la tête d l'Université de Lomé relève d'une prérogative discrétionnaire du chef de l'Etat, il m'a confié une mission, je crois qu’à un moment donné il fera le bilan.

Comme conclusion, Dodzi Kokoroko dit : « Je crois aux idées, au talent et à la force de l'homme ».

14 janvier 2021

Zoom sur l’origine de l’alimentation scolaire au Togo

 


Les origines ont débuté avec l’ouverture des cantines entre 1967 et 1992 sur le territoire par le Catholic Relief Services (CRS-Catwell). 


A travers le programme Education de base (EDB) de 2002 à 2006, l’Unicef a instauré des cantines dans les régions des Savanes, Kara et maritime. De 2006 à 2008, 07 cantines à titre expérimental ont été initiées avec la contribution des communautés en main d’œuvre dans la mise en place des infrastructures au profit de 2 104 élèves. 


Entre 2008 et 2016, un programme de cantines scolaires a été mis en place à travers le Projet de développement communautaire et de filets sociaux (PDC-Plus). Depuis 2017, les cantines scolaires sont mises en œuvre dans le cadre du projet de Filets sociaux et services de base (FSB) qui fait ses preuves.

07 janvier 2021

Togo : La rentrée scolaire 2020-2021 généreusement soutenue

 


Avec l’apparition de la maladie à coronavirus, les Vacances utiles et citoyennes ont été suspendues. Néanmoins, les pouvoirs publics n’ont pas tourné le dos au secteur éducatif. 


Actuellement, le programme de protection sociale en milieu scolaire, School Assur couvre près de 02 millions d’élèves. Pour l’année scolaire en cours, le gouvernement a dépensé 600 millions de francs CFA pour acquérir des tables-bancs ; 02 milliards pour prendre en charge les frais d’inscription aux différents examens scolaires ; 01 milliard pour mettre des masques à prix subventionné à disposition des établissements.


Au titre de 2021, 195,5 milliards de francs CFA sont prévus pour améliorer le système éducatif, construire des infrastructures scolaires, recruter des enseignants, consolider les programmes sociaux comme les cantines scolaires et School Assur.

04 janvier 2021

Togo : Avec les cantines scolaires, les écoliers mangent à leur faim et sont assidus

 


Le nombre d’écoles qui bénéficient de cantines va au-delà de 300. Le programme a touché 94 552 élèves en 2019 avec 14 708 152 repas servis.


Dans la région des Savanes, les cantines scolaires profitent à 65 écoles primaires publiques, soit plus de 20 000 élèves. A Kara, 62 écoles sont dotées de cantines. En 2019-2020, 18 542 élèves de la région ont eu droit à des repas et plus de 6 000 000 de repas y ont été servis depuis 2018 à ce jour. De 2017 à ce jour, le programme a permis d’offrir plus de 82,5 millions de repas chauds à plus de 92 000 élèves en moyenne chaque année. A côté de cela, le nombre d’infrastructures socio collectives est en nette progression, au grand bonheur des communautés.


Naturellement, l’incidence de pauvreté est en flagrante régression sur le plan national. De 51,7% en 2015, elle est passée à 45,5% entre 2018 et 2019. En 2011, elle était de 58,7%. Les chiffres sont évocateurs.

24 décembre 2020

Togo : Kokoroko Dodzi prévient les responsables d’établissements scolaires qui continuent par percevoir les frais d’inscription aux examens

 


Le ministre en charge des enseignements au Togo, le Prof. Kokoroko Dodzi, ne digère pas le fait que certains responsables d’établissements scolaires, surtout du privé, continuent par percevoir les frais d’examen malgré leur suppression.

 

Dans une note circulaire adressée il y a quelques heures aux directeurs régionaux de l’éducation, aux inspecteurs, aux directeurs nationaux d’enseignement privé, confessionnel et laïc, le ministre a tenu à rappeler que les mesures supprimant les frais d’examen scolaire et universitaire ont pris effet depuis le début de la rentrée scolaire 2020-2021 sur toute l’étendue du territoire togolais.

 

A cet effet, adjoint le Prof. Kokoroko Dodzi, « je vous engage à prendre toutes les dispositions qui s’imposent pour faire appliquer les actes susmentionnés dans tous les établissements scolaires publics, privés, laïcs et confessionnels.

 

Le ministre conclue, soulignant attacher du prix au respect scrupuleux des directives contenus dans ladite circulaire.


Cette mesure coûtera à l’Etat, 1,9 milliard.

21 décembre 2020

Education au Togo : Des performances enthousiasmantes pour le secondaire

 


Aujourd’hui, sans l’ombre d’un doute, le secteur éducatif togolais s’est transcendé. De nombreux indicateurs corroborent cette thèse.


Pour le premier cycle du secondaire, le taux d’admission est monté à 48% en 2018, contre 41% en 2010. La scolarisation au niveau de ce cycle a augmenté de 94 000 à 143 000 et le taux brut de scolarisation s’est établi à 75,8% contre 67,3% quelques années plus tôt. 


Le taux d’abandon au premier cycle du secondaire est tombé à 18% (contre 42% les années précédentes) et le redoublement au deuxième cycle du secondaire s’est affaibli de 34,9 à 24,4%.

20 décembre 2020

Les ambitions du Togo pour l'éducation

 


Le gouvernement est convaincu que la mise en œuvre de ses ambitions ne peut être effective qu’avec des ressources humaines de qualité, des infrastructures suffisantes et appropriées ; une meilleure adéquation entre le système scolaire, les besoins de l’économie et le marché du travail. 


Le pays a prévu d’ici 2025, la construction de 03 collèges universitaires pour dispenser des formations pratiques et de niveau supérieur aux jeunes ; la création d’autres IFAD spécialisés en bâtiment, mécanique, économie numérique, énergies renouvelables, métiers logistiques et portuaires.

14 décembre 2020

Education : Le Togo déroule le tapis rouge aux filières porteuses

 


Désormais, l’éducation aura une autre couleur au Togo. Un accent particulier est mis sur les filières porteuses dans la formation.


Le chef de l’Etat mettra en place des structures d’apprentissage et de formation pratique et professionnelle dans les préfectures tout en développant des offres d’enseignement technique dans le secondaire 1er cycle, en lien avec les besoins du marché du travail. Il procédera à la réorientation complète du système éducatif à travers l’adaptation de la formation et de la recherche aux objectifs de développement, aux besoins réels de l’économie et du marché de l’emploi.


Des réformes interviendront dans l’enseignement supérieur pour promouvoir les filières porteuses sur le marché du travail, renforcer celles à haute valeur ajoutée (logistique, ingénierie portuaire, technologie et informatique…), limiter les effectifs dans les filières universitaires non porteuses et réorienter progressivement les apprenants vers les filières prioritaires.

13 décembre 2020

Le Togo résolument tourné vers un système éducatif inclusif et équitable

 


Le Togo a un système éducatif de qualité, inclusif et moins coûteux, surtout au cours de ces dernières années.


Grâce aux moyens mis en place par le chef de l’Etat pour prendre en considération les critères d’équité, de genre et d’inclusion, le taux d’achèvement au primaire pour les filles est passé de 80 à 91,7% et le taux d’achèvement du premier cycle du secondaire pointait à 42,8% chez les filles en 2018. Ce taux était de 28,9% en 2011.

12 décembre 2020

L'éducation togolaise au cœur de toutes les attentions

 


Le budget prévisionnel pour 2021 est évalué à 1 521,6 milliards de francs CFA dont 195,5 milliards pour l’éducation. 


En 2005, les ressources dédiées au secteur faisaient 25 milliards. Elles sont passées à 174 milliards en 2019. Présentement, les frais d’inscriptions pour les examens, qu’il s’agit du CEPD, BEPC, Bac 1 et 2, BTS, etc. ont été supprimés sur l’étendue du territoire. De 2005 à 2019, plus de 5 000 salles de classes dont 300 équipées de Technologies de l’information et de la communication (Tic) ont été construites et plus de 22 000 enseignants ont été recrutés.

 

Comme perspectives, les cantines scolaires qui font la joie de 92 000 élèves chaque année, seront étendues pour atteindre 300 000 élèves. Plus de 25 000 salles de classes seront construites d’ici 2025 et le programme de protection sociale en milieu scolaire, School Assur sera optimisé. Il a déjà permis de prendre en charge près de 2 000 000 d’apprenants togolais.

11 décembre 2020

Les chiffres qui montrent la bonne santé de l'éducation au Togo, même si beaucoup reste à faire

 


Le Togo a un système éducatif de qualité, inclusif et moins coûteux, surtout au cours de ces dernières années. C’est réellement à partir de 2010 que les efforts des dirigeants ont commencé par se faire ressentir. Aujourd’hui, sans l’ombre d’un doute, le secteur éducatif togolais s’est transcendé. De nombreux indicateurs corroborent cette thèse.

 

Les conclusions d’une étude du Partenariat mondial pour l’éducation (PME) ont montré qu’en 2018, le nombre d’écoles d’enseignement préscolaire était de 3 165 contre 805 en 2011 et le taux brut de scolarisation a quitté 8,7% pour 37,2%. 


2,84 millions d’enfants étaient d’âge scolaire et 2,42 millions d’entre eux allaient à l’école. Entre 2011 et 2018, 488 salles de classes destinées au cours primaire ont été construites par an en moyenne. De 2007 à 2017, le taux brut de scolarisation dans l’enseignement primaire est passé de 112 à 149% et le taux de redoublement a baissé de 21,5 à 13,7%.

07 décembre 2020

Le Togo opte pour un enseignement de qualité orienté vers le marché de l’emploi

 


La réalisation du plan du Plan sectoriel de l’éducation (PSE 2020-2030)  augmentera l’offre éducative.


En effet, elle renforcera la fourniture de services sociaux aux élèves ainsi qu’aux étudiants et le financement du secteur de l’éducation. Actuellement, 19% des dépenses courantes du budget total de l’Etat sont allouées à l’éducation. Le PSE 2020-2030, document (de 148 pages) subdivisé en 05 chapitres, met un accent sur la qualité de l’enseignement et l’amélioration des infrastructures d’accueil. Le projet rime avec la vision 2030 du Togo, le Plan national de développement (PND 2018-2022), les Objectifs de développement durable (ODD), etc.


La finalité de ce programme est de disposer, à terme, d’un enseignement supérieur orienté vers le marché de l’emploi, de réduire les disparités entre hommes et femmes dans le secteur de l’éducation, promouvoir l’alphabétisation de la femme, financer la recherche et arriver à offrir aux acteurs, de bonnes conditions de travail.

06 décembre 2020

PSE 2020-2030 : un plan de 2 000 milliards de francs CFA pour développer le système éducatif au Togo

 


L’émergence socioéconomique du Togo est dépendante du développement de l’école. La valeur de l’éducation dans la vie d’un citoyen et de son pays est indiscutable. Partant de cette évidence, il est impératif d’accorder une attention singulière au secteur. Justement, il est dans les petits papiers des dirigeants. C’est ce qui justifie la mise en place du Plan sectoriel de l’éducation (PSE 2020-2030) dont l’adoption et la mise en œuvre prennent en compte toutes les régions et niveaux d’enseignement.


Le nouveau PSE est un programme ambitieux qui présente toutes les grandes actions prévues par le gouvernement pour renforcer le système éducatif dans son ensemble, du préscolaire à l’enseignement supérieur. Il couvre la période 2020-2030.


Un grand plan et une prévision financière ambitieuse

De fait, il ne s’agit pas d’une toute nouvelle stratégie mais une révision de l’ancienne politique éducative couvrant la période 2014-2025. Après 03 années de mise en œuvre, il y a eu tellement d’évolutions dans le secteur éducatif, sur le plan national et international. Ce qui a aiguillonné le gouvernement à réviser le plan et à le reprogrammer sur la période 2020-2030. Le PSE a été adopté pour la première fois en 2010. Sa première révision est intervenue en 2013.


La mise en œuvre du PSE 2020-2030 nécessite de grands moyens financiers. Selon les prévisions, plus de 2 000 milliards de francs CFA sont nécessaires pour atteindre les objectifs fixés, à raison de 664 milliards pour 2021-2023, 761 milliards de 2024 à 2026 et 1 112 milliards pour 2027-2030. Vive l’éducation au Togo.

04 décembre 2020

Education au Togo : Des actions significatives prévues pour les 5 prochaines années

 


De nombreuses actions majeures sont prévues dans le plan d’action du gouvernement les années à venir.

 

De 2020 à 2025, la meilleure adéquation entre, d’une part, le système scolaire et, d’autre part, les besoins de l’économie et le marché du travail, sera un objectif prioritaire. Les autorités font en sorte que l’école permette d’acquérir les connaissances fondamentales (lecture, écriture, calcul) et que la formation soit un moyen sûr pour trouver un emploi bien rémunéré et réduire le chômage ainsi que le sous-emploi. 


03 collèges universitaires seront construits dans les régions des Savanes, centrale et Plateaux pour dispenser des formations pratiques et de niveau supérieur aux jeunes.


Par ailleurs, des Instituts de formation en alternance pour le développement (Ifad) spécialisés en agriculture, bâtiment, mécanique, économie numérique, énergies renouvelables, métiers logistiques et portuaires, seront mis en place. L’Environnement numérique de travail (ENT) va être élargi à d’autres établissements pour permettre aux apprenants de maîtriser le français, l’anglais, les mathématiques ; plus de 25 000 salles de classes seront construites ; le nombre d’écoles dotées de cantines scolaires sera multiplié par 03 pour toucher 300 000 élèves. 


Des moyens seront mis à disposition des enseignants pour les fortifier sans oublier l’adaptation effective de la formation et de la recherche aux priorités et objectifs de développement du Togo, aux besoins réels de l’économie et du marché de l’emploi avec un accent particulier pour les filières porteuses, la liste est longue.

Togo : La SIAB ouvre un service de payement des frais d’inscription pour les étudiants de l’Université de Lomé


La rentrée universitaire 2020 avance à grands pas pour les étudiants de l’Université de Lomé. La question que beaucoup se posent est comment faire et où payer leurs frais d’inscription. La solution est à portée. La Société interafricaine de banque vous ouvre ses portes.

 

Plus de soucis à se faire pour payer les frais d’inscription. Désormais la SIAB se met à la disposition de tous les étudiants désireux de fréquenter à l’Université de Lomé. Les opérations sont simples, rapides, fiables et garanties.

 

Rejoignez la SIAB aux points de vente suivant :

- ZORO BAR non loin de TP3

- Grand marché ex rue du commerce

-Adidoadin

Les horaires d'ouverture

 

De lundi à vendredi : 7h30 à 17h

Samedi de 9h à 14h

03 décembre 2020

Togo : Un enseignant enceinte son élève de la classe de 3ème

 


L’affaire fait grand bruit actuellement à Zanguéra Kléme, balieu Nord-Ouest de Lomé. Une élève de 17 ans en classe de 3ème, est enceintée par son enseignant.


 Selon plusieurs nos confrères du site Togodailynews, la scène se passe dans un établissement scolaire privé : un enseignant, la trentaine, aurait engrossé son élève de 17 ans en classe de 3è.

Ayant été mis au courant du scandale, le Directeur de l’école, a tout simplement mis fin aux fonctions de celui-ci, qui serait coutumier des faits. Un de ses collègues est également cité pour les mêmes faits.

 

« Tout est planifié par les deux enseignants dont les âges sont compris entre 30 et 35ans pour assouvir leurs besoins sexuels avec les jeunes filles de l’école, ceci après les cours de répétions organisés », rapporte le site.

 

Le phénomène devient récurrent ces derniers temps.

Togo : Les grandes réalisations dans le secteur de l’éducation

 


Aucun développement ne peut se faire au détriment de l’éducation. Raison pour laquelle, le gouvernement a mis les bouchées doubles pour relever le défi.

Les efforts fournis ces dernières années portent essentiellement sur les ressources financières, sans quoi rien ne peut se faire. De 25 milliards de francs CFA en 2005, elles sont passées à 174 milliards en 2019, soit une multiplication par 07 sur les 15 dernières années. 


En outre, le pays ne lésine pas sur les moyens pour construire des Ecoles normales d’instituteurs (Eni). Au moins 5 300 salles de classes dont 300 équipées de Technologies de l’information et de la communication (Tic) ont été construites sur la durée avec le recrutement de 22 400 enseignants et le programme de repas communautaires qui fait la joie de 92 000 élèves chaque année, sans oublier l’initiative présidentielle School Assur qui a déjà permis de prendre en charge près de 2 000 000 d’apprenants togolais.