Radio Oreole Flash Info :
latest

728x90

468x60

22 mai 2020

Togo / Affaire immunité parlementaire d'Agbeyome devant la cour constitutionnelle : l'autre round Mgr Kpodzro & Aboudou Assouma,


La saga politique continue au Togo. Le feuilleton Agbéyomé Kodjo est loin de prendre fin car d'épisode en épisode et de suspens en suspens, la guerre déclarée par le candidat malheureux de la dynamique Kpodzro au pouvoir se transporte sur un autre terrain, très glissant bien évidemment pour l'ancien premier ministre. Pour sa survie, le président du Mouvement Patriotique pour la Démocratie et le Développement (MPDD) aura pour prochain adversaire, un "Goliath", la Cour constitutionnelle, dirigée actuellement par  Aboudou Assouma. Ce nouveau round s'annonce déjà âpre et intéressant eu égard aux antécédents entre les deux parties.

Inculpé et placé sous contrôle judiciaire pour troubles aggravés à l’ordre public, atteinte à la sécurité intérieure de l’Etat, utilisation illégale des emblèmes de la République, le candidat malheureux de la dynamique Kpodzro à la présidentielle du 22 février dernier conteste la décision de l’Assemblée nationale qui a décidé de lever son immunité parlementaire. 

Suite à une requête introduite par Agbéyomé Kodjo aux fins d'annuler la décision de l'Assemblée nationale en date du 16 mars 2020, le tribunal de première instance de Lomé s'est déclaré incompétent pour juger de l'affaire.  Le recours a donc été renvoyé le 18 mai dernier  devant la cour constitutionnelle pour être statué.

Ce nouveau rebondissement ne fait que pousser au paroxysme des tensions issues de contentieux antérieurs dans le cadre des élections du 22 février dernier, dont les résultats définitifs ont donné pour gagnant Faure Gnassnigbé avec un score de 72 % devant Agbéyomé 19 %.

L'étincelle était depuis dans l'air. Mgr Philippe Fanoko KPODZRO, archevêque émérite de Lomé et parrain de la Dynamique qui soutient la candidature de Gabriel Messan Agbéyomé KODJO, avait maudit jusqu’à la troisième génération les membres des deux institutions de la République (la CENI et la Cour constitutionnelle) qui, selon lui, ont joué un rôle important dans la réélection du président sortant Faure GNASSINGBE. 

Réponse du berger à la bergère. Lors de la cérémonie de prestation de serment du président Faure Gnassingbé le 03 mai 2020, le président de la Cour constitutionnelle, Aboudou Assouma, ne s’est pas gardé de répliquer sèchement en formulant des mises en garde à Monseigneur Kpodzro et son protégé l’autoproclamé président de la République, Agbeyome Kodjo.

<« Ici ce n’est pas l’église de Mgr KPODZRO où il intronise le président d’une république gondwanaise c’est-à-dire qui n’existe pas. Elle n’existe que dans leur imaginaire. Si d’aventure, par mégarde ou étourderie, quelqu’un s’y oppose, la force doit rester dans la loi dans sa rigueur quel que soit l’âge de son auteur. La loi est égale pour tous. On ne peut pas se réfugier derrière son âge pour défier l’autorité de la loi. Même sur une civière, son auteur doit répondre de son acte devant la justice », avait martelé Aboudou Assouma.

Chose surprenante, les deux parties, qui depuis un temps, se lançaient des piques à distance, auront cette fois ci l'occasion de se donner des coups de près, face à face, nez à nez. 

Togo / Décès par balle du laveur de voitures : l'auteur sera puni, rassure Yark Damehame

Le gouvernement togolais s'est prononcé sur le drame survenu ce jeudi à Avédji Sun City pour situer l'opinion sur les faits. Selon Damehame Yark, il s’agit d’un ‘grave’ incident qui ne restera pas impuni.

Dans un communiqué du  ministre de la Sécurité et de la protection civile, le Général Yark Damehame, un laveur de véhicules,  le nommé Egah Agbedekessou, au volant d’une voiture, a été mortellement blessé par balle suite à une vive altercation entre lui et 2 militaires à moto. Les circonstances sont encore ‘non explicables’.

« A la suite de cette violente dispute, un fonctionnaire de police en service dans les environs, a dû, dans des circonstances non encore explicables, fait usage de son arme, atteignant ainsi mortellement cet automobiliste », écrit le ministre.
Après avoir présenté ses ‘sincères’ excuses à la famille éplorée, le gouvernement dit qu’une enquête est immédiatement ouverte afin, dit-il, de faire la lumière sur les faits et de situer les responsabilités.
Le gouvernement appelle la population au calme et la rassure que ce grave incident ne restera pas impuni.