Radio Oreole Flash Info :
latest

728x90

468x60

Affichage des articles dont le libellé est EDUCATION. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est EDUCATION. Afficher tous les articles

23 juillet 2020

Togo /Vidéos pornographiques dans les écoles : de la prison avec sursis pour les élèves auteurs

Après une semaine de garde à vue à la Police nationale et à la Brigade de Recherches et d’Investigations (BIR), les élèves auteurs de vidéos à caractère pornographique dans les écoles ont recouvert leur liberté à l’issue d’un procès dont les verdicts ont été de fortunes diverses  : condamnés à des peines assorties de sursis. 

Verdict Tribunal de  Lomé:

Sur  (26) élèves dont six (06) filles et vingt (20) garçons

- Sept (07) élèves ont été condamnés à 18 mois de prison avec sursis,

- Quinze (15) à 12 mois de prison avec sursis,

- Et quatre (04) reconnus non coupables libérés


Université de Lomé : Reprise des cours en présentiel le 27 juillet prochain avec 11 établissements

Onze établissements  rouvrent leurs portes le lundi 27 juillet 2020 à l'Université de Lomé dans le cadre de la reprise des cours en présentiel pour les grades Licence, Master et Doctorat.

L'information émane d'un communiqué de la présidence de l'Université de Lomé. Ces onze établissements sont : CERSA, du CIC, de l’Institut Confucius, de l’ENSI, de l’ESA, de l’ESAAd, de l’ESTEBA, de la FSS, de l’INSE, de l’ISICA, de l’IUT de Gestion, précise le président de l’UL Prof Dodzi Kokoroko dans le communiqué.

Il indique par ailleurs que la Bibliothèque universitaire sera ouverte à la même date pour les consultations d’ouvrages avec une limitation du nombre d’usagers, ceci dans le strict respect des mesures barrières contre la covid-19.


18 juillet 2020

Togo / Fin d'année scolaire pour les élèves en classes de passage : Et les évaluations?

L'année scolaire 2019-2020 est définitivement terminée pour les élèves en classe de passage au Togo pour cause de la covid-19. Mais , comment se fera leur évaluation quand on sait qu'ils n'ont pu achever que les 2 premiers trimestres?
Dans un communiqué conjoint du ministre en charge de l'enseignement technique et celui des enseignements primaire et secondaire, le gouvernement ordonne  d'évaluer annuellement les élèves en classe de passage sur la base des résultats obtenus lors des 2 premiers trimestres pour le primaire et le 1er cycle du secondaire.
"Cette évaluation se fera sur la base de la moyenne du 1er semestre et des notes des évaluations continues du 2è semestre pour les élèves de la classe de Seconde, Première  et 2è année de la formation professionnelle", ajoute le communiqué.
Pour rappel, les cours ont été suspendu dans les écoles depuis le 20 mars dernier pour endiguer la pandémie de la covid-19. Seul les élèves en classe d'examen ont été autorisés à reprendre depuis le 15 juin dernier. 
Quand à la rentrée prochaine 2020-2021, elle est fixée sur le lundi 26 octobre 2020 sur toute l'étendue du territoire national.

16 juillet 2020

Togo : Vidéos pornographiques dans les écoles : la police met la main sur les élèves identifiés

Les forces de l’ordre et de sécurité ont fait une descente inopinée dans des établissements scolaires ce jeudi où elles  ont procédé à l’interpellation des élèves auteurs de  vidéos pornographes qui ont fait le tour des réseaux sociaux et scandalisé toute la société togolaise ces derniers jours.

Information confirmée par le Directeur général de la Police nationale, le Lieutenant-Colonel, Yaovi Okpaoul  à nos confrères du site Togobreakingnews.info 

Lire aussi Ces vidéos de dépravation sexuelle dans les écoles qui secouent les réseaux sociaux et l'opinion publique au Togo

Togo / Dépravation sexuelle dans les écoles : des sanctions en perspective

Togo / Pornographie à l'école : A t-on oublié la mesure interdisant aux élèves l'utilisation des téléphones dans les établissements scolaires ?

Le site fait échos d'une quarantaine d'élèves qui seraient appréhendés par la police et remis à la Brigade de recherches et d'investigations (BRI). Accusés de dépravation des mœurs, ils risquent une  peine d’emprisonnement de six (06) mois à deux (02) ans et d’une amende de deux millions (2.000.000) à dix millions (10.000.000) de francs CFA ou de l’une de ces deux peines.

13 juillet 2020

Togo : réouverture des universités à compter du 15 juillet prochain

Fermées le 20 mars dernier dans le cadre des mesures de riposte contre la propagation de la covid-19 au Togo, les  universités du Togo (publiques comme privées) rouvriront leur portes pour des cours et examens en présentiel à compter du 15juillet 2020.

L'information a été donnée à la télévision nationale TVT dans un communiqué du gouvernement ce lundi 13 juillet.


Il s'agit d'une réouverture partielle qui doit scrupuleusement tenir compte de la distanciation physique (sociale), selon le communiqué. Par conséquent, le gouvernement demande aux responsables de tous les établissements d'enseignement supérieur de veiller au respect des mesures barrières.


La décision du gouvernement fait suite à une rencontre tenue le 8 juillet dernier à la Primature à cet effet. Les acteurs ont fait le point des préparatifs de la reprise des cours en présentiel au gouvernement.

Les universités publiques, se sont concertées et ont convenu qu'au maximum un tiers (1/3) des étudiants pourront fréquenter à la fin le campus. Il est prévu des rotations entre les établissements notamment les grandes facultés.

10 juillet 2020

Togo / Pornographie à l'école : A t-on oublié la mesure interdisant aux élèves l'utilisation des téléphones dans les établissements scolaires ?

Les vidéos à caractères pornographiques tournées dans les écoles et qui ont secoué le Togo tout entier ces derniers jours ont été réalisées à base des téléphones portables. Or, depuis janvier 2019, l'utilisation de ces appareils dans les établissements scolaires par les élèves est formellement interdite. On se demande par quelle alchimie ce phénomène de dépravation sexuelle est arrivé.

Si le gouvernement a pris la décision d'interdire l'utilisation du téléphone portable par les élèves dans les écoles au Togo, c'est justement pour protéger ces derniers contre ces dépravations. Le problème, c'est que coronavirus est passé par là, et pour sauver l'année scolaire tout en endiguant la propagation de la covid-19, les autorités ont dû fermer les écoles et mettre en place des cours en ligne. Celles-ci ont été rouvertes depuis le 15 juin dernier pour les classes d'examens.




"L'occasion fait le larron", dit-on souvent. Les élèves ont simplement profité de la situation pour montrer de quoi ils étaient capables. D' où la nécessité de revenir sur l’interdiction du téléphone portable dans les écoles. C'est le lieu d'appeler à une prise de conscience générale pour éviter de tels scandales les années à venir.

09 juillet 2020

Togo / Dépravation sexuelle dans les écoles : des sanctions en perspective

L'affaire défraie la chronique et scandalise l'opinion depuis quelques jours au Togo. Des vidéos de dépravation sexuelle tournées dans les écoles par les élèves en tenues et à visage découvert, et qui ont fait le tour du monde à travers les réseaux sociaux. Les autorités se sont finalement saisies du dossier et annoncent des sanctions.

Par l’intermédiaire du ministre des Enseignements primaire et secondaire, Affoh Atcha-Dédji, le gouvernement indique avoir pris des mesures pour situer les responsabilités.


Lire aussi Des vidéos de dépravation sexuelle dans les écoles qui secouent les réseaux sociaux et l'opinion publique au Togo


"Tout comme vous, c'est avec pétrification que j'ai aussi découvert ces images qui sont à la limite scandaleuses. Nous avons réussi à indentifer ces écoles, et des procédures sont enclenchées pour que les responsabilités soient situées ", a tweeté le ministre répondant à une interpellation de l'homme politique et président du parti des togolais Nathanël Olympio (Monsieur le ministre @AffohAtcha il y a une scandaleuse dérive dans les établissements secondaires du #Togo. Vos mesures les plus urgentes sont attendues pour assainir le cadre d'enseignement de nos enfants.)

07 juillet 2020

Ces vidéos de dépravation sexuelle dans les écoles qui secouent les réseaux sociaux et l'opinion publique au Togo


Des vidéos "Lomotif qui secouent les réseaux sociaux au Togo. Quelques semaines après la réouverture des établissements scolaires , nos élèves sont revenus avec une nouvelle dynamique, non pas dans le sens de comment réussir à leurs examens, mais ils se montrent plus actifs, efficaces et stars dans le "sextape" (vidéo érotique d'exhibition et de dépravation sexuelle). Les scènes ont étés tournées à visage découvert aussi bien dans les écoles privées que publiques. 



Les vidéos sont montées à l’aide d'une application dénommée « Lomotif ».

En pleine période de covid-19, on voit des élèves qui enlèvent leurs bavettes et les jettent, des garçons tenir les fesses et les seins des filles, des élèves qui s'embrassent amoureusement dans les classes de cours, en tenues scolaires, on voit les filles tenir le pénis des garçons, exécuter des danses twerk et exhiber des photos pornographiques sur leur téléphones portables, exhiber des billets de 10 milles francs, faire des big-up.... en mettant de côté la mesure de distanciation sociale. On voit aussi jouer des cartes, boire de l'alcool, se dénuder...

Ces élèves qui doivent passer leur examen dans quelques semaines, s'en foutent pas mal de ceux pourquoi ils sont là réellement. A ce point, l'on se demande de quelle éducation ces enfants peuvent se prévaloir.

Ce que nos jeunes élèves ignorent, ces vidéos peuvent les rattraper des années plus tard.

Il va falloir donc procéder à une intensification en terme de sensibilisation sur les bonnes mœurs et l'utilisation des réseaux sociaux.

Des recoupements faits par Radio Oreole, on apprend que les élèves et parents des établissements concernés sont convoqués pour des suites à donner, et que certaines décisions tombent déjà.

Lors de la fermeture des établissements scolaires pour endiguer la pandémie de la covid-19, l'on a observé un taux élevé de grossesses en milieu scolaires dû à des sortis à la piscine, des fêtes d'anniversaires organisées au cours de cette période.





Des femmes, membres de la société civile, invitent les parents à contourner les poids de la tradition pour rentrer en discussions sincères et sérieuses avec les jeunes et adolescents sur la question de la santé de reproduction.


Pour Mimi Bossou Soedjede, responsable de l’association « Précieux trésor de vie » et directrice de la Maison TV5 Monde, aujourd’hui, les parents doivent savoir que les enfants connaissent plus qu’ils ne le pensent.   Ainsi, elle exhorte les tuteurs à revoir l’éducation de leurs enfants. « Il faut ramener les enfants à la raison. Le désir est naturel, mais il faut les apprendre à le surmonter. C’est tout un programme à mettre en place. Mais seulement c’est qu’on met trop de  tabous autour du sexe », regrette-t-elle.

Pour sa part, Mme Dovonou Victoire, Directrice de UNFPA-Togo, propose aux parents de faire un effort pour bien encadrer les adolescents.  « Un enfant, quand il grandit, au moment de l’adolescence, subit des changements hormonales et c’est naturel.  Il faut quelqu’un pour le canaliser.  Il y a toute une pression surtout avec l’avènement des réseaux sociaux », a-t-il souligné en ajoutant le cas des chaînes de télévisions, et des amis. « Donc si l’enfant n’a pas la bonne information à la maison, c’est la rue, les médias qui vont lui apprendre cela », a-t-elle avertit.

Par ailleurs, les élèves sont invités à prendre au sérieux leurs études et vie. Les réseaux sociaux fonctionnent comme la mémoire d’un océan qui peut vous surprendre après plusieurs années avec ce que vous avez jeté sans prudence dedans. « Il ne faut pas oublier le pouvoir des réseaux sociaux. Les publications  peuvent revenir 10 ans, 30 ans après. Quand on dit élève, il faut une vision, une ambition pour avoir demain une carrière, une vie professionnelle », conseille, de son côté, Mme Tounou Adoudé, Coordinatrice du GF2D (Groupe de réflexion et d'action femme démocratie développement).

03 juillet 2020

Togo/ Education : La date des examens fixée du 14 juillet au 02 octobre, et la rentrée prochaine au 26 octobre 2020


On connait depuis ce matin avec exactitude le chronogramme officiel des examens de fin d’année et aussi celui de la rentrée scolaire 2020-2021.

Le gouvernement Togolais, en accord avec le conseil scientifique, vient de situer le monde éducatif sur le sujet lors d’une rencontre  avec la presse, organisée par le Premier ministre Komi Klassou Sélom.

Le certificat d’aptitude professionnel (CAP) : du 14 au 24 juillet 2020 ;
- Le certificat d’étude du premier degré (CEPD) : du 04 au 06 août 2020 ;
- Le baccalauréat première partie (BAC 1) épreuves techniques pratiques
anticipées : du 04 au 14 août 2020 ;
- Le baccalauréat première partie (BAC 1) épreuves écrites : du 18 au 21 août
2020 ;

- Le brevet d’étude du premier cycle (BEPC) : du 1er au 05 septembre 2020 ;
- Le baccalauréat deuxième partie (BAC 2) épreuves techniques pratiques
anticipées: du 24 août au 11 septembre 2020 ;
- Le baccalauréat deuxième partie (BAC 2) épreuves écrites : du 14 au 18
septembre 2020 ;
- Le brevet de technicien supérieur (BTS) épreuves pratiques et orales : du 07 au 16 septembre 2020 ;
- Le brevet de technicien supérieur (BTS) épreuves écrites : du 28 septembre au 02 octobre 2020.

Pour ce qui concerne les brevets de techniciens BT :

- Le brevet de technicien stylisme et assistance à domicile : du 14 au 24 juillet
2020 ;
- Le brevet de technicien agricole : du 18 au 28 août 2020 ;
- Le brevet de technicien industriel et les brevets de techniciens commerciaux : du 22 septembre au 02 octobre 2020 ;

La session des malades sera décidée en fonction de l'évolution de la pandémie à COVID-19.

NB : Exceptionnelles pour cette année les épreuves sportives sont annulées.
La rentrée scolaire 2020-2021 est fixée au 26 Octobre 2020.


« Ces différents examens nationaux se feront dans le strict respect des mesures barrières en vigueur. Il y aura un nombre limité des candidats par salle, ce qui induit beaucoup plus de salles d’examen et donc de charges supplémentaires pour l’Etat », a expliqué le chef du gouvernement.

01 juillet 2020

Togo / Covid-19 : Suspensions des cours et examens en présentiel dans l'enseignement supérieur, le ministre Akpagana met en garde


Le ministre chargé de l’enseignement supérieur, Koffi Akpagana, dans une lettre circulaire adressée aux responsables d’établissements supérieurs, rappelle que les cours et les examens en présentiel restent suspendus.

Il a en effet été constaté que certains établissements avaient repris les cours et les examens en présentiel, ceci en dépit de la décision prise par l’exécutif le 20 mars de fermer les établissements d’enseignement supérieur. Si les élèves des classes d’examen des niveaux primaire, secondaire et de l’insertion professionnelle ont repris les cours depuis le 15 juin dernier, rien n’a encore été décidé pour les universités.

D’ailleurs, indique Koffi Akpagana, « des échanges et concertations sont en cours avec les différents acteurs en vue de sauver l’année académique ». « En attendant toute évolution positive de la situation sanitaire de notre pays, la suspension des cours et des examens en présentiel reste de vigueur », a-t-il conclu.

25 juin 2020

Togo : Des élèves testés positifs au covid-19

Le coronavirus gagne le monde des apprenants au Togo. Ce mercredi 24 juin, lors de la conférence de presse hebdomadaire de la Coordination nationale de riposte à la pandémie, il a été signifié que 5 élèves ont été testés positifs. 
Les cinq élèves testés positifs fréquentent à Cinkassé (2), Mango (2) et à Lomé (1). La majorité, souligne le médecin-colonel Mohaman Djibril, responsable de la coordination de riposte, sont des élèves revenus des pays limitrophes. 

« Vous savez que selon le protocole établi, tous ceux qui viennent de l’étranger doivent faire le test de dépistage. Donc ces élèves qui sont également venus de l’étranger, ont subi le test. C’est là que nous avons enregistré ces 4 cas positifs. Les 5 sont isolés et mis sous traitement », a expliqué le Médecin Colonel Djibril Mohaman.
Les craintes du gouvernement sont désormais justifiées. 24 heures avant la reprise des cours pour les classes d'examen le 18 juin dernier, les autorités sanitaires avaient requis le test obligatoire pour tous les élèves résidant dans des zones frontalières au Togo.

24 juin 2020

Togo / Covid-19 : Les Centrales syndicales partent en guerre contre la pandémie en milieux scolaires


« Les centrales syndicales du Togo appellent au respect des gestes barrières face à la covid-19. Ensemble, brisons la chaine de contamination», c’est sur ce mot d’ordre illustré sur des banderoles et des autocollants que les Centrales syndicales du Togo déclarent la guerre à la pandémie. Elles ont entamé, mardi 23 juin 2020 au Lycée de Tokoin 2 à Lomé, une série de campagne de sensibilisation sur la maladie   dans les établissements scolaires du Togo    . La cérémonie a été couplée d'une remise d’outils visuels nécessaires composés d'autocollants et de banderoles.

La crise sanitaire qui a ébranlé le monde et touché le Togo n'a pas épargné le secteur de l'éducation. Pour preuve les cours ont dû être suspendus pendant plusieurs semaines avant qu'ils ne soient repris le 18 juin dernier.

En vue de faire bloc contre cette pandémie  au Togo, des gestes barrières ont été recommandées par le gouvernement : le port de masques obligatoire, la distanciation sociale et le lavage des mains,   tousser ou éternuer dans son coude, utiliser les mouchoirs à usage unique. Certain élevés ont pris conscience de l'importance du respect de ces mesures mais force est également de constater que la négligence de la part d’une grande majorité surtout une fois à l'extérieur de leurs établissements.

C'est donc l'une des raisons qui justifie le lancement de la compagne de sensibilisation des  centrales syndicales du Togo au  lycée de Tokoin 2. L'occasion a permis aux centrales syndicales de faire  don de matériels de sensibilisation composés d’autocollants et biens d’autres outils à cet établissement.

L'établissement public secondaire  a eu l'honneur d'accueillir les représentants syndicaux, Inspecteurs et autre acteurs de l'éducation.

Ces outils de sensibilisation constituent ainsi pour les organisateurs des supports les mieux adaptés pour sensibiliser le monde scolaire sur la pandémie de la covid-19. Par ce geste le monde syndical entend apporter sa contribution aux efforts fournis par le gouvernement pour lutter contre ce fléau. Pour le Secrétaire Général des Centrales Syndicales du Togo Amakoue Ahoro Atchindé, la seule vue des banderoles va rappeler aux élèves que le danger existe et que le respect des gestes barrières s’avère indispensable. Il a exhorté aussi bien les élèves que les enseignants à constituer de relais pour la sensibilisation sur la Covid-19 au sein de leurs familles et de leurs communautés.

« Le gouvernement a fait d’énormes sacrifices et continue d’en faire dans le cadre de la lutte contre le coronavirus Covid-19. Cette façon de faire devrait tout naturellement interpeler quiconque. Parce que c’est ensemble que nous devons nous serrer les coudes pour combattre le fléau du siècle. Les centrales syndicales du Togo ont bien voulu par ce geste de remise de banderole au lycée de Tokoin 2 apporter sa contribution pour mieux participer par l’image à la lutte contre la pandémie. Et comme nous sommes dans le monde scolaire nous avons estimé que c’est le meilleur support pédagogique qui par ces images parlent et attirent l’attention des élèves, des enseignants et au-delà de ceux-ci tous ceux qui visitent les établissements. Le geste ne s’arrête pas ici. Il va se poursuivre à travers toute l’étendue du territoire dans la mesure où c’est des lots qui sont remis ici et les différents responsables des établissements ou des inspections se chargeront de ventiler le reste sur toute l’étendue du territoire » précise le Secrétaire General des Centrales Syndicales.

Cette action citoyenne n’a pas laissé indifférent les bénéficiaires. Les responsables de l’éducation du Golfe Lomé ont, en réceptionnant les outils, souligné que ce geste vient renforcer leur devoir d’éducation et de sensibilisation sur la lutte contre le coronavirus dans leurs établissements.

« Les banderoles parlent beaucoup. Sur ses banderoles ils nous invitent à briser les chaines de contamination de cette pandémie qui fait ravage un peu partout. Nous sommes très contents que les centrales syndicales aient pensé à notre établissement. Nous promettons en faire très bonne usage en vue de parvenir à un taux zéro civid-19 au lycée de Tokoin 2." Témoigne  Mensa-Gavo Enyonam' proviseur dudit lycée.

Notons que les établissements scolaires aussi bien la région maritime que de toutes les autres régions du pays seront servis pour un meilleur impact du projet.

16 juin 2020

Togo : Des cours additionnels à diffuser sur TVT et New World TV pour les élèves des classes d'examen

La reprise des cours pour les élèves des classes d’examen est effective depuis le lundi 15 juin au Togo. A l’occasion, le ministre Affoh Atcha-Dédji, en charge des Enseignements primaire et secondaire, a annoncé d’autres dispositions additionnelles pour accompagner les apprenants. Le gouvernement lance de ce faite un appel à recrutement de 02 répétiteurs.

Il s’agit des cours à distance qui seront diffusés sur la Télévision nationale (TVT) et sur la télévision New World par 02 répétiteurs spécialement recrutés par le gouvernement.

Les deux répétiteurs encadreront les élèves tous les soirs.

Selon le ministre Affoh Atcha-Dédji, ces cours à distance permettront aux élèves de maîtriser correctement tous leurs programmes avant d’aller composer pour les épreuves écrites.

« Ces cours en présentiel seront aussi accompagnés de l’enseignement à distance dispensé tous les soirs de 17 h à 17 h 30 sur la TVT et de 18 h à 19 h sur la télévision New World. Cela permettra aux élèves de maîtriser les cours pour mieux préparer les examens imminents », a indiqué le ministre.


Pour rappel, les cours sont prévus  durer 4 à 6 semaines et déboucher sur les examens


15 juin 2020

Togo / Covid-19 : Hors de leur base depuis 6 mois, les élèves de l'EPP Kougnowou ont repris les cours ce lundi


Comme annoncé par le gouvernement le vendredi dernier, les cours ont effectivement repris ce lundi 15 juin 2020 après plus de 2 mois de suspension sur tout le territoire togolais pour les élèves des classes d'examen, CM2, 3ème, 1ère et terminale. A Lomé la capitale comme à l'intérieur du pays, les établissements scolaires ont donc rouvert leurs portes. Voici le reportage réalisé par une équipe de la Radio Oreole à l'Ecole Primaire Publique Kougnohou Marché, dans l'Akébou, Région des Plateau.



Vue partielle de l'EPP Kougnohou hors usage
Les élèves de la classe de CM2 de l’EPP Kougnohou Marché ont repris les cours dans un immeuble mis à leur disposition par une bonne volonté depuis décembre 2019. A l’époque, Selon les informations glanées, ils étaient contraints d’abandonner leur établissement de fortune emporté en partie par le vent et  l'autre par l’incendie.

Déjà à 7 heures GMT, les 33 apprenants du CM2 de cette école ont retrouvé leur ancienne vie, interrompue depuis le 20 mars dernier pour cause de la crise sanitaire due à la covid-19.  Disposés un par banc en forme « Z », ils sont répartis en 3 classes de 16, 9 et 8.

On a noté la présence  de l’inspecteur sur les lieux pour s’assurer de l’effectivité de la reprise et la mise en place des dispositifs de prévention, notamment celui de lave-main, le respect de la mesure de distanciation et le port obligatoire des masques (remis au chef d'établissement hier et dont la distribution a été faite ce matin, chaque élève ayant droit à 2).

Vivement que l’EPP Kougnohou soit reconstruite avant la rentrée prochaine pour permettre aux élèves d’étudier dans des conditions acceptables, digne d’un établissement scolaire.

Il est prévu que les cours durent 4 à 6 semaines pour laisser place aux examens. L’année scolaire est ainsi sauvée et ne prendra pas la couleur blanche.

14 juin 2020

Covid-19 : Dépistage systématique des élèves scolarisés au Togo mais résidant dans les pays limitrophes


Fermés Il y a de cela trois (03) mois pour limiter la propagation de la pandémie du covid-19, les établissements scolaires rouvrent leurs portes demain lundi 15 juin 2020. Cette reprise des cours concerne uniquement les élèves en classes d’examen. Afin de maintenir le contrôle épidémiologique, la coordination nationale de riposte à la covid-19 ordonne le dépistage systématique des apprenants scolarisés au Togo mais résidant dans les pays limitrophes, c'est-à-dire hors de nos frontières.

En effet, dans une correspondance, en date de ce 14 juin, adressée aux préfets et présidents des comités locaux de gestion de la riposte de la pandémie, la coordination nationale demande qu’il soit procédé au dépistage systématique de ces élèves sus mentionnés avant tout accès aux salles de cours. Cette décision est partie d’un constat fait dans certaines localités du Togo et a pour objectif d’éviter toute contamination au sein de la population scolaire.

" J'ai l'honneur de vous demander de bien vouloir prendre des dispositions pour le dépistage systématique de tous les élèves scolarisés dans votre préfecture et résidant hors de nos frontières ", lit-on dans le courrier signé du Prof. Colonel Djibril Mohaman Awalou, Coordinateur national de riposte.

Il est par ailleurs demandé aux préfets et présidents des comités locaux de gestion de la riposte de la covid-19 d'en produire des comptes-rendus dès la complétude de l'opération.

Notons qu’à ce jour, le Togo comptabilise 530 cas positifs au covid-19, dont 291 guéris, 13 décès et 226 actifs.

07 juin 2020

Togo : Les raisons qui justifient la non reprise des classes pour les élèves ce lundi 8 juin

Les rumeurs couraient depuis quelques jours que les élèves des classes d'examen retrouveront le chemin des classes demain lundi 08 juin 2020. Informations qui n'a jamais été confirmée par les autorités togolaises. Aux dernières nouvelles, ça ne sera pas le cas.

Le gouvernement avait décidé de fermer les écoles le 20 mars 2020, pour cause de coronavirus. 

En effet, depuis quelques jours, le gouvernement a engagé des mesures visant une reprise effective des classes pour les élèves en classe d’examen (CM2, 3ème, 1ere et Terminale). Dans cette logique, le corps enseignant, les inspecteurs ainsi que les Chefs d’établissement scolaire ont été invités à se mettre en poste à partir du 03 juin dernier.

Dans le communiqué ci-dessus, le Ministre en charge des enseignements primaires et secondaires, Affoh Atcha-Dédji fait la mise au point suivante : que les établissements scolaires n’ouvriront pas le 08 juin prochain.

Il indique par ailleurs, que « des concertations sont engagées avec tous les partenaires de l’éducation en vue de procéder à la réouverture des établissements scolaires dans le respect strict des mesures barrières ».
« Contrairement à la date du 08 juin 2020 que relaient les réseaux sociaux, le Gouvernement communiquera officiellement, et en temps opportun, la date de la réouverture des établissements scolaires », précise-t-il.
A en croire les informations parvenues à la rédaction de la RADIO OREOLE, la rentrée du personnel est plutôt ramenée sur la date du 08 juin pour mieux préparer les classes avec la mise en place des dispositifs de protection et de prévention, en attendant la rentrée effective des élèves, probablement le 15 juin 2020. Le dernier mot revient donc aux ministères en charge de l'éducation au Togo, qui entendent réunir le maximum de conditions avant d’arrêter une date de reprise à communiquer au moment opportun.

01 juin 2020

Togo / Gratuité des actes de naissance et des frais d’inscription aux examens nationaux : des résultats probants escomptés


Sans actes de naissance, les élèves ne peuvent pas prospérer dans leurs études. Au Cours moyen 2ème année (CM2), ce document est obligatoire pour l’obtention du Certificat d’études du premier degré (CEPD). 

Précédemment, beaucoup d’enfants ont abandonné le chemin des écoles à cause de l’absence de ce document important. Cette situation est un handicap pour le gouvernement qui lutte autant que faire se peut pour l’accès à une éducation de base pour tous. 

Raison pour laquelle le gouvernement, sous l'impulsion du Chef de l'Etat, va rendre gratuit l’établissement des actes de naissance ainsi que les frais d’inscription aux différents examens nationaux, permettre un rapprochement des services de délivrance des documents administratifs comme la nationalité et le casier judiciaire.

Dans les années antérieures, outre les frais de scolarité, les élèves devaient verser une somme de 15.000 francs CFA pour passer l’examen du baccalauréat. Ce qui constituait un lourd fardeau pour les apprenants vulnérables. Par manque de cette somme, beaucoup d’entre eux ont été recalés et n’ont pas pu passer leur examen. 

Aujourd’hui, tous ces élèves ainsi que leurs parents peuvent se réjouir car ils se rendront aux différents examens sans payer le moindre centime.

31 mai 2020

Togo / Education : Vers une effectivité des primes pour les enseignants


Ces dernières années, pour éviter des perturbations dans le système éducatif au Togo, les acteurs ont convenus de donner le maximum afin de garantir le bon déroulement des cursus scolaires. Pour se faire, l'Etat a non seulement accepté revoir les conditions de vie des enseignants, mais aussi leurs conditions de travail. Ainsi, à plusieurs fois, leurs salaires ont été revalorisés. D'autres solutions comme les primes sont en voie d'opérationnalisation.

Hormis la question de la revalorisation salariale, il y a des inquiétudes qui subsistent et qui ne sont pas encore abordées notamment le paiement des différentes primes dont celles de salissure (pour l’utilisation de la craie salissante), de veille (pour le temps passé la nuit à corriger les copies et préparer les cours du lendemain),   des primes de rentrée et de bibliothèque etc. Ces questions trouveront incessamment des solutions pour le bien de tous selon des sources bien indiquées.

Le cadre permanent de discussion est toujours à l'œuvre pour que l'enseignant togolais trouve sa place dans le concert des professions.

29 mai 2020

Togo : Revalorisation constante des salaires des enseignants ces derniers temps

L’éducation est la base de toute réussite et constitue le socle du développement socioéconomique intégral. Précédemment, les conditions de vie et de travail des enseignants togolais étaient pénibles, ce qui les à aiguillonnés ces dernières années à entamer une lutte collective sur l’étendue du territoire. Cette action a tiré la sonnette d’alarme des pouvoirs publics qui se sont concertés pour améliorer le traitement de ces fonctionnaires. A l’issue des pourparlers, les deux camps sont arrivés à trouver un consensus quant à la question de la  revalorisation salariale. 

Avec un salaire minimum interprofessionnel garanti fixé à 35.000 francs CFA, l’Etat a pris l’engagement d’assurer une meilleure condition de vie et de travail aux enseignants, un climat de paix dans le système éducatif par la même occasion.  

Dans la fonction publique, l’enseignant classé catégorie A1 (les titulaires d’une maîtrise), touche en début de carrière 195.000 et finit avec 442.000 francs CFA. En 10 ans, on note une augmentation de 70% pour le début de carrière et plus de 80% pour le départ à la retraite. En 2005, ce chiffre était respectivement de 113.000 et 244.400 francs CFA.La catégorie A2 ou les titulaires d’une licence prennent172.160 francs CFA en début de carrière et 337.440 francs CFA en fin de carrière. En 10 ans, cette catégorie a connu une progression respective de 79 et 83%.

En ce qui concerne la catégorie B qui regroupe les titulaires du Bac, la rémunération est de 123.126 lorsqu’ils sont recrutés. Ils finissent leur carrière avec 288.407 francs CFA. Sur 10 ans, la hausse est respectivement de 87 et 86%. La catégorie Coules titulaires du BEPC sont rémunérés à 103.090 francs CFA à leur entrée et partent à la retraite avec 185.730 francs CFA. Ici, on parle d’une progression de 114,5 et 102%.

Pour la catégorie D qui comprend ceux n’ayant que le CEPD, elle est rémunérée à 72.237 francs CFA au début et à 138.349 francs en fin de carrière ; soit une hausse de 206,20% et136%. En somme, les calculs montrent que pour les catégories A1 et A2, les revalorisations traduisent un montant de 708.000 francs CFA annuels, soit 59.000 francs CFA mensuels. Pour la catégorie B, c’est 564.000 francs CFA annuels et 47.000 francs CFA mensuels tandis qu’elles sont de 588.000 francs par an pour les C et D, soit 49.000 francs CFA mensuels.