Radio Oreole Flash Info :
latest

728x90

468x60

Affichage des articles dont le libellé est SOCIETE. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est SOCIETE. Afficher tous les articles

21 mai 2021

Togo : 65,9 milliards consacrés à l’eau potable pour 2021

 


L’Assemblée nationale a voté en décembre 2020 le budget 2021 qui s’établit à 1 521,6 milliards de francs CFA. 445,1 milliards (contre 401 milliards en 2020) sont consacrés aux secteurs sociaux. Le secteur de l’eau a droit à 65,9 milliards de francs CFA.


 Cette somme est énorme mais la chose dont il s’agit mérite les soins que prend le gouvernement et les dépenses qu’il fait. C’est le prix à payer pour atteindre les résultats escomptés, en l’occurrence, l’intensification et l’accélération des actions de développement afin qu’aucun Togolais ne soit laissé de côté.


Pour le chef de l’Etat, l’accès universel aux services sociaux de base est un facteur non négligeable pour la cohésion nationale et le partage de la prospérité. Il réduit les inégalités, les disparités sociales et améliore la qualité de vie des populations, particulièrement celles qui vivent dans les milieux ruraux et périurbains. 


En matière d’accès à l’eau, Faure Gnassingbé a prévu dans le cadre du projet d’électrification rurale Cizo, la modernisation de 400 adductions en eau potable. Des programmes de construction de mini adductions d’eau potable et des programmes d’hydraulique villageoise seront optimisés pour atteindre un taux de desserte moyen d’au moins 70% en milieu urbain ou rural.

20 mai 2021

Justice : La conférence des barreaux de l’UEMOA tient ses travaux à Lomé

 


La conférence annuelle des barreaux de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA) a ouvert ses portes ce matin du jeudi 20 mai 2021 à Lomé. Les travaux, étalés sur deux jours, seront couplés avec le lancement du centre de formation professionnelle des avocats du Togo (CFPA).

 

Les délégations venues des pays de l’espace, comme le Bénin, le Burkina Faso, le Sénégal, sont arrivées depuis mercredi dans la capitale togolaise. Du jeudi à vendredi, plusieurs activités sont à l’ordre du jour, notamment la présentation du rapport du bureau sortant, l’examen et la relecture du règlement de la Conférence, le renouvellement du bureau de la conférence.

 

D’autres sujets, au programme, seront également abordés, entre autre, la question de l’inscription au tableau des ordres.

« Aujourd’hui, un avocat inscrit au barreau du Togo peut également l’être au barreau du Burkina Faso. Les règles sont donc harmoniser dans l’espace et les frontières sont donc supprimées.  On n’est plus des avocats nationaux, mais communautaires », a indiqué le président de la conférence  et ancien bâtonnier du Sénégal Me Mbaye GUEYE.

 

Les travaux seront clos vendredi par le lancement du centre de formation professionnelle des avocats du Togo (CFPA).

La conférence annuelle des barreaux de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA) est instituée par la commission de l’organisation sous-régionale. C’est un instrument d’intégration et d’harmonisation. Chaque barreau pays est représenté par 3 membres.

 

Pour rappel, le barreau du Togo enregistre aujourd’hui 150 avocats et 17 avocats-stagiaires inscrits au tableau de l’ordre. L’actuel Bâtonnier est Me Sédjro Ko Dogbéavou. Il a succédé à Me Rustico Lawson-Banku en 2018.

Togo/ Eau potable : La PM Mme Dogbé visite les chantiers de châteaux d’eau en construction à Lomé

 


Ce mercredi 19 mai 2021, le premier ministre Victoire Tomégah-Dogbé a visité les sites en chantiers  de trois châteaux d’eau  dans le Grand-Lomé. Cette descente sur les lieux lui a permis de constater l’état d’avancement des travaux de ces ouvrages.

 

Il s’agit du nouveau château d’eau modulaire de Kodjoviakopé d’une capacité de 500 m³ extensible à 1000 m³. Il vient renforcer la distribution et l’amélioration de la desserte en eau potable dans les zones de Kodjoviakopé, Nyékonakpoè et leurs environs.

 

À Bè, c’est la réhabilitation de l’ancien château qui est en cours avec un forage déjà réalisé et dont le raccordement est en cours avec le château. Il a une capacité de 3000 m³, un débit de 216 m³/h et va desservir les zones de Bè, Baguida et du Port.

 

Le troisième est un nouveau château d’eau modulaire construit au sein de l’EPP Adjougba à Agoè avec une capacité de 500 m³ extensible à 1000 m³. Ce château est déjà opérationnel mais dont des raccordements supplémentaires sont en cours dans la zone.

 

De leurs côtés, les bénéficiaires ont exprimé leur joie face à la réalisation de ces ouvrages qui viennent mettre fin aux coupures et aux corvées d’eau dans certaines zones, avant de remercier le Chef de l’État pour sa vision pragmatique.

 

Le Premier Ministre, a salué et félicité l’expertise locale pour la qualité des travaux et appelé les bénéficiaires à s’approprier les infrastructures et surtout à les préserver

Togo : Le gouvernement lance la 2ème promotion du Programme présidentiel d’excellence



Le PPE, initié en 2019, a pour objectif de renforcer les capacités de l’administration togolaise avec des talents émergents. Le programme permet notamment de bénéficier d’une formation d’excellence avec des experts nationaux et internationaux et de participer à la construction du Togo de demain.

 

Pour cette seconde classe, l’initiative, qui a entre-temps été ouverte au parcours Licence et implémentée auprès des jeunes filles, offre deux programmes : un programme “Jeune diplômé” destiné à 20 étudiants togolais ayant obtenu un Master d'une université togolaise et ayant au plus 30 ans au 31 décembre 2021, et un programme “Master”, ouvert à 20 étudiants togolais en Master 1 ou 2 des universités de Lomé, Kara et UCAO-UCT et ayant au plus 28 ans au 31 décembre 2021.

 

Une fois le programme terminé, les étudiants auront un emploi au sein de l'administration pour une période minimale de 3 ans. Les étudiants sélectionnés suivront en parallèle de leur Master un programme intensif de formation décliné en 4 axes : développement de compétences professionnelles, ouverture au monde, développement de leadership, et sensibilisation à la feuille de route.

 


Cliquez ici Pour s’inscrire gratuitement et postuler.


18 mai 2021

Togo : Enfin l'Aide de l'Etat à la presse en ligne

 


La presse en ligne va enfin être concernée par l'aide de l'Etat cette fois. Il s'agit d'un appui financier pour la période du mai 2020 à Avril 2021.  L'annonce été faite à travers un communiqué de la commission en charge de ladite aide sur la TVT, la chaîne nationale.

 

L'une des innovations du nouveau code de la presse au Togo est la prise en compte de la presse en ligne dans les appuis accordés aux médias. Justement l'aide de l'Etat et le fonds d'aide à la presse seront les deux principaux axes d'accompagnement du secteur prévus par le législateur.

 

Désormais la presse en ligne est éligible à l'aide de l'Etat à la presse et ce, à partir de l'exercice 2020- 2021. Il suffira de remplir les conditions ou formalités exigées. Celles-ci pourraient se révéler quasi complexes pour la plupart  des organes dans un contexte de pandémie du Covid -19.

 

Notons que 150 millions de FCFA est la sommes qui servira à cette aide.

Togo : Un cas de suicide par pendaison à Guérin kouka

 


Un nouveau cas de suicide a été annoncé ce mardi 18 mai au Togo. Une jeune fille s’est donné la mort en se pendant, à kagmatchédo.

 

Selon le site L’Opinion, la victime est une fille en classe de seconde au lycée 1 Guérin kouka. Les motifs de l’acte ne sont pas encore connus.

Togo : Un nouveau décès dans le 4ème Lac de Lomé

 


Un nouveau décès enregistré dans le 4ème Lac de Lomé, situé dans la commune du Golfe 1.  La victime serait tombée à l’eau dans la nuit du lundi 17 au mardi 18 mai 2021.


La victime est un jeune homme. Selon les témoins,

Selon les informations relayées par le site « Togo Scoop », le jeune homme (employé au port autonome de Lomé) en état d’ébriété a été aperçu en train de s’approcher du lac. Malgré plusieurs interpellations de quelques passants lui demandant de rebrousser chemin, celui-ci n’a pas obtempéré et a fini malheureusement par se noyer.

 

Il faut noter que le 4ème lac de Lomé est l’un des plus grands bassins de rétention d’eau érigés dans la capitale pour résoudre le problème d’inondation auquel les populations de plusieurs quartiers font face en saison pluvieuse. Mais, ces infrastructures sont devenues ces derniers temps, des lieux dangereux où des corps sans vie sont régulièrement repêchés. Certains pointent du doigt le manque de mesure de sécurité entourant ces bassins de rétention des eaux pluviales.

Les grandes ambitions du Togo en matière d’accès à l’eau potable

 


L’eau doit couler, peu importe le sacrifice. C’est sans doute le leitmotiv des pouvoirs publics qui enchaînent les programmes les uns après les autres.


 Par exemple, le Projet d’amélioration des conditions sanitaires en milieu scolaire et rural des régions de la Kara et des Savanes (Passco 2), lancé en fin février 2021 à Konsogou, touchera 300 000 Togolais et fera passer le taux de couverture à l’eau potable en milieu rural de 77 à 85% dans la région de la Kara et de 67 à 72% dans la région des Savanes. A côté de cela, le Togo met en œuvre des projets d’hydraulique villageoise, de construction de forages, de mini-adductions d’eau et d’agence de distribution d’eau potable dans des zones reculées…

Ambition

A l’horizon 2025, le gouvernement escompte un taux de couverture nationale en eau potable de 85%. Dans le budget 2021 qui s’établit à 1 521,6 milliards de francs CFA, 65,9 milliards sont accordés au secteur de l’eau. Aujourd’hui, le taux de desserte en eau potable en milieu rural est de 69%. Plus de 10 000 forages à motricité humaine ont été réalisés à ce jour. En ce qui concerne le taux de desserte en milieu semi-urbain, il est de 50%. En milieu urbain, il est de 58%.

14 mai 2021

Togo : Un jeune homme mort noyé dans le bassin d’eau d'Agbalepedogan, les jeunes du quartier en colère (Image sensible)

 


Grogne inhabituelle ce matin au quartier Agbalepedogan-Tamé à Lomé. A l'origine de ce mécontentement, un jeune étudiant inscrit à la faculté de droit, âgé de 27 ans, est  décédé hier par noyade dans la retenue d'eau située juste derrière le marché de la localité. Les jeunes en colère contre les forces de l’ordre.

 

C’est l’émoi ce matin dans le quartier. L’incident s’est produit jeudi 13 mai 2021 vers 16 heures-17 heures. Selon les témoignages recueillis sur les lieux du drame par la rédaction de Radio Oreole, deux jeunes garçons, appartenant à un groupe de fumeurs de drogue bien connu des populations,  se sont jetés à l’eau dans la retenue pour s’échapper aux policiers qui s’étaient lancé à leur poursuite. L’un a puis s’en sortir. Malheureusement, l’autre a fini par se noyer sous les yeux des policiers.

 

« Nous sommes des fumeurs de drogue, mais on ne fait du mal à personne. Quand on voit les forces de l’ordre, on fuit », a reconnu un jeune du groupe auquel appartient la victime, dont on garde l’anonymat.

 

« Le jeune criait au secours, au lieu de l’aider, l’un des policier aurait même dit qu’il peut mourir ce n’est pas son problème. Ce n’est pas la première fois que de tels cas ont lieu ici. Toujours ce sont les mêmes éléments de la police, et à plusieurs reprises, on trouve refuge dans certaines cachettes, d’autre vont dans la retenue d’eau pendant quelques minutes, le temps que les corps habillés quittent les lieux. Et voilà le drame aujourd’hui.  », a expliqué ce jeune homme.

 

Une dame a indiqué sur les lieux qu’elle a même crié au secours pendant plus de 30 minutes, mais personne n’a osé aller aider le jeune étudiant, de peur que de subir des représailles de la part des policiers.

 

«On a plusieurs fois déploré les cas de mort par noyade dans la retenue d’eau  (entre 7 et 8). Le chef  du quartier a à plusieurs reprises demandé en vain  que la sécurité soit renforcée autour du bassin, c’est-à-dire bien le clôturer. Il a aussi lutté pour que ces jeunes quittent ici, mais sans succès,  il est fatigué », a indiqué AGBOPOATCHI  Kossi Joseph, chef section CDQ Tamé d’Agbalepedo.

 

Le corps sans vie a été repêché ce matin. Sur les lieux, c’est l’indignation.

 

Malheureusement, l'un des policiers qui était envoyé pour constater les faits aurait été identifié par les proches et camarades de la victime comme faisant partie de ceux qui auraient poursuivi l'étudiant  qui vient de perdre sa vie.  Ce dernier, blessé gravement à la tête, a  échappé de  justesse au lynchage des  jeunes du quartier.

 

Ils reprochent aux corps habillés de prendre la routine de  les dépouiller régulièrement de leurs biens (téléphones portables, appareils de sonorisation, argents en espèce..), d'être victime au lieu de les amener plutôt au poste de police ou à la gendarmerie.

 

Nous y reviendrons

12 mai 2021

Les noms des 9 bébés de la malienne Halima Cissé sont désormais connus

 


Il y a quelques jours, l’information a fait le tour du monde, des réseaux sociaux et des médias, la malienne de 25 Halima Cissé venait de donner naissance à neuf (09) enfants. Un record dans le monde. Les nonuplés, qui ont vu le jour au Maroc ont été baptisés mardi au Mali. Halima Cissé et son mari ont attribué  de jolis prénoms à leurs bébés.

 

C’est du moins ce que révèle Walf-groupe, qui renseigne que la cérémonie religieuse du baptême s’est tenue à Tombouctou.

 

Voici la liste des bébés baptisés, par ordre de naissance !

 

Les bébés ont été baptisés, par ordre de naissance, Kadidia, Mohammed (en hommage au roi Mohammed VI du Maroc), Fatouma, Oumar, Hawa, Adama, Bah (en hommage au président de la transition malienne Bah Ndaw), Oumou et Elhadji.

 


Rappelons que Halima Cissé, mère des 9 bébés, avait été transférée mi-mars vers Casablanca, au Maroc, pour être prise en charge dans une clinique privée de la capitale économique. Si au départ les médecins s’attendaient à 7 bébés, au final la jeune femme a accouché 9 nourrissons, cinq filles et quatre garçons, pesant chacun entre 500 g et 1 kg.

 

Les nonuplés sont toujours sous étroite surveillance médicale dans la clinique casablancaise où ils sont nés. Et selon les médecins, leur état de santé est « stable », mais précaire. Ainsi, une équipe de service de néonatologie est en permanence avec eux.

C’est la première fois au monde qu’une femme donne naissance à 9 bébés.

 

 

11 mai 2021

Togo : Les souscripteurs victimes de CACESPIC-IF SARL expriment leur traumatisme et appellent Faure Gnassingbé et Mme Dogbé au secours



Ils sortent de leur silence pour dire « ça suffit comme ça » et qu’ils ne peuvent plus prendre leur mal en patience. Tout en criant leur ras-le-bol, leur exaspération, leur désarroi, manifestant leur colère, exprimant leur traumatisme, ils appellent le chef de l’Etat Faure Gnassingbé et son gouvernement au secours pour les aider à récupérer leurs capitaux investis. Eux, ce sont les plus de 1000 souscripteurs victimes des pratiques, de la société «Compléments Alimentaires Coaching Solaire Parfums Interprétariat Crypto monnaie-Investissement Finance (CACESPIC-IF) SARL ». Ne pouvant plus, ils montrent leur indignation face aux "mépris" du PDG Hugues Yaovi Dodji DIGO.

 

Le sujet fait couler beaucoup d’encre et de salive ces derniers jours au Togo. Des sociétés de trading, qui ferment les unes après les autres, parce que sonnées par le ministre de l’économie et des finances, qui à travers un communiqué en date du 29 mars 2021 informe qu’elles opèrent dans l’illégalité. Pour rentrer en possession de leurs investissements, c’est la croix et la bannière pour les souscripteurs. C’est le cas de CACESPIC-IF SARL.

 

Plus de 800 millions de francs CFA, c’est la somme investie par ce groupe de plus de 1000 souscripteurs (les uns étudiants, ménagères, fonctionnaires, les autres commerçants, entrepreneurs, artisans…) de la société CACESPIC-IF SARL, mais qui se retrouvent aujourd’hui bredouille, privés de leurs droits depuis quelques temps. En conférence de presse ce matin du mardi 11 mai 2021, ils sont montés au créneau pour exiger le remboursement, sans délai, de leurs capitaux (certains des millions, d’autres des centaines de milles) en plus des dédommagements pour préjudices subis. A en croire les victimes, ils dénoncent énergiquement ces " pratiques de DIGO qui n'a d'autres effets de saper la politique du chef de l'Etat Faure Gnassingbé pour sortir la population de la précarité et de la pauvreté". Il faut noter qu’en seulement 6 mois d'activité, CACESPIC-IF SARL a enregistré un total de plus de 8000 souscripteurs et le montant total investi s'élève à 22 milliards.

 

S’il est vrai, d’après eux, qu’au début la société avait respecté son engagement en permettant à une minorité d’adhérents de percevoir leurs dus, ce n’est pas le cas pour plusieurs.


« Tout a commencé en novembre 2020, où certains n’ont pas eu leurs gains. Mais par messages alléchants, CACESPIC-IF SARL rassurait les souscripteurs. Ainsi, de nouvelles personnes continuaient à investir paisiblement et avec des promotions à l’appui. Déjà en décembre 2020, la société n’arrivait plus à payer sous prétexte que : elle a des problèmes de change sur le marché mondial ; il y a détournement de fonds par des collaborateurs ; à cause de covid-19, elle ne veut pas d’attroupement ; elle a investi sur un compte bloqué….donc de patienter... », a indiqué AYABA Jahada, la représentante des victimes dans sa déclaration liminaire.

 

Elle ajoute par ailleurs : « Grande a été notre surprise que Hugues Yaovi Dodji DIGO, le président directeur général CACESPIC-IF SARL, nous envoie un message sur télégram, nous informant qu’elle a commis un avocat du nom de Ali Berthe pour faire un programme de remboursement. Ce qui fut effectivement fait. Or, ce n’était qu’une diversion, un dilatoire pour nous endormir encore, puisque ce dernier a accompagné la société à faire sa procédure de redressement dans la clandestinité, alors que nous souscripteurs, on n’a jamais été au courant d’une quelconque faillite ».


Pour les victimes, le communiqué du ministre de l’économie leur avait donné de l’espoir, un espoir qui a fini par s'éteindre quelque temps après. Ils se retrouvent aujourd’hui licenciés de leur service, d’autres emprisonnés, certains renvoyés de leur maison de location, des foyers divisés… or pour investir, les gens ont vendu leurs biens, ont contracté des prêts…

 

Pour ces victimes, les autorités ne devraient pas laisser CACESPIF IF mener ses activités sur le territoire togolais et faciliter sa visibilité sur la chaîne nationale à travers de projets (comme le sponsoring de Agoè Shem passé au journal télévisé de 20H du 10 Octobre 2020 sur la chaine mère TVT, une institution de la république et autres médias comme TV2 …)  si la société n’est pas légale. Tout ce tapage médiatique a contribué à berner l’opinion, a regretté la porte-parole. Les victimes demandent que justice soit rendue. Ils veulent rentrer en possession de leurs capitaux. Ils soutiennent qu’Hugues Yaovi Dodji DIGO, le président directeur général, ne sera tranquille que le jour où ils vont rentrer dans leurs droits.

10 mai 2021

Officiellement lancé ce lundi par le ministre Dussey, le "Guichet diaspora" va appuyer le "Plan Togo 2025"

 

 


Comme annoncé il y a quelques jours, la diaspora togolaise dispose désormais d’un guichet unique opérationnel pour le financement des projets de développement. Le lancement de ce mécanisme, couplé avec celui du programme d’actions pour le renforcement des contributions de la diaspora togolaise au Plan Togo 2025, s’est fait ce lundi 10 mai 2021 à Lomé par le Ministre des affaires étrangères, de l’intégration régionale et des Togolais de l’extérieur, S.E. Prof. Robert DUSSEY.

 

Dans son allocution de circonstance, le Prof Robert DUSSEY a rappelé l’importance de l’implication plus adéquate des Togolais de l’Extérieur dans le processus du développement comme le préconise la vision qui sous-tend la Feuille de Route du gouvernement en faveur de la diaspora togolaise présentée le 1er avril 2019. Pour illustrer les enjeux liés aux apports de la Diaspora togolaise, le Ministre DUSSEY a mentionné l’évolution des transferts financiers, représentant près de 8% du PIB et estimés à 451 Millions de dollars US en 2018, 458 Millions de dollars US en 2019 et 441 Millions de dollars US en 2020.

 

Aussi, a-t-il relevé l’impact de la pandémie de la Covid-19 qui pèse sur la mise en œuvre des projets prévus par le gouvernement en faveur de la diaspora.

 

Afin de relever le défi de la mobilisation des ressources et atouts des Togolais de l’Extérieur malgré cette crise sanitaire mondiale affectant les diasporas africaines, les autres intervenants, après un rappel des multiples initiatives en faveur de la diaspora togolaise ont présenté le Guichet Diaspora et le programme d’actions pour le renforcement des contributions des Togolais de l’Extérieur au Plan Togo 2025 ainsi que les différentes approches de contributions de la diaspora togolaise au développement des communes du Togo.

 

Au titre des initiatives institutionnelles et stratégiques du gouvernement en faveur de la diaspora togolaise depuis 2005, l’on note : la création de la Direction des Togolais de l’Extérieur (DTE) par décret en 2005 ; la création la même année du Haut-commissariat aux rapatriés et à l’action humanitaire (HCRAH) ; l’élaboration et la mise en œuvre du programme Diaspora portante notamment sur le recours aux compétences de la diaspora (2010-2014) ; la création en 2014 du comité interministériel chargé de la coordination et du suivi des activités de migration et développement ; la mise en place d’une cellule diaspora chargée d’accompagner les Togolais de l’extérieur porteurs de projets dans leur mise en œuvre ; la désignation depuis 2015 de points focaux chargés de la diaspora dans les missions diplomatiques et consulaires du Togo ; des tournées de rencontre avec la diaspora en 2013 et 2014 ; l’organisation des grandes assises de la diaspora en 2014 à Lomé ; l’exemption de visa pour les Togolais de l’extérieur détenteurs d’une double nationalité ; l’organisation des éditions de la semaine des « Réussites Diaspora » en 2016 et 2019, le lancement de la feuille de route du Gouvernement pour les Togolais de l’extérieur, l’élection des 77 Délégués pays suivie de l’installation officielle du Haut Conseil des Togolais de l’Extérieur et l’adoption de la loi sur le vote de la diaspora en 2019

 

Il faut souligner que la mise en place du Guichet Diaspora, quant à elle, vise à mettre à la disposition des Togolais de l’Extérieur, une plateforme flexible et inclusive capable de répondre aux demandes et attentes des Togolais de l’Extérieur porteurs de projets et d’accompagner la mise en œuvre du programme d’actions pour le renforcement des contributions de la diaspora togolaise au Plan Togo 2025.

 

A titre de rappel, le Guichet Diaspora est l’organe technique d’appui du Haut Conseil des Togolais de l’Extérieur qui élabore des mesures et des stratégies en vue d’inciter et d’encourager les togolais résidant à l’étranger à réaliser des projets au Togo, à attirer des investissements vers notre pays et ainsi participer au développement économique, social et culturel du Togo et promouvoir son rayonnement dans le monde. Il est chargé, en outre, d’inciter l’épargne des Togolais de l’Extérieur aux fins d’investissement au Togo, de favoriser l’émergence de groupes d’investisseurs au sein de la communauté togolaise de l’étranger, de mobiliser des investisseurs et autres partenaires internationaux.

 

Pour l’année 2021, il sera chargé de mettre en œuvre deux projets phares du plan d’actions : le recensement des Togolais de l’Extérieur et le répertoire des entrepreneurs et des investisseurs issus de la diaspora.

 

Au titre des années 2022 et 2023, le programme d’actions vise à mettre en œuvre divers projets, notamment :la plateforme de placement des Togolais de l'Extérieur dans les structures publiques nationales et internationales et dans les multinationales, les outils de suivi des contributions et de facilitation des projets et des investissements de la diaspora au Togo (l’Observatoire de la Diaspora Togolaise, le Guide des facilitations aux projets des Togolais de l’Extérieur au service du développement, le Guide des Dispositifs d’appui et d’accès aux financements), un Incubateur dédié à la diaspora togolaise, une plateforme d’appui aux partenariats portés par la diaspora togolaise dans le cadre de la coopération décentralisée avec les communes togolaises et d’autres programmes internationaux ainsi que la préparation de la création du Fonds d'Investissement des Togolais de l'Extérieur (FITEX).

 

Le contexte favorable de développement des territoires après les élections municipes constituent pour les Togolais de l’Extérieur, une opportunité de réalisation des projets en particulier dans le cadre des jumelages et de la coopération décentralisée. Un répertoire des communes du Togo est prévu pour mettre l’accent sur les atouts et les potentialités de chacune des 117 localités togolaises.

 

Ainsi, le ministre DUSSEY en appelle donc au sens patriotique des Togolais de l’Extérieur afin de relever le défi de leur participation plus active au développement du pays. Pour lui, il s’agit pour les membres de la diaspora togolaise de s’approprier le Guichet Diaspora et d’en faire un véritable outil collectif de promotion de leurs projets et investissements au Togo.

Passco 2 : De l’eau potable pour 300 000 Togolais

 


Les ambitions liées à l’accès facile et sans conditions à l’eau potable sont immenses au Togo, pays dont les priorités correspondent aux Objectifs de développement durable (ODD). L'eau potable est une eau qui peut être bue, utilisée à des fins domestiques et industrielles sans danger pour la santé. Elle est source de vie, indispensable pour le bien-être des ménages. Le Togo œuvre dans la mesure du possible pour faciliter l’accès à cette ressource vitale. En dépit des avancées déjà enregistrées en ce sens, le chef de l’Etat a toujours faim de résultats plus flamboyants. Le Passco 2, projet récemment lancé au nord du pays, fortifie cet argument.


La deuxième phase du Projet d’amélioration des conditions sanitaires en milieu scolaire et rural des régions de la Kara et des Savanes (Passco 2) a été lancée en fin février 2021 à Konsogou, localité située à 03 kilomètres de la ville de Dapaong.


De l’eau potable pour 300 000 personnes

Le Passco 2 est un projet en rapport avec les objectifs de la feuille de route gouvernementale. Estimé à 6,5 milliards de francs CFA, il fera passer le taux de couverture à l’eau potable en milieu rural de 77% à 85% dans la région de la Kara et de 67% à 72% dans la région des Savanes. Le projet permettra de réaliser 400 nouveaux forages dans les 02 régions, soit 200 forages par région. En outre, 200 anciens forages (à raison de 100 forages par région) seront réhabilités.


100 latrines modernes de type Ecosan seront construites dans la région de la Kara et 100 autres latrines seront construites dans la région des Savanes. Avec les réalisations déjà faites dans le cadre du Passco 1, l’ensemble des forages sera porté à plus de 1 000 dans les 02 régions. Le Passco 2 permettra à 300 000 Togolais vivant dans les régions susmentionnées d’avoir facilement accès à l’eau potable, de disposer de latrines modernes dans les écoles et centres de santé, de réduire le taux des maladies hydriques comme le choléra, la diarrhée et la dysenterie.

Togo : Un an après la reconduction de Faure Gnassingbé, l'état des lieux des réalisations sanitaires

 


Le 22 février 2020, à l’issue d’une élection présidentielle très attendue, les Togolais ont accordé pour la quatrième fois leur voix à Faure Gnassingbé, un leader avisé qui leur inspire courage, confiance, espoir et symbolise un lendemain meilleur. Le taux de suffrages obtenus (plus de 70%) par le chef de l’Etat est démonstratif. En retour, le président, lui dont les actions succèdent toujours aux promesses, a garanti au peuple de faire en sorte que personne ne soit laissé sur le bas-côté, ni contraint d’être esseulé. Avec la crise sanitaire apparue soudainement, il était indispensable de joindre immédiatement l’acte à la parole avec des réalisations sanitaires opportunes et salvatrices.


Le premier cas de coronavirus a été détecté le 06 mars 2020 au Togo. 10 jours après, le pays a instauré un état d’urgence sanitaire et un couvre-feu ; réuni 5 000 hommes dans une Force spéciale anti-pandémie ; interdit les rassemblements ; suspendu les liaisons aériennes et terrestres ; bouclé les villes ; fermé les lieux de culte, établissements scolaires et universitaires, etc.

Réhabilitation des infrastructures sanitaires

L’apparition de la maladie a aiguillonné le Togo à faire des enjambées dans le processus de modernisation et d’équipement des centres de santé. Le chef de l’Etat a fait installer des scanners et respirateurs ; fabriquer des millions de masques et de thermo flashs ; réceptionner des équipements de protection. Le CHR de Lomé-Commune, principal centre de prise en charge des patients a été réhabilité, aménagé et équipé avec des centaines de lits. Actuellement, des travaux de construction de 09 centres de santé sont en cours dans les 05 régions nationales.


Réduire dans la mesure du possible les effets pervers de la crise

Faure Gnassingbé a mis en place un comité de crise et s’est mis à l’avant-poste de la lutte. Avec ses collaborateurs, il scrute l’évolution de la pandémie, les difficultés rencontrées et les solutions idoines pour endiguer la maladie grâce à des mesures d’anticipation, de réplique et de relance économique. Justement, un fonds de relance économique et de solidarité nationale de 400 milliards de francs CFA a été mis en place pour amenuiser l’impact négatif de la crise sur les citoyens. Il a permis de mettre en œuvre le programme de transferts monétaires "Novissi", de baisser le prix des produits pétroliers, de rendre gratuites l’eau et l’électricité pour les tranches sociales…


Plus de 100 milliards de francs CFA déjà dépensés

Sur les 400 milliards cités ci-avant, 173 milliards de francs CFA ont été mobilisés à la date du 15 décembre 2020. A cette même date, les dépenses effectuées dans la lutte contre la pandémie s’élevaient à 107,5 milliards. En réalité, 22,8 milliards ont été consacrés aux mesures de riposte sanitaire ; 32,3 autres milliards aux dépenses sociales et 52,3 milliards pour la relance économique.


Gratuité des soins pour les femmes enceintes

La covid-19 n’empêche pas le leader togolais de tendre la main aux femmes enceintes. Le pays a annoncé un programme de gratuité des soins (évalué à 07 milliards de francs CFA pour 2021) pour les femmes enceintes. Celui-ci touche la planification familiale, la consultation prénatale, l’accouchement et la césarienne. Déjà, au Centre médico-social (CMS) d’Adabaweré dans la préfecture de la Kozah, plus de 380 femmes enceintes ont été enrôlées du 20 décembre 2020 au 30 janvier 2021. Elles seront soignées entièrement aux frais de l’Etat.


Prise en charge gratuite pour les écoliers

School Assur est un programme de protection sociale en milieu scolaire. En 03 ans de mise en œuvre, il a atteint 02 millions de prises en charge sanitaires gratuites dans plus de 6 000 établissements scolaires publiques. Durant l’année 2020, dans un environnement malsain, Faure Gnassingbé a fait maintenir la mise en œuvre du programme pour empêcher la covid-19 de titiller les élèves. Au titre de l’année scolaire 2020-2021, l’achat des masques a été subventionné par l’Etat avec 01 milliard de francs CFA. 600 millions ont été mobilisés pour acquérir des équipements comme des tables-bancs et des matériels informatiques. La mise en œuvre de toutes les mesures prises pour l’année en cours, coûte 3,5 milliards de francs CFA aux dirigeants.


Une gestion sanitaire irréprochable

Les indicateurs montrent que le Togo fait partie des meilleurs pays dont la gestion est efficace et adaptée aux défis de l’heure. Comme mis en lumière par Lowy Institute, en matière de bonne gestion de la pandémie, le Togo est le 2ème meilleur pays en Afrique avec un score de 72,8 points. Sur le plan mondial, il se classe 15ème. Après l’apparition du premier cas de covid-19 sur le territoire, le Togo a augmenté sa capacité de test avec le dépistage systématique des cas contacts et de tous les clusters. Le pays a effectué 204 937 tests à la date du 29 janvier 2021, soit 26,64 tests pour 1 000 habitants.


Main tendue aux opérateurs économiques

Le Togo a barricadé la voie à la maladie grâce à une batterie de mesures économiques idéales. En dehors de "Novissi", programme de soutien mensuel de 12 500 francs pour les femmes et 10 500 pour les hommes, le président a pris des dispositions particulières comme la politique d’allègement des charges fiscales, le fonds de relance en faveur des TPME. Depuis le 1er avril 2020, le montant des échéances de crédits reportées pour aider les entreprises est de 18 milliards. Aujourd’hui, la campagne de vaccination anti-covid n’est plus qu’une question de jours au Togo, pays qui a su sortir les griffes pour défier sans crainte la pandémie. Le président de la République a retroussé ses manches pour y parvenir, il a réadapté les priorités qui convergent tout de même vers un seul leitmotiv : le développement national.

08 mai 2021

Togo : Un camion benne rempli de gravier se renverse sur lui-même en pleine circulation à Agoè


L'incident s'est produit ce matin du 8 mai 2021 vers 9 heures. Un camion benne, rempli de gravier, se renverse sur lui-même en pleine circulation à Agoè au rond-point de la station d'essence Minamadou 1.


Selon les témoins approchés par la rédaction de Radio Oreole,  le gros porteur de 18 roues venait d'Assiyéyé, quand soudain surgit devant lui une femme au guidon de sa moto.  C'est en voulant éviter la dame (accident) que la manœuvre a mal tourné, et le véhicule se  renversa au finish sur lui-même. 


La conductrice de la moto, blessée, a été transportée à l'hôpital. L'homme à bord du véhicule et son apprenti ont également été blessés par les débris de  pare-brise cassée. Aucun décès enregistré.

Togo : La police démantèle un vaste réseau de 54 escrocs et cybercriminels


La Police Nationale a interpellé cinquante-quatre (54) individus, tous de nationalité nigériane dont quinze (15) faussaires cybercriminels et les trente-neuf (39) autres qui, sous le couvert d’activités de marketing de réseau QNET, s’adonnent à l’escroquerie.


Ces individus sont arrivés à Lomé en début de mois d’avril 2021 en provenance du Nigéria et du Ghana.

S’agissant des quinze (15) faussaires et cybercriminels, leur mode opératoire consiste à se faire passer pour des personnes de type européen et se servent de faux cachets des services de douanes étrangers, de faux documents qu’ils fabriquent de toute pièce à l’aide d’outils informatiques, pour escroquer leurs victimes en leur faisant croire qu’ils sont des hommes d’affaire sérieux vivant en Europe ou dans certains pays asiatiques.



Quant aux trente-neuf (39) autres individus agissant sous le couvert du réseau QNET, ils utilisent la ruse pour attirer leurs victimes au Togo en leur faisant croire qu’ils doivent s’inscrire dans un programme de formation professionnelle débouchant sur un emploi bien rémunéré, en contrepartie du paiement d’une somme comprise entre 400.000 et 500.000 FCFA. Une fois l’argent encaissé, ces escrocs utilisent toutes sortes de subterfuges pour maintenir de gré ou de force leurs victimes, à qui ils ne proposent aucune formation ni activité sérieuse. Au demeurant, les victimes sont obligées de faire venir à leur tour, d’autres victimes encore, avant d’espérer un remboursement partiel de leurs fonds.



Il faut signaler que de nombreux jeunes togolais sont également pris au piège de QNET généralement à l’extérieur de nos frontières. Au-delà des promesses d’emploi mirobolantes, se cache toute une autre réalité.


La Police nationale invite la jeunesse togolaise à ne pas céder à la tentation et à se méfier des propositions de formations professionnelles ou d’emploi venant de QNET ou autre organisme douteux