Radio Oreole Flash Info :
latest

728x90

468x60

Affichage des articles dont le libellé est SOCIETE. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est SOCIETE. Afficher tous les articles

06 octobre 2020

Togo : Un nouveau-né retrouvé emballé dans un sac à Agoe -Elavagno

 


Un nouveau-né a été découvert emballé dans un sachet plastique à Agoe-Elavagno  au lieu-dit Léo 2000 par une dame de la commune Agoè-Nyivé 3 (Vakpossito). Alertés, les services sociaux le maire de ladite municipalité se sont transportés sur les lieux pour les dispositions à prendre.

La découverte a été faite le dimanche 4 octobre dernier. Il s’agit d’un bébé, de sexe féminin, mis au monde de façon prématuré, abandonné par sa maman dont l’identité reste jusqu’à présent inconnue. Fort heureusement, le nouveau-né était en vie au moment de sa récupération et a été admis aux soins au CHU Sylvanus Olympio de Lomé.

Aux dernières nouvelles, selon les informations recueillies auprès du Maire Yawo Adonkanu, l’enfant est bien pris en charge et se porte très bien, mais la maman reste toujours introuvable.

Cette pratique courante au paravent, refait surface de temps en temps. C'est le lieu d'appeler à la conscience de tous.

05 octobre 2020

Togo / Désenclavement : La construction de 4 000 km de pistes rurales attendue au cours de ce quinquennat

 


Le gouvernement togolais a concocté un nouveau programme de connectivité des zones rurales pour les cinq (05) prochaines années. Il s’agit concrètement de la construction de 4 000 kilomètres de pistes rurales et 400 kilomètres de routes. Le projet fait partie du programme d’action présenté vendredi dernier au parlement par la nouvelle première ministre Victoire Tomégah Dogbé.

L’objectif est de rendre tous les coins du Togo accessibles. Certains travaux sont déjà en cours, d’autres sont dans les tuyaux.

Il y a par exemple les travaux de dédoublement de la route nationale numéro 5 (Lomé-Kpalimé) longue de 120 kilomètres, ceux d’aménagement et de modernisation de la voie Avepozo-Aného (partie du corridor Abidjan-Lagos). 

Entre autres réalisations prévues, il y a également la construction de l’autoroute de l’unité (Lomé-Cinkassé), l’aménagement des tronçons de la route nationale numéro 1 (Aouda-Kara et Sarakawa-Kantè).

04 octobre 2020

Togo / ANADEB : 342 km de routes bitumées et 1 047,4 Km de pistes rurales entretenues dans la Région Centrale grâce au projet Cantonnage


Le projet de cantonnage a démarré dans la région centrale depuis 2016 avec une phase ayant connu la participation de 59 communautés bénéficiaires. A ce jour, les communautés bénéficiaires dans la région sont au nombre de 369 à raison de 69 dans la préfecture de Tchamba, 74 dans la préfecture de Tchaoudjo, 99 dans la préfecture de Blitta, 88 dans la préfecture de Sotouboua et 39 dans la préfecture de Mô.

Ces différentes communautés bénéficiaires travaillent sur 1 389.4 Km dont 342 km de routes bitumées et 1 047.4 Km de pistes rurales. Leur mission, faire des entretiens manuels courants sur les tronçons retenus par la direction régionale des travaux publics (DRTP). Le coût du km est de 10 000 F CFA pour les routes revêtues et 7 500 F CFA pour les pistes rurales.

Les Objectifs de ce projet sont :

        Maintenir les abords de chaussées, des ouvrages de drainage et d’assainissement dans un état de propreté permanent

        Garantir une visibilité sur les routes et pistes rurales, et assure le bon écoulement des eaux pluviales et de ruissellement

Pour la mise en œuvre de ce projet, les Comités de développement de base (CDB) mobilisent leurs populations (hommes et femmes). Ces travaux manuels courants se déroulent du 15 au 20 de chaque mois et la supervision passe à partir du 21 pour validation devant faire office de paiement par la SAFER.

Il faut souligner que les travaux de cantonnage s’exécutent en fonction du besoin et des saisons climatiques au cours de l’année. Suivant les spécificités géo- climatiques des régions.  La durée de travail au cours de l’année dans la Centrale est de dix (10) mois allant de mars à décembre de chaque année.

Pour ce faire, plusieurs acteurs sont impliqués à savoir :

·        La SAFER, qui alloue le budget de financement du projet ;

·        Les institutions de microfinance (IMF) qui ont pour tâche l’identification et l’accompagnement des CDB à l’ouverture de compte par l’ANADEB ;

·        L’ANADEB et la DRTP : elles sont chargées de la délimitation des tronçons le long des routes et pistes et de renforcement des capacités des Comités de Développement à la Base (CDB) concernés ;

·        Signature de contrat entre les CDB, la DRTP et la SAFER,

·        Supervision des travaux manuels courants des CVD par la DRTP et l’ANADEB,

Les différents travaux réalisés sont :

-         Débroussailler

Désherber les accotements, les fossés et les talus. La hauteur des herbes ne doit pas dépasser à tout moment 20 cm. Les bandes à dégager comprennent les fossés latéraux et exutoires nécessaires à la bonne évacuation des eaux,

-         Essoucher

Enlèvement des arbustes et toute plante nuisible préjudiciables au maintien en bon état des accotements, des talus et des fossés,

 

-         Élaguer 

Enlever les éventuelles branches d’arbres situées dans l’emprise de la route

-         Curage :

Enlèvement dans des fossés longitudinaux, des exutoires et des caniveaux, de tous les débris végétaux, de la terre drainée par les eaux ou de tout autre matériau étranger à la route,

-         Le nettoyage des abords de chaussée

Le nettoyage des abords de chaussée consiste à évacuer tout débris laissé sur la route (sable, végétation, ordures, etc.).

-         L’arasement des bourrelets et des termitières

Destruction des mottes de terre formant des gonflements ponctuels ou linéaires sur la chaussée et les accotements afin d’aplanir la surface environnante.

Elle comprend également l’arasement et la destruction d’éventuelles termitières situées dans l’assiette de la route.

-         Le bouchage des nids de poule et le nettoyage des abords des chaussées

Boucher les trous situés sur la chaussée avec les matériaux sélectionnés.

Il est formellement interdit de prendre ce matériau dans l’emprise de la chaussée.

Le projet Cantonnage est initié par le Ministère des infrastructures et des transports et la Société autonome de financement de l’entretien routier (SAFER), mais piloté par l’Agence nationale de développement à la base (ANADEB).

250 000 Togolais en situation de vulnérabilité sauvés par un soutien financier du Pam Togo

 


La crise économique engendrée par la pandémie de covid-19 a sérieusement compliqué la vie aux citoyens togolais les plus vulnérables. Plusieurs d’entre eux sont devenus des sans-emplois et peinent à repartir sur de bonnes bases. Dos au mur, le gouvernement et les partenaires apportent du soutien matériel et financier à toutes les personnes dont la source de revenu est affectée depuis le début de la pandémie. Une fois encore, les couches sociales durement frappées par la pandémie seront assistées. Le bureau Togo du Programme alimentaire mondial (Pam) soutiendra 250 000 Togolais.

Il leur offrira des vivres ainsi qu’une assistance sous la formule de transferts monétaires, jusqu’en décembre 2020. Les personnes malades et les victimes de phénomènes climatiques font également partie des bénéficiaires.

Le bureau Togo du Programme alimentaire mondial apporte par ce geste, du sourire et un soulagement aux Togolais, chagrinés par les effets morbides de la crise. Environ 250 000 personnes sont bénéficiaires du projet d’assistance qu’il vient de lancer. Il permettra d’aider les ménages des personnes placées en quarantaine à cause du coronavirus. Le groupe prendra en charge une partie de leur besoin alimentaire et nutritionnel pendant au moins trois (03) mois.

Malades et victimes de phénomènes climatiques concernés

L’assistance qu’offre le Pam Togo aux personnes durement affectées par la crise sanitaire, sera étendue aux ménages des personnes vivant avec le Virus de l'immunodéficience humaine (VIH) et/ou la tuberculose. Elle sera également étendue aux personnes affectées par les aléas climatiques dans les régions des Savanes, de la Kara et maritime.

Déjà, le gouvernement a pris des mesures idoines allant dans ce sens. Il a soutenu près de 51 000 personnes victimes de catastrophes naturelles grâce à la campagne d’assistance aux personnes vulnérables lancée en 2018. Pour la campagne 2020, 2 507 ménages sinistrés, soit 13 747 personnes seront assistées en vivres et bénéficieront des équipements. Les dépenses sont estimées à 234,2 millions de francs CFA.

Autre mesure non moins importante, l’Etat togolais a initié le programme de revenu universel de solidarité « Novissi », au début de la pandémie. Il s’agit d’un dispositif de transferts monétaires pour venir en aide aux personnes et familles vulnérables qui risqueraient ou ont déjà perdu leur revenu en raison de l’adoption des mesures de riposte contre le coronavirus. Il a permis au gouvernement de distribuer à ce jour plus de 11,6 milliards de francs CFA à 581 130 citoyens togolais. Les femmes ont bénéficié de 12 500 francs CFA par mois ; les hommes ont reçu 10 500 francs.

30 septembre 2020

Togo : L’importation des croupions de dinde reste interdite

 


Interdits officiellement depuis 2004 et rendue effective par l’entrée en vigueur d’un arrêté ministériel, l’importation, l’entreposage et la distribution des croupions de dinde sur toute l’étendue du territoire national demeurent prohibés. Le rappel a été fait mardi par le ministre en charge de la production animale, Koutéra Bataka qui a constaté le non-respect de cette disposition par certains opérateurs économiques.

« Les croupions de dinde importés sont cancérigènes et donc impropres à la consommation humaine », a-t-il une nouvelle fois rappelé. Néanmoins, poursuit le ministre, « les autres parties de la dinde peuvent être consommées sans aucune inquiétude ».

Koutéra Bata a invité tous les acteurs au civisme et au respect de la réglementation en vigueur, puis mis en garde les opérateurs économiques indélicats. « Des instructions fermes ont été données aux services techniques pour redoubler de vigilance et sévir conformément aux dispositions légales », a-t-il prévenu.

République Togolaise.

28 septembre 2020

Togo : Un responsable d’école activement recherché par la gendarmerie après le viol d’une fillette de 3 ans

 


Il serait en cavale actuellement et activement recherché par la gendarmerie. Le chef d'une école privée, sise à Zanguéra-Klikamé dans une banlieue de Lomé , est accusé d’avoir abusé sexuellement d’une petite fille de trois (3) ans.

Il est reproché à un chef d'établissement d’avoir violé une petite fille de trois (3) ans, fréquentant la maternelle de cette école. Selon les faits rapportés, la mère de cette dernière, constatant des anomalies dans la démarche de sa fillette, finit par découvrir des traces de spermes et saignement dans les entrejambes de son enfant. Sur insistance de la mère, la fille a indiqué que c'est le chef d'établissement qui l'a violé.

« On vient de m'informer du viol d'une petite fille de trois ans par un directeur d'école à Zanguera. En fuite, ce dernier "veut résoudre" à l'amiable la question en demandant au chef de quartier de jouer au médiateur », a tweeté Marthe FARE, journaliste et Coordinatrice du collectif « Non C’est Non ».

Depuis, il est introuvable. Le présumé violeur  en fuite, aurait même demandé  au Chef quartier de Zanguéra Klikamé d’intervenir pour un règlement à l’amiable de cette affaire, déjà portée au niveau de la Gendarmerie.

27 septembre 2020

Togo/Covid-19 : La célébration de la fête traditionnelle « Sant’m » à Doufelgou tourne au vinaigre, faisant 1 mort, des blessés et dégâts matériels

 


Un (1) mort, dix-sept (17) blessés et plusieurs dégâts matériels, c’est le sombre bilan issu de violents affrontements qui ont opposé, ce samedi 26 septembre 2020, les forces de l’ordre et les populations de Koka et de Niamtougou dans la préfecture de Doufelgou. Le malheureux incident est survenu dans le cadre de la célébration de  la fête traditionnelle « Sant’m ».

A en croire le Ministère de la Sécurité, ces affrontements découlent du fait que les populations de Niamtougou et Koka aient délibérément refusé de se soumettre au respect des mesures barrières lors les festivités de  la fête traditionnelle « Sant’m », malgré  la préalable séance de travail organisée par le Préfet avec les Chefs traditionnels et certains représentants de la préfecture à cet effet.

Les forces de l’ordre et de sécurité déployées sur les lieux ont dû les disperser. Mais, les populations ont refusé de se plier et sont revenues en posant des barricades pour éviter toute intervention des forces de l’ordre afin de poursuivre la célébration selon leur volonté et dans les conditions allant à l’encontre des mesures barrières.

Deuxième intervention des forces de l’ordre, et les choses se sont emballées. Vif affrontement entre les deux camps, usage de de gaz lacrymogènes. C’est ainsi qu’une grenade va accidentellement atteindre l’abdomen d’une personne âgée. Évacuée à l’infirmerie de la base chasse de Niamtougou, la victime a malheureusement succombé des suites de ses blessures.

A l’heure du bilan, le Ministre de la sécurité et de la protection civile, le général Yark Damehame fait état d’un mort et 17 blessés, dont quatre (4) dans les rangs des populations et treize (13) du côté des forces de l’ordre dont un grave. Une maison en paille a  également été incendiée et 2 véhicules des forces de sécurité saccagés.

25 septembre 2020

Togo-ANADEB / PSAEG : le GE MOINIBE 2 de Dapaong, un exemple à suivre


Démarré depuis le 15  juillet 2019, le Groupe d’Epargne MOINIBE 2 de Dapaong dans la préfecture de Tône a bouclé son premier cycle après  52 semaines de cotisation. Composés de 25 personnes, dont deux (2) hommes, les membres du GE MOINIBE 2 se sont partagés  une somme de 1 375 300 FCFA le 13 aout dernier. Le prix du tampon était à 200 FCFA. L’activité s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre du Projet de soutien aux activités économiques des groupements (PSAEG).

Pour le partage, le montant le plus élevé est de   64 682 FCFA et le plus bas est de 17 912 FCFA avec le tampon au partage d'une valeur de 248 FCFA. Rappelons que le tampon représente la mise, et une personne peut donner jusqu'à deux ou trois tampons selon ses moyens lors des rencontres qui se font de façon hebdomadaire.

Par ailleurs, le GE MOINIBE 2 de Dapaong dans la préfecture de Tône a pu, sur la période d’une année, constituer une caisse de solidarité dont le montant s'élève à 23 500 FCFA (avec 50 et 100 FCFA) dont le but est de  permettre aux membres de s'entraider au moment des évènements heureux et malheureux. La rencontre de fin de cycle s’est achevée avec une petite partie de réjouissance.

Très heureuse de cette initiative, un membre du GE,  revendeuse de céréales ne cache pas sa satisfaction.

« Quand on a commencé les cotisations au début, comme c'est notre premier cycle, je faisais la paresse. Avec le soutien de L'ANADEB et les conseils, j'ai pris goût et je suis allée jusqu'au bout. Lorsqu'on faisait les cotisations, je faisais des petits prêts dans le groupe avec lesquels j'arrive à faire des stocks. Quand nous avons fait le partage  j'ai pris le montant le plus élevé qui s'élève à 64 682 FCFA. Je suis revendeuse de céréales et j'avais utilisé cet argent pour augmenter mon commerce », a témoigné Mme ALASSAN Larba, membre du GE MOINIBE 2.

Elle ajoute : « Aujourd'hui je suis très heureuse car je ne cours plus dans les microfinances pour faire des prêts avec des intérêts plus élevés. J’ai même conseillé d'autres sœurs qui ne sont pas ici de se constituer en groupe comme nous et s'épanouir comme moi. Je dis un grand merci à ANADEB qui a aider nous les vulnérables à gagner des crédits autrement », 

Pour le prochain cycle, le prix du tampon qui était à 200f  est fixé à 300 francs.  Notons que le GE MOINIBE 2 est dans son deuxième cycle et qu'à ce jour, ils sont à leur 5ème semaine de cotisation.

L'objectif du PSAEG est de contribuer à l'amélioration des revenus des membres des groupements ou coopératives, au développement des emplois ruraux dans les villages et faciliter  l'accès des membres des groupements aux microcrédits de proximité adaptés.

L'ANADEB accompagne actuellement 137 GE sur le plan national sont 25 dans la région des Savanes avec un effectif de 619 membres dont 19 hommes. Jusqu'au fin aout 2020, le montant total mobilisé sur le plan régional est de 12 394 680 f dont  8 433 500 f de crédits octroyés aux membres.

Le projet de soutien aux activités économiques des groupements  (PSAEG) exécuté par l'Agence nationale d'appui au développement à la base (ANADEB),  vise à la mise en place et à l'appui  des GE suivant un système de gestion transparente dans lequel les intérêts sont distribués entre les membres. Les GE sont un moyen de gagner des prêts autrement et à moindre taux.

Togo : Elle tue son enfant d'1 an et le jette dans un puisard

 

Photo crédit Ici Lomé

Le corps sans vie d’un enfant nommé Godwin, âgé d’un an, a été retrouvé dans un puisard. D’après les informations, il ressort que le petit garçon a été assassiné par sa mère biologique. Celle-ci a été mise aux arrêts par la police.

Selon les faits rapportés par nos confrères du site Ici Lomé, cela fait plusieurs semaines que les agissements de la mère de Godwin interpellaient ses colocataires. Cette dernière avait tendance à sortir la nuit en prenant soin d'enfermer le petit garçon et son frère (âgé de 3 ans) dans la chambre. Elle ne revenait qu’au petit matin, mais attendait que quelqu’un de sa maison ouvre le portail pour se faufiler dans l’ombre et rejoindre ses enfants.

Interrogée, cette dernière rétorqua qu’elle travaille en tant que portefaix au grand marché, mais que ses heures de travail ne concernait que la nuit. Une affirmation que ses colocataires ont rejetée puisqu’elle est soupçonnée d’être une travailleuse de sexe. Des jours passaient, la mère de Godwin se faisait de plus en plus remarquer par son absence et les pleurs de ses enfants qui se réveillaient à des heures tardives et dont les cris indisposaient le voisinage, renseigne le site.

A en croire Ici Lomé, le comble est qu’une nuit, les pleurs du petit Godwin ont alerté jusque dans les maisons environnantes au point d’étourdir le sommeil paisible des riverains. Des voisins s’étaient donc approchés pour savoir ce qu’il en est. A leur grande surprise, les deux enfants étaient seuls à l’intérieur. Leur maman les avait encore enfermé dans la chambre, pouvaient-ils s’apercevoir.

le site précise  que selon l’entourage, la dame faisait prendre du sédatif à ses enfants pour que ces deniers dorment jusqu’à son retour au petit matin, mais ils finissent par se réveiller tard dans la nuit. Quand la maman de Godwin était de retour au petit matin, elle a essuyé des critiques de la part de ses voisins par rapport à son manque de responsabilité vis-à-vis de ses progénitures. Des critiques qu’elle n’a pas sans doute digérés.

Quelques jours après le voisinage a remarqué l’absence de Godwin dans la cour de la maison puisqu'il avait l’habitude de jouer avec les autres enfants de la maison. Interrogée, sa mère fit savoir qu’elle l’avait confié à un de ses frères qui l’avait amené au Nigéria.

Ainsi, elle a réussi à berner son entourage jusqu’à ce que les enfants de la maison découvrent le corps du petit dans le puisard ce jeudi 24 septembre 2020. Croyant au départ que c’était un « cochon », ils sont partis alerter leurs parents.

Il a fallu que l’aîné de Godwin remarque le caleçon favori de son frère pour enfin confirmer que c’est lui. Le CDQ du quartier alerté, s’est dépêché sur les lieux et sortir le cadavre du puisard en présence des forces de l’ordre. A sa sortie, le corps de l’adolescent est couvert de blessures ante-mortem. La forcenée a avoué avoir roué de coups son petit enfant avant de le jeter dans le puisard. Celle-ci a même précisé qu’elle attendait le bon moment pour se débarrasser définitivement du corps.

Aux dernières nouvelles rapporte le site, le corps sans vie a été déposé à la morgue et la maman est actuellement dans les mains de la police, au commissariat du 3ème arrondissement. Il s’agit là d’un homicide volontaire et la meurtrière répondra de ses actes devant la justice.


23 septembre 2020

Togo : Vers une généralisation de l’adressage des artères dans le Grand Lomé

 


Le District Autonome du Grand Lomé (DAGL) a, ce mardi 22 septembre, officiellement présenté aux maires des 13 communes qu’elle regroupe. Le projet d'actualisation et d’extension de l’adressage de son territoire.

Cette rencontre a permis d’expliquer aux élus locaux l’intégralité du processus d’adressage afin de recueillir leurs avis, ainsi que les principes du partage des responsabilités entre le District, Maitre d’ouvrage de la mission d’étude et les communes, bénéficiaires directes.

« Outil de gouvernance locale et de gestion urbaine, l’adressage facilite entre autres, le repérage des citoyens et des institutions dans la ville, la mobilisation des recettes fiscales et des taxes communales, et la délivrance des services publics », a indiqué Tagba TCHALIM, le Secrétaire général du District Autonome du Grand Lomé (DAGL).

Un appel d’offres international sera lancé, afin de sélectionner un bureau d’études qui accompagnera la réalisation de l’opération.

Une opération d’adressage menée l’année dernière (avant l’installation des communes) avait permis de renommer quelques voies publiques et rues.

22 septembre 2020

Togo : Les tarifs des moulins et pétrins augmentent à compter du 1er octobre 2020 (voici les nouveaux frais)

 


Les tarifs et services des moulins vont subir une augmentation à partir du 1er octobre 2020 au Togo. L’annonce a été faite par le Syndicat National des Expositions de Moulins Pétrins et Aiguisoir au Togo (SYNEMPATO), après Assemblées Générales ordinaire et extraordinaire au cours du mois d’août 2020.

Cette hausse des prix permettra, selon les premiers responsables du syndicat, de revaloriser le salaire des meuniers, de créer les conditions de vie et de travail décents à ces derniers.

Ainsi, il a été décidé qu’à partir du 1er octobre 2020, les prix des prestations sont relevés et fixés comme suit :

MOULIN

1.   Une (1) mesure de maïs 200 F

2.   Une (1) mesure de maïs germé 150 F

3.   Une (1) mesure de Galikou 200 F

4.   Une (1) bassine normale de fécule de manioc 400 F

5.   Une (1) mesure de piment           600 F

6.   Une (1) mesure d’arachide 600 F

7.   Une (1) mesure normale de mil germé 800 F

PETRIN

1.   Un sac (1) de farine de blé 1.400 F

AIGUISOIR

1.   Une (1) paire de meule N°1 1400 F

2.   Une (1) paire de meule N°2 1800 F

3.   Une (1) paire de meule de piment 800 F