Radio Oreole Flash Info :
latest

728x90

468x60

Affichage des articles dont le libellé est ENVIRONNEMENT. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est ENVIRONNEMENT. Afficher tous les articles

11 juillet 2022

Le Togo se protège contre les changements climatiques


Afin de lutter efficacement contre les changements climatiques et protéger la nature, le Togo a créé une Journée nationale de l’arbre, mis sur pied des projets de reboisement, des initiatives de protection de l’espace côtier, créé des éco villages, mais pas que.


Lancé en 2019, le Projet d’investissement de résilience des zones côtières en Afrique de l’Ouest (Waca Resip) a été d’une grande aide en matière de lutte contre l’érosion.


Akoumapé et Afagnagan sauvés

Akoumapé est une localité située dans la préfecture de Vo.  Waca Resip y finance la construction de 700 m de caniveaux pour faciliter le drainage de l’eau de pluie.  Des emplois temporaires ont été créés pour les populations locales. Certaines riveraines suivent une formation et recevront un appui pour leur activité de maraîchage.


A Afagnagan, à 90 km de Lomé, le projet prévient le risque d’inondation et lutte contre l’extrême pauvreté. Il est prévu la construction et la réhabilitation des caniveaux sur 1,025 km, le curage manuel d’une retenue d’eau, le renforcement d’un château d’eau et l’entretien des installations du forage. Le sous-projet permettra à 1 700 personnes des villages ciblés d’être épargnées des risques d’inondations, de former une trentaine de villageois aux techniques de maraîchage. 


Le Palcc est passé avant Waca Resip

Lancé en mars 2017, le Programme d'appui à la lutte contre le changement climatique (Palcc) couvre une durée de 05 ans pour un coût de 6,5 milliards de francs CFA. Il a pour objectif de relever les défis liés aux changements climatiques ; augmenter la résilience des populations par la gestion durable, la réhabilitation et la préservation des sols ainsi que du couvert forestier.


Après un an de mise en œuvre à l’issue de la subvention du Palcc, 240 ha de nouvelles plantations ont été réalisées par l’Office de développement et d’exploitation des forêts (Odef) ; 04 plans d’aménagement et de gestion de forêts classés ont été élaborés ; des appuis ont été offerts aux communautés riveraines des aires protégées ; des foyers et fours à bois ont été promus.


Campagne de reboisement

3,3 millions de plants ont été mis en terre sur une superficie de 4 500 hectares en 2021. Le 1er juin 2022, Journée nationale de l’arbre, le Togo a lancé la campagne nationale de reboisement avec pour objectif de mettre en terre 21,3 millions de plants, et reconstituer progressivement le couvert forestier afin de le porter à 25% en 2025.


03 juillet 2022

Togo - Campagne nationale de reboisement : la Primature maintient le cap

 


La campagne nationale de reboisement initiée par le gouvernement togolais et lancée le 1er juin dernier par Mme le Premier Ministre, Victoire Tomégah-Dogbé, se poursuit tout au long de la saison pluvieuse. L'ensemble du personnel de la Primature a reboisé ce samedi 02 juillet 2022 l'espace de l'école primaire publique de Dévé dans la commune Zio 1.

 

Il s'agit pour le personnel de la Primature de poursuivre les actions de reboisement engagées par le gouvernement et toute la population togolaise depuis le 1er juin.

 

"Nous avons mis en terre plus d'un millier de plants sur une superficie d'un hectare. L'objectif, c'est de poursuivre cette campagne de reboisement mais surtout, d'avoir un espace délimité, sécurisé pour pouvoir assurer l'entretien des plants qu'on met en terre pour que le reboisement soit effectif et ne soit pas un coup d'un jour, mais que ça soit continuelle sur toute l'année en terme d'entretien, de suivi.'', a précisé le Ministre Secrétaire général du Gouvernement, Kanka-Malik Natchaba après avoir mis en terre ses plants.

 

Pour atteindre l'objectif décennal qui est de planter un milliard d'arbres d'ici 2030, le gouvernement mise sur l'entretien et le suivi permanent des jeunes plants.

 

Pour le Commandant Blèza Mangola, Directeur régional de l'environnement et des ressources forestières de la région maritime, "la direction régionale de l'environnement de la Maritime s'engage après ce reboisement, à faire le suivi pour que les plants puissent résister pendant la période des saisons sèches et résister aux feux de brousse. Comme c'est dans une école, nous ferons le suivi avec le directeur de l'école et l'ensemble des élèves."

 

Le personnel de la Primature était accompagné massivement par les autorités locales et populations de la commune de Zio 1. Le Directeur de cabinet, Etsri Homevor, a remercié au nom de Mme le Premier ministre, les populations locales pour l'accueil et la mobilisation qui témoignent de leur adhésion à la politique environnementale du Président de la République, Son Excellence Monsieur Faure Essozimna Gnassingbé, pour un Togo vert.

14 juin 2022

Togo- Campagne de reboisement : 1 421 473 plants ont été mis en terre le 1er juin dernier


La campagne de reboisement initiée par le gouvernement pour réhabilité le couvert végétal au Togo connait un engouement massif des populations. plus d'un millions de plants ont été mis en terre rien que  le 1er juin 2022, lors de la journée nationale de l'arbre.


Le conseil des ministres a rendu compte du  lancement de la campagne de reboisement cette année.  Dans une communication présentée par le ministre de l'environnement et des Ressources Forestières, il ressort que l'opération a connu une forte mobilisation des diverses couches de la population. Au total, 1.421.473 plants ont été mis en terre sur toute l’étendue du territoire national le 1er juin 2022.


Le conseil a félicité l’ensemble des acteurs pour leur engagement et rappelle à la population que la campagne de reboisement se poursuit en vue d’atteindre les objectifs fixés.

Il faut noter que quelques semaines après le coup d'envoi de la nouvelle campagne de reboisement, le gouvernement récompense les meilleurs acteurs de la campagne précédente. Après la région de la Kara il y a quelques jours, le ministre de l'environnement a procédé en fin de semaine dernière à la remise des prix dans la Centrale. L’initiative, qui s’inscrit dans le cadre du projet “les concurrents de l’ambition décennale de reboisement”, permet en effet de primer au niveau régional.

10 juin 2022

Journée mondiale des océans : “Nous sommes en pleine crise”, Edem Tengue


La communauté internationale a célébré ce mercredi 08 juin la journée mondiale des océans. L’événement, consacré depuis 2008 par les Nations Unies, a été marqué au Togo par de nombreuses activités de sensibilisation organisées par le gouvernement sous le thème d’une “action collective pour les océans”. 


L’occasion pour le ministre chargé de l’économie maritime, d’effectuer un plaidoyer en faveur d’une bonne exploitation de la mer, de la protection des écosystèmes marins et la “nécessité d’un changement de comportement”.


Nous sommes en pleine crise des océans ! Nous prenons l’océan pour un dépotoir”, a martelé Edem Tengue, lors d’un panel avec les communes du littoral et les gens de la mer à Aneho. “L’océan reçoit beaucoup plus qu’il ne peut supporter (gaz à effet de serre, le fumier et les engrais, le plastique, la pollution pétrolière et bien plus encore). Cela conduit à la destruction des écosystèmes marins. Toutes les 60 secondes, un camion de plastique pénètre dans l’océan et 8 millions de tonnes de déchets plastiques y sont rejetés chaque année”, a poursuivi le responsable.   


Et si “plusieurs actions d'envergure en matière de gouvernance maritime ont été entreprises” par le pays, il revient à tous de “travailler à prendre soin des océans, comme ils prennent soin de nous”, a conclu le ministre. 


Selon les projections de experts, la mer contiendra plus de plastiques que de poissons d’ici 2050, au rythme de pollution actuelle.  


"Alors que le littoral togolais représente 11% du territoire national et héberge près de 36% de la population du pays, préservons nos côtes de la pollution due aux rejets des eaux usées, des déchets miniers et plastiques".

02 juin 2022

Togo-Campagne nationale de reboisement 2022 : forte mobilisation à la Présidence de la République


Ce 1er juin 2022 les Togolais ont une fois de plus réaffirmé leur engagement à accompagner le Chef de l’Etat dans sa politique environnementale, en participant massivement aux activités marquant le lancement de la deuxième édition de la campagne nationale de reboisement. 


L’objectif est de planter ce jour un million d’arbres qui constitue la première phase de la campagne et 21 384 000 sur toute l’année avec pour ambition d’atteindre un milliard d’arbres d’ici à 2030. A la Présidence de la République, le ton a été donné par la ministre et Secrétaire générale de la  Présidence, Madame Sandra Johnson, au nom du chef de l’État. Elle a été suivie par des collaborateurs et des membres du personnel.


Placée sous le thème « Restauration des forêts, mon arbre compte », cette campagne a mobilisé toutes les couches socioprofessionnelles du pays.


Des Araucaria excelsa ont été mis en terre dans les jardins du nouveau Palais de la Présidence de la République.

Ces gestes hautement citoyens traduisent laCe 1er juin 2022 les Togolais ont une fois de plus réaffirmé leur engagement à accompagner le Chef de l’Etat dans sa politique environnementale, en participant massivement aux activités marquant le lancement de la deuxième édition de la campagne nationale de reboisement. L’objectif est de planter ce jour un million d’arbres qui constitue la première phase de la campagne et 21 384 000 sur toute l’année avec pour ambition d’atteindre un milliard d’arbres d’ici à 2030.

Placée sous le thème « Restauration des forêts, mon arbre compte », cette campagne a mobilisé toutes les couches socioprofessionnelles du pays.

A la Présidence de la République, le ton a été donné par la ministre et Secrétaire générale de la Présidence, Madame Sandra Johnson, au nom du chef de l’État. Elle a été suivie par des collaborateurs et des membres du personnel.

Des Araucaria excelsa ont été mis en terre dans les jardins du nouveau Palais de la Présidence de la République.

Ces gestes hautement citoyens traduisent la détermination des plus hautes autorités du pays à accroître significativement la couverture forestière nationale et à lutter efficacement contre le changement climatique.

« C’est la deuxième édition de la campagne nationale de reboisement. Nous venons par cet acte marquer un point pour la vie. L’arbre c’est la vie. Nous sommes entrain de lutter à travers la plantation des arbres contre le changement climatique, la déforestation et la sécheresse. Et le Chef de l’Etat Faure Essozimna Gnassingbé a pris le devant en initiant cette campagne nationale de reboisement. C’est à cela que nous sommes entrain de nous atteler » a déclaré Simfétchéou Pré, Ministre Conseiller à la Présidence de la République. 

Cette journée symbolique est un appel à la mobilisation générale pour l’amélioration continue du couvert végétal national afin de faire du Togo, un pays vert, conformément à la vision du Président de la République.  

La deuxième édition de la campagne nationale de reboisement va s’étendre sur toute l’année avec à la clé 21 384 000 de plants à mettre en terre sur 133 000 hectares. détermination des plus hautes autorités du pays à accroître significativement la couverture forestière nationale et à lutter efficacement contre le changement climatique.

« C’est la deuxième édition de la campagne nationale de reboisement. Nous venons par cet acte marquer un point pour la vie. L’arbre c’est la vie. Nous sommes entrain de lutter à travers la plantation des arbres contre le changement climatique, la déforestation et la sécheresse. Et le Chef de l’Etat Faure Essozimna Gnassingbé a pris le devant en initiant cette campagne nationale de reboisement. C’est à cela que nous sommes entrain de nous atteler » a déclaré Simfétchéou Pré, Ministre Conseiller à la Présidence de la République. 

Cette journée symbolique est un appel à la mobilisation générale pour l’amélioration continue du couvert végétal national afin de faire du Togo, un pays vert, conformément à la vision du Président de la République.  

La deuxième édition de la campagne nationale de reboisement va s’étendre sur toute l’année avec à la clé 21 384 000 de plants à mettre en terre sur 133 000 hectares.

01 juin 2022

Journée de l’arbre au Togo-Assemblée nationale : La PA Yawa Tségan et l'ensemble des députés ont fait leur part


Le Togo observe ce 1er juin 2022 la journée nationale de reboisement. Chaque citoyen est appelé à mettre en terre un plant. Les institutions nationales ne sont ne sont pas restées bras croisés. C'est le cas de l'Assemblée nationale. Les députés ont donc joué leur partition, avec à leur tête la présidente Yawa Tségan.


La Présidente du parlement togolais a procédé ce 1er juin, à la mise en terre de jeunes plants de gaiac sur l'espace vert du siège de la représentation nationale. Les députés lui ont ensuite emboité le pas.


Cette opération vise à contribuer à la réussite de la campagne nationale de reboisement lancée par le gouvernement en vue de réhabiliter le couvert végétal national et parvenir à un Togo plus vert.


La Présidente de l’Assemblée nationale a saisi l’occasion pour inviter tous les députés et le personnel de l’administration parlementaire à se mobiliser massivement pour Le succès de cette campagne nationale de reboisement en vue d’un Togo plus vert. 


Cette édition de la campagne nationale de reboisement a été officiellement lancé ce matin par la première ministre Victoire Tomégah-Dogbé.


L’enjeu fondamental est de contribuer à restaurer le couvert végétal en vue de lutter contre la désertification, les conséquences du changement climatique pour la sauvegarde de l’environnement et pour le bien être des populations.


Rappelons que depuis 1977, le Togo célèbre chaque 1er juin la journée nationale de l’arbre. Dans le cadre du projet de restauration du couvert végétal au Togo, il est prévu de planter un milliard d’arbres à l’horizon 2030.







Togo- 1er juin : la PM Mme Dogbé lance officiellement la campagne nationale de reboisement à Tabligbo


C'est parti pour la campagne nationale de reboisement sur toute l'étendue du territoire national. La première ministre Mme vient  de donner le ton de cette campagne à Tabligbo. Elle a mis en terre son jeune plant, un Cola gigantea encore appelé faux colatier.


C'est le 1er juin ce mercredi. Au Togo, c'est une journée exclusivement consacrée au reboisement. La campagne baptisée " Un togolais, un arbre" a été officiellement lancée par la cheffe du gouvernement à Tabligbo.


L'opération s'est déroulée en présence des ambassadeurs du Brésil Nei Bitencourt et du Gabon Sayid Abeloko. Douze différentes espèces sont plantées sur le site d'un hectare prévu pour l'opération de lancement.


Après Tabligbo, Mme le Premier ministre a mis le cap sur Afagnan dans le Bas-Mono où elle a planté un jeune plant de Gmelina arborea encore appelé teck indien. À Akoumape dans le #Vo elle a mis en terre un plant de Kaya senegalensis.


La cheffe du gouvernement a engagé les populations à l'action pour l'atteinte de l'objectif national de 1 million de plants ce jour et d'au moins 21 millions pour cette campagne face à la dégradation continue des ressources forestières.


Cette année, le Togo envisage mettre en terre plus de 21 millions de nouveaux plants. 1 milliard à l'horizon 2030.

30 mai 2022

Togo - JEMD : Bras rouge FC d’Amandahomé sacré champion de la 6ème édition du mini-tournoi environnemental de football


Démarré le le 21 mai dernier, la 6ème édition du mini-tournoi environnemental de football organisé  par Jeunesse en mission pour le développement (JEMD), a connu son apothéose dimanche 29 mai avec le sacre Bras rouge FC d’Amandahomé. 


La finale de ce tournoi petits poteaux a opposé le champion en titre Bras rouge FC d’Amandahomé à  Scoot FC d’Agbalépédo. A l'issue de ce match âprement discuté, les joueurs d'Amandahomé ont pris le dessus sur leurs adversaires sur un score étriqué de 1-0.

Quatre (4) équipes de différents quartiers ont pris part à ce mini-tournoi placé sous le thème : ‘un milliard de plants d’ici 2020, la jeunesse s’engage’.


Pour Edzodzinam Komi Alagbo, président de l’association organisatrice de ce tournoi, il s’agissait de réunir les jeunes qui constituent le maillon le plus important de la population togolaise autour du football tout en leur parlant de l’importance de l’arbre. Le bilan de ce tournoi, s’est-il réjoui, est satisfaisant.



« Les jeunes que nous avons conviés autour de ce tournoi ont été à la hauteur en s’appropriant les messages de renforcement de capacités délivrés en salle jusqu’à arriver sur le terrain. Les spectateurs du quartier Avédji qui a abrité ce tournoi et des quartiers environnants, ont fait nombreux le déplacement. C’est de l’engouement que nous avons constaté sur le terrain », a-t-il déclaré.

Selon lui, on pouvait réunir les jeunes autour du même thème en salle pour un renforcement de capacités. Mais, on n’aura pas les mêmes résultats.


« Depuis 2015, nous avons jugé utile de les rassembler autour du sport roi, le sport rassembleur et d’attraction. Grâce à ce canal, nous avions toujours réussi à avoir les jeunes autour de nous. Dans nos estimations, on envisageait avoir autour de nous 500 jeunes. Mais, nous sommes allés au-delà, nous avons avoisiné 2000 participants à cet événement et c’est grâce au football », a expliqué M. Alagbo.

Il faut souligner qu'en levée de rideau,  le match de barrage a connu la confrontation entre les 2 autres équipes participantes à ce mini-tournoi. Autorité FC a bat aux tirs au but Olu Gbemi et arrache la troisième place.


Toutes les 4 équipes participantes à ce tournoi ont été récompensées. En plus d’un ballon, Bras rouge FC est reparti avec le trophée et une belle enveloppe.



Toutes ces rencontres ont été précédées d'une séance de mise en terre de plants. 


Une remise symbolique de plants aux chefs cantons et traditionnels du Grand Lomé a eu également lieu lors de la cérémonie de remise des récompenses. Tous les plants remis sont le chef-d’œuvre des membres de la JEMD dans leur pépinière au marché d’Avédji, après avoir suivi une formation au Centre national des semences forestières (CNSF) de Davié.

Tout s’est passé en présence de plusieurs chefs traditionnels, des maires et de la Directrice des ressources forestières, représentant son ministre.

« Chaque jeune doit comprendre l’importance de l’arbre dans la vie de l’homme. Et si chacun prenait sa responsabilité de mettre en terre des plants, nous allons atteindre l’ambition décennale d’un milliard de plants d’ici 2030 », a-t-elle lancé.


Tous les regards sont maintenant tournés vers un grand événement au Togo, la 45ème édition de la journée nationale de l’arbre le 1er juin prochain. 23 millions de plants devraient être mis en terre.

28 mai 2022

Reboisement au Togo: 21 millions de plants à mettre en terre pour 2022


Le Togo s’apprête à célébrer le 1er juin prochain sa Journée de l’arbre. L’événement institué depuis 1977, sera l’occasion du lancement d’une nouvelle campagne nationale de reboisement. Pour 2022, l’objectif déclaré du gouvernement est de mettre en terre au moins 21 millions de plants, a annoncé ce vendredi le ministre de l’environnement.


Si un peu plus de 500 000 plants ont été mis en terre le 1er juin de l’année dernière, “nous voulons cette année mettre en terre un million sur toute l’étendue du territoire, le seul jour du mercredi prochain”, a poursuivi Foli-Bazi Katari, lors d’une conférence de presse tenue aux côtés de son collègue de la communication.


Pour y parvenir, l’exécutif entend impliquer toutes les couches de la population, et ce, durant toute l’année en cours. “La stratégie voudrait que chaque Togolais ou chaque personne vivant sur le territoire togolais se sente concernée par la question du reboisement”, explique Akodah Ayewouadan. 

En 2021, “seulement” 3,3 millions de plants ont été mis en terre, sur les 10 millions prévus conformément à l’ambition décennale d’un milliard d’arbres plantés. Pour rappel, le Togo envisage de porter son couvert forestier à au moins 25% du territoire d’ici les prochaines années. 

10 mai 2022

COP15 à Abidjan : les propositions concrètes de Faure Gnassingbé pour endiguer la sécheresse et la désertification


Le Président de la République, Faure Essozimna Gnassingbé a pris part ce 09 mai 2022 à Abidjan en Côte d’Ivoire à la 15ème Conférence des Parties à la Convention des Nations unies sur la lutte contre la désertification et la sécheresse (COP15 CNULCD). 


Plusieurs autres dirigeants africains ont également participé à cette rencontre internationale qui vise à apporter un nouvel élan politique aux délibérations des Parties, faire progresser le programme de neutralité en matière de dégradation des terres et attirer spécifiquement l’attention sur les questions de sécheresse et de restauration des terres.


Au cours des travaux, le chef de l’Etat et ses pairs africains, ont exprimé leurs profondes préoccupations face à la récurrence et la gravité des épisodes de sécheresse, la dégradation des terres et leurs impacts environnementaux, sociaux et économiques.


Les dirigeants africains ont à cet effet partagé dans les perspectives du quinzième Objectif du développement durable (ODD 15), leurs expériences de leadership dans les domaines de préservation et de restauration des écosystèmes terrestres.


Ils ont également discuté des mécanismes innovants pour renforcer la résilience des populations affectées par la sécheresse.


Le Togo a formulé à cette occasion, des propositions concrètes conformément aux initiatives nationales pour la promotion de la foresterie communautaire, la restauration des terres, des paysages forestiers et l’augmentation du potentiel forestier.


Le Président de la République a réaffirmé à cette occasion son engagement continu dans la préservation de l’environnement et de la biodiversité.


Notre pays dispose d’un Plan national de lutte contre la sécheresse et la désertification, et a lancé le 1er juin dernier une campagne nationale systématique et d’envergure de reboisement et d’enrichissement de la biodiversité, avec pour ambition de planter un milliard d’arbres d’ici à 2030.


Pour agir efficacement contre la dégradation des terres et répondre à l’urgence climatique, les Chefs d’Etat africains ont adopté au cours des travaux, « la Déclaration d’Abidjan ». Il s’agit d’un engagement politique dans la lutte contre la désertification et la sécheresse en Afrique à travers l’investissement dans la réparation des terres.

09 mai 2022

Faure Gnassingbé est à Abidjan

 



La Conférence des Nations Unies contre la désertification et la dégradation des sols (COP 15) s'ouvre ce lundi à Abidjan en Côte d'Ivoire. Faure Gnassingbé y prend part aux côtés de ses pairs. L'un des grands enjeux de cette rencontre est la lutte contre la désertification.


La protection de l'environnement est une question de tous et de tous les temps. Depuis ce lundi 9 mai 2022, Abidjan la capitale économique de la Côte d'Ivoire accueille la COP15.   195 Etats y prennent part.


Plusieurs chefs d'Etat africains sur la douzaine au total, sont aussi attendus, entre autre, Faure Gnassingbé du Togo, Mahamadou Bazoum du Niger...


Ils vont parler dérèglement climatique et désertification.


Organisée du 9 au 20 mai en Côte d’Ivoire, la COP15 sera un moment crucial à l’heure où 40 % des terres du globe sont dégradées. Une situation qui affecte 4 milliards de personnes et devrait coûter 23 000 milliards de dollars d’ici à 2050.


Après l’Inde en 2019, la Côte d’Ivoire a eu l’honneur d’être retenue pour accueillir la COP15 consacrée à ces questions. Cette conférence internationale, la plus grande jamais organisée dans le pays par les Nations unies, réunira plus de 5 000 délégués, des centaines d’organisations régionales et internationales, plusieurs dizaines de chefs d’État et de gouvernement, des représentants de la société civile et des PDG de grands groupes privés autour d’une cause commune : améliorer la gestion durable de la terre comme levier de développement économique et social.

22 avril 2022

Erosion côtière : le Togo à l’œuvre pour sauver les meubles

 


Les populations installées sur la côte togolaise subissent les conséquences de l’avancée de la mer. Le phénomène détruit des maisons, fait des déplacés et ralentit les activités économiques. Pour le contrer, l’Etat a mis en place des actions d’urgence. Elles limitent les dégâts et sauvent les habitations.


En 2017, selon la Banque mondiale, la dégradation de l’environnement côtier aurait couté 186 milliards de francs CFA au Togo. L’érosion côtière prend une part d’environ 130 milliards, soit 4,4% du PIB de cette année. La guerre contre la mer demeure. A la lutte !


Une bataille de longue date

Les projets mis en place remontent à 2010. Cette année-là, le Programme national d’investissement pour l’environnement et les ressources naturelles a permis de protéger le littoral d’Aného. Un montant de 03 milliards de francs a été dépensé pour construire 09 épis-puits sur 3 500 mètres linéaires de côte afin de sauver 06 quartiers de la ville de l’érosion côtière.


Après, en 2012, un épi a été mis en place à l’extrémité de l’infrastructure portuaire en vue d’accélérer l’accumulation du sable. Dans le cadre de la réhabilitation de la route Lomé-Cotonou, outre le rechargement massif en sable, il se construit 28 épis de 80 à 120 mètres. Ce sont des puits d’une hauteur de 06 à 08 mètres remplis de bétons installés le long de la côte pour empêcher les vagues de ruiner la plage.


Vers des approches concrètes

Plusieurs pays dont le Togo ont mis en place depuis 2018 le Projet d’investissement de résilience des zones côtières en Afrique de l’Ouest (Waca Resip). Sur le total de la somme débloquée, le Togo bénéficie de plus de 33 milliards plus 07 autres milliards obtenus en décembre 2021.


Les travaux d’urgence ont permis de protéger 940 ménages de l’érosion côtière sur 1 580 mètres entre Gbodjomé et Agbodrafo. En tout, 09 localités bénéficient de la solution d’urgence. L’initiative offre des appuis techniques aux entités impliquées dans sa mise en œuvre. En juillet 2021, des matériels roulants d’une valeur de plus de 80 millions ont été mis à leur disposition.


Une autre technique plus prometteuse, développée par un ingénieur togolais, est en cours de réalisation. Il s’agit de la juxtaposition de puits granitiques, enfuis le long du littoral. C’est grâce à cette méthode que le projet Waca Resip a sauvé les populations. D’ici 2025, le gouvernement ambitionne de protéger 90% des populations du littoral contre l’érosion côtière.