Radio Oreole Flash Info :
latest

728x90

468x60

Affichage des articles dont le libellé est POLITIQUE. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est POLITIQUE. Afficher tous les articles

17 décembre 2020

Togo : Mme Brigitte Adjamagbo et Gérard Djossou de la DMK libérés


MmeBrigitte Adjamagbo et Gérard Djossou, deux leaders de la Dynamique MonseigneurKpodzro incarcérés depuis fin novembre, viennent d’être libérés. Décision du doyen des juges d'instruction ce jeudi 17 décembre 2020.

 

Il s’agit d’une liberté provisoire assortie d'un placement sous contrôle judiciaire, apprend-on. Gérard Djossou et Brigitte Adjamagbo-Johnson ont pu regagner leurs domiciles jeudi. Leur libération a été confirmée par Me Darius Atsoo, leur avocat.

« Mise en liberté Provisoire de nos clients, Madame ADJAMAGBO JOHNSON Kafui et de Monsieur DJOSSOU Gérard assortie d'un placement sous contrôle judiciaire. Décision ce jour du doyen des juges d'instruction », a tweeté l’avocat ajoutant que la liberté est la règle.

 

Ces 2 leaders de la DMK ont été inculpés par le procureur de la République des chefs de groupement de malfaiteurs et de tentative d’atteinte à la sûreté intérieure de l’Etat togolais.


15 décembre 2020

Togo : « L’urgence est au combat contre covid-19 et non aux manifestions politiques », estime Yark Damehame

 


Le général Yark Damehame revient au-devant de la scène politique et réagit sur les dernières actualités dans le pays. Dans une interview accordée à Sputniknews, le ministre de la sécurité et de la protection civile exhorte les Togolais à consacrer toute leur énergie à la lutte contre le Covid-19 et d’oublier les manifestations politiques en cette période d’état d’urgence.

 

C’est une réaction qui fait suite aux plusieurs appels à des manifestions de la Dynamique Monseigneur Kpodzro. Des tentatives qui ne sont pas allés à leur terme. Ce dont on accuse le pouvoir de Lomé de mettre tout sur le dos de covid-19.

 

Selon le ministre de la sécurité et de la protection civile, Yark Damehame,  « le seul combat » que les Togolais doivent mener en ces temps-ci, est celui contre la pandémie du coronavirus.

 « Lorsqu’on est dans l’état d’urgence, certaines libertés sont restreintes, voire supprimées. Aujourd’hui, le seul combat à mener, c’est celui contre la pandémie, ce n’est pas de marcher pour telle ou telle revendication. J’aurais souhaité voir ces responsables politiques dépasser leurs querelles pour mener la bataille contre le Covid-19 ensemble, avec les autorités, au lieu de penser tout le temps à manifester dans les rues! », explique -t-il.


A cet effet, le Général propose  aux responsables politiques de « dépasser leurs querelles pour mener la bataille contre le Covid-19 ensemble, avec les autorités, au lieu de penser tout le temps à manifester dans les rues! ». Cette manière de procéder, soutient le ministre, permettra de lutter efficacement contre la pandémie en limitant sa propagation.

 

Il est à noter que depuis l’annonce de l’état d’urgence en avril 2020, toutes les manifestations politiques sont systématiquement interdites au Togo. 

14 décembre 2020

Togo-Élections Régionales 2021 : Le Ministre Boukpessi implique les partis politiques

 


Les partis politiques de tous bords au Togo ont été invités à une table ronde ce lundi 14 décembre 2020 au ministère de l'administration territoriale, de la décentralisation et du Développement des territoires pour réfléchir sur les prochaines régionales prévues en 2021. L'objectif pour Payadowa Boukpessi, ministre en charge dudit département, est d'impliquer dès ce début et tôt les responsables des partis politiques au processus pour des élections régionales sereines et apaisées. C’est la décentralisation qui est en marche dans le pays.

 

Il y a plus d'un an que les togolais s'étaient rendus aux urnes pour donner quitus aux élus locaux qui ont la charge de promouvoir au sein de leurs communes respectifs un développement locale et endogène. L’exercice en cours étant encourageant, le gouvernement veut passer à l'étape suivante, celle d'organiser les élections des conseillers régionaux.

 A la table de la rencontre avec Payadowa Boukpessi on remarquait la présence entre autre de l’Alliance nationale pour le changement (ANC), du Comité d’action pour le renouveau (CAR), des Forces démocratiques pour la République (FDR), de l’Union des forces de changement (UFC), de l’Alliance des démocrates pour un développement intégral (ADDI), de BATIR, de Clé, de PDR, et bien évidemment de l’Union pour la République (UNIR, au pouvoir). La rencontre a été boycottée par le Parti national panafricain (PNP) de Tikpi Atchadam et le Mouvement patriotique pour la démocratie et le développement (MPDD) d’Agbeyome Kodjo qui conteste la réélection de Faure Gnassingbé.


« Nous vous avons conviés à cette rencontre d’échange en vue de recueillir vos différentes préoccupations et suggestions pour une organisation réussie de ces élections régionales dans un contexte sanitaire incertain » a indiqué Payadowa Boukpessi, ministre en charge de la décentralisation au Togo.

 

Le parti Unir, représenté à cette rencontre  par  son secrétaire général M. Aklesso,  se  dit  prêt  aller à scrutin.

 

Les partis de l'opposition  estiment qu'il faut aller en profondeur des problèmes  qui entravent souvent la crédibilité des échéances électorales au Togo pour faciliter les discussions. Chose à laquelle le ministère a exprimé son ouverture.

12 décembre 2020

Togo : Gouvernement et partis politiques à la table de discussion

 


Le gouvernement togolais convie  les partis politiques à une table de discussion le lundi 15 décembre prochain. La rencontre est convoquée par le ministre de l’Administration territoriale, de la Décentralisation et du Développement des territoires, Payadowa Boukpessi pour visiblement préparer les élections régionales.

 

L’invitation à cette rencontre d’échange s’est faite par le biais d’une correspondance adressée aux responsables de partis politiques par le ministre d’Etat, Payadowa Boukpessi. Il a informé dans le courrier que les élections régionales auront lieu courant année 2021.

 

Il sera abordé au cours de cette rencontre, les questions relatives non seulement à l’élection des conseillers régionaux mais aussi des sujets qui ont trait à l’actualité dans le pays, apprend-t-on.

10 décembre 2020

Togo : L’Assemblée nationale entérine la loi renforçant les attributions du médiateur de la République

 


Les parlementaires togolais se sont retrouvés à l'hémicycle ce jeudi 10 décembre 2020 en  session plénière sous la présidence de Madame Tségan Yawa, en présence du Ministre en charge des droits de l'homme et des relations avec les institutions de la République. Ils   ont voté à l’unanimité le projet de  loi organique fixant composition, organisation et  fonctionnement des services du médiateur de la République.

 

Il s'agit du projet de loi organique N° 2003-021 du 9 décembre 2003 portant statut, attributions du Médiateur de la République et composition, organisation et fonctionnement de ses services pour tenir compte des évolutions des fonctions de cette institution de la République. Il prend en considération les nouvelles attributions telles que préconisées par la réforme constitutionnelle du 15 mai 2019 en son nouvel article 145 qui donne au Médiateur de la République la compétence de recevoir la déclaration des biens et avoirs de certaines personnalités.

 

Le texte apporte également des modifications concernant la limitation de la durée du mandat du Médiateur de la République. Désormais, elle est fixée à trois (3) ans renouvelable une seule fois. L’autre nouveauté  est l'introduction de la prestation de serment avant l'entrée en fonction du Médiateur de la République. Il faut dire que les modifications apportées ont pour but de renforcer l'indépendance de l’institution tout en s'assurant du respect des textes de la République et la connaissance avérée de l'administration par celui-ci.

 

Selon la Présidente de l’Assemblée nationale, l’adoption de ce projet de loi est le fruit d’une réflexion sur la modération des institutions, entreprises depuis quelques années par le Chef de l’Etat Faure Gnassingbé.

 

«L’ambition est de rénover les fonctions du médiateur de la République avec un statut renforcé, une saisine facilité et des pouvoirs accrus. Cette modernisation, tend à répondre à 2 impératifs. D’un côté, renforcer nettement la médiation comme une tentative de faire prévaloir le droit et l’équité par la voie du dialogue, plutôt que par la contrainte du contentieux administratif (…). D’un autre côté, le médiateur est chargé de recueillir et de contrôler la déclaration et l’évolution du patrimoine et des intérêt des principaux responsables politiques et administratifs », a expliqué Mme Tségan Yawa.

 

Rappelons que ce projet de loi organique avait été adopté en conseil des ministres le mercredi 28 octobre 2020.

08 décembre 2020

L’Assemblée nationale autorise le Togo à ratifier le traité de Beijing sur les interprétations et exécutions audiovisuelles

 


Une nouvelle ère s’ouvre pour le monde des artistes au Togo. Les députés ont donné leur quitus au pays à ratifier le traité de Beijing sur les interprétations et exécutions audiovisuelles. C’était au cours de la 13ème séance plénière de la 2ème session ordinaire de l'année 2020, tenue le lundi 07 décembre 2020 au siège de l'Assemblée nationale, sous la présidence de Yawa Djigbodi Tsègan en présence de Kossi Lamadokou, ministre de la culture et du tourisme, commissaire du gouvernement.

 

Ce traité assure une protection complète aux titulaires de droits et offre aux producteurs et aux artistes interprètes ou exécutants locaux, des avantages économiques lors de la diffusion ou de la mise à disposition de leurs films, séries télévisées ou autres produits audiovisuels à l’étranger. Il permettra de mettre fin à la piraterie et au manque à gagner dans le secteur de la culture au Togo.

 

Bientôt les artistes peuvent tirer davantage profit de leur interprétation et exécution. Le traité comporte également des avantages sur le plan juridique et permet aux artistes de pouvoir autoriser ou interdire la diffusion de leur interprétation ou de leur exécution.

 

Pour le commissaire du gouvernement, il représente une avancée importante pour la protection des œuvres des artistes, interprètes et exécutants.



« Je suis fier de l’accompagnement dont nous bénéficions à nos premiers pas à l’hémicycle. Aussi voudrions-nous remercier la commission des relations extérieures et de la coopération pour le travail remarquable abattu ayant permis la ratification du traité de Beijing sur les interprétations et exécutions audiovisuelles », a indiqué Kossi Lamadokou, ministre de la culture et du tourisme, commissaire du gouvernement.

 

 La Présidente de l’Assemblée nationale, Yawa Djigbodi Tsègan, a salué un outil juridique qui va favoriser l’adoption d’une législation relative aux droits d’auteurs et aux droits connexes des artistes togolais.

 

Le Togo est le 36è pays à ratifier le traité de Beijing sur les interprétations et exécutions audiovisuelles, adopté le 24 juin 2012 à Beijing en Chine par les Etats membres de l’organisation Mondiale de la Propriété Intellectuelle (OMPI)

05 décembre 2020

Togo / Abass Kaboua enfonce le clou : " l'arrestation d'Adjamagbo et Djossou repose sur des bases juridiques"

 


C'est la sortie médiatique qui fait grand bruit au Togo depuis vendredi soir.  Abass Kaboua s'est prononcé à son tour sur l'arrestation des deux responsables de la DMK  Brigitte Adjamagbo et Djossou Gérard (placés sous mandat de dépôt). Comme à son habitude, il n'a pas sa langue dans la poche. Le président du Mouvement des républicains centristes (MRC)  prend le contre-pied des réactions qui ont précédé la sienne et fait entendre la première voix dissonante. Il enfonce le clou arguant que les interpellations ont été menées dans les règles de l'art. Il dénonce à l'occasion, selon ses propres termes, les agitations inutiles autour de l'affaire.

 

La position d’Abass Kaboua est claire, les partis politiques qui ont trouvé que les 2 responsables de la Dynamique Monseigneur Kpodzro n’ont pas été arrêtés dans les règles de l’art, veulent profiter de la situation pour atteindre un objectif. Selon le président du MRC, cette arrestation n’est pas un enlèvement, mais repose plutôt sur des bases juridiques. Donc, la justice doit aller au bout des investigations pour situer l’opinion publique nationale et internationale sur les responsabilités.

Il fait savoir que les droits d’Adjamagbo et Djossou leur ont été lus lors de leur interpellation.

 

«Le MRC est légaliste et ne cesse de se battre pour un Etat de droit où règne la justice. C’est pour cette raison que nous évitons toujours de sauter du coq à l’âne devant quelque situation que ce soit », a mentionné le député.

 

« L’Etat de droit pour lequel le MRC ne cesse de se battre, c’est celui de la justice et de l’équité pour tous. Et non celui de l’anarchie et de la gabegie. Que le juridique fasse son travail en toute impartialité », a-t-il souligné.

 

Pour les responsables du MRC, la page des dernières élections est tournée et il faut penser au développement de notre pays.

01 décembre 2020

Togo : Accord de Bangui instituant l'OAPI, l'Assemblée Nationale donne son Ok pour la ratification

 


Les députés togolais  se sont accordés, ce lundi 30 novembre 2020 à l’hémicycle, sur le projet de loi autorisant la ratification de l’accord de Bangui instituant l’Organisation Africaine de la Propriété intellectuelle (OAPI), adopté le 14 décembre 2015 à Bamako au Mali. Le vote, à l’unanimité, est intervenu à l'issue de la 11ème séance plénière de la deuxième session ordinaire de l’année en cours.

 

C'est sous l’égide de Madame Yawa Djigbodi TSEGAN, Présidente de l’Assemblée nationale, en présence des ministres Kodjo Sévon-Tépé ADEDZE du commerce, de l’industrie et de la consommation locale et Eninam Massia Christian TRIMUA chargé des Relations avec les institutions de la République que les travaux ont été réalisés

 

Ce projet de loi  constitue un  outil juridique qui permettra au Togo de mieux protéger les inventions et les créations des citoyens togolais et de lutter efficacement contre la contrefaçon.

 

Selon le ministre en charge du commerce Kodjo Adedzé, l’accord prend en compte les nouveaux traités internationaux relatifs à la propriété intellectuelle et permettra de moderniser l’OAPI, à travers la promotion des innovations et la recherche, qui sont les fondamentaux de la compétitivité.



« Ce nouvel accord permettra de moderniser l’OAPI en termes de réduction des distensions, et des entraves au commerce national et international, de simplification des procédures de délivrance des titres conformément au traité sur le droit des brevets et au traité de Singapour sur le droit des marques, de détermination des régimes des inventions des salariés et de la copropriété des brevets, d’intégration des prescriptions spéciales concernant des mesures aux frontières,  d’introduction des dispositions de contrôles des pratiques anti-concurrentielles dans les licences contractuelles », a-t-il expliqué  . 

 

Les parlementaires togolais viennent  ainsi de doter le gouvernement de moyens supplémentaires nécessaires à la modernisation du secteur privé. Il s'agit d'un cadre de renforcement de  son arsenal juridique de contrôle d’entrée des produits pharmaceutiques à ses frontières, ce qui contribuera à la réalisation du Plan National de Développement (PND) 2018-2022.

29 novembre 2020

Togo : Arrêtée samedi, Mme Brigitte Adjamagbo Johnson est accusée d'être en possession d’un " plan de déstabilisation de la République"

 


Dans la soirée samedi 28 novembre 2020, le Procureur de la République a, dans un communiqué, situé l'opinion sur les raisons qui ont motivé l'arrestation un peu plus tôt de deux membres la Dynamique Monseigneur Kpodzro (DMK) notamment Brigitte Adjamagbo et Gérard Djossou. Le magistrat indique que ceux-ci sont  en possession « d’un plan de déstabilisation de la République.


Dans le communiqué, le procureur Essolissam Poyodi confirme l’interpellation de Gérard Djossou dans la soirée du vendredi 27 novembre 2020 à Lomé par les éléments de la police judiciaire, ainsi que la perquisition qui a été faite à son domicile.  

 

« Ceci a permis la découverte et la saisie de documents compromettants intéressant l’enquête. Lesdits documents révèlent la projection des actions violentes visant à porter atteinte à la sécurité intérieure de l’Etat et qui devraient être mis en œuvre à partir des manifestations publiques pour la journée du samedi 28 novembre 2020 », souligne le communiqué du procureur.

Par ailleurs, Essolissam Poyodi explique également l’arrestation de Brigitte Adjamagbo, coordinatrice de la Dynamique Mgr Kpodzro par le fait que l’enquête ait révélé qu’elle était en possession d’autres documents en lien avec le plan de déstabilisation du pays projeté.

 

Notons que la Dynamique Mgr Kpodzro   avait  appelé à une manifestation publique samedi 28 novembre à Lomé. Celle-ci n'a finalement pas eu lieu car interdite par le gouvernement pour « mépris des dispositions légales qui régissent la loi de la manifestation au Togo et du covid-19 ».

25 novembre 2020

Togo : Le gouvernement dit non à la marche de la dynamique Monseigneur Kpodzro, voici les raisons

 


Dans un courrier adressé à la Dynamique Monseigneur Kpodzro, ce mardi 24 Novembre 2020, le Ministre de l’administration territoriale Payadowa Boukpessi dit non à la demande de manifestation introduite à lui introduite le 09 novembre dernier.

 

Pour justifier ce refus, le ministre évoque entre autres raisons :

- Les itinéraires choisies font objet d'interdiction au regard de l'article 9-2 relative aux manifestations publiques.

- le risque élevé  de contamination à la covid-19, les mesures barrières édictées par le gouvernement ne pouvant être respectées dans le cadre de cette marche.

 

Il faut rappeler que la marche annoncée sur le samedi 28 novembre prochain entre dans le cadre de la contestation des résultats de l'élection du 22 fevrier 2020.

23 novembre 2020

Togo - Examen parlementaire du Projet de loi des finances 2021 : les travaux sont ouverts en commission

 


Les Parlementaires togolais   ont débuté les  travaux d’étude du projet de loi des finances, exercice 2021,  ce lundi, 23 novembre 2020  au siège de l’Assemblée Nationale. Il s’agira des travaux en commission dont l’ouverture a été présidée par Yawa Djigbodi TSEGAN, en présence du Ministre de l’Economie et des Finances, Sani YAYA et du Ministre chargé des relations avec les institutions de la République, Christian TRIMUA.

 

Selon le Ministre de l’Economie et des finances, Sani Yaya,  445,1 milliards de francs CFA sont alloués aux secteurs sociaux dont  195,5 milliards de francs CFA pour l’éducation. Ce qui dénote  la priorité accordée par le gouvernement à ces secteurs à travers le projet de loi soumis à cette étude parlementaire et qui s’inscrit dans les engagements de la feuille de route du gouvernement traduite dans sa politique générale.

 

« En dépit des contraintes budgétaires liées à la pandémie de la covid-19, le budget sera  orienté vers les priorités sociales avec une hausse de 10,8% des dépenses sociales. D’autres secteurs notamment l’agriculture, la santé, l’économie numérique font parties des priorités du budget exercice 2021 » a-t-il indiqué.

Il est noté que la politique budgétaire de l’exercice 2021 est spécifique et consacre l’adoption totale et la mise en œuvre du budget programme expérimenté depuis 2018.

 

« Le projet loi de finances exercice 2021 est celui des grandes innovations, mieux, celui des grandes premières. Il est le premier adopté par le nouveau Gouvernement suite à l’approbation de son programme d’actions, inaugurant une nouvelle ère dans la gouvernance » a affirmé Yawa Djigbodi TSEGAN, présidente de l’Assemblée Nationale, dans son mot introductif.

 

Et de souligner que «  L’Assemblée nationale a un rôle spécifique et distinct à jouer dans le processus budgétaire. Ce contrôle budgétaire doit aujourd’hui être moins un contrôle de la régularité budgétaire qu'un contrôle de l'opportunité budgétaire, c'est-à-dire une vérification de l'adéquation des moyens budgétaires aux besoins de l'action de l'État. Seul le processus budgétaire nous permet de fixer un cadre global en matière de choix de gouvernance et de politique dans chacun des secteurs d'une manière concrète et fiable ».

 

Elle a ainsi convié, les  députés et les commissaires du gouvernement, à fédérer les énergies, atténuer les dissensions et créer, au cours des discussions budgétaire une synergie parlementaire et ambitieuse qui servira les intérêts du Togo et de son Peuple.

 

Pour rappel, c’est également la première fois que l’Assemblée nationale  examine un projet de loi de finances consacré à la gestion axée sur les résultats, autrement dit un projet de loi sous forme de budget-programme.

 

Jacques LEMOU

22 novembre 2020

L’opposant malien Soumaïla Cissé était à Lomé pour remercier Faure Gnassingbé

 


Quelques semaines après sa libération par des groupes armés au Mali, l’opposant malien, Soumaïla Cissé, était en visite à Lomé. Il est venu dire merci au peuple togolais et à son président.

 

« Je me suis rendu à Lomé pour remercier le peuple togolais dans son ensemble, pour sa précieuse aide en vue de ma libération. J’ai eu l’honneur d’être reçu par le Président Faure Essozimna à qui j’ai exprimé toute ma  reconnaissance pour les actions multiformes menées pour ma libération », a écrit  Soumaïla Cissé sur sa page Facebook.

 

Pour rappel, Faure Essozimna Gnassingbé avait réagi à la libération de l’homme politique malien,  Soumaïla Cissé, après plus de six mois de captivité,  et des trois otages d’origine française et italienne. « Je partage le soulagement du peuple malien, des familles de Soumaïla Cissé, et des trois autres otages au Mali suite à leur libération. Mes félicitations vont à l’endroit de tous ceux qui ont œuvré pour cet heureux dénouement », avait posté le chef de l’Etat sur son compte Twitter.

 

21 novembre 2020

Togo : Un émissaire du Président Ali Bongo chez Faure Essozimna Gnassingbé

 


Le Président de la République, Faure Essozimna Gnassingbé a reçu mercredi 18 novembre 2020 l’ambassadeur du Gabon au Togo Sayid Abeloko, porteur d’un message de son président Ali Bongo Ondimba.

 

Au cours de l’audience le diplomate a présenté au chef de l’Etat togolais le bilan de la coopération entre Lomé et Libreville et les perspectives de renforcement annoncées, avec la révision prochaine du cadre de coopération.

 

Dans cet ordre d’idée, une grande commission mixte paritaire sera bientôt mise en place avec pour mission d’actualiser les accords datant de 1974, et plancher sur de nouvelles ententes économiques entre les deux pays.

20 novembre 2020

«Ses riches expériences nous ont été d’un grand atout », hommages posthumes de la PA Yawa Tségan à André JOHNSON ce vendredi


Décédé le 14 novembre dernier et enterré le lendemain, le désormais ancien 3ème vice-président de l’Assemblée nationale, l’Honorable André JOHNSON, a reçu ce vendredi 20 novembre 2020 les hommages posthumes de ses collègues au siège du parlement à Lomé. La cérémonie d’adieux s’est déroulée en présence de nombreuses personnalités et des membres de la famille de l’illustre disparu.

 

La cérémonie d’hommage a eu lieu sur l’esplanade de l’Assemblée nationale. Pour la circonstance, une estrade symbolique a été installée, recouverte par le  drapeau national du Togo. Au-dessus et aux côtés, la photo du défunt.


C’est la Présidente de la représentation nation qui a prononcé les premiers mots à cette cérémonie d’hommages funèbres officiels. D’un ton grave, elle déclare : « Une vie s’est éteinte, le doyen André  JOHNSON s’en est allé comme il a vécu, tel que décrit par Alexander Pope dans sa Lettre à John Gay, "tranquillement et sans bruit" ».

 

Et de poursuivre décrivant le défunt comme un homme de dialogue, accessible et ouvert à tous, et dont la qualité de membre du bureau de l’Assemblée nationale, le parcours professionnel et les riches expériences ont été d’un grand atout.

« Il me sera difficile, dans le cadre de ces propos introductifs de présenter l’homme des idées et les idées de l’homme à travers le panorama de son mandat électif. Toutefois, je faillirai à mon devoir si en cette si triste occasion, je ne manifeste pas la reconnaissance de l’institution parlementaire pour le parcours de cet homme qui a marqué son temps par ses qualités humaines et son engagement pour l’État qu’il a servi ».

 

La cérémonie d’hommages a été également marquée par un moment d’éloge funèbre à André Kouassi Ablom JOHNSON, présenté par l’honorable Pacome Amenyo ADJOUROUVI, 4ème Vice-Président de l'Assemblée nationale.

 

« Figure emblématique du paysage politique national, JOHNSON André voua sa vie à un engagement inlassable au service de ses compatriotes et de l’intérêt général. Ses grandes facultés d’écoute et d’empathie, son profond humanisme, son indéfectible esprit de justice, de solidarité et de fraternité étaient unanimement salués et suscitaient le respect de tous. Il était débordant d’énergie, affable, attachant et généreux ; il avait un petit mot affectueux pour chacun de ses collègues », décrit  ADJOUROUVI.


Le 4ème Vice-Président de l'Assemblée nationale a fait savoir que son implication dans la vie politique nationale marquée du sceau d'un ministre intègre d’une exceptionnelle loyauté à l'égard du Président de la République, son goût pour les batailles politiques difficiles le conduisirent à se présenter aux élections législatives.

« La confiance exprimée, le 20 décembre 2018, des électeurs de la  circonscription électorale du Lacs/Bas-Mono lui permit de siéger au sein de l’Assemblée nationale », a-t-il clamé.

 

Un gerbe de fleur a été déposée par Mme Yawa Tségan aux pieds de l’estrade.

 

André Kouassi Ablom JOHNSON est titulaire d’un baccalauréat de lettre et philosophie et d’une maitrise en littérature anglaise de l’Université Paris 3, il débuta dans la vie professionnelle comme professeur d’anglais en 1981 à Lomé, puis comme professeur d’anglais dans deux grands collèges d’Evry en France entre 1983 et 1993. Il est aussi diplômé d’études supérieures spécialisées (DESS) en management du tourisme.

 

Après sa retraite qu’il s’est consacré pleinement à la politique et rejoint l’Union des Forces de Changement où il militait déjà à Paris, au sein du Mouvement des togolais de la diaspora. Il va être représentant de l’UFC à la Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI) de 1999 à 2002. Il fut nommé ministre de l’Environnement et des Ressources forestières de 2013 à 2019. C’est lui qui a mis en place un régime de responsabilité sociétale des entreprises, pour soutenir tant les zones sensibles que les zones rurales fragilisées.

 

Sa carrière de parlementaire fut très courte, deux ans. 

19 novembre 2020

Togo - Assemblée nationale : La PA Yawa TSEGAN a échangé avec une délégation du Parlement de la CEDEAO

 


La Présidente de l’Assemblée nationale togolaise  Yawa Djigbodi TSEGAN  s’est entretenue ce jeudi 19 novembre 2020 avec une délégation du parlement de la CEDEAO conduite par son président Sidie Mohamed TUNIS.

 

Entre autres sujets au centre des échanges, le renforcement de la coopération bilatérale entre le parlement de la Communauté des Etats de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) et l'Assemblée nationale togolaise, la vision de l’institution parlementaire communautaire de passer de la CEDEAO des Etats à la CEDEAO des peuples.

 

 « Nous avons décidé de rendre cette visite de courtoisie à Madame la Présidente de l'Assemblée nationale aujourd'hui pour l'informer de l’évolution de notre mission ici au Togo. Nous lui avons aussi fait part des progrès que la mission fait au cours de cette réunion bilatérale. En dehors de ça, nous avons discuté de quelques questions bilatérales entre le parlement de la CEDEAO et l'Assemblée nationale togolaise.

Je dois vous dire qu'il y a déjà une relation qui est très forte, mais nous avons décidé de la renforcer. Nous avons souhaité qu'il y ait beaucoup plus de coopération entre l'Assemblée nationale togolaise et le parlement de la CEDEAO. Vous savez que nous sommes en train de passer de la CEDEAO des états à la CEDEAO des peuples », a indiqué Sidie Mohamed TUNIS.

 

Selon lui,  pour que le parlement de la CEDEAO puisse avoir accès à toutes les populations de la sous-région, notamment à la population togolaise, il faut synchroniser les actions du parlement de la CEDEAO et des assemblées nationales de tous les pays notamment de l'Assemblée nationale togolaise.

 

« Notre souhait est que tous les sujets qui seront discutés à Abuja soient aussi discutés dans les différentes Assemblées. Nous avons l'intention d'organiser en 2021 une réunion de tous les présidents des Assemblées nationales des différents pays pour discuter de la manière propice, de renforcer la coopération entre le parlement de la CEDEAO et les différentes Assemblées nationales en vue de renforcer notre assise au sein des communautés nationales », a renchéri le président du parlement de la CEDEAO.

14 novembre 2020

Togo - Yawa Tségan : «André Johnson fut un homme d’engagement et de dévouement inépuisable pour l’intérêt national »

 


A l’annoncedu décès ce samedi 14 novembre du 3ème Vice-Président de l’Assemblée nationale,l’Honorable Ablom Kouassi André JOHNSON, des réactions viennent de tout part notamment de ses collègues du parlement. On note particulièrement celle de la présidente de l’institution Mme Yawa Tségan.

 

« C'est avec une profonde tristesse et une vive émotion que j'ai appris le rappel à Dieu, ce samedi 14 novembre 2020, du 3ème Vice-Président de l’Assemblée nationale, l’Honorable Ablom Kouassi André JOHNSON. Je retiens également de lui son engagement et son dévouement inépuisables pour l’intérêt national », a réagi Mme Tségan sur son compte tweeter, avant de présenter ses condoléances les plus attristées à la famille éplorée pour laquelle elle dit avoir une pensée particulièrement émue.

Togo : L’ancien ministre André Johnson est mort

 


André Johnson, ancien ministre de l’environnement de 2013 à 2019, député de l’Union des forces du changement (UFC) dans la législature en cours, n’est plus. Il est décédé à l'âge de 70 ans ce samedi 14 novembre 2020 à Lomé, à la suite d’une courte maladie.

 

Sa mort est une grande perte pour sa formation politique dont le Président, Gilchrist Olympio, est l’actuel Chef de fil de l’opposition togolaise. Il a été le représentant de l’Union des Forces de Changement à la Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI) de 1999 à 2002.


André Johnson occupait jusqu’à son décès le poste de 3ème  vice-président de l’Assemblée nationale

12 novembre 2020

Les parlementaires togolais à l’école de la budgétisation sensible à la protection de l’enfant

 


Le bien-être et l’épanouissement des enfants est une question sensible.  Cela tient à cœur les députés togolais dans leur mission d’élus du peuple. Ils suivent depuis ce mercredi 12 novembre 2020 au siège de l’Assemblée nationale, une formation sur l’analyse budgétaire et les finances publiques sensibles aux enfants. Cette formation organisée en partenariat avec l'UNICEF Togo et le Centre Autonome d'Etudes et de Renforcement des Capacités pour le Développement au Togo (CADERDT) va durer 2 jours.

 

La séance d'échanges et de partage vise à contribuer à une meilleure protection de l'enfant en amenant les députés à susciter un débat allant vers une meilleure allocation des ressources destinées à la protection des enfants.

 

En promouvant la génération d’évidences, les députés rejoignent le gouvernement dans ses ambitions de réalisation régulières de revues de dépenses publiques dans les secteurs sociaux pour améliorer la qualité des politiques publiques et accroitre le niveau de financement, notamment en faveur des secteurs sociaux.

 

« Nous avons organisé un atelier sur la budgétisation sensible à la problématique de l'enfance et surtout à la protection de l'enfant. C'est un atelier sur deux jours qui nous permet d'avoir des éléments essentiels pour pouvoir apprécier le budget par rapport à la prise en compte de la problématique de l'enfance dans le budget », a indiqué l'honorable Mawussi Djossou Semodji, président de la commission des finances et du développement économique.

 

A l’issue de la formation, les parlementaires peuvent identifier aisément les dépenses sociales et sensibles aux enfants dans les projets du budget de l’Etat, réaliser des analyses et appréciations sur l’allocation des dépenses sensibles aux enfants et aux secteurs sociaux et cerner davantage le domaine des finances publiques en faveur des enfants.

11 novembre 2020

Togo : L’Assemblée nationale a son budget gestion 2021

 


L’Assemblée nationale a voté mardi 10 novembre son budget 2021 à l’occasion de sa 10e séance plénière de la 2e session ordinaire de l’année 2020.


Les travaux ont été présidés par Chantal Yawa Tsegan. 

Faure Gnassingbé félicite Alassane Ouattara et Alpha Condé pour leur réélection à la magistrature suprême

 


Dans la foulée de l’officialisation des résultats définitifs des présidentielles en Côte d’Ivoire et au Guinée, le Chef de l’Etat togolais a félicité ses homologues Alassane Ouattara et Alpha Condé pour leur réélection.

 

« J'adresse mes vives et chaleureuses félicitations à SEM Alassane Ouattara suite à son élection à la magistrature suprême de la République de Côte d'Ivoire. Je reste confiant que nous poursuivrons avec plus d'intensité, le renforcement des liens de fraternité, d'amitié et de coopération entre nos deux peuples », a écrit le N° Togolais

 

« La proclamation officielle des résultats du scrutin du 18 octobre en Guinée m'offre l'agréable plaisir d'adresser mes félicitations à mon cher frère SEM Alpha Condé », a tweeté Faure Gnassingbé