Radio Oreole Flash Info :
latest

728x90

468x60

Affichage des articles dont le libellé est SOCIETE. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est SOCIETE. Afficher tous les articles

23 septembre 2021

MIATO 2021: la fin des inscriptions repoussée au 30 septembre

 


Les préparatifs de la 2e édition du Marché international de l’artisanat du Togo (MIATO) se déroulent normalement. Le Directeur de l’artisanat en a fait le point des activités mercredi. A l’occasion, Dermane Moutala annonce que les inscriptions se poursuivent jusqu’au 30 septembre pour permettre à plusieurs artisans encore hésitants de s’inscrire.

 

A la suite du lancement de la 2e édition de MIATO, le comité d’organisation a fait une tournée dans toutes les régions du pays. Il était question de mobiliser les artisans autour de cette nouvelle édition.

 

Le comité d’organisation a également pris part à la semaine internationale de l’artisanat de grand Bassam en Côte d’ivoire. Une foire au cours de laquelle l’équipe de MIATO a sensibilisé plusieurs exposants afin de participer au marché de l’artisanat de Lomé.

 

Dermane Moutala, le Directeur de l’artisanat annonce que les partenaires qui ont accompagné la première édition de MIATO se sont également positionnés sur cette 2e édition.

 

Sur le plan logistique, l’équipe de MIATO a déjà validé le plan d’aménagement du site qui accueille l’évènement.

 

«Tout est déjà au point et la mise en place va commencer en début du mois d’octobre », a rassuré M. Moutala.

 

En ce qui concerne les participants, on note que 50% des exposants attendus ont déjà achevé leur inscription. Plusieurs autres participants ont fait des réservations.

 

MIATO attire des artisans d’autres pays

Cette année, des exposants de 8 pays sont annoncés à Lomé. Parmi eux, des exposants du Bénin, du Burkina-Faso, de la Côte d’ivoire, de la Guinée, du Mali, du Niger, du Sénégalais et du Togo. Des artisans de la Turquie se sont également inscrits.

 

Initialement prévue pour le 24 septembre, la clôture des inscriptions a été repoussée au 30 septembre prochain.

 

« Nous voulons donner l’opportunité aux artisans qui ont fait des réservations de pouvoir confirmer leur participation. Certains ont fait des réservations sans payer pour plusieurs raisons. Nous voulons les rassurer que l’évènement va vraiment se tenir et ils peuvent venir payer leurs réservations », a indiqué Dermane Moutala.

 

Le Directeur de l’artisanat a également levé un coin du voile sur les différents prix mis en jeu pour cette 2e édition. Il annonce 3 prix de l’innovation, des prix de l’excellence, des prix spéciaux que des artisans togolais ou étrangers pourraient gagner à l’issue de la 2e édition de MIATO.

 

Tenant compte de la pandémie à la Covid19, le comité d’organisation indique que toutes les dispositions sont en train d’être prises pour que MIATO 2021 ne soit pas un cluster de propagation du coronavirus

 

« Il y a un protocole sanitaire qui est prévalidé. Il y a des observations que nous allons intégrer et valider avec la Coordination de la gestion de la riposte à la Covid19. Toutes les dispositions sont prises pour assurer la sécurité sanitaire des exposants et des visiteurs », a précisé M. Moutala.

 

Le Directeur de l’artisanat invite le public au respect des mesures barrières pour favoriser une bonne tenue de MIATO 2021.

21 septembre 2021

Médias : L'ATRT en grande tournée nationale de sensibilisation de ses membres

 


Le bureau exécutif de l’Association des Techniciens Radiodiffusions Togo (ATRT) a effectué, du  11 au 18 septembre, une tournée nationale de sensibilisation de ses membres. Plusieurs thématiques ont été abordées afin de permettre à ces professionnels des médias d’être plus professionnels et performant dans l’exercice de leur métier.

 

Les Techniciens jouent un rôle pas des moindre dans la Radio diffusion. C’est une profession qui nécessite des aptitudes et connaissances bien requises, qu’il faut constamment mettre à jour et renforcer, surtout avec la prolifération des nouvelles techniques d’information et de communication (NTIC).


Cette dans cette dynamique que se situe cette sortie de terrain du bureau de l’ATRT. Lors de la rencontre avec les membres, plusieurs thématiques étaient au centre des échanges, à savoir :

-      Présentation des objectifs de l’ATRT

-      Rôle et comportement d’un technicien au sein d’une radio

-      Notion d’une bonne tenue d’antenne et l’importance des jingles et accapela

-      Radio FM à l’heure du numérique et des réseaux sociaux

-      Le technicien-radio et la covid-19.


La délégation a sillonné toutes les régions du Togo, notamment, les Plateaux, la Centrale, Kara et les Savanes.


Selon le président de l'ATRT Jean Jacques Snoby ATTIKPO : " la tournée a été satisfaisante. C'était nécessaire d'aller au contact des nos confrères et de partager avec eux des expériences. Cela nous a aussi permis de recueillir leurs doléances, les difficultés qu'ils rencontrent".


 

Le bureau exécutif a saisi cette occasion pour distribuer des kits scolaires aux membres de l’ATRT, un geste citoyen pour contribuer à la bonne rentrée  académique de leurs enfants.

 

Pour rappel, l’ATRT a été créée le 26 août 2015. Son objectif est de défendre les droits de ses membres et leur épanouissement, tout en faisant la promotion du professionnalisme et de la déontologie.

18 septembre 2021

Togo : Abdoulaye Yaya, président du CSM, s'en prend aux juges qui ouvrent des "officines et églises privées à domicile"

 


Abdoulaye Yaya, président du Conseil Supérieur de la Magistrature (CSM), décidé à mettre de l’ordre dans sa maison. Après sa sortie médiatique le 26 août dernier où il a dénoncé les mauvaises pratiques des magistrats togolais, l’homme s’attaque désormais à d’autres déviances des juges : l’ouverture à domicile des officines et d’ « églises privées » vers lesquelles ils drainent des justiciables.

 

« Il nous est parvenu des informations vérifiées, avec preuves contenues dans des dossiers en notre possession, que certains magistrats ont ouvert des officines en leur domicile, tenant lieu d’appendices ou de tribunaux annexes » », déplore Abdoulaye Yaya dans une note de service.

 

Le président du Conseil Supérieur de la Magistrature révèle aussi que « D’autres magistrats ont ouvert des églises privées ».

 

Abdoulaye Yaya précise que ces juges drainent des justiciables vers leurs officines pour des consultations ou règlements pastoraux « contre des espèces sonnantes et trébuchantes arrachées à ces justiciables ».

 

« Ces deux (02) pratiques hérétiques aux yeux de la loi et de la foi doivent immédiatement cesser, Faute de quoi, leurs auteurs répondront de leurs actes avec toute la vigueur des règles disciplinaires », a ordonné M. Yaya.

 

 

Le président de la Cour suprême affirme que les populations justiciables sont suffisamment éprouvées pour « subir ces actes indignes » des juges.

 

Pour finir, il invite les chefs des Cours et Tribunaux à faire suite à sa note de service à laquelle il attache du prix.

16 septembre 2021

Togo : Pour une affaire de 100 francs, il découpe son cousin en morceaux à coups de machette

 


Au Togo, un homme de 29 ans a tué son cousin (37 ans) à coups de machette. Le drame s’est produit à Kovie Djemekey, un village du canton de Kovie dans la préfecture de Zio. L'histoire  remonte à fin août 2021.

 

Selon les informations révélées par nos confrères du site Gakogoe.tg, tout est parti d’une banale affaire de 100 francs qu’Akpaka Fadavi réclamait à son cousin Akpaka Dotsè .Il s’agirait en fait d’une dette que le deuxième devait au premier, son enfant aurait acheter un gâteau.

 

Le cousin, estimant ne pas être au courant de l’achat, refusa de payer les 100 francs. Mais mal en a pris à Fafavi. A coup de machette, il découpa Dotsè dans son sommeil.

 

L’assassin quitte le village pour un village voisin après son forfait

 

Informés du drame, les gendarmes se transportent sur les lieux pour le constat. « Les enquêtes préliminaires ont permis de mettre la main sur Akpaka Fadavi dans sa cachette où il était en plein rituels de purification. Il sera capturé et conduit à la brigade. Selon nos sources, Fadavi croupit depuis plusieurs jours déjà à la prison en attendant son procès », renseigne le site.

 

Selon les témoignages, Fadavi est un habitué du fait n'est pas à son premier acte répréhensible. On dit qu'il avait déjà usé de sa machette sur son frère direct. Sauf que celui-ci n'était pas mort.

Togo : 17 maisons de justice créées en 3 ans, avec d'excellents résultats

 


Rapprocher la justice des populations, c'est le pari du président Faure Gnassingbé en 2018 en lançant le projet "les maisons de justice". En trois ans, au total 17 ont ont vu le jour et sont déjà opérationnelles sur le territoire national. L'état des lieux a été présenté dans une communication mercredi en conseil des ministre par le ministre de la justice et de la législation.

 

Cette communication a permis de faire un premier bilan des maisons de justice déjà opérationnelles dans le pays et de présenter les nouvelles perspectives.

 

Les maisons de justice, une initiative présidentielle, ont pour objet de faciliter, par la conciliation ou la médiation, la résolution de petits litiges. Elles apportent un premier niveau de conseil et d’information juridique aux populations à la base. Leur fonctionnement repose sur trois principes : gratuité, simplicité et célérité.

 

"La création des maisons de justice se réalise à un rythme soutenu depuis 2018 : quatre (4) en 2018 (Cinkassé ; Dapaong, Agoe-Nyivé et Baguida) ; cinq (5) en 2020 (Sanguera ; Kpélé Adéta ; Anié ; Soudou et Kétao) ; huit (8) en 2021 (Gando ; Kantè ; Pagouda ; Bafilo ; Tchamba ; Djarkpanga ; Tohoun ; Elavagnon)", indique le communiqué sanctionnant le conseil des ministres.

 

Selon le conseil, les résultats obtenus témoignent de l’adhésion des populations à cette initiative. Ainsi au premier semestre 2021, 1209 saisines dont 449 demandes d’information juridique et 760 demandes de médiations conciliation ont été recensées avec un taux de réussite de 92,71%. 25. Au vu des excellents résultats, le maillage du territoire se fera progressivement.

14 septembre 2021

Togo : Un nouveau mort retrouvé dans le 4ème Lac, la liste s'allonge

 


Un nouveau décès par noyade a été enregistré lundi 13 septembre 2021 dans le 4ème Lac dans la commune du Golfe1 au Togo. Le dernier d’une liste qui commence par s’allonger.

 

Un homme (voir photo), d’environ la soixantaine a été retrouvé mort  noyé hier lundi par les riverains. Selon le site Togotimes.info qui s’appuie sur le témoignage des parents de la victime, il s’agit d’un natif de Bè qui souffrait d’une maladie psychologique.

 

Et il arrive souvent de quitter de temps à autre le domicile de ses parents pour une destination inconnue.

 

Il aurait même été entre temps retrouvé à KATANGA au bord de la Mer tentant de se noyer; mais il a été vite récupéré par les riverains. Porté disparu après cette tentative échouée il y a 03 jours, les recherches ont permis de découvrir son cadavre dans le 4ème Lac. Un drame pour la famille.

 

Dépêchés sur les lieux, les médecins légistes après analyse  son corps, constatent  qu’il ne présentait aucune blessure.

12 septembre 2021

Damien Mama, le Coordinateur du Système des Nations Unies, quitte le Togo pour le Burundi


Après trois (03) années de service bien rempli au Togo, le Coordonnateur Résident du Système des Nations Unies a trouvé une nouvelle destination. Il va désormais poser ses valises à Bujumbura en Burundi.


Damien Mama est arrivée au Togo  en juin 2018. Pendant les trois années passées dans le pays, il a contribué, aux côtés du gouvernement, au développement de plusieurs projets socio-économiques et culturels. Il s'est toujours montré disponible. 


Arrivé en fin de mission, il est sollicité pour exercer  de fonctionnaire international  sous d'autres cieux, le Burundi.


07 septembre 2021

Togo : Le gouvernement annonce plusieurs mesures en faveur des secteurs de l’éducation, de la santé et de la fonction publique

 


Chose promise chose due. Les autorités à l'œuvre pour apaiser le front social. Ce mardi 7 septembre 2021, s’est tenue à Lomé, une session dite « spéciale » spéciale du Conseil National du Dialogue Social (CNDS). Réunissant d’une part le gouvernement, d’autre part les représentants des organisations syndicales et autres partenaires sociaux, les travaux de ces assises ont servi de cadre d’échanges et de recherche de solutions aux revendications et exigences des fonctionnaires, notamment ceux du secteur de la santé et de l’éducation. Plusieurs mesures qui seront engagées et mises en œuvre à court, moyen et long terme ont été annoncées
.

 

Du gouvernement, les ministres à l’instar de Gilbert Bawara de la Fonction publique et de la réforme administrative, Sani Yaya de l’économie et des finances, Dodzi Kokoroko des enseignements primaire et secondaire, Moustafa Mijiyawa de la santé, Kodjo Adedze, ont pris part à cette rencontre. Des approches de solutions destinées  à calmer les tensions observées ces derniers temps dans ces deux secteurs ont été longuement abordés, discutées et adoptées. Ceci permettra d’aller vers une meilleure gestion de la crise sanitaire et permettre une rentrée scolaire apaisée.

 

« Dans le secteur de la santé, l’on peut noter comme mesure adoptée, la proclamation au cours de cette semaine, des résultats du dernier concours de recrutement du personnel médical, paramédical et administratif, sur la base des 698 postes ouverts », a indiqué le ministre de la Fonction publique, du travail et du dialogue social, Gilbert Bawara au sortir de la réunion.

 

En outre, le gouvernement annonce également la prise en charge des arriérés au personnel des équipes de prélèvement et d’intervention rapide des cas de Covid-19. Aussi, a-t-il été indiqué que dotation des Centres Hospitaliers Universitaires (CHU) Sylvanus Olympio et Campus seront dans les prochaines semaines équipés en scanners.

 

Sur ce dernier point, le ministre de la Santé recevra, au cours de cette semaine, le collectif des syndicats de la santé afin d’échanger sur le projet. « Mais il faut toutefois préciser que pour l’acquisition et de mise en place de ces importants équipements, le gouvernement privilégiera l’approche partenariat public-privé », a précisé le ministre.

 

Pour ce qui concerne le secteur de l’éducation, la principale annonce faite, est la proclamation du dernier concours de recrutement de fonctionnaires enseignants et de conseillers d’orientation afin de permettre l’imprégnation et la formation sommaire des admissibles avant leur affectation et déploiement. Le gouvernement rassure sur ce point que « tout se fera dans un délai raisonnable ».

 

Il est également annoncé le remboursement dès cette semaine de la seconde phase des prélèvements opérés sur les émoluments des enseignants auxiliaires avant leur reversement dans le cadre des fonctionnaires.

 

Les discussions ont également été élargies sur la fonction publique dans sa globalité avec focus sur le cas des retraités. Pour ceux-ci, le gouvernement a décidé de la mise en place, à compter du premier janvier 2020, d’un nouveau système d’allocation de départ à la retraite pour les fonctionnaires, équivalant à trois mois de salaire.

 

« En outre, pour les fonctionnaires admis à la retraite pendant la période de suspension des dispositions de la loi n°91-11 du 23 mai 1991, un geste exceptionnel sera fait en leur faveur », promet l’exécutif.

 

La rencontre a été satisfaisante selon les parties prenantes. Pour le ministre Gilbert BAWARA, « l’initiative sera pérenne, conformément à la politique de gouvernance concertée imprimée par le Chef de l’Etat, ceci pour le maintien d’un climat social apaisé et convivial ».


 Face aux importants efforts et moyens mis en œuvre, le Gouvernement a saisi l’occasion de la présente session spéciale du CNDS pour déplorer l’absentéisme, le manque d’assiduité et la faible qualité de l’accueil et des services que l’on observe, notamment dans les hôpitaux et centres de santé. Il déplore également les agissements et comportements indélicats constatés de la part de certains enseignants et personnels d’encadrement, qui traduisent le non-respect de la déontologie et des règles éthiques.


Toutefois, il demande instamment à tous les fonctionnaires et agents de l’Etat, à tous les niveaux de responsabilité, de faire preuve de plus d’engagement, de rigueur et de dévouement pour répondre aux attentes de la population.

 

Le désir du ministre de poursuivre le dialogue entre le gouvernement et les organisations syndicales est également approuvé par les autres parties prenantes.

 

« Je me réjouis d’ailleurs que mon pays soit le seul sur le continent où il existe un conseil national du dialogue. La rencontre a permis aux deux parties de s’échanger, d’expliquer mieux les paramètres afin que chacun puisse comprendre ce qui se passe. Le gouvernement a fait des annonces intéressantes, ce qui reste, c’est la mise en œuvre de ces mesures », a laissé entendre pour sa part, le Secrétaire général du Groupe des syndicats autonomes Koffi GUEDZO.

 

 C’est depuis 2006, dans le souci de maintenir un dialogue permanent entre les différents partenaires sociaux et le gouvernement, qu’il a été mis en place, le Conseil National du Dialogue Social (CNDS) qui se réunit périodiquement pour évaluer la mise en œuvre de ses recommandations et plancher sur les éventuelles nouvelles préoccupations des acteurs..

05 septembre 2021

Lomé vu depuis l’espace par l'astronaute Thomas Pesquet




L’astronaute français  Thomas Pesquet a publié ce matin sur son compte tweeter, deux images inédites de Lomé la capitale du Togo. Ces images sont prises depuis l’espace (la station spatiale internationale ISS) où il effectue depuis quelques semaines une mission de six mois.

 

Sur la deuxième image, on aperçoit clairement la place de l'indépendance et le stade de Kégué. Une façon pour Thomas Pesquet de soutenir les Eperviers du Togo qui jouent ce dimanche sous le coup de 16 heures GMT, leur deuxième match des éliminatoires de la coupe du monde Qatar 2022 contre la Namibie.

 

En commentaire, on peut lire les souvenir d’enfance de l’astronaute qui a passé des années à Lomé avec ses parents.

 

« Lomé au Togo, où mes parents ont vécu et ont été enseignants pendant deux ans. Ayant grandi en Normandie, je me souviens des photos et des souvenirs de notre maison, je suis sûr que le quartier a changé en un demi-siècle depuis que mes parents étaient là-bas », ou encore « Afrique de l’ouest : la ville de Lomé au Togo, où mes parents ont été prof en 1974 et 1975 ! Je me rappelle grandissant en Normandie de quelques souvenirs incongrus qui peuplaient notre salon ».

04 septembre 2021

Hervé PIZA, nouveau patron du SNEBTPT, veut révolutionner les BTP au Togo

  


Hervé PIZA est le nouveau patron du Syndicat national des entrepreneurs en bâtiment et travaux publics du Togo (SNEBTPT). Il a été élu pour cinq (05) ans à la tête d’un bureau de huit (08) membres vendredi 3 septembre à Lomé à l’issue d’une assemblée générale extraordinaire. Le nouveau président dit placer son mandat sous le sceau de la redynamisation, de l’innovation et du professionnalisme dans le secteur des bâtiments et de travaux publics au Togo.

 

Cette assemblée générale élective intervient après un long moment d’inactivité. En prenant les commandes de SNEBTPT, Hervé PIZA s’est fixé comme objectif principal la défense des intérêts généraux de ses collègues. Une partition qu’il compte jouer de façon inclusive sur toute l’étendue du territoire national. Il sera question avant tout d’œuvrer pour redonner vie au secteur.

 

« Nous allons défendre les intérêts généraux et essayer de redynamiser nos antennes régionales car depuis 2005 que nous avons créé le syndicat, nous avons eu à travailler d’arrache-pied mais à un moment donné, nous avons constaté qu’il y avait un dysfonctionnement donc nous devrions nous rattraper très rapidement vu les enjeux. Il est important que l’entrepreneur soit au centre du secteur privé », a-t-il indiqué lors de la présentation de sa vision.

 

Les grands chantiers du nouveau bureau

 

Le nouveau président précise que les défis à relever lors de son mandat son énormes vu les enjeux de la modernisation et du développement durable.

« Dès les premières semaines du mandat, nous élaborerons un document stratégique d’orientation qui sera une feuille de route de notre équipe. L’exécution des tâches contenues dans ladite feuille de route sera sanctionnée par la publication périodique d’un livre blanc en vue d’informer chaque membre et de recueillir éventuellement les avis pour des recadrages si nécessaire. Par cette démarche, nous voulons rendre notre gouvernance inclusive et participative », a expliqué Mr PIZA.

 

Hervé Piza informe que des voyages d’immersion ainsi que des échanges de tous ordres seront organisés pour permettre à chacun des membres de se recycler périodiquement.

 

« Cette dernière vision nous amènera à nouer des partenariats en formation continue avec des écoles de référence dans notre sous-région (EAMAU, CERFER au Togo, Ecole de Thiès au Sénégal, Polytech de Yamoussoukro, 2IE à Ouagadougou…) et permettra à certains d’entre nous de parfaire leur formation pour mieux répondre à la demande sur le marché », a-t-il ajouté.

 

Le président nourrit de grandes ambitions comme le réseautage institutionnel avec les ordres affiliés, les professionnels du bâtiment et les banques ; mutualisation des efforts ; renforcement du partenariat avec l’Etat à travers ses ministères de tutelle et agences connexes ; jumelage avec des syndicats sœurs de la sous-région pour s’inspirer des bonnes pratiques et se préparer à répondre en groupements internationaux à des appels d’offres…


Le nouveau bureau du SNEBTPT comprend 9 membres que voici :

 

Président : Hervé Piza ;

 

Vice-président : Yéma Yoma ;

 

Secrétaire général : Miyoutchou Tchamiè ;

 

Secrétaire général adjoint : Pyabalo Béléi ;

 

Trésorier général : Koassi Assoupanou ;

 

Trésorier général adjoint : Manabawayi Bikpédi ;

 

Chargé à l’information et à l’organisation : Jacques Amah ;

 

1er Conseiller : Koffi Palley ;

 

2è Conseiller : Aklé-Esso Kpatcha.

 

 

 

 

 

30 août 2021

Togo : La CEB alerte sur des risques d’inondation à Nangbéto

 


Dans une correspondance adressée au ministre de la sécurité et de la protection civile, la CEB (Communauté électrique du Bénin) met en garde  sur de fortes pluies qui risquent de provoquer des inondations dans le secteur du barrage de Nangbéto.

 

Premiers concernés par cette menace d'inondation, les habitants vivants à proximité du fleuve Mono.

 

« En raison de la bonne pluviométrie, le remplissage précoce du réservoir de Nangbéto est imminent. Ainsi, l'évacuation des crues à partir du barrage entraînera la montée du niveau des eaux dans le fleuve en aval, pouvant entrainer des inondations », précise la CEB.

 

A cet effet, la CEB invite à prendre des précautions suivantes : pas de franchissement du fleuve, pas de navigation, ni de pêche et aucune activité agricole à proximité immédiate du Mono.

 

Situé dans la région des Plateaux, le barrage fournit de l'énergie hydroélectrique au Togo et au Bénin.

28 août 2021

Les filets sociaux de base, un rempart contre la pauvreté au Togo

 


Au regard de l’impact socioéconomique incontestable des Filets sociaux et services de base (FSB) vis-à-vis des ménages togolais, on peut soutenir que les dirigeants ne se sont pas trompés en mettant en marche le projet il y a trois (03) ans. Assurer aux communautés démunies un meilleur accès aux infrastructures socio collectives de base (éducation primaire, soins de santé, eau, assainissement) et une protection sociale, les intégrer au processus de développement, empêcher la pauvreté de gagner du terrain en milieu rural, semi-urbain et urbain… sont les principaux résultats escomptés. Progressivement, ils se concrétisent, à la grande joie des bénéficiaires.


Les Filets sociaux et services de base englobent les sous-projets d’infrastructures, les cantines scolaires pour les écoliers, les transferts monétaires trimestriels pour les ménages nécessiteux, les formations utiles à la mise en place et/ou l’extension des activités génératrices de revenus.

 

Plus de 195 000 personnes touchées

Initialement, le nombre de bénéficiaires ciblés était de 130 000. De février 2018 à juin 2021, l’initiative a aidé 195 871 personnes selon la Banque mondiale, institution qui finance le projet. Parmi ces Togolais, 43 000 personnes ont eu droit à un meilleur accès à l’eau dans 155 communautés et 6 475 élèves étudient maintenant dans des écoles réhabilitées ou nouvellement construites. En ce qui concerne les transferts monétaires, 92 345 personnes dont 64 436 femmes ont été touchées alors que les objectifs initiaux étaient respectivement de 78 000 et 39 000. L’alimentation scolaire, véritable mécanisme de protection sociale en milieu éducatif, a permis d’offrir des repas à 52 173 enfants, contre 38 000 prévus au départ. Le projet a en outre facilité la réalisation de 150 microprojets au profit des populations.

 

Un projet de plusieurs milliards

En janvier 2021, on estimait la somme totale dépensée dans le cadre de la mise en œuvre du projet à 23 milliards de francs CFA. Mercredi le 23 juin 2021, la Banque mondiale a autorisé un financement additionnel de 11 milliards pour le projet de Filets sociaux et services de base (FSB). Cet argent permettra aux autorités de renforcer l’aide économique d’urgence apportée aux populations afin de les aider à résister au mieux aux conséquences non souhaitées de la crise sanitaire. Les FSB et le projet d’Opportunités d’emploi pour les jeunes vulnérables (EJV) représentent actuellement deux actions phares coordonnées par l’Agence nationale d’appui au développement à la base (Anadeb) pour un Etat plus heureux.

26 août 2021

"La Justice Togolaise va mal", selon le président de la Cour de la suprême Abdoulaye Bawa Yaya

 


Ce jeudi 26 août 2021, la cour suprême a fait l’état des lieux de la justice togolaise. C’était lors d’une rencontre avec les professionnels des médias à Lomé. Le tableau présenté par Abdoulaye Bawa Yaya, le patron de la haute cours,  n’est pas du tout reluisant malgré les efforts consentis ici et là.

 

Abdoulaye Yaya a passé au crible et a décrypté les maux dont souffre la justice togolaise. En effet, indique-t-il, la mission de la justice et des juges, c’est d’assurer le juste équilibre entre l’intérêt général et la protection des libertés individuelles. « Au sein de l’Etat, le pouvoir judiciaire doit être l’institution de la juste mesure de la prééminence du droit et doit avoir le souci permanent de son adaptation aux besoins de la société », affirme le président de la Cour de la suprême.

 

Pourtant, dans son diagnostic, Abdoulaye Bawa Yaya révèle que : « l’effroi, le doute et le discrédit sont les trois éléments qui dépeignent la justice actuellement au Togo. Le juge qui est gourmand et cupide n’a pas sa place dans la magistrature… Les juges font du business et raquettes les citoyens… S’il en est ainsi, le juge participe à l’insécurité judiciaire au Togo ».

 

Il ajoute : « Il est regrettable et consternant de constater la facilité et l’insouciance avec lesquelles certains magistrats et auxiliaires de justice se livrent dans la gestion des dossiers dont ils ont la charge, créant ainsi une insécurité judiciaire. Le problème prend de plus en plus d’ampleur surtout dans la gestion des affaires foncières. Il n’ y a pas de jours ou  ne défraient des scandales d’affaires foncières impliquant des magistrats , avocats , huissiers, officiers de police judiciaires , officiers supérieurs voire des autorités civiles lesquels n’ hésitent pas à s’ approprier des terrains au détriment des pauvres justiciables », révèle Abdoulaye Yaya.

 

Comme remède, il propose : « Pour que la justice reste et demeure une justice en majesté, nous devons être capables de défier l’évolution de notre environnement politique, social et répondre aux enjeux contemporains auxquels notre institution doit  faire face et éviter ainsi de fossiliser notre temple ».

 

L’autre option selon lui : « La dénonciation est une étape. Nous avons partagé avec les autorités les tares de la justice togolaise. Que ceux qui seront chargés de restructurer la maison en soient rassurés. Si tout n’est pas à refaire, une grande partie est à revoir. Nos prédécesseurs ont également tout donné pour assainir. Aujourd’hui, nous nous sommes là pour dire ça suffit » Abdoulaye Yaya.

 

Pour rappel, Abdoulaye Bawa Yaya a pris fonction en décembre 2020.

Togo : Un employé de FUCEC retrouvé mort dans son bureau

 


C’est une journée pas comme les autres ce mercredi 25 août 2021 au siège de la Faîtière des unités coopératives d’épargne et de crédit du Togo (FUCEC-TOGO) à Atikoumé. Un employé de l’institution de microfinance a été retrouvé mort dans son bureau.

 

Selon Icilome.com, Peter Tamakloe, a été retrouvé inerte, inanimé dans son bureau. Et pourtant, à son arrivée il était visiblement bien portant à son arrivée au service dans la matinée. La triste nouvelle est tombée quelques heures plus tard et a laissé stupéfait tous ses collègues.

 

Le site informe que défunt employé de la FUCEC-Togo a été chef d’agence Solidarité d’Amoutiévé avant d’être muté au siège principal à Atikoumé, toujours à Lomé.

25 août 2021

Bénin : Des agents de police en patrouille abat deux ressortissants togolais


C'est un drame rapporté par les médias locaux au Bénin. Deux togolais trouvent la mort lors d'une patrouille policière qui a mal tourné. Selon les informations, un policier aurait fait usage de son arme contre une voiture et abat deux des trois Togolais qui y étaient à bord.

 

Le drame a eu lieu Samedi 21 août 2021  à Sèmèrè, localité située au centre-ouest du Bénin. Des agents de la police béninoise, lors d'une patrouille de routine, sont tombés sur un véhicule qu’ils ont jugé suspect. A bord de cette voiture se trouvaient trois ressortissants de nationalité togolaise.

 

« C’est au niveau de Sèmèrè dans la commune de Ouaké que la patrouille en question a essayé de les arrêter, mais ils n’ont pas obtempéré. C’est ainsi que l’un des agents a tiré sur le véhicule, tuant sur le coup le chauffeur et celui qui était assis à ses côtés. Le troisième occupant de la voiture n’est pas décédé, mais il a subi des blessures graves et a déjà été hospitalisé », rapportent les mêmes sources.


On apprend qu'une enquête a été ouverte pour faire la lumière sur l'incident. Déjà, on annonce que deux agents de police impliqués dans cette bavure ont été arrêtés sur instruction du Directeur général de la police béninoise.

23 août 2021

Togo : Le gouvernement lance une opération d'audit des paiements digitaux des transferts monétaires du projet Filets sociaux et services de base (FSB)


Le Gouvernement, à travers l’Agence nationale de développement à la base (Anadeb) va procéder à un vaste audit externe des paiements digitaux des transferts monétaires du projet Filets sociaux et services de base (FSB). Une procédure vient d’être lancée dans ce sens, afin de recruter un consultant chargé de cette tâche. 


De façon détaillée, ce contrôle qui ciblera particulièrement les différents aspects du passage en mode digital des transferts monétaires, doit permettre de s’assurer que “les transferts ont été bien effectués au profit des bénéficiaires ciblés, ainsi que de la conformité des données rapportées aux données réelles du terrain”.


Ainsi, toute la chaîne d’acquisition, de distribution et de fonctionnement des cartes SIM distribuées aux bénéficiaires sera vérifiée, tout comme l’exactitude des paiements opérés via les comptes Flooz. Est également annoncée, une enquête de satisfaction auprès des bénéficiaires. L’objectif de l'Agence est d’améliorer la délivrance des services de ce programme, sous-composante des FSB.


Pour rappel, le projet a été lancé en 2018 par l’exécutif avec le soutien de la Banque Mondiale, pour assurer aux communautés défavorisées un meilleur accès aux infrastructures socio-économiques de base et aux mécanismes de sécurité sociale. Trois ans après, le mécanisme a dépassé les objectifs initiaux avec plus de 23 milliards FCFA débloqués et environ 200 000 personnes accompagnées. 


Avec Republiquetogolaise.com


21 août 2021

Togo : Encore un corps sans vie repêché dans le 4ème lac de Lomé


Les sapeurs-pompiers ont repêché vendredi 20 août 2021 le corps sans vie d’un homme âgé d’environ 40 ans,  dans le 4ème lac de Lomé. Ce n'est pas la première fois que ce drame se produit sur ce site.


On ignore les circonstances du drame. Le corps ne présente pas de blessures, a indiqué Koamy Gbloèkpo Gomado, le maire de la commune de Golfe 1. Ce qui laisserait penser à un accident.


La mairie a demandé à la CEET d’éclairer les abords du lac pour éviter les accidents.

.

20 août 2021

Togo : Les Filets sociaux et services de base (FSB), un projet de plusieurs milliards

 


Au regard de l’impact socioéconomique incontestable des Filets sociaux et services de base (FSB) vis-à-vis des ménages togolais, on peut soutenir que les dirigeants ne se sont pas trompés en mettant en marche le projet il y a trois (03) ans. 


Assurer aux communautés démunies un meilleur accès aux infrastructures socio collectives de base (éducation primaire, soins de santé, eau, assainissement) et une protection sociale, les intégrer au processus de développement, empêcher la pauvreté de gagner du terrain en milieu rural, semi-urbain et urbain… sont les principaux résultats escomptés. Progressivement, ils se concrétisent, à la grande joie des bénéficiaires.


Les Filets sociaux et services de base englobent les sous-projets d’infrastructures, les cantines scolaires pour les écoliers, les transferts monétaires trimestriels pour les ménages nécessiteux, les formations utiles à la mise en place et/ou l’extension des activités génératrices de revenus.


Un projet de plusieurs milliards


En janvier 2021, on estimait la somme totale dépensée dans le cadre de la mise en œuvre du projet à 23 milliards de francs CFA. Mercredi le 23 juin 2021, la Banque mondiale a autorisé un financement additionnel de 11 milliards pour le projet de Filets sociaux et services de base (FSB). Cet argent permettra aux autorités de renforcer l’aide économique d’urgence apportée aux populations afin de les aider à résister au mieux aux conséquences non souhaitées de la crise sanitaire. Les FSB et le projet d’Opportunités d’emploi pour les jeunes vulnérables (EJV) représentent actuellement deux actions phares coordonnées par l’Agence nationale d’appui au développement à la base (Anadeb) pour un Etat plus heureux.

Consolidation de la décentralisation : l'ANVT en tournée nationale de partage des opportunités du volontariat avec les communes du Togo



L’Agence Nationale du Volontariat au Togo (ANVT) veut donner une nouvelle dimension à la collaboration qu’elle entretient avec les communes du Togo. Ses responsables ont entamé, jeudi 19 août 2021 à Tsévié (35 km au nord de Lomé), un atelier d’échanges avec les maires  de la Région Maritime et leurs collaborateurs. C’est le premier d’une série qui va se poursuivre sur toute l’étendue du territoire national. Objectif, faire connaitre davantage les opportunités du volontariat national pour consolider  la décentralisation et du développement local.

 

Le partenariat entre l’ANVT est les communes du Togo ne date pas d’aujourd’hui. Depuis deux (02), avec le scrutin local qui a abouti à l’élection des maires et des conseillers municipaux (avec la nouvelle réorganisation des municipalités), les choses ont certes évolué, mais il s’avère important de donner un coup d’accélérateur avec la mise en place d’un cadre formel bien ficelé afin de recueillir les contributions des maires dans le développement des volontariats sur leurs territoires respectifs.

 

Les travaux de cette rencontre ont été ouverts par le Préfet du Zio, Etsè Kadévi Kodjo en présence d’Omar Agbangba Directeur général de l’ANVT. Il s’est agi, en effet, de faire un bilan du chemin parcouru ensemble et de définir de nouvelles perspectives afin de révolutionner le partenariat entre les deux parties pour le grand bonheur des communautés

Dans son mot d’ouverture, le Préfet du Zio a exhorté les participants à prêter une oreille attentive aux communications et à participer activement aux débats. «Je souhaite qu’au sortir de cette séance, vous soyez mieux aguerris et outillés pour contribuer ensemble avec l’ANVT à la politique de réduction de chômage prônée par les hautes autorités de notre pays», a-t-il exhorté.

 

. Elle a entrepris depuis jeudi 19 août 2021, une tournée nationale d'échanges avec les maires et élus locaux à cet effet. La région maritime est le premier à ouvrir le bal de cette serie de rencontre

Eu égard aux retours d’expériences recueillis après deux (2) ans de collaboration entre l’ANVT et les communes, le Directeur général de l’ANVT Omar Agbangba, estime qu’il est important d’échanger avec les communes sur le parcours et de dresser de nouvelles perspectives.

 

Juste après la cérémonie d’ouverture, le Directeur général de l’ANVT Omar Agbangba a présenté une communication sur l’opportunité du volontariat national pour la consolidation de la décentralisation et le développement local au Togo.

 


Dans son exposé, le Directeur général de l’ANVT a dressé le bilan des deux années de collaboration avec les communes. Il a par la même occasion informé les maires sur les opportunités du volontariat national tout en faisant ressortir la contribution attendue de la part des maires dans le développement des volontariats sur leurs territoires respectifs; obtenant dans la foulée  l’adhésion des maires pour les prochaines étapes de formalisation de la collaboration avec les communes.

 

«L ‘opérationnalisation des communes réside dans le renforcement de la citoyenneté, ainsi que dans la réduction des inégalités et l’inclusion sociale pour le développement, notamment l’insertion professionnelle des jeunes. Sur ce, nous vous invitons, chers élus locaux, à appuyer dans vos différentes communes  l’exécution des compétences. Il est très important de procéder au recrutement des VEC à l’échéance de leur contrat. Ne les laissez pas partir, c’est vous qui perdez en retour»,  a martelé Omar Agbangba.

 

Ce fut donc une réelle opportunité pour les élus locaux des 19 communes de la région maritime, de savoir  ce que c’est que l’ANVT, son mode de fonctionnement, ses objectifs et surtout ses attentes vis à vis des communes. Les élus locaux ont ainsi profité pour exposer leurs besoins par rapport à l’effectif des VEC que l’ANVT devra mettre à leur disposition,  et bien d’autres préoccupations. Ils ont également promis aux responsables de l’ANVT de faire de leur mieux pour les accompagner efficacement dans la mise en œuvre de leurs actions.

 

Les travaux se sont ensuite poursuivis avec une deuxième communication présentée par le Directeur des opérations à l’ANVT Edem AGODE. Celle-ci a porté sur le nouvel agenda de collaboration qui est en gestation. D’ici le 30 novembre 2021, il est prévu la signature d’un protocole d’accord qui va couvrir les deux (02) prochaines années. A cette convention, il sera annexé un plan d’action biennal définissant les apports de chaque partie.

 

Au regard de leurs préoccupations, l’ANVT a promis  accroitre l’effet de ses actions, soutenir le processus la gouvernance locale par la mise à disposition des communes plus de compétences nationales engagées en faveur de leur développement durable.

 

C’est sur une note de satisfaction et dans une ambiance conviviale que  les travaux ont pris fin. La tournée nationale d’échange se poursuit demain vendredi dans le Grand Lomé. Après, l’étape suivant c’est Dapaong lundi, mardi à Kara, mercredi à Sokodé, jeudi à Atakpamé et Kpalimé vendredi.