Radio Oreole Flash Info :
latest

728x90

468x60

Affichage des articles dont le libellé est SOCIETE. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est SOCIETE. Afficher tous les articles

28 décembre 2020

Togo : Un jeune électricien tué dans l’effondrement d’une maison



Un jeune électricien a perdu la vie dans l’effondrement d’une maison à étage en construction à Lomé. Le drame s’est produit dans un quartier à Agoè-Adougba le 25 décembre 2020, jour de Noël, et a fait aussi des blessés.

 

Selon les informations recueillies par nos confrères de la radio Pyramide FM, l’immeuble écroulé est une maison en construction de niveau R+1. Les ouvriers étaient en plein chantier le jour de la Noël, quand, subitement surgit l'effondrement. Comme bilan, on déplore la mort d’un jeune électricien sorti des décombres par les agents du corps des sapeurs-pompiers arrivés sur les lieux après le drame. Des blessés, notamment les maçons, sont aussi enregistrés.

 

Les témoins interrogés par la radio Pyramide expliquent que l’effondrement de l’immeuble est lié à la négligence et aux vices de construction. Les matériaux utilisés ne conviennent pas à la norme exigée.


« On vient de perdre un concitoyen par négligence du propriétaire de la maison. Le propriétaire n’a pas fait appel aux techniciens. Il est lui-même architecte, ingénieur et entrepreneur… Comment peut-on comprendre que pour une maison à étage, on utilise les barres de fer de 8 pour faire une dalle. Depuis que l’incident s’est produit, on l’appelle il ne vient pas… », indique un témoin sur les lieux.

 

Ce n’est pas la première fois qu’un tel incident se produit au Togo. Des immeubles en construction qui s’écroulent comme des cartes à cause de l’usage erroné des matériaux.

26 décembre 2020

65,9 milliards FCFA pour renforcer l'accès à l'eau potable et à l'énergie en 2021 au Togo

 


Le gouvernement togolais multiplie les efforts dans la réalisation des Objectifs de développement durable (ODD) notamment dans les domaines de l’énergie et de l’eau potable.

 

Malgré l’environnement économique national défavorable marqué par la crise sanitaire, le  Togo a élaboré pour  le compte de l’année 2021 un plan de financement des deux secteurs évalué à 65,9 milliards de francs CFA.

 

Avec ce budget social, le gouvernement poursuivra la politique énergétique d’extension de l’électricité afin de réduire sensiblement la dépendance en matière d’approvisionnement.

 

Le gouvernement entend également promouvoir la répartition des sources d’énergies primaires à travers les projets de développement des énergies renouvelables, notamment l’initiative présidentielle Cizo et la mise en service de la centrale photovoltaïque de Blitta ainsi que la construction de cinq autres unités de productions d’énergies renouvelables d’ici 2025.

 

D’autres actions sont également en cours pour favoriser l’accès des populations à la base aux services énergétiques fiables, modernes et à un coût réduit à travers le renforcement des actions de l’Agence togolaise d’électrification rurale et des énergies renouvelables (AT2ER).

 

Dans ce sens, sur les orientations du Chef de l’Etat SEM Faure Essozimna Gnassingbé, des dispositions sont déjà prises pour faciliter l’accès des jeunes aux sciences et technologies de l’énergie propre.

 

Le secteur eau a également connu un coup d’accélérateur ces dernières années. Le taux d’alimentation en eau potable qui était de 25% en 2015 est porté à 70% en 2019.

 

Le gouvernement va renforcer sa politique d’amélioration de l’accès à l’eau potable avec la sécurisation de l’approvisionnement en eau du Grand Lomé, ceci à travers de nouveaux programmes de construction de mini adductions d’eau potable (AEP) et d’hydraulique villageoise.

Le corps sans vie d’un jeune togolais retrouvé sur la plage de Cotonou

 


Une découverte macabre s’est produite au Bénin voisin. Le corps sans vie d’un jeune de nationalité togolaise a été retrouvé sur la plage de Cotonou par un riverain.

 

Selon nos confrères du site Icilomé qui ont mis en ligne cette information, l’hypothèse d’une mort par noyade n’est pas envisageable. Celles-ci ont clairement laissé entendre qu’il s’agit d’un crime crapuleux au cours de cette période de fêtes de fin d’année.

 

Le corps du défunt découvert à la plage de Cotonou (Akpakpa Donatin) non loin de l’Hôtel El Dorado, fait dire aux riverains qu’il s’agit sans doute d’un meurtre à des fins rituels vu la réputation de cette localité connue pour son insécurité grandissante.

 

« Il n'est pas mort par noyade, mais les circonstances de sa mort sont vraiment très floues. Son prénom est Clément. Il vient de Séva, une localité située entre Akoumape et Hahotoe dans la préfecture de Vo. Personne ne connaît ses parents », rapporte une source citée par Icilomé.

 

Pour l’heure, aucun membre proche du défunt n’a été avisé de cette tragédie, mais les riverains s’en remettent à la Police pour une enquête approfondie sur les circonstances de ce drame.

24 décembre 2020

Togo : Après la natte "casier judiciaire", besoin d'oreiller "certificat de nationalité"


Le gouvernement vient de lier l’acte aux promesses du chef de l'État Faure Gnassingbé, de poursuivre les réformes afin de faciliter le vécu quotidien des populations togolaises. L'une des preuves évidentes, cette décision mercredi 23 décembre 2020 au conseil des ministres, de passer à l'étape de mise œuvre de la digitalisation dans la délivrance du casier judiciaire au cours de l'année prochaine.

 

Si cette information est  accueillie avec beaucoup d'enthousiasme par les populations, beaucoup sont ces citoyens qui nourrissent aussitôt le besoin et le vœu ardent que le même processus touche également le service des nationalités, les mois à venir.

 

Les faits ne sont pas à démontrer, des désagréments sont causés régulièrement pour l'obtention de ces  pièces nécessaires dans la constitution de dossiers de tout genre.  En effet, le certificat de Nationalité et le casier judiciaire ont un dénominateur. Coût, temps, distance et risque de perte des originaux de ces papiers, sont entre autres composantes fastidieuses à gérer.

 

Le gouvernement est donc exhorté à mettre tout en œuvre pour rendre souple   l'acquisition des certificats ou duplicatas de nationalité.


Jacques LEMOU

De grands aménagements attendus dans le système judiciaire au Togo

 


La modernisation du système juridique togolais continue son petit bonhomme de chemin. En conseil des ministres mercredi 22 décembre 2020 à Lomé, le gouvernement a adopté un projet de décret fixant le ressort des juridictions de droit commun. Cet aménagement dénote de la nécessité de déterminer le siège et le ressort des cours d’appel, des tribunaux de grande instance, des tribunaux d’instance à compétence correctionnelle et civile et des tribunaux d’instance à compétence civile.

 

En effet, ce décret vient en application de la loi N°2019-015 du 30 octobre 2019 portant code de l’organisation judiciaire qui prévoit des cours d’appel, des tribunaux de grande instance, des tribunaux d’instance à compétence correctionnelle et civile et des tribunaux d’instance à compétence civile.

 

En synthèse, le texte prévoit dans le cadre des deux cours d’appel (Lomé et Kara) :

 

a. 5 tribunaux de grande instance (Dapaong ; Kara ; Sokode ; Atakpamé ; Lomé)

 

b. 9 tribunaux d’instance à compétence correctionnelle et civile (Mango ; Kanté ; Bassar ; Sotouboua ; Kpalimé ; Notsè ; Tsevié ; Vogan ; Aného) ;

 

c. 16 tribunaux d’instance à compétence civile (Mandouri ; Tandjoaré ; Niamtougou; Guérin- Kouka ; Pagouda ; Bafilo ; Tchamba ; Blitta ; Elavagnon ; Badou ; Amlamé ; Danyi ; Agou ; Tohoun ; Kévé ; Tabligbo)

23 décembre 2020

5000 FCFA pour jouir du cadeau de fin d'année de New World TV : un décodeur en plus d’un mois d’abonnement gratuit

 


Le Groupe New World TV vient de lancer une campagne promotionnelle de vente de son décodeur à l'endroit des populations togolaises pour rendre agréable les fête de de fin d'année. Il suffit pour chaque ménage de débourser 5000 FCFA pour avoir droit à un mois d'abonnement en plus du décodeur.

 

L'annonce a été faite à la presse ce mercredi, 23 décembre 2020 à l'hôtel Concorde à Lomé. Du 20 décembre au 20 janvier 2021, les togolais auront droit à un décodeur et un mois d'abonnement au coût de 5000 F CFA.

 

« L'objectif est d'apporter du sourire aux lèvres aux togolais en cette période particulière ou les citoyens sont appelés à fêter avec des restrictions comme le couvre-feu les soirées. C'est également au regard des difficultés financières que vivent nos populations en ces temps de la pandémie à Covid-19 que  nous offrons ces facilités c'est dire acquérir le décodeur et un mois d'abonnement pour toutes nos chaîne à 5000FCFA et se réabonner à 2500 FCFA », précise Aimé Kossi  LANZO, Directeur Commercial du Groupe.

 

Notons que le groupe média New World TV est une structure dont le capital est détenu par des  actionnaires togolais et la diaspora. Elle noue plusieurs partenariats pour promouvoir les œuvres africaines à travers son programme varié qu'elle propose à ces clients. Ainsi, la  constitution du bouquet New Word répond au souci de proposer des angles diversifiés de couverture de l’information avec des lignes éditoriales différentes.

 


Aussi, le Groupe propose-t-il des chaînes pour enfants avec des programmes très éducatifs et des contenus qui reflètent les valeurs africaines. Avec ce bouquet, vous avez accès à des chaînes de sport qui relaient les grands championnats européens, brésiliens,  et africains avec parfois des commentaires en langues locales.   C’est ça notre originalité. Très bientôt nous allons vous proposer aussi le championnat togolais », a promis M. Lanzo.

 

Sur le plan technique, New Word Tv offre un décodeur qui diffuse en HD+  avec une qualité d’image exceptionnelle. « Le décodeur New Word TV permet de programmer l’enregistrement automatique de vos programmes préférés.  Un autre atout de notre décodeur, vous pouvez choisir la langue de réception de certains programmes », a souligné le directeur commerciale et marketing du groupe.

Togo : Le gouvernement va réajuster les tarifs aux postes de péage, incluant désormais les 2 roues

 


Le gouvernement va réviser les tarifs au niveau des postes de péages les semaines à venir. Le montant des contributions vont donc changer. Ainsi en a décidé le gouvernement ce mercredi en conseil des ministres. 


Chaque année, le besoin de financement pour l’entretien régulier des routes revêtues, non revêtues s’élève à environ 30 milliards de francs CFA tandis que les ressources budgétaires totales mobilisées, se situent en moyenne autour de 17 milliards de francs CFA par an.  

Afin de combler cet écart, les tarifs des contributions des usagers (les engins à deux roues, les tricycles, les véhicules légers, les véhicules poids lourds de toutes catégories) seront ajustés d’ici les prochaines semaines afin de tenir compte des enjeux d’entretien et de modernisation de notre réseau routier. 


Ces éléments sont présentés par le ministre des travaux publics ce mercredi en conseil des ministres dans une communication conjointe relative aux actions de modernisation du réseau routier togolais et des dispositifs de péages.


selon le gouvernement, de 2005 à 2020, de plus de 1 500 milliards de francs CFA investi dans le domaine des infrastructures routières. Ainsi, pour le conseil, c’est l’automatisation récente de nombreux postes de péages et la nécessité d’assurer une maintenance efficace qui ont conduit le gouvernement à envisager un ajustement des contributions des usagers.


Il est à souligner que ces tarifs de péages n’ont pas connu d’augmentation depuis près de 15 ans.


Lire aussi : Togo / SAFER : La PM Victoire Tomegah Dogbé a procédé à l’ouverture officielle de 3 postes de péage automatisé

Togo : L’ANPE a un nouveau Directeur Général

 


TSIGLO Kossi, psychologue du travail, est le nouveau Directeur Général de l’Agence Nationale pour l’Emploi (ANPE).

 

Il vient d’être nommé en Conseil des ministres ce mercredi 23 décembre 2020. Il succède à Edmond Amoussou, qui normalement, devait quitter ce poste depuis 2018.

Foncier au Togo : Les grands changements dans l’établissement du plan parcellaire

 


Le Togo a accéléré le pas en réduisant les frais d’établissement du plan parcellaire. L’attestation d’immatriculation est désormais le document requis pour une demande de permis de construire. Elle est gratuite et fait suite à la suppression des 02 tampons requis par le passé.


Les émoluments des géomètres relatifs à l’établissement des plans parcellaires ont été revus à la baisse en fonction de 80 000 francs pour les plans de superficie inférieure ou égale à 06 ares, 4 000 francs par are au-delà de 06 ares et 96 000 francs pour 10 ares, contre 300 000 francs il y a un an.


Aujourd’hui, le délai de délivrance du plan parcellaire pour une demande de permis de construire est de 10 jours, contre 90 jours il y a 12 mois. Des phases d’inspections spécifiques sont maintenant obligatoires pendant la construction, selon les risques aux 03 catégories de bâtiments. 


De surcroît, un guichet foncier unique a été mis en place et regroupe toutes les administrations impliquées afin de simplifier la procédure d’immatriculation foncière, réduire le coût de délivrance du titre foncier et accroître la célérité dans la délivrance des titres.

21 décembre 2020

Togo-Le ministre Yark Damehame : " l'interdiction de l’importation, de la vente et de l’usage des pétards est toujours en vigueur"

 


Dans un communiqué, le ministre de la sécurité et de la protection civile, Général Yark Damehane indique que l’importation, la commercialisation et l’usage des pétards assourdissants et autres objets du genre qui troublent la tranquillité des populations sont et demeurent interdits au Togo, surtout en ces périodes de fêtes.


Dans un contexte où les actes de terrorisme sont en hausse constante dans la sous-région, les autorités veulent éviter toute confusion.

 

« L’objectif est d’éviter tout risque d’incendie, d’accident ou d’utilisation malveillante. Toute contrevenant à cet arrêté sera interpellé et poursuivi conformément aux lois et règlements en vigueur », précise le communiqué.


E-Mail : radiooreole@gmail.com

Tél : (00228) 92 03 60 12 / 91 49 54 67 : Pour vos reportages, annonces et publicités, contacter le service commercial de votre site Radio Oreole

19 décembre 2020

Réformes Foncières au Togo : Le transfert de propriété, autre indicateur touché

 


Les réformes foncières opérées par le Togo touchent également le transfert de propriété.


Le délai de délivrance des états descriptifs et de renseignement est passé de 48 heures auparavant à 05 heures. Depuis avril 2020, les mutations totales des titres fonciers sont délivrées dans un délai maximal de 06 heures et les frais de transfert de propriété ne s’élèvent qu’à 35 000 francs aujourd’hui. 


Grâce au projet de numérisation relancé depuis 2017, le gouvernement a digitalisé 99,34% des titres fonciers du Togo, le premier remontant en 1806. La mise en place du guichet foncier unique et du projet de cadastrage a permis d’initier à partir de mai 2018, la numérisation des plans cadastraux du pays. 


Depuis janvier 2020, les plans du grand Lomé (2 568) ont été digitalisés et sont disponibles sur une base de données. La liste des réformes est longue, leur importante est grande.

Le Togo ambitionne une couverture en réseau internet de 95% de la population à l'horizon 2025

 


Le  Togo veut devenir une référence régionale dans le développement digital. Les 25,5 milliards dédiés au numérique en 2021 représentent 3,3% des crédits affectés aux ministères et institutions. 


L’utilisation de ces fonds à travers des programmes ou projets permettra au pays de réaliser son ambition de faire du secteur numérique un véritable levier de modernisation de l’économie et de la société.


Principalement, une attention singulière sera consacrée à la mise en œuvre du projet d’identification biométrique afin d’accélérer la formalisation des acteurs économiques togolais et renforcer l’accès universel aux services sociaux de base. Autre point majeur, d’aujourd’hui à 2025, les pouvoirs publics prioriseront l’extension de la couverture réseau internet fixe et mobile.


 Les chantiers sont vastes, l’un porte sur la couverture en réseau internet de 95% de la population.

18 décembre 2020

Acte 3 du Mois de la Diaspora Africaine Constructive : Pari gagné pour le comité d’organisation



Après l’apothéose de la 3e édition du mois de la diaspora Africaine constructive, le comité d’organisation dresse un bilan largement satisfaisant. C’est l’essentiel de ce que l’on peut retenir de la déclaration finale rendue publique par le comité d’organisation mardi 15 décembre 2020 à Lomé.

 

En effet, tenue à Dubaï le 05 décembre dernier sous le thème :« Amélioration du partenariat public-privé en Afrique, pour le financement des projets de développement », l’apothéose de cette 3ème édition a connu un grand succès de sorte que le comité d’organisation a décidé de tenir la 4ème édition également dans le Golfe notamment à Doha, capitale du Qatar. Cette 4ème édition sera d’après les organisateurs, couplée avec la mise en place du FISDA. Selon la déclaration finale, les différents acteurs ayant pris part aux travaux de cette édition, sont tous unanimes sur le fait que l’Afrique doit composer avec sa diaspora pour se développer. Position fortement soutenue par Lionel Zinzou, ancien premier ministre Béninois, lorsqu’il déclare « l’initiative du Mois de la diaspora africaine constructive amène à des réflexions sérieuses pour trouver des voies alternatives de mobilisation de ressources financières pour l’Afrique ».

 

Nous vous proposons l’intégrité de la déclaration finale du comité d’organisation de la troisième édition du Mois de la diaspora africaine constructive tenue à Dubaï

 

Initié depuis trois ans par un groupe d’organisations de la société civile africaine, le Mois de la diaspora africaine constructive a connu le forum apothéose de sa troisième édition cette année à Dubaï, le samedi 5 décembre 2020.

Placé sous le thème : « Amélioration du Partenariat Public-Privé pour le financement des projets de développement en Afrique », le forum apothéose a été suivi par visioconférence et meublé par de différentes communications axées d’une part, sur le renforcement du partenariat-public-privé devant permettre de faciliter les investissements en Afrique, et d’autre part sur le rôle important que Saige, le partenaire officiel du Mois de la diaspora africaine constructive joue et aura à jouer davantage dans la facilitation des investissements des Emirats Arabes Unis et d’autres pays étrangers vers l’Afrique.

 

Le coordonnateur de la troisième édition de ce rendez-vous international, Moïse Tchando KEREKOU, ancien Ambassadeur du Benin en Turquie a, dans sa

présentation insisté sur la nécessité de repenser les relations partenariales entre le public et le privé en vue d’en faire un véritable instrument de mobilisation de ressources pour le développement de l’Afrique.

 

Tout en étant dans la même logique, l’ancien Premier Ministre du Bénin, Lionel Zinsou a expliqué que face à la crise sanitaire à Covid-19, le tableau général de financement de l’Afrique a besoin du complément de la diaspora, et même en période normale. Il dit saluer l’initiative Mois de la diaspora africaine constructive qui amène à des réflexions sérieuses pour trouver des voies alternatives de mobilisation de ressources financières pour l’Afrique.

 

Pour lui, on y arrivera que s’il y a une mobilisation à la fois de la société civile en Afrique et celle de la diaspora.

Lionel Zinsou fait observer qu’il y a des signes qui montrent que l’Afrique va assez vite en termes de modernisation financière et que les marchés financiers africains se sont développés. Mais il relève que le marché financier est encore très faible dans les financements africains.

Il relève qu’il y a un autre facteur de développement qu’est la microfinance. D’après lui, on ne devrait plus l’appeler microfinance mais plutôt la finance de masse parce qu’en réalité, dit-il, c’est elle qui atteint le mieux les populations, notamment le secteur informel. La microfinance en Afrique finance les fonds de roulement des toutes petites entreprises, des commerçantes, des commerçants, des agriculteurs et qu’il faut faire des efforts pour la renforcer.

Il fait savoir que c’est important de mettre ensemble toutes les potentialités du secteur public et celles du privé pour mieux soutenir le développement de l’Afrique.

Pour finir, il propose que l’aide publique soit également modernisée en Afrique.

 

M. Louis Georges Tin, responsable de la diaspora a fait l’analyse globale de la capacité de la diaspora à financer ou à être l’épine dorsale du financement des projets de développement en Afrique.

En substance, on retient que la diaspora devra s’organiser davantage pour être un véritable outil de financement de l’Afrique.

 

Au cours du forum, Ferdinand Tchamsi, Conseiller financier de Saige, partenaire officiel de l’événement a présenté le rôle que son groupe joue en termes de facilitation des investissements en Afrique. On peut retenir que Saige se donne pour mission principale d’être le trait d’union entre les investisseurs étrangers et les pays africains, en se positionnant comme développeur de projets.

 

Les deux dernières éditions du Mois de la diaspora africaine constructive ayant permis de lancer le projet MSO (Maison du savoir et des opportunités) et FISDA (Fonds d’investissements et de solidarité de la diaspora africaine), il a été question d’analyser leurs évolutions.

 

C’est ainsi que Justin Aziabu, directeur des affaires financières de Saige a rappelé aux participants que la vision du MSO consiste à accompagner les Etats africains dans leurs différents projets d’investissements en mobilisant la Diaspora à canaliser les fonds dont elle dispose et à les orienter vers des projets prédéfinis, et rentables.

Pour y parvenir il a été acté la création d’une plateforme, ou d’un espace pour la levée des fonds sous forme de don, le crowdfunding. L’organe en charge de ce fond est dénommé FISDA : Fonds d’Investissement et de Solidarité de la Diaspora Africaine.

 

Géneviève Clarkson consultante sur la mise en œuvre de la MSO a présenté l’évolution du projet qui dispose aujourd’hui d’un domaine qui va abriter la MSO comme Hub international d’innovation de Lomé(HIIL).

 

Maxime Dossa, consultant financier Directeur de DM Consulting, un cabinet spécialisé en conseil financier auprès des institutions financières, des organismes publics et États a présenté les avantages du crownfunding.

 

La présentation technique du fonctionnement de la plateforme digitale de financement de Saige par Rodrigue AYEH, a été une partie marquante du forum. Il s’agit de montrer la sécurité et l’innovation que cette plateforme représente en termes de modernisation des mécanismes de financements de projets en Afrique.

 

Le forum a été clôturé par une conférence-débat sous la modération de Moïse Kérékou, sur le thème retenu.

 

Tour à tour Mme Ige Olatokoumbo (Saige-Nigéria), Madjidi ZIN, Economiste financier et Evaluateur de projet de deloppement en Afrique, et Maxime Dossa ont examiné les relations entre les pouvoirs publics et le secteur privé avec des exemples à l’appui tout en faisant des propositions d’amélioration.

 

A la fin, Kovi Akoété Adanbounou, le Président du groupe Saige a pris la parole pour exprimer toute sa gratitude au comité d’organisation, aux panelistes, aux participants, aux partenaires et aux médias pour leur accompagnement qui a consacré la réussite de la troisième édition du Mois de la diaspora africaine constructive.

Notons également qu’en marge du forum, les bureaux de Saige-Dubaï ont été officiellement ouverts et confiés à son directeur, Servais Codjia.

 

A l’analyse des fructueux échanges tenus au cours du forum apothéose de cette troisième édition, au regard des relevés de conclusions issus de la présentation des opportunités en Afrique et des différents projets portés par le comité d’organisation et son partenaire officiel Saige, les organisateurs de la troisième édition de cette rencontre internationale félicitent les différents groupes des Emirats Arabe Unis qui ont adhéré aux différentes propositions devant leur permettre en toute sécurité d’investir en Afrique, et surtout d’accompagner les Etats africains dans la recherche de financements à la taille de leurs projets de développement.

Aussi, faut-il se féliciter du lancement de la plateforme digitale de financement de Saige. Elle est désormais opérationnelle et constitue un important outil moderne de mobilisation de fonds pour le développement de l’Afrique.

 

Par ailleurs, le comité d’organisation se réjouit de la décision de Saige et ses partenaires techniques d’accompagner les autorités Nigérianes à travers la Nipc et l’État de Baro, dans la réalisation d’une Smart Port City au Nigéria. Elle abritera, les années à venir les rencontres de la Diaspora africaine constructive.

 

La prochaine étape du partenaire officiel Saige, est la création d’un Centre d’Intelligence Économique et Stratégique de la Diaspora Africaine (CIESDA) au Niger, pour canaliser les expériences et le savoir-faire de la diaspora africaine constructive au profit du développement en Afrique.

Se réjouissant de cette nouvelle étape qui vient d’être franchie, le comité d’organisation annonce que la 4ème édition du Mois de la Diaspora Africaine Constructive se tiendra à Doha au Qatar et sera couplée avec la mise en place du FISDA.

 

Fait à Lomé, le 15 décembre 2020

Le Comité d’organisation

17 décembre 2020

Le numérique dans 05 ans au Togo

 


Le secteur du numérique se présente de nos jours comme un atout de taille pour rendre l’économie plus florissante et garantir de meilleures conditions de vie aux habitants.


C’est d’ailleurs la raison pour laquelle le chef de l’Etat s’est engagé à étendre l’internet à très haut débit avec le déploiement de la fibre optique dans toutes les préfectures, les zones économiques d’importance, lycées et centres de santé publics, avec pour ambition de faire du Togo, un pays 100% fibre optique. Les villes principales seront couvertes par la 4G et les programmes d’accès aux services sociaux de base (Agri-PME, Sofie, Cizo...) appuyés par l’utilisation du numérique, seront poursuivis. 


Aujourd’hui, il existe des projets comme WiFi Campus, E-gouvernement, E-justice, E-village etc. qui rendent la vie simple aux Togolais.

16 décembre 2020

OTR : Les douanes togolaises font une saisie de produits congelés prohibés à Wognomé

 


L’Office Togolais des Recettes, par le biais du Commissariat des Douanes et Droits Indirects (CDDI), a procédé à la saisie d’une cargaison composée de produits prohibés (produits congelés), le mardi 15 décembre 2020 dans le quartier de Wognomé à Lomé.

 

Il s’agit, en effet, de 378 cartons de dos de poulet et de poulet entier en provenance du Ghana sans documents douaniers. Les produits saisis ont été détruits par la suite.

 

La contrebande et le trafic des produits illicites nuisent aux entreprises légitimes, à la santé publique et constituent une perte pour l’économie de notre pays.

L’Office appelle donc toute la population à la collaboration, afin de démanteler les réseaux de contrebande et venir à bout de ces trafics.

Togo : 25,5 milliards de francs CFA pour le développement numérique en 2021

 


L’essor du numérique simplifie la vie à chaque citoyen en insufflant un nouvel air aux secteurs économiques. Le processus de développement numérique est intense au Togo, pays qui a fait le choix de la digitalisation de ses services administratifs pour se rapprocher lentement mais sûrement de l’émergence. Cet objectif est aujourd’hui à portée de main grâce à de grands investissements faits ces dernières années dans tous les domaines. Pour 2021, plus de 25 milliards de francs CFA sont prévus pour permettre à l’économie numérique de performer convenablement.


Cette enveloppe budgétaire aidera le pays à devenir une référence régionale dans le développement digital. Les 25,5 milliards dédiés au numérique en 2021 représentent 3,3% des crédits affectés aux ministères et institutions. L’utilisation de ces fonds à travers des programmes ou projets permettra au pays de réaliser son ambition de faire du secteur numérique un véritable levier de modernisation de l’économie et de la société.


Principalement, une attention singulière sera consacrée à la mise en œuvre du projet d’identification biométrique afin d’accélérer la formalisation des acteurs économiques togolais et renforcer l’accès universel aux services sociaux de base. Autre point majeur, d’aujourd’hui à 2025, les pouvoirs publics prioriseront l’extension de la couverture réseau internet fixe et mobile. Les chantiers sont vastes, l’un porte sur la couverture en réseau internet de 95% de la population.

15 décembre 2020

Togo : Le 5ème recensement général de la population et de l’habitat lancé ce mardi



Le Togo lance son 5ème recensement général de la population et de l’habitat. La cérémonie de signature du document de la mise œuvre, qui a eu lieu ce mardi 15 décembre à Lomé, a enregistré la participation du ministre de l’économie et des finances Sani Yaya, ainsi que celui  de l’administration territoriale Payadoua Boukpéssi. 


Dix ans après son dernier recensement général, le Togo renouvelle l’exercice. Le ministre de l’économie et des finances et la représentante de l’UNFPA ont signé ce mardi à Lomé, le document de projet du 5ème recensement général de la population et de l’habitat (RGPH-5), qui marque solennellement le lancement des opérations.


Indispensable outil de planification, de suivi et d’évaluation des politiques et programmes de développement, ce recensement intervient à un moment crucial, où le pays a centré ses priorités sur la mise en œuvre de plusieurs plans et priorités, parmi lesquels le Plan national de développement et la nouvelle feuille de route gouvernementale.


« Le RGPH-5 permettra de connaitre la situation sociale de la population, y compris celle des populations vulnérables, notamment les personnes vivant avec un handicap, les orphelins, les enfants, les personnes âgées et les femmes à des niveaux géographiquement désagrégés. Les caractéristiques de l'habitat et du cadre de vie de la population et les différents mouvements de la population seront également appréciés », a déclaré Sani Yaya, précisant que « les résultats sont attendus par le gouvernement pour servir d’aide à la décision en matière de développement ».

 

Mis en œuvre avec le Fonds des Nations Unies pour la Population (qui est le chef de file des partenaires techniques et financiers), le recensement coûtera au total 8,6 milliards FCFA et s’étalera sur les trois prochaines années. A ce jour, 40% du budget ont été mobilisés.

Togo : L'ONG ASDI fait don de mobiliers de bureau au Groupe Média Oreole

 


L'ONG ASDI (Action Sociale pour le Développement Intégral) apporte un appui matériel au Groupe Media Oreole. Elle a fait don de mobiliers de bureau à cette société de presse et radio en ligne, très active, basée à Lomé.

 

La remise de ces meubles (composés essentiellement de deux fauteuils bureau) s'est faite ce lundi 14 décembre 2020 au siège de l'ONG ASDI à Sanguera, dans la banlieue nord-ouest de Lomé, en présence du personnel des deux structures.

 

Pour le Directeur Exécutif d’ASDI Kokou Mountou Tchamsi, il s’agit d’un soutien qui entre dans le cadre des actions de l’ONG qui visent à promouvoir un développement non seulement durable, mais aussi endogène. Il indique que le geste n’est qu’une reconnaissance des efforts fournis par ce groupe de presse en matière de professionnalisme dans le domaine du journalisme.

 

Réceptionnant le don, le Directeur Général du Groupe Média Oreole s’est dit ému de cet acte de générosité.

 

« Nous voulons dire un sincère merci à l’ONG ASDI, particulièrement à son Directeur Exécutif. Nous pensons que c’est un début de partenariat qui va durer dans le temps et porter des fruits pour nos deux structures. C’est l’occasion de faire appel à d’autres bonnes volontés d’emboiter le pas qui vient d’être posé », a indiqué E. Jacques LEMOU.

 

Pour rappel, l’ONG ASDI est une organisation de la société civile au Togo. Elle intervient dans plusieurs domaines, entre autres, Environnement et santé environnementale ; agriculture et élevage ; éducation et formations ; développement à la base et emplois des jeunes. Elle a à son actif plusieurs projets fars : « recyclage des déchets d’équipement électrique et électronique ; entraide en action avec l’atelier de couture dénommé ‘Miadéwou’ ; Entraide agricole et Entraide Afrique ».


ASDI a célébré en octobre 2020 ses 11 ans d’existence par l’inauguration de son nouveau siège, situé désormais à Zanguéra Sanyramé, banlieue nord-ouest de la capitale togolaise.

14 décembre 2020

Togo : Abdoulaye Yaya, le nouveau président de la cour suprême, a prêté serment ce lundi devant le bureau de l’Assemblée nationale

 


Nommé le 02 décembre 2020 par décret pris en conseil des ministres, nouveau président de la Cour Suprême, M. Abdoulaye Yaya, s’est soumis à l’exercice de prestation de serment avant l’entrée en fonction devant le bureau de l’Assemblée nationale ce lundi 14 décembre 2020.

 

La cérémonie de prestation de serment s’est déroulée au siège de l’Assemblée nationale, sous la présidence de Mme Yawa Djigbodi TSEGAN, Présidente de l’Institution, en présence des membres du bureau de la représentation nationale ainsi que des présidents des institutions de la République, du Grand Chancelier des Ordres Nationaux, conformément aux dispositions de l’article 121 alinéa 2 de la constitution togolaise.

 

 

Le nouveau président de la Cour Suprême M. Abdoulaye Yaya a prononcé la formule du serment en ces termes : « Je jure de bien et fidèlement remplir ma fonction, de l'exercer en toute impartialité, dans le respect de la Constitution, de garder le secret des délibérations et, des votes, de ne prendre aucune position publique et de ne donner aucune consultation à titre privé sur les questions relevant de la compétence de la Cour, et de me conduire en tout comme un digne et loyal magistrat ».

 

Le bureau de l’Assemblée nationale a pris acte de son serment et l’a renvoyé à l’exercice de ses fonctions.

 

« Monsieur le Président de la Cour suprême, le bureau de l’Assemblée nationale prend acte de votre serment, dit qu’il en sera dressé un procès-verbal et vous renvoie à l’exercice de vos fonctions tout en vous souhaitant plein succès », a indiqué Yawa Djigbodi Tsègan, Présidente de l’Assemblée nationale.

12 décembre 2020

Togo-Filets sociaux : L’Etape supérieure à atteindre

 


Les mécanismes de filets sociaux vont être bientôt étendus aux personnes du troisième âge, aux malades, aux handicapés, incluant le développement d’une véritable filière de métiers des soins à la personne et le détachement au niveau communal de personnel dédié. 


La protection sociale sera intensifiée avec le triplement de la cible actuelle des transferts monétaires. Les initiatives destinées à renforcer la résilience des communautés face aux chocs, seront poursuivies. Pour les transferts monétaires, 120 000 ménages sont ciblés à l’horizon 2021, contre 61 000 actuellement.


La fourniture de repas communautaires en milieu scolaire est également en avant-plan. Grâce aux cantines scolaires, 300 000 écoliers mangeront à leur faim. S’agissant des initiatives d’engagement citoyen et d’opportunités pour les jeunes vulnérables, elles seront pérennisées pour porter le nombre de bénéficiaires à 100 000. 


Les mécanismes accompagnateurs des initiatives économiques des jeunes et femmes vont être optimisés et d’autres incubateurs de créativité naîtront pour aider les jeunes à s’autonomiser. Il est aussi prévu l’opérationnalisation d’un registre social unifié, servant de fichier unique des bénéficiaires de services de protection sociale pour mieux cibler et améliorer l’efficacité des actions dans la lutte contre la vulnérabilité.