Radio Oreole Flash Info :
latest

728x90

468x60

Affichage des articles dont le libellé est EDUCATION. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est EDUCATION. Afficher tous les articles

21 novembre 2020

Togo : Depuis 2018, plus de 6 000 000 de repas scolaires ont servis dans la région de la Kara


Au nord du Togo, précisément dans la région de la Kara, les cantines scolaires bénéficient à 62 écoles primaires publiques, réparties dans 06 préfectures à savoir Assoli, Binah, Bassar, Dankpen, Doufelgou et Kéran. 


Pour le compte de l’année scolaire 2019-2020, 18 542 élèves ont eu droit à des repas chauds chaque jour d’école. 


Plus de 6 000 000 de plats ont été servis depuis 2018 jusqu'à ce jour dans la région, soit 1 621 431 plats pour l'année 2019-2020 avec 04 mois d'absence des cantines pour cause de la pandémie de la covid-19.


20 novembre 2020

Togo : Pour Faure Gnassingbé, la suppression des frais d’inscription aux examens participe à « la promotion de l’école pour tous »



Depuis 48 heures, la mesure supprimant les frais d’inscription aux différents examens scolaires au Togo est effective. Annoncée par le Chef de l’Etat en février dernier, elle est entrée en vigueur dans tous les établissements scolaires sur toute l’étendue du territoire.

 

Pour le Président Faure Gnassingbé, cette décision est une avancée majeure parce qu’elle contribue à la promotion de l’éducation pour tous, à l’égalité des chances devant les charges scolaires.

 

Les examens concernés

 

Pour les enseignements primaire et secondaire général, il s’agit du Certificat d’étude du premier degré (CEPD), du Brevet de fin d’étude du premier cycle du secondaire (BEPC) et du Baccalauréat 1ère partie (BAC 1).

 

Pour l’enseignement technique, les examens concernés sont : le Certificat de fin d’apprentissage (CFA), le Brevet de technicien (BT), le Brevet de technicien agricole (BTA), le Brevet professionnel (BP), le Certificat de qualification professionnelle (CQP), le Brevet d’étude professionnelle (BEP), le Certificat d’aptitude professionnelle (CAP), le Baccalauréat 1ère partie (BAC 1).

 

En ce qui concerne l’enseignement supérieur, les examens ciblés sont le Baccalauréat 2e partie (BAC 2), le Brevet de technicien supérieur (BTS), le Diplôme de technicien supérieur agricole (DTSA).

19 novembre 2020

Togo-Education : Faure Gnassingbé supprime les frais d’inscription aux différents examens scolaires

 


Le Chef de l’Etat togolais joint l’acte à la parole. Comme il l’a annoncé en février dernier, Faure Gnassingbé a pris une mesure supprimant le payement des frais d’inscription aux examens scolaires.

 

Via une correspondance datée du 17 novembre 2020, adressée aux directeurs régionaux de l’éducation, aux chefs d’inspection de l’enseignement et aux chefs d’établissements et directeurs d’écoles, le ministre des enseignements primaire et secondaire, le Prof. Kokoroko Dodzi a indiqué que « désormais, il n’y aura plus de frais d’inscription pour les examens ».

 

Pour les enseignements primaire et secondaire général, il s’agit du Certificat d’étude du premier degré (CEPD), du Brevet de fin d’étude du premier cycle du secondaire (BEPC) et du Baccalauréat 1ère partie (BAC 1).

 

Pour l’enseignement technique, les examens concernés sont : le Certificat de fin d’apprentissage (CFA), le Brevet de technicien (BT), le Brevet de technicien agricole (BTA), le Brevet professionnel (BP), le Certificat de qualification professionnelle (CQP), le Brevet d’étude professionnelle (BEP), le Certificat d’aptitude professionnelle (CAP), le Baccalauréat 1ère partie (BAC 1).

 

En ce qui concerne l’enseignement supérieur, les examens ciblés sont le Baccalauréat 2e partie (BAC 2), le Brevet de technicien supérieur (BTS), le Diplôme de technicien supérieur agricole (DTSA).


Le ministre a demandé que la mesure soit strictement observée et sans réserve aucune. Par ailleurs, il invite  ceux qui ont déjà perçu de tels frais à les restituer immédiatement aux intéressés.

17 novembre 2020

Togo : Voir ici le découpage intégral de l’année scolaire 2020-2021

 


Les ministères en charges des enseignements primaire, secondaire, technique et supérieur, ont rendu public ce lundi 16 novembre 2020 le découpage de l’année scolaire et universitaire au Togo. Il se présente comme suit :

 

Activités Pédagogiques

Pour les enseignements général, technique et de l’artisanat

Premier trimestre : 12 semaines (du lundi 2 novembre 2020 matin à vendredi 29 janvier 2021) ;

Deuxième trimestre : 10 semaines (du mercredi 1er février 2021 matin au vendredi 9 avril 2021 soir) ;

Troisième trimestre : 13 semaines (du mercredi 21 avril 2021 matin au vendredi 16 juillet 2021 soir).

 

Les Congés enseignements primaire, secondaire, technique et supérieur

De Noël : Du mercredi 23 décembre 2020 soir au dimanche 03 janvier 2021 soir ;

De Pâques : Du vendredi 09 avril 2021 soir au mardi 20 avril 2021 soir.

 

Les Grandes vacances 

Du vendredi 16 juillet 2021 soir au dimanche 19 septembre 2021 soir. Donc la rentrée 2021-2022 est fixée au lundi 20 septembre 2021.

 

Les dates des grandes vacances pour et de la rentrée universitaires sont laissées à l’initiative des Universités de Lomé et de Kara.

10 novembre 2020

Togo-Education : La FESEN maintient son mot d’ordre de grève malgré les discussions

 


La Fédération des syndicats de l’éducation nationale rejette purement et simplement le relevé de conclusion issu de la rencontre avec les ministres des enseignements Dodzi Kokoroko et Gilbert de la fonction publique. Par conséquent, elle maintient son préavis de grève. Une correspondance en date du 9 novembre a été adressée en ce sens au ministre Kokoroko.

 

Les signaux risquent de virer au rouge dans le secteur de l’éducation en ce début d’année scolaire 2020-2021. Entre les syndicats d’enseignants et leurs ministres de tutelle, un bras de fer semble être amorcé. La FESEN annonce le ton des mouvements d’humeur malgré les échanges avec les autorités.

 

Ce lundi 9 novembre 2020, es secrétaires généraux des syndicats de base de la FESEN se sont réunis en session extraordinaire du bureau fédéral national Au cours de la rencontre, ils ont eu a passé en revue le relevé de conclusion issu de leur entretien avec les ministres des enseignements Dodzi Kokoroko et Gilbert de la fonction publique le 6 novembre dernier.  Au terme de la session, la décision prise est de maintenir le mot d’ordre de grève. C’est une façon de laisser durer la pression sur les pouvoirs publics afin que ceux-ci tiennent compte de leurs revendications.

 

Dans le lettre envoyée au Prof. Kokoroko, la FESEN justifie cette décision par 3 raisons. D’abord la mise en cause du protocole d’accord d’avril 2018, ensuite l’antagonisme au niveau de l’interprétation de cet accord, et enfin l’absence de timing précis, si revue il doit y avoir, en tenant compte du contexte sanitaire, socio-économique et sécuritaire.

09 novembre 2020

Togo- Agoè-Nyivé 2 / L'école face au défi du covid-19 : Le Complexe scolaire Schékina, un exemple à suivre

 


Depuis le 2 novembre dernier, les élèves ont repris le chemin des classes sur l'étendue du territoire togolais à l’occasion de la rentrée scolaire 2020-2021. Ce retour à l'école se fait dans un contexte particulier de la crise sanitaire à pandémie du coronavirus. Le plus dur à accomplir pendant les 9 prochains mois est de maintenir le déroulement des cours tout en évitant la propagation du virus dans les établissements d'enseignement. Au Complexe scolaire Schékina à Lomé, une stratégie fait son petit bonhomme de chemin et attire de l'admiration.

 

Les jours d'après la rentrée scolaire au Togo, la rédaction de Radio Oreole s'est donnée comme exercice de sillonner les écoles aussi bien publiques  que privées, situées sur le territoire du District du Grand Lomé pour observer de près la prise en compte des mesures barrières dans la gestion de la riposte au coronavirus en milieu scolaire. Ainsi, au cours de l’une de nos tournées le vendredi 6 novembre dernier, nous sommes tombés sur le Complexe scolaire Schékina, une école privée situé à Légbassito-Hévitigomé dans la commune Agoè-Nyivé 2, banlieue nord-ouest de la capitale.

 

Forte de ses 300 apprenants repartis sur la maternelle, le primaire et le collège, l'école privée Schékina s'est donnée pour défi « zéro contamination au covid-19 » au cours de cette année scolaire. Elle s’est dotée d’outils de prévention nécessaire conformément aux mesures barrières en vigueur. Ainsi, les portes de l’école ferment une fois que les cours commencent. Dans cette logique, l’accès est strictement réglementé. L'entrée dans l'établissement et dans chaque classe pour les élèves et enseignants est subordonnée au port obligatoire de masque et au lavage de mains, grâce à des dispositifs appropriés installés aux lieux convenus.

 


Dans les classes, pas de saturation, la distanciation est respectée.  Et régulièrement, les enseignants passent avec les gels hydro-alcooliques pour désinfecter les mains des élèves, qui tous, portent le masque.

 

La récréation se fait par vague. D'abord, du CP1, CP2, CE1, en suite CE2, CM1 et CM2, après les 6èmes et 5èmes suivent, et pour clôturer les 4èmes et 3èmes. Tous se faits suivant des alignements respectant la distanciation et sous un contrôle rigoureux.



Outre l’équipement mis en place, un ensemble de ressources humaines est spécialement affecté à la cause. Les élèves sont régulièrement sensibilisés sur le mal.

 

«La gestion pendant ce moment de crise sanitaire est difficile. Mais nous suivons les consignes des autorités. Il y a un comité spécial composé des majors de chaque classe, des enseignants titulaires, des représentants des parents d'élèves et des revendeuses. Ce regroupement veille strictement au grain et au quotidien sur les gestes et comportements au sein de l’établissement et fournit des rapports », nous a expliqué le Directeur-fondateur du Complexe scolaire Edoh Koffivi Elikplim.



« Nous somme au 5ème jour de la rentrée et tout a bien commencé dans des conditions que vous connaissez. Avec la pandémie, nous avons mis une structure en place. On n’a pas encore eu d’incident. Une semaine avant la rentrée, on nous a instruit sur comment faire le cours en période covid-19, ne plus circuler entre les bancs, la désinfection à tout moment, comment contrôler les élèves. Ces derniers respectent les consignes même si de temps en temps il y a des récalcitrants qu’on ramène à la raison. Nous sommes là derrière eux comme des gendarmes pour les rappeler à l’ordre », a précisé Mr Koura, enseignant de français.

 

La stratégie et la rigueur mises en place a rassuré les parents et élèves.



« A la rentrée, j’étais à la fois joyeuse et inquiète du fait du coronavirus. Mais arrivée à l’école et voyant tout ce que notre chef d’établissement a organisé, je me suis sentie rassurée. Maintenant je sais que je peux continuer les cours sans crainte. Je prévois une brillante réussite » a indiqué Ajavon Dédé Merveille, apprenante en classe de 5ème au complexe Schékina.


Le complexe scolaire Schékina est à sa 9ème année d’expérience dans le monde de l’éducation. Il a un agrément dûment délivré par l’Etat (Arrêté N°149/MEPS/CAB/SG/CCAEPLC). Les résultats sont toujours satisfaisants, nous explique le Directeur-fondateur.


« Dans notre établissement, nous faisons la promotion de l’excellence. Les élèves qui avaient des difficultés à avancer dans les études, une fois arrivés ici, commencent à bien réagir au fil du temps. Leur travail s’améliore vraiment. Nous avons tellement de témoignages. L’année dernière, nous avions eu 100% au CEPD et 70% au BEPC. Schékina signifie la Gloire de l’Eternel est parmi nous », a conclu Edoh Koffivi Elikplim, qui compte ouvrir le lycée les années à venir.


Togo : Pour Faure Gnassingbé, l’éducation est un puissant levier garant d’emplois

 


Les autorités se plient en quatre pour une meilleure adéquation entre le système scolaire, les besoins de l’économie et le marché du travail. 


Au rang des actions, il y a la gratuité des frais d’inscription aux examens nationaux (BEPC, Bac 1 et 2) ; la construction de 03 collèges universitaires dans les régions des Savanes, Centrale et Plateaux, permettant de dispenser des formations pratiques et de niveau supérieur aux jeunes ; la décuplement des Instituts de formation en alternance pour le développement (IFAD) ; la construction d’au moins 25 000 salles de classes ; l’amélioration de l’attractivité du métier d’enseignant ; la gestion intégrée du système éducatif ; la réforme de l’enseignement supérieur par le développement des filières porteuses sur le marché du travail, etc.


Toutes projections faites, les secteurs de la santé et de l’éducation vont complètement se métamorphoser pour aider les Togolais à prendre un nouvel élan vers leur autonomisation, sans quoi le développement national ne serait inclusif ni résilient.

06 novembre 2020

Togo : Voir ici les résultats du concours de recrutement d'enseignement technique de 2019


Les résultats du concours de recrutement d'enseignement technique de 2019 sont désormais connus.

CLIQUEZ ICI POUR CONSULTER LA LISTE DES ADMIS

Togo- Education : Accord de partenariat entre le ministère des enseignements et Moov au grand bonheur des élèves

 


Le ministère des enseignements primaire, secondaire, technique et de l’artisanat la société Atlantic Moov Togo sont désormais liés par une relation de partenariat pour le grand bonheur des élèves. La signature de ce document s’est faite jeudi 5 novembre 2020 à Lomé entre le  Professeur Dodzi Kokoroko et le Directeur Général Abdallah Tabhiret. C’est un évènement qui vient matérialiser les réformes annoncées dans le système éducatif notamment la digitalisation.

 

C’est une bonne nouvelle pour les élèves qui viennent juste de reprendre le chemin des classes. En effet, cette relation se traduit par la signature de deux contrats notamment un bail entre Moov et le ministère d’une part, ainsi qu’une convention de partenariat entre le Lycée d’Enseignement Technique et Professionnel (LETP-Lomé) et la société de téléphonie mobile d’autre part.

 

Pour Dodzi kokoroko, le LETP-Lomé)  reste l’un des fleurons de l’enseignement technique et professionnel au Togo et des possibilités offertes à nos élèves de pouvoir vivre l’expérience professionnel à travers la société Moov Togo ».

 

Le ministre explique que l’école reste au cœur de la politique du gouvernement, elle demeure l’un des piliers des politiques publiques au Togo. « Il s’agit en substance de l’équipement du lycée technique d’Adidogomé qui

 

« Le système éducatif est debout avec des difficultés surmontables. Alors nous agirons et nous réussirons à changer les conditions éducatives au Togo. Nous reprochons à notre système éducatif d’être trop théorique. La présente convention nous offre déjà des perspectives pour l’insertion professionnelle de nos apprenants », précise le Professeur.

 

Les objectifs quinquennaux pour l’éducation au Togo



L'éducation, socle de tout développement, occupe une place importante dans le nouveau quinquennat de Faure Gnassingbé.

Des initiatives comme la construction de 25 000 salles de classes, des structures d’apprentissage et de formation professionnelle comme les Instituts de formation en alternance pour le développement (Ifad) sont en cours de matérialisation ; le développement des filières (dans l’enseignement supérieur) à haute valeur ajoutée et adaptées au marché de l’emploi, sont prévues pour les 05 prochaines années.


Des idées portent aussi sur la construction de 03 collèges universitaires dans les régions des Savanes, Centrale et Plateaux pour dispenser des formations pratiques et de niveau supérieur aux jeunes ; la mise sur pied des structures d’apprentissage, de formation pratique et professionnelle dans les préfectures ; l’élargissement du dispositif Environnement numérique de travail (ENT) à d’autres établissements en s’appuyant sur le développement du numérique pour permettre aux apprenants de maîtriser le français, l’anglais, les mathématiques ; l’amélioration de l’attractivité du métier d’enseignant, de formateur et d’éducateur, particulièrement dans les matières scientifiques, etc.

05 novembre 2020

Togo : Les grandes réformes opérées les 10 dernières années dans le secteur de l’Education

 


L'éducation fait partie des grands chantiers auxquels le gouvernement,  sous l'impulsion du Chef de l'Etat Faure Gnassingbé, ne cesse de se battre. Beaucoup de changements sont intervenus dans le secteur éducatif depuis plus de 10 ans. 


Il y a par exemple la gratuité des frais scolaires au cours primaire adoptée depuis 2008 ; l’instauration des cantines scolaires qui ont permis non seulement d’améliorer le taux de malnutrition chez les enfants, mais également le taux de fréquentation scolaire. 


De même, de bonnes conditions incitatives à la fonction enseignante ont été mises en place à l’instar de la revalorisation des salaires des enseignants ; l’instauration et paiement permanent d’autres primes (rentrée, bibliothèque, incitation à la fonction enseignante), la création d’une coopérative d’épargne et de crédit des enseignants du Togo. 


Des efforts ont été également consentis en matière de construction d’infrastructures d’accueil, de formation et d’encadrement des enseignants.

04 novembre 2020

Togo : L'Etat davantage à l'œuvre pour garantir une éducation de qualité pour tous

 


L’éducation est un puissant outil de lutte contre les inégalités sociales. C’est l’un des droits humains fondamentaux. Elle joue un rôle déterminant dans le développement socioéconomique. Au Togo, les autorités portent un regard bienveillant au secteur depuis des années avec des efforts consentis ici et là, notamment en matière de ressources financières. Elles ont été multipliées par 07 sur les 15 dernières années.

 

De 25 milliards de francs CFA en 2005, celles-ci sont passées à 174 milliards en 2019. Perpétuellement, le pays ne recule devant rien pour offrir aux apprenants une éducation de qualité, comme le stipule le quatrième Objectif de développement durable (ODD).

 

Au rang des actions engagées pour moderniser le secteur au Togo, il y a la construction des Ecoles normales d’instituteurs (Eni) et de 5 300 salles de classes dont 300 équipées de Technologies de l’information et de la communication (Tic) ; le recrutement de 22 400 enseignants. A cela s’ajoutent la construction des blocs pédagogiques administratifs et sanitaires et l’effectivité des cantines scolaires. 


Par ailleurs, les autorités ne perdent pas de vue l’adéquation entre les programmes d’enseignement de base, la formation professionnelle et l’enseignement supérieur.

01 novembre 2020

Togo : Yawa Tsegan récompense les meilleurs élèves de Kpélé

 


A quelques heures de la rentrée scolaire 2020-2021, la présidente de l’Assemblée nationale Togolaise Chantal Yawa Tsegan est allée à la rencontre des meilleurs élèves aux différents examens à Kpélé. Comme les années précédentes, elle les a récompensé par des prix spéciaux.

 

C’est une démarche citoyenne de Mme Tsegan qui vise à promouvoir l'excellence en milieu scolaire dans sa localité. Ils sont au total 55 élèves aux examens du CEPD, BEPC et BAC I à être primés cette année.  L’initiative est   soutenue par l'ambassade de la République populaire de Chine au Togo.

 

Les lauréats et les élèves démunis ont reçu chacun d'importants lots de kits scolaires dont la valeur totale est estimée à 10 millions de francs CFA.

« Depuis Lomé nous regardons les préparatifs que le gouvernement fait mais je me dis que c'est plus simple de venir moi-même voir comment ça se prépare à Kpélé. Profiter pour  encourager mes petits frères et sœurs à avancer sans avoir peur », a indiqué Yawa Tsegan, tout en annonçant aussi qu'elle va doter les écoles de Kpélé de kits de protection contre le coronavirus dans les prochains jours.

30 octobre 2020

Togo: Le Ministre des enseignements primaire et secondaire Prof. Kokoroko annonce un concours de recrutement des enseignants

 


Le Ministre des enseignements primaire et secondaire Prof. Kokoroko annonce un concours de recrutement des enseignants au plus tard le 30 novembre 2020.

 

En conférence de presse ce 30 octobre à l’auditorium de la Télévision Togolaise (TVT), le ministre des enseignements primaire, secondaire, technique et de l’artisanat, a laissé entendre qu’il est question de relancer le concours de recrutement d’enseignants qui a été prévu avant la crise sanitaire liée à la Covid-19.

 

« Ce concours ne va pas intégrer tous les enseignants volontaires. Toutefois, un quota leur sera réservé », a-t-il précisé.

 

Le ministre a aussi de nouvelles ambitions pour une éducation de qualité ainsi les ENI et ENES seront revisités et réformés.

Cantines scolaires au Togo : Les Etats-Unis apportent un appui de 600 tonnes de riz, d’huile…

 


Le gouvernement américain apporte son soutien aux cantines scolaires avec  un don de 600 tonnes de riz, d’huile, de lentilles, de soja, etc. A en croire les sources officielles, 66.000 élèves auront à bénéficier de cette aide mobilisée par l’organisation humanitaire Catholic Relief Services (CRS).


Ce soutien de taille ton à pic, à 72 heures de la rentrée académique 2020-2021.  Ce partenariat qui vient de débuter entre le Togo et Catholic Relief Services (CRS) active dans plus d'une trentaine de pays sur le continent, n'est qu'à ses début. Il durera pendant les cinq prochaines années et ira en s'améliorant.

 

« Catholic Relief Services-CRS est heureux de travailler avec U.S. Department of Agriculture USDA/ McGoverndole international Food for Education and Child Nutrition et l’Ambassade des Etats-Unis d’Amérique au Togo, pour contribuer à la mise en œuvre de la nouvelle politique nationale de l’alimentation scolaire du Togo visant à assurer à la prochaine génération d’enfants togolais un repas sain à manger à l’école et de recevoir une éducation adéquate qui leur permettra ainsi que leurs communautés d’exceller et de transformer de façon durable des vies pour un avenir meilleur », renseigne plus amplement une publication de l’ambassade des Etats-Unis au Togo.


Mise en œuvre depuis 2008, la cantine scolaire a fourni au moins à 100 mille élèves, plus de 90 millions de repas. L’alimentation scolaire réduit la malnutrition et booste le taux de scolarisation à l’école primaire, selon les autorités en charge du programme.

29 octobre 2020

Togo : Pr. Adama Mawulé Kpodar, nommé à la tête de l’École nationale d’administration du Togo (ENA)

 


Le Vice-président de l’Université de Kara, Adama Mawulé Kpodar,  est le nouveau Directeur Général de l’École nationale d’administration du Togo (ENA).
Il succède donc Adjéoda Kokou Djifa qui dirige cette institution depuis quelques années.

 

La décision est prise par le gouvernement réuni ce mercredi 28 octobre 2020, en Conseil des ministres.

 

« Monsieur Adama Mawulé Kpodar, Professeur titulaire de droit public, précédemment Vice-président de l’Université de Kara, est nommé Directeur général de l’École nationale d’administration du Togo », indique le communiqué du conseil des ministres.

26 octobre 2020

Togo : La rentrée à l'Université de Lomé, c'est le 30 novembre 2020

 


L’Université de Lomé se prépare à rouvrir pour la rentrée académique 2020-2021. Ce sera le 30 novembre prochain, selon le calendrier officiel dévoilé par l’institution.

 

Cette nouvelle rentrée intervient après une fin d’année 2019-2020 marquée par un contexte sanitaire particulier qui a entraîné la suspension, puis la reprise en présentiel et en ligne des activités.

 

Les dépôts de dossiers de candidature pour les concours d’entrée démarrent eux ce 26 octobre, jusqu’au 16 novembre pour les différents grades (Licence, Master et Doctorat). La préinscription en ligne sera ouverte à partir du 05 novembre, la semaine pédagogique le 04 janvier 2021 et la rentrée doctorale le 20 janvier.

 

Enfin, pour ce qui est du découpage de l’année, le semestre Harmattan couvrira du 11 janvier au 08 mai 2021, et le Mousson du 17 mai au 11 septembre 2021.

Pour rappel, l’UL a opté pour la stratégie mixte : cours en ligne et en présentielle.

Togo / Rentrée scolaire 2020-2021 : La nouvelle mise au point du ministre Dodzi Kokoroko

 


Alors que s’ouvre ce lundi 26 octobre la rentrée administrative et pédagogique pour les responsables et le corps enseignant, le ministre Dodzi Kokoroko a jugé bon d’apporter plus de précisions sur les dernières dispositions prises annoncées pour éviter la contamination du coronavirus dans les écoles. Il a aussi abordé la question des enseignants volontaires.

La nouvelle année scolaire démarre officiellement le 02 novembre, conformément au réajustement effectué par le gouvernement. La question que l’on se pose est de savoir dans quelles conditions et comment les cours seront dispensés.

 

Une nouvelle façon d'enseigner


Eh bien, une innovation fait jour dans le système éducatif togolais et qui fait partie du protocole sanitaire en vigueur en raison de la pandémie à coronavirus. La rentrée administrative ou pédagogique. Prévue pour une durée d’une semaine, celle-ci sera consacrée à des formations qui seront dispensées par l’Institut national des sciences de l’éducation (Inse), à l’endroit de formateurs qui iront à leur tour partager avec leurs collègues, annonce le ministre en charge du secteur Dodzi Kokoroko.

 

De plus, des dispositifs de prévention et des accessoires seront installés au niveau des établissements scolaires et des réflexions sont en cours, afin de voir comment les pouvoirs publics pourront voler au secours des plus vulnérables en les dotant de masques de protection.

 

Pour éviter de regrouper des effectifs importants dans les salles, la stratégie de double flux est la plus envisagée à ce jour. Dans le même ordre d’idée, le ministre fait savoir que les salles de cours accueilleront chacune un effectif de 60 élèves contre 30 précédemment indiqué.


Le gouvernement veut à tout prix garantir une reprise des classes sécurisée, aussi bien pour les élèves, que pour les enseignants et le reste de la population, assure le ministre qui invite les uns et les autres à être cohérents et réalistes.

 

Quelle issue pour les enseignants volontaires ?

 

Le Prof. Komla Dodzi Kokoroko a fait savoir qu'avant le 2 novembre, date de la rentrée effective des élèves, un geste sera fait à l’endroit des EV  pris en charge par les parents.

 

« Le gouvernement reste attentif à leur sort. La moitié de ce qui reste de ce qui leur a été accordé pendant les temps durs de la Covid-19, cette moitié leur sera versée dans les jours à venir, avant le 2 novembre », a lancé le ministre.

 

Selon le gouvernement, ce qui continue de générer des EV, c’est la création anarchique des établissements scolaires par les communautés elles-mêmes. Un frein sera mis à cette procédure, a souligné Prof. Kokoroko.

 

« L’une des mesures phares qui est en train d’être prise, c’est un gel provisoire de ces créations anarchiques d’établissements. Plus nous vivons dans ce laisser-aller, la problématique des EV se posera toujours », a-t-il précisé.

 

L’autre mesure que compte prendre le gouvernement, c’est le recrutement d’enseignants pour endiguer définitivement le phénomène. « Il nous faut trouver des solutions réalistes, non à l’idée qu’on recruterait tout le monde. Le système ne marche pas comme cela. Il y aura un saut qualitatif et quantitatif pour résorber ce problème », a-t-il dit.

21 octobre 2020

L’éducation, socle de développement, occupe une place prépondérante dans l’agenda de Faure Gnassingbé

 


Les jeunes et femmes forment majoritairement le capital humain au Togo. Pour l'émergence du pays, il va falloir assoir une politique éducationnelle basée sur la qualité et la compétence.


Ces jeunes et femmes sont les principaux bénéficiaires des initiatives qui seront prises dans le secteur éducatif notamment la construction de 03 collèges universitaires dans les régions des Savanes, centrale et Plateaux ; la poursuite de la création des Instituts de formation en alternance pour le développement (Ifad) ; la mise en place des structures d’apprentissage et de formation pratique et professionnelle dans chaque préfecture avec un cursus ou des offres d’enseignement en lien avec les besoins du marché du travail ; la construction de plus de 25 000 salles de classes ; l’amélioration de l’attractivité du métier d’enseignant, de formateur et d’éducateur ; la réforme de l’enseignement supérieur par le développement des filières porteuses sur le marché du travail et le renforcement des filières à haute valeur ajoutée (logistique, ingénierie portuaire, environnement, technologie et informatique), etc.


Se référant à toutes ces actions de grande envergure susmentionnées et dont la liste est non exhaustive, on peut conclure sans risque de se tromper que le Togo est promis à un bel avenir. Le programme, tel que présenté et mis en œuvre progressivement, ne souffre d’aucune faiblesse, encore moins de manquements. Il embrasse tous les domaines ou secteurs d’activités et représente à lui seul, la garantie d’un lendemain meilleur.

20 octobre 2020

Covid-19 et Rentrée scolaire 2020-2021 au Togo : La mairie Agoè-Nyivé 3 fait désinfecter les écoles publiques, les privées sont aussi dans la danse

 

Salle de cours en pleine désinfection

A deux semaines de l’effectivité de la rentrée scolaire 2020-2021 au Togo, les préparatifs vont bon train pour mettre élèves et enseignants dans de bonnes conditions d'étude tout en tenant compte du contexte de la pandémie du coronavirus.


Dans la commune Agoè-Nyivé 3 (Vakpossito), les autorités municipales, en collaboration avec les responsables des établissements scolaires, ont de commun accord, décidé des dispositions pratiques de prévention à mettre en place pour empêcher la création des foyers de contamination dans les écoles.


En effet, les deux parties se sont entretenues ce lundi 19 octobre 2020 à la mairie, et les échanges ont porté leurs fruits. Outre l'obligation du port de masque, la mise en place des dispositifs de lave-main, l'aménagement des salles de cours supplémentaires (pour respect de la distanciation sociale), il a été décidé de procéder à la désinfection et dératisation de toutes les écoles aussi bien publiques que privées.



Les deux écoles publiques situées dans la commune Agoè-Nyivé 3 seront prises en charge par la mairie et les privées à leurs propres frais.  Les travaux seront faits par un prestataire, qui, voulant apporter sa contribution, a accepter réviser le coût.


Toutes les salles de classe, les murs les arbres, les espaces verts etc... de l'Ecole Primaire Publique et du Jardin d'Enfants de la localité ont reçu le passage du liquide désinfectant et dératisant toute la journée durant.

De pareilles actions dans le sens de la prévention de l'épidémie seront régulièrement faites durant toute l’année scolaire.



Pour le maire Yawo Adonkanu, il est de la responsabilité des pouvoirs publics, en occurrence les collectivités décentralisées, d’œuvrer pour le bien-être et la santé de leurs administrés. Il a rappelé que sa municipalité occupe le deuxième rang derrière Agoè-Nyivé 1 en termes de contamination au covid-19 (avec 39 cas positifs avérés) dans la préfecture d’Agoè.


« En ce temps de covid-19, nous devons tout faire pour éviter des contaminations à l’école. Et pour cette raison, le respect scrupuleux des mesures et gestes barrières doivent prévaloir. Il en va de la sécurité de tous et nous devons faire des sacrifices », a-t-il indiqué.

 

Tous les responsables des écoles ont adhéré à la vision de la mairie. Les travaux de désinfection et dératisation ont commencé le même jour.

Pour rappel, la commune Agoè-Nyivé 3 est composée des villages Hossoukope, Elavagnon klevé, Elavagnon Atsanvé, Awoudja-kopé, Dassa-kope et Logogome.