Radio Oreole Flash Info :
latest

728x90

468x60

05 août 2021

Covid-19 au Togo : ça flambe encore, 179 cas positifs sur 2177 personnes testées mercredi 4 août


Cent-soixante-dix-neuf (179) des 2177 personnes testées sont positives portant le nombre total de cas positifs à 16232. Ces  179 personnes dont les âges sont compris entre 1 et 92 ans se répartissent comme suit :

 

•          soixante-six (66) cas parmi les contacts : 5 femmes et 6 hommes  dans la préfecture d’Agoè, 25 femmes et 20 hommes  dans la préfecture de Golfe, 3 femmes et 1 homme dans la préfecture des Lacs, 4 hommes  dans la préfecture de Vo ; 1 femme et 1 homme  dans la préfecture de Kpele

•          soixante- neuf (69) cas parmi les suspects : 12 femmes et 5 hommes dans la préfecture   d’Agoè, 23 femmes  et 15 hommes dans la préfecture de Golfe, 1 femme et 2 hommes  dans la préfecture de Lacs, 1 femme dans la préfecture de Vo,  1 femme et 1 homme  dans la préfecture d’ Akébou, 1 femme dans la préfecture d’Anié, 2 femmes et 3 hommes  dans la préfecture d’Est-Mono, 1 homme  dans la préfecture de Kpele, 1 homme  dans la préfecture de Moyen-Mono ;

•          six (06) cas parmi les voyageurs : 6 hommes dans la préfecture de Golfe ;

•          trente-huit (38) cas parmi les dépistés : 5 femmes et 4 homme  dans la préfecture d’Agoè, 4 femmes et 24  hommes dans la préfecture  de Golfe, 1 homme dans la préfecture de Koza.

Soixante-deux (62) guéris ont été enregistrés portant le nombre total de patients guéris de COVID-19 à 14654.

Le nombre de décès reste inchangé à  155.

Le nombre de cas actifs est de 1423.

Un total de 411667 tests de laboratoire  a été effectué sur toute l’étendue du territoire national.

04 août 2021

Il y a 37 ans, Thomas Sankara rebaptisait l’ancienne Haute-Volta en Burkina-Faso, le Pays des hommes intègres

 


Le 4 août 1984, Thomas Sankara renommait la Haute-Volta en Burkina Faso, le Pays des hommes intègres. Il s’agissait d’un changement destiné à rompre avec le passé colonial.

 

Très poussé par le désir et la volonté de faire table rase du « passé réactionnaire et néocolonial », le capitaine Thomas Sankara, en vertu d’une ordonnance du 2 août 1984, rebaptise la Haute-Volta en République démocratique et populaire du Bourkina Fâso (orthographe originelle). Le premier mot signifie « homme intègre » en langue mooré et le second « terre natale » en dioula, soit « le pays des hommes intègres ». Ses sept millions d’habitants ne sont plus des Voltaïques mais des Bourkinabè.

 

Dans la même logique, le drapeau de l’ancienne Haute-Volta, composé de trois bandes noire, blanche et rouge, est aussi remplacé. Le nouvel étendard national est désormais composé de deux bandes horizontales rouge et verte, frappées d’une étoile jaune à cinq branches. Le tout représentant respectivement les idéaux de révolution, de travail de la terre, et d’espérance.

 

Autre transformation : l’hymne national. La chanson Volta laisse la place au Ditanie, ou « chant de la victoire ». La devise nationale est elle aussi modifiée, passant de « Unité-travail-justice » à « La patrie ou la mort, nous vaincrons ».